Faits-divers

Saint-Leu : Un schizophrène condamné à deux ans de prison ferme pour agression sexuelle


Un  jeune saint-leusien d'une vingtaine d'années, Alexandre, a été condamné hier à trois ans de prison dont un avec sursis pour deux agressions sexuelles commis le même jour.

Déjà condamné pour des faits similaires en 2012, Alexandre s'en était pris à deux femmes le 5 avril dernier au cyber-base de la Chaloupe Saint-Leu. Il avait caressé le sexe d'une des employées de la structure, avant de s'en prendre à une passante à un arrêt de bus.

Reconnu schizophrène, le jeune homme, qui a reconnu n'avoir jamais eu de relation sexuelle avec quiconque,  nie les faits d'agression sexuelle mais demande tout de même pardon à ses victimes.

Avec sa condamnation à de la prison ferme, Alexandre devra suivre une obligation de soins avec interdiction d'entrer en contact avec ses victimes.
Vendredi 4 Septembre 2015 - 07:16
.
Lu 1117 fois




1.Posté par amisjusquaubout le 04/09/2015 09:47
On est dans une société qui interdit la tendresse aux grands enfants, la seule issue étant alors le transfert de ce besoin affectif d'identification et de fusion non résolu (à l'origine éprouvé avec ses parents, puis ses camarades, puis ses copains copines) dans la sexualité génitale alors perverti car honteuse et frustrée, qui explose ou "implose" scellant alors les névroses entre 19 ou 21 ans, généralement, ou explosant en psychoses, perversion narcissique, et autres symptôme du même mal "noyau psychotique" (celui là même qu'on surnomne le Diable) plus ou moins caché par des convenances sociales et manière de faire semblant d'être...

À la base: avoir eu peur, dans l'entourage de la personne, de s'aimer, de s'abaisser à éprouver de la tendresse (c'est pas viril, ou on a besoin de contact), s'être senti honteux, jugable, souillé (dans ce besoin de contact), non conforme au dickat social.

habituellement cela est noyé en alcool, en addiction pour les sucres (bonjour le diabète à venir sur notre belle île), en addiction frénésique pour les réseaux sociaux, ce "manque de câlin" est peut être le trou noir dans lequel s'effonde notre société aussi beau soit elle la nature autour qu'on s'empresse alors de dégrader par inconscience...

ce qui est proposé alors: des drogues, des thérapies mentales, symboliques, mais pas encore, ça jamais ce qui est plus profondément attendu... un acte d'Amour véritable dans lequel la personne peut être elle même acceuillie, non pas comme un adulte à soigner, mais bien un enfant qui a encore besoin de grandir, de pleurer, d'être consolé de tout ce manque cumulé, et surtout besoin de contact affectifs concrêts...

ces troubles psychologiques majeurs sont le résultat d'une carence de construction typique du monde occidental qui est du niveau de conscience de bébé, d'enfant en bas âge, qui se contacte par la fusion affective et les émotions, parfois avec l'aide de musiques aimées en enfance, les câlins, les étreintes, le contact avec les éléments naturels... Mais nous devons, pour avoir droit à exister, simuler faute de l'être pleinement, des adultes plus ou moins bêtes de sexes, tous les clips musicaux, la littérature people, les modèles d'identification, le diktat social ambiant l'impose.

pauvres de nous...

Nouveau commentaire :
Twitter


Dans la même rubrique :
< >

Dimanche 4 Décembre 2016 - 08:15 Saint-Paul: Un scootériste décède

4, cité Fontaine
97400 Saint-Denis

06 93 010 810
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales