Culture

Saint-Louis rend hommage au père du seggae Kaya

Parce que l'on ne peut l'oublier, l'association Balapako Productions et une dizaine d'artistes locaux et originaires de l'océan Indien organisent un concert gratuit, en hommage à Kaya. Disparu de façon tragique en 1999, le chanteur mauricien continue d'occuper les mémoires de nos artistes régionaux, des Mauriciens et des Réunionnais. A cette occasion, le fils de Kaya, Azaria Topiz, participera à cette grande fête programmée à l'Etang du Gol, ce samedi.


Saint-Louis rend hommage au père du seggae Kaya
Cela fait déjà plus de dix ans que le pape du seggae, Kaya (Joseph Réginald Topiz), nous a quitté tragiquement. Pour la troisième fois, l'association Balapako organisera un grand concert gratuit en hommage au chanteur mauricien, sur le site de l'Etang du Gol, à Saint-Louis, à 19 ce samedi 12 septembre.

Ce sont près de 4.000 personnes qui sont attendues. Une fois encore, c'est bien la philosophie qui découle de cet hommage qui a attiré l'attention de cette association et des différents musiciens invités parmi lesquels, Racine des Îles, Nattyrel Vibes, Hommage Kaya, Racine seggae le frère de Kaya, le réunionnais Letoyo ou encore le Mahorais Babadi.

"Il y a toujours une énergie positive dans ce monde"

C'est bien d'un message de paix dont il est question sur les lèvres des chanteurs présents. Letoyo, dont la carrière s'est accélérée depuis plusieurs années témoigne sur ce point : "Je suis très heureux de participer à un tel événement en mémoire d'un chanteur qui a diffusé des messages de paix toute sa vie. Notre musique est une force et représente un message positif, un message de paix universel. On veut, à travers ce type de concert, lancer un message positif. Il y a toujours une énergie positive dans ce monde où les affaires tragiques se multiplient..."

La qualité des artistes présents reflète également l'importance du message d'espoir que veut véhiculer l'association Balapako et son président Augustine Balaka. Un message d'espoir et un hommage pour ne pas oublier cet artiste, qui s'est opposé au pouvoir politique en place en demandant la dépénalisation du cannabis à l'île Maurice. Un hommage pour la population réunionnaise mais aussi mauricienne, cette dernière n'organisant des instants d'hommage que dans la confidentialité.

Présent à la Réunion, le fils de Kaya, Azaria Topiz, se dit heureux de voir que la population réunionnaise n'oublie pas son père. Il composera quelques sons ce samedi afin de voir quelles vibrations règnent localement. Des vibrations qui devraient attirer nombre de Réunionnais.

Kaya, un chanteur victime du communalisme et du fanatisme

Le 16 février 1999, le mouvement républicain décide d'organiser un grand concert en faveur de la dépénalisation du cannabis au Réduit, un quartier proche de Rose-Hill. Parmi les cinq invités, on retrouve le père du seggae, Kaya. Sur place, la presse mauricienne dénombre plus de 2.000 spectateurs qui, sous l'effet des revendications, allument leurs joints. Bien mal leur en a pris.

Le lendemain, les forces de l'ordre procèdent à l'interpellation de cinq personnes dont Kaya qui est incarcéré dans la tristement célèbre prison d'Alcatraz, dédiée aux dealers et autres criminels. Une somme équivalente à plus de 380 euros (10.000 roupies) est alors exigée comme caution pour une libération le 20 février. Malheureusement, la libération n'est programmée qu'au 22 février. Mais le 21 février, coup de théâtre, le chanteur est retrouvé mort dans sa cellule après avoir reçu de multiples coups, selon les résultats de l'autopsie pratiquée par un médecin réunionnais, le docteur Ramstein.

Du quartier de Roche Bobois où il est né, les émeutes s'étendent dans tout le pays et se voient être violemment réprimées dans le sang. Le chanteur de Racine Seggae, Renald Collet, qui est également né à Roche-Bobois, à Port-Louis, estime que "cette mort n'est pas celle que l'on a voulu nous faire croire. Mon frère n'est pas mort comme cela." Aujourd'hui encore, la douleur est présente et ce n'est que dans la confidence que sont organisées des moments d'hommage au chanteur dans l'île sœur.

Plus d'infos sur Kaya sur "Jahmusik.net "

Racine Seggae et Letoyo
Racine Seggae et Letoyo
Jeudi 10 Septembre 2009 - 17:37
Ludovic Robert
Lu 2792 fois




1.Posté par vivalarévolousionne le 10/09/2009 18:12
enfin quelque chose de positif a st louis

2.Posté par le logo du FLAMBOYANT SUR L'AFFICHE le 10/09/2009 23:25
Oui trés positif, vivalarévolution, mais ou coné lé partenaire avec qui, CLAUDE WARO, nana 4 mois les partenaires et la commune y travail dessus. Regard sur les affiches, nana logo nou fambloyant de la ville. WARO, WARO
Mais, ça l'autre ou pourra pas faire, parce que lu anti maloya. Lu veut seleument les Grands hommes AH AH AH AH

3.Posté par mauricien tribal le 11/09/2009 10:13
Oh….

Ki satima nouvo zot pé inflizer / Quel châtiment nouveau peuvent-il infliger
Kan to miltiplier to révolte / Alors que gronde ta révolte

Ki la loi pou servi parmi enn bann rebel / Et la Loi qui sert une bande de renégats

Enn bann synthétik enn bann ras viper / (!!!)

Pé viv artificiel / ... Zot conte natirel

Assez confier to namm avec bann ras viper / cesse de confier ton âme à cette bande de vipères

Noune fini fini fini fini dévoster / Nous autres, sommes déjà bien anéantis
Avec ' foss ' kiltir ek siperstition / Avec la fausse culture, et la superstition

Lesclavaz finn sanzé finn vinn miser noir / L'esclavage a évolué en une misère noire
Tou dimounes pran plaizir a fer le contraire / Nous tous qui prenons plaisir à faire le contraire

Pran bon pou pa bon / Confondre le bon avec le 'pas bon' (!!!)
Pran pa bon pou bon (...)

Kaya - Ras Kouyon

Devoir riss bisin vanne la rissesse / Le devoir des riches c'est de vendre la richesse
Devoir pov bizin éna lonneteté / Le devoir des pauvres est de rester honnêtes

Sa meme simé tone montrer moi / Et voilà le chemin qui se montre à moi
Sa meme simé ki mo pou passer / Le voilà ce chemin par lequel je vais
Sa simé la li alle laba meme / Ce chemin là, y va
Sa meme simé ki mo pou passer / Le voilà ce chemin par lequel je vais
Sa meme simé to finn mette moi / Le voilà ce chemin où l'on m'a emmené
Sa meme simé dir pou passer / Le voilà, ce chemin diificile
Sa simé la simé la limière / ce chemin, c'est le chemin de la lumière
Sa meme simé ki bizin passer / C'est celui là par lequel passer

Kaya - Simé la limièr

(*) traduit selon mon ressenti, et donc avec des distorsions, forcement.

Cela reste à écouter plutôt. Carrément. Définitivement !! Clicker ici > Joseph Réginald Topize, dit KAYA

4.Posté par bob le 11/09/2009 16:12
viva marihuana

5.Posté par excellence97420 le 11/09/2009 18:13
oui la première photo prouve bien qu'on peut être rasta avec le crane rasé !

Nouveau commentaire :
Twitter

4, cité Fontaine
97400 Saint-Denis

06 93 010 810
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales