Société

Saisonnalité et reproduction: Une première piste sur la présence des requins bouledogue à la Réunion ?


Saisonnalité et reproduction: Une première piste sur la présence des requins bouledogue à la Réunion ?
Hier soir, Canal+ Réunion a diffusé "Attaques de requins à la Réunion". Ce documentaire a donné la parole aux familles et proches des victimes des dernières attaques de requin sur les côtes de la Réunion (voir ici : Requins: Le père d'Alexandre Rassiga n'a "pas pu continuer à regarder" le documentaire), mais également aux scientifiques, notamment l'IRD (Institut de recherche pour le développement) et Marc Soria, en charge du programme CHARC (Connaissance de l'écologie et de l'habitat de deux espèces de requins côtiers sur la côté Ouest de la Réunion).

Lors de la diffusion, Marc Soria n'était pas devant sa télévision. Le chargé de recherche avait pu voir la version quasi-finalisée du documentaire, il y a un mois. "A force d'entendre des choses négatives, j'ai été très content du résultat. Positif à mes yeux. L'enquête était bien menée et la progression permanente. On a pu faire la part des choses". D'autant que le documentaire s'attachait aussi bien à l'aspect humain que scientifique. "Il était important de relater les deux", explique-t-il.

"On partait de zéro"

Il aura fallu près de deux ans de tournage pour voir le résultat diffusé hier sur Canal+ Réunion. Le documentaire a pu avancer des pistes sur la présence des requins bouledogue à la Réunion, notamment la saisonnalité, liée certainement à la période de reproduction. Mais ces avancées sont encore trop précipitées pour Marc Soria, tant que l'ensemble des données scientifiques n'auront pas parlé.

Lors de la mise en place du programme CHARC, la Réunion n'avait aucune connaissance sur les requins tigre et bouledogue présents le long des côtes de notre île. "On partait de zéro. Avec les moyens et le travail fourni on a pu commencer à obtenir des résultats, à les consolider. Il reste encore des pistes à explorer. Recueillir des données en milieu ouvert est toujours plus difficile qu'en milieu fermé avec des animaux vivants, il y a une notion d'intégration des variabilité, plus nombreuses. Mais on peut tirer une première conclusion, sans certitude, il y a une présence de saisonnalité", poursuit Marc Soria. Une piste à approfondir pour le scientifique. De là à parler de cycle, il est encore trop tôt pour le dire. Mais cette notion, associée à la biologie, s'apparente à la période de reproduction. "On pourra l'affirmer sur plusieurs années", souligne-t-il.

Les relevés de l'ensemble des stations d'écoute récupérés la semaine dernière

D'autres pistes ne sont pas écartées par l'IRD, le réchauffement et changement climatique ou la réduction des ressources. Actuellement, l'équipe du programme CHARC travaille sur le relevé de l'ensemble des stations d'écoute, tâche effectuée la semaine dernière. "Je suis en train de rassembler et de synthétiser. Il faut faire combiner les observations comportementales aux observations environnementales. Un gros travail qui va durer plusieurs mois", précise Marc Soria.

Parties de rien, les équipes de recherches du programme CHARC commence à trouver les pistes qui pourraient amener à une explication rationnelle de la présence de ces requins le long de nos côtes. Quand ? Impossible de le dire aujourd'hui. Marc Soria souhaiterait étendre les observations sur la zone océan Indien. "On pense que ces requins appartiennent à une population plus vaste sur le Sud de l'océan Indien. Il y a une nécessité de mener des observations ailleurs, en Afrique du Sud, à Madagascar ou encore aux Seychelles", ajoute-t-il.

Il s'agit pour l'IRD d'ici fin 2014 ou début 2015 de continuer son travail avec ses partenaires. "Nous allons apporter de l'aide sur les décisions prises par les institutions publiques", rappelle-t-il.
Vendredi 30 Mai 2014 - 16:21
JD
Lu 2241 fois




1.Posté par piqure le 30/05/2014 19:54
"Il y a une nécessité de mener des observations ailleurs, en Afrique du Sud, à Madagascar ou encore aux Seychelles"

quel (...) ce Soria !! il essai encore d’enfumer tout le monde pour espérer une étude de 5ans aux frais du contribuables. ( etude dont on ne vois jamais les résultats d'ailleurs > incompétent)

2.Posté par Hugues salami le 30/05/2014 20:41
Merci pour ce reportage , qui arrive à temps et qui REMET LES PENDULES A L'HEURE , alors qu'une équipe de bredins écervelés ,individualistes et égoïstes, à infiltré la politique pour parvenir à ses fins (faire péter la réserve et prélever le plus grand nombre possible de requins en faisant passer quelques boucs émissaires soigneusement désignés pour des assassins ) .
Merci Messieurs !!!!

3.Posté par Feelgood le 30/05/2014 23:24
Merci de bien vouloir publier ces extraits et remettre les pendules à l'heure svp...

https://www.facebook.com/notes/océan-prévention-réunion-opr/le-documentaire-qui-redore-le-blaison-de-lirdau-moment-opportun-/733963723320497

4.Posté par noe le 31/05/2014 09:19
Qu'on fasse les mêmes études poussées pour les requins terrestres (politiques , banquiers , gros zozos...)! On aura plein de surprises !

5.Posté par rrrrrrrrrrr le 31/05/2014 09:33
Mr Soria qui redemande des subventions pour continuer à MARQUER des requins DANGEREUX et les RELACHER devant les plages les plus fréquentées de l'île afin de les "étudier" tout en mettant en danger la vie des usagers (Fanny et Estelle, charmantes bouboules de plus de 3 m, seraient ainsi impliquées dans plusieurs attaques).
Et concernant la soi disante "saisonnalité", disons que le risque est bien plus fort l'hiver et reste fort l'été car un peu moins de la MOITIE des BOUBOULES BIPPE TOUTE l ANNEE.
Soria et sa bande de scientifiques font partie des ces gens qui ont coupé la Réunion de son océan, un comble pour une île. En voyageant on se rend compte que le monde entier nous connaît (Réunion where is it ??? Ah, big sharks yes i see....) et hallucine sur cette situation. On passe pour des couillons pour changer, ça fait toujours plaisir. D'ailleurs les hôtels de l'Ouest goûtent comme il faut, c'est bizarrre on pensait en haut lieu que les touristes viendraient à la Réunion pour ses magnifiques montagnes (et ses marches sublimes mais peu accessibles au tout venant) et sa culture (ça tout le monde s'en fiche en vacances). Coupé de son océan, coupé des Hauts grâce au Parc, bienvenue dans notre magnifique île, l'une des mieux gérées au monde !!!!
Soria et Co, une belle brochettes de charlatans sur subventionnés et dangereux.

6.Posté par rrrrrrrrrrr le 31/05/2014 09:36
La Non pêche depuis 12 ans ce n'est pas la première piste à étudier pour la présence de gros bouledogues devant nos plages ???
Quant on parle de pollution de l'eau, bouger en Indonésie à Bali pour surfer au milieu de sacs plastiques et des déjections de toutes sortes sans croiser le moindre gros ailerons.
Toujours excuser le bouledogue, fantasme du poisson vengeur, de l'animal qui fait payer aux humains ses fautes.....

7.Posté par Pendant ce temps, cabris y mangent salades le 31/05/2014 12:35
"Je suis en train de rassembler, synthétiser", "ca va prendre des mois"... toujours le même discours qu'on nous ressort tous les 6 mois depuis maintenant 3 ans. C'est vraiment nous prendre pour des imbéciles.
Ah oui, il faut laisser le temps aux études "scientifiques"...Mais que fait-on du temps de la réalité, du concret et de l'action ?
Pendant ce temps, la fréquentation touristique s'effondre, les hôtels ont moins de clients, et c'est tout le secteur touristique qui en prend un coup.

D'accord avec @5 : à l'étranger, on a entendu parler de nous à cause des requins et les gens ne
croient pas qu'on puisse se couper de l'océan tout en étant une ile au milieu de nulle part.

8.Posté par nsnf le 31/05/2014 12:51
Ah les OPRPNE sont de sortie surfeur de la wave ou pêcheur voir les deux qui connaissent tous mieux que tous le monde surtout ceux qui ne pensent pas comme eux .Si Bali est si pollue que ça faut pas s'etonner qu'il n'y ai pas un poisson/requin
Vous faites une activité de plein air et vous en assume pas les risques vive notre époque ou il faut toujours un responsable a ses erreurs... il est logique la mise en application de l’arrête...

9.Posté par Bobby le 31/05/2014 14:45
Dans 20 ans quand il auront finis leurs études aprpès 30 attaques, l'effondrement complet du secteurs du tourisme, des millions de dépensés pour des recherches qui ne trouvent rien, ils redemanderont des crédits pour en faire des nouvelles ....

Je ne suis pas contre la recherche, mais je pense que la sécurisation des sites ne doit pas atteindre les chercheurs ..... qu'on leur donne de l'argent puisqu'ils ont leurs lobbys parisien mais qu'ils n'empêchent pas la sécurisation des personnes , qu'ils ne tuent pas le tourisme ...

10.Posté par rrrrrrrrrrr le 31/05/2014 18:36
a post 8 Nsnf t: u n'a pas l'air de comprendre qu'auparavant c'était "safe", il y a avait une compétition de trihatlon en baie de Saint Paul par exemple avec des centaines de nageurs. Les surfeurd pouvaient se baigner jusqu'à la nuit, il n'y avait pas d'attaques sur la zone. Et les risques étaient assumés. Depuis combien de temps nous demandons la sécurisation ??? 3 ans, depuis que nous sommes passés d' 1 ATTAQUE par an sur l'ENSEMBLE DE L ILE à une demi douzaine par an sur ce petit secteur de Baie Saint Paul Saint Leu, soit un peu moins de 20 km de côte. Il ne s'agit pas d'ssumer ou non le risque mais de nouveau pouvoir profiter de l'Océan et de nos plages.

11.Posté par Manipulateurs le 31/05/2014 18:48
@9
Incroyable comme vous vous souciez du tourisme depuis 2ans et demi.........................................................................

12.Posté par à nsnf le 31/05/2014 19:54
Les risques dont tu parles ne sont assumés par personne nulle part dans le monde.
Il n'y a qu'à voir l'Australie de l'Ouest qui pour un pourcentage de risque bien plus faible a décidé de mettre des drumlines TOUT DE SUITE et sans faire encore des étude$$$ DEJA FAITES AILLEURS !!!
Et ce n'est pas parce que des abrutis dans ton genre nous disent qu'il faut qu'on accepte de se faire dévorer qu'on va pas se battre pour faire prévaloir le bon sens.
Un surfeur qui surfe encore et que tu peux venir rencontrer à la sortie de l'eau si tu as des c... (ce dont je doute)

13.Posté par Bobby le 31/05/2014 22:34
@ a a manipulateur

C'est vrai que ici l'emploi on a en a rien a faire, nous avons juste un taux de chômage de 30%, atteignant les 60 % sur la tranche des 18 a 25 ans ...

En quoi est ce de la manipulation ? Je vous invite a faire un tour sur la plage emblématique de l'Ile de la Réunion et de constater par vous même .... la manipulation c'est de faire croire que le problème Requin est uniquement un problème de surfeur alors qu'il est devenu aussi un problème économique impactant notre ile qui n'avait pas besoin de cela ..

14.Posté par nsnf le 01/06/2014 00:50
@poste 12 l'abruti comme tu (j'emploi aussi le "tu" comme il semblerait qu'on soit familier!!!) dis ,il a jamais dis qu'il fallait que l'homme se fasse dévorer mais assume la dangerosité de son activité pour moi aller en mer c'est comme faire du ski hors piste....
oui comme le dit le post 10 s'était plus safe avant ou on ne mesurait pas les risques vu le "peu" de mort...
ça les études coutent du pognon comme les pêches pour dans les deux cas des résultats plutôt médiocre si ce n'est faire plaisir/déplaisir aux extrêmes de chaque bord qui estiment que LEUR méthode/solution est la meilleur/bonne...
Je discute pas avec les extrêmes de tous bords ça campe sur ses positions dans un dialogue stérile et fait perdre son temps.
fait toi plaisir à continuer de surfer comme des dizaine d'autres mais si ça merde ce que je ne souhaite pour personnes, n'accuse pas Pierre Paul ou Jacques vous étiez informe des risques et on vous a pas mis un pistolet sur la tempe pour que vous alliez à l'eau...

Nouveau commentaire :
Twitter

4, cité Fontaine
97400 Saint-Denis

06 93 010 810
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales