Social

Saint-Joseph : "Trois murs de boue ont détruit tout ce que j'avais..."

Si la majorité des sinistrés du Sud de l'île ont tout perdu dans la nuit de dimanche à lundi, il n'en a pas été de même pour une habitante de la Cité Bras-Panon dans le quartier de Vincendo à Saint-Joseph. Cette personne âgée a tout perdu après que plusieurs torrents de boue soient venus dévaster son appartement sur la seule journée d'hier...


"Moin la pleuré... moin la pleuré... mais après i fo rode un solution..." : se sont ces mots qu'a prononcé Marie Thérèse Hoareau après avoir tout perdu hier. Si le déluge a débuté dans la nuit de dimanche à lundi, c'est bien la journée de lundi qui s'est apparentée à un cauchemar pour cette personne âgée. Non dénuée de sagesse et de force, elle estime n'avoir perdu que du matériel et se dit heureuse d'être encore saine et sauve.

"Dimanche soir, moin la mem pas entendu la pluie... Ma la réveillé les pieds dans la boue mais n'avait une fine couche et té rien comparé le reste de la journée. Ma la appel mes voisins et les pompiers mais zot té gain pa déplacé... Ma fille la rivé pour un état des lieux avec les propriétaires... Vers 13 heures 30, la pluie la recommencé encore plus fort, la redouble de force... " déclare Marie-Thérèse Hoareau.

En plein nettoyage... le mur de boue!

Alors qu'elle terminait le nettoyage de son appartement après une première inondation, un véritable mur de boue s'est rapidement introduit dans le logement de cette locataire, détruisant et emportant tout sur son passage; les fortes pluies avaient recommencé.

C'est en réalité une ravine improvisée et composée de boue et de déchets verts qui s'est formée en amont du logement. Situé dans une pente, à l'image de toute la cité "Bras-Panon", l'appartement de Marie Thérèse Hoareau était sur le passage obligatoire du torrent de boue qui a fini par faire sauter une cloison du logement. Vers 23 heures, hier soir, le cauchemar n'était pas terminé. Un énième torrent de boue faisait, à nouveau, son apparition dans l'appartement de la vieille dame inondant et détruisant tout ce qui pouvait encore être sauvé...

En attendant l'expert

Vêtements, meubles, lit, machine à laver, frigo, électroménager, nourriture : tout a été détruit... Vers midi, le vice-président du CCAS (Centre communal d'action sociale) de Saint Joseph, Harry Mussard, s'est rendu sur les lieux afin de soutenir la locataire et constater les nombreux dégâts pour tenter d'apporter une réponse sociale et matérielle à cette personne en détresse. Cet après-midi, c'est un expert en assurance qui doit se déplacer sur les lieux sinistrés pour un état des lieux...

La vie reprend peu à peu son cours à Saint-Joseph, mais ce sont bien sur ces plaies béantes qu'il va falloir tout reconstruire.
Mardi 7 Avril 2009 - 14:00
Ludovic Robert
Lu 1167 fois




1.Posté par Choupette le 07/04/2009 15:19
Bizarre quand même. Une tempête sur Madagascar et c'est le sud de La Réunion qui a les pieds dans l'eau !
Heureusement qu'il y a des aides, de nos jours. Dans les années 60, lorsque l'eau montait et atteignait le matelas, on se réfugiait chez des voisins. Il fallait attendre 2 jours que l'eau redescende et autant de jours pour tout nettoyer et tout sécher. Mais, jamais une plainte. On devait se débrouiller avec nos petits moyens et laisser faire la nature.

Les gens ne sont plus livrés à eux-mêmes, heureusement (je me répète) !

2.Posté par bertel le 07/04/2009 17:50
"1. Posté par Choupette le 07/04/2009 15:19"

Un peu facile comme commentaire Choupete, avec tout le respect que je vous dois ! Tout n'est pas prévisible, certes, mais il faut aussi savoir entendre la détresse de ces gens car il y a souvent un responsable, voire une cause.

Comme nous ne sommes pas à Madagascar et en 1960, il est normal que les gens cherchent à comprendre, pour ne plus vivre ce qui n'est pas dramatique lorsqu'il n'y a pas de mort mais qui peut se révéler catastrophique pour plus d'un.

Les causes, on les connaît. Je me permets d'en lister quelques-unes... qui se sent concerné complètera :
- individualisme de celui qui a les moyens et qui, en toute logique au lieu de canaliser l'eau qui passe sur son terrain, va la détourner avec force murs blindés,
- incompétence des élus avec trop de mandats qui ne se donnent plus le temps de parcourir leurs communes, à pied, et d'être à l'écoute de leurs administrés,
- erreur d'avoir confié la délivrance de permis de construire aux mairies,
- inconscience de ceux qui veulent, par exemple sur moins de 2000 m2 de terrain et sans déclaration, construire "in tit case pou chakin zot band marmay";
- inconscience des mêmes qui négligent le COS ( Coéficient d'Occupation des Sols ) et qui bétonnent à tout va leurs quelques m2,
- insuffisance des crédits à dédier aux travaux indispensables pour redimensionner les réseaux d'évacuation et de l'adapter à l'évolution démographique,
- mauvaises habitudes qui consistent à jeter tout et n'importe quoi n'importe où, ( l'eau qui coule ne fait pas de tri )
- ....

bertel

Nouveau commentaire :
Twitter

4, cité Fontaine
97400 Saint-Denis

06 93 010 810
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales