Société

Sakifo :"Il y a aura une dixième édition", dixit J. Galabert


Sakifo :"Il y a aura une dixième édition", dixit J. Galabert
Les amoureux du Sakifo seront ravis : Jérôme Galabert ne jette pas l'éponge, le Sakifo n'a pas coulé et l'aventure continue : "Il y aura une dixième édition" a promis le directeur du Sakifo a l'heure de faire le bilan du festival 2012

"Le festival a eu lieu et c'était un beau festival. Wi nou lé capab" s'est-il félicité en précisant que le l’évènement avait enregistré près de 20.000 entrées payantes sur l'ensemble des trois jours. Le résultat est en-deçà de l'édition 2011 mais satisfaisant pour l'équipe au vu des circonstances. Financièrement, grâce à la solidarité, le Sakifo devrait être proche de l'équilibre cette année. Jérôme Galabert prévoit un léger déficit, entre zéro et 20.000 euros.

L'édition la plus difficile

Bref, pas de quoi flinguer l'ensemble de la structure même si davantage de recettes aurait pu permettre de financer des actions, via le Label Sakifo, qui seront vraisemblablement mises entre parenthèses cette année. Pour Jérôme Galabert, cette édition est sans nul doute la plus difficile qu'il ait organisée : "Clairement, ça a été la plus difficile. Ca a été extrêmement dur. Si ce festival a eu lieu c'est parce qu'il y a eu un soutien énorme. Par ailleurs, outre le retrait des subventions, Jérôme Galabert a brièvement évoqué les attaques personnelles dont il a été victime, lui et ses proches durant toute la polémique "Orelsan".

Une dixième édition dépendante des enveloppes budgétaires

Jérôme Galabert l'a annoncé, il espère bien qu'il y aura encore beaucoup de Sakifo. L'idée d'arrêter ne lui a donc apparemment pas effleuré l'esprit, d'autant que la prochaine édition sera l'occasion de fêter le dixième anniversaire du festival.

Le directeur du Sakifo avait imaginé une édition particulièrement ambitieuse l'an prochain, mais c'était avant toutes les polémiques et les problèmes que le festival a rencontrés cette année. Aujourd'hui, il se veut plus prudent : "La préparation de la 10ème édition nécessite qu'on soit fixé sur les enveloppes budgétaires avec lesquelles on va pouvoir travailler. Ce qui est évident, c'est qu'on ne repartira pas sur une édition comme celle-là si on n'en a pas les moyens et on partira sur quelque chose qui sera proportionnel a ce qu'on peut faire raisonnablement".

Jeudi 7 Juin 2012 - 18:25
Lilian Cornu
Lu 1157 fois




1.Posté par Raisonnable le 08/06/2012 09:03
Qu'il organise ces fêtes avec son argent et pas celui du contribuable.
NON AUX SBVENTIONS

2.Posté par pleureuse le 08/06/2012 09:20
"fixé sur les enveloppes budgétaires" ah c'était clair qu'il allait pleurer pour gagne l'argent public encore et encore!
Après avoir réussi l'exploit de semer la division (à la Réunion !) par sa provoc, c'était certain que ce privé un vrai rapace de l'argent de nos impôts ressorte sa complainte, ah qu'il fait pitié! Faut assumer sa provoc et pas venir faire la pleureuse maintenant.
Ziskakan il va nous prendre pour des couillons, pour des vaches à lait? C'est un businessman, donc qu'il se débrouille sans nos impôts. Un peu de dignité Mr Galabert.
L'argent public doit servir aux priorités en faveur de l'intérêt général, et pas pour un businessman.
Avis aux élus locaux qui dilapident les fonds publics!

3.Posté par ZembroKaf le 08/06/2012 10:03
Qu'il dépose son bilan : argent public, employés "bénévoles" et en plus déficitaire..piètre gestionnaire ce "galabert".

4.Posté par Contribuable st Pierrois le 08/06/2012 12:47
Qu'il aille se faire voir sous d'autres cieux que ceux de Saint Pierre et qu'il fasse ses choux gras avec son argent et non avec des subventions qui ne sont que nos impots.
Allez, ouste, du balai !!!!

5.Posté par SAKIPU le 08/06/2012 13:11
L'argent public pour faire payer les entrées à des con-tribuables qui payent donc deux fois...Quelle arnaque!

Quel salaire se verse Ce monsieur lui et sa clique de grateur pendant qu'ils font trimer des bénévoles ?





6.Posté par Bravo aux "Bonnie & Clyde" du 974 !!! le 08/06/2012 20:34
Je tire mon chapeau à ce business-man hors-pair. Il a su trouver sur notre île une palanquée de pigeons à plumer (moi y compris). L'astuce de son festival est de faire payer les collectivités en leur faisant miroiter des retombées (financières, touristiques,...). Il a eu la même stratégie que les patrons qui sucent jusqu'à la moelle les subsides publics en abusant (St-Leu) ou collusionnant (St-Pierre) les hommes politiques. Puis viendra le moment comme tout escroc ou magicien (c'est selon) de tirer sa révérence sous les applaudissements du public-contribuable. Je redis encore mon admiration à ce couple de margoulin qui ont su tirer leur épingle du jeu en débarquant sur l'île aux couillons et comme le dit si bien la racaille en chef dans "les 7 mercenaires" : "Pourquoi le seigneur aurait-il mis des moutons su terre sinon pour qu'on les tonde". Ah il est loin le temps des réclames sur Canal +...

7.Posté par Les "untermenschen" krapules sont toujours gagnants !!! le 08/06/2012 23:05
Qu'il continue puisqu'il trouve des kons de spectateurs non-gênés par les ORELSANG et autres untermenschen de la même espèce. Qu'il continue avec leur argent, mais pas avec celui des con tribuables.

Nouveau commentaire :
Twitter

4, cité Fontaine
97400 Saint-Denis

06 93 010 810
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales