Social

Saint-Denis : 40 emplois menacés au service restauration de l'hôpital d'enfants


Photo : Hôpital d'enfants de Saint-Denis
Photo : Hôpital d'enfants de Saint-Denis
Depuis ce matin, les salariés de la cuisine centrale de l'hôpital d'enfants sont en grève. Travaillant pour le compte de la société SO Prestiles, ils dénoncent le transfert de marché de la restauration collective de l'hôpital (établissement géré par l'Association Saint-François d'Assise/ASFA) vers une autre entreprise avec le risque de voir 40 emplois disparaitre.

Soutenus par la CGTR et la CFDT dans leur combat, ils protestent contre l'inertie dont font preuve toutes les parties dans ce conflit. "Que ce soit du côté de nos directions ou de l'ASFA, tout le monde se renvoie la balle", explique Jean-Luc Résan, secrétaire adjoint de la fédération commerce et service de la CGTR. Cette grève fait suite au résultat d'un appel d'offres passé par l'ASFA qui a vu une nouvelle entreprise remporter le marché. Le risque de voir près de 40 salariés laissés sur le carreau est bien réel selon les syndicats.

"Pourtant dans l'appel d'offres il était bien signifié la reprise du personnel", poursuit-il. L'autre société qui a remporté le marché est "mal vue" du côté des syndicats. "Un précédent a eu lieu dans une autre cuisine centrale d'une école de Saint-Denis. Il y a eu des licenciements", souligne Jean-Luc Résan.

La situation presse. Le nouveau contrat doit entrer en vigueur le 1er septembre prochain. En attendant, un référé a été déposé devant le tribunal administratif de Saint-Denis. Enjeu, faire suspendre le nouvel appel d'offre jusqu'à garantie des emplois. Seule certitude, une douzaine de salariés seraient d'ores et déjà repris par la nouvelle société. "Ils étaient déjà embauchés par l'ASFA", explique Jean-Luc Résan.

La société SO Prestile a mis sa production à l'arrêt. Seule la livraison des maisons de retraite et de l'hôpital d'enfants ont été assurées ce mardi. "Nous ne voulions pas les pénaliser", précise le secrétaire adjoint de la fédération commerce et service à la CGTR.

Une réunion doit se tenir en fin de journée avec l'ensemble des salariés pour décider ou non du maintien de la grève avant une rencontre prévue avec la direction de l'entreprise dès demain.
Mardi 26 Août 2014 - 15:06
Lu 1604 fois




1.Posté par noe le 26/08/2014 16:52
Il y a sûrement moins d'enfants malades ... ou des appareils de cuisson modernes au top , des robots qui remplacent les employés trop lents ...
On le saura bien vite !

2.Posté par chikun le 26/08/2014 16:55
Beaucoup d'enfants ont des problèmes d'obésité. Il faut combattre ce fléau .

3.Posté par JANUS le 26/08/2014 18:08
Cher Noé,

Le problème n'est pas lié au nombre d'enfants accueillis à l'hôpital d'enfants ... Mais à la capacité de la Direction de l'ASFA à gérer et à prévoir l'avenir ...

Si vous remontez dans le temps, vous saurez que tout le personnel des cuisines de l'ASFA étaient employés par l'ASFA ...
Ils ont ensuite été transférés dans une filiale de la SODEXHO ... qui est ensuite devenue une entreprise locale sans aucun lien avec la SODEXHO ... Puis ensuite devenue SO PRESTILES ...
Et maintenant tout est encore transférer dans une entreprise ...

On peut se demander pourquoi tous ces changements ...

Le premier transfert à la SODEXHO prévoyait que celle-ci devait reverser à l'ASFA, tous les ans, 70 000 € de "royalties" ... Le Comité d'entreprise de l'ASFA (10 ans après) se demande toujours si cet argent a réellement été versé ... et à qui ?

Lorsque la SODEXHO s'est retirée, suite à un détournement d'argent dans sa filiale, l'entreprise qui s'est créée localement, a été faite sous seing privé, et personne n'a jamais su qui en étaient les actionnaires ... Pourquoi de manque de transparence ?

Il y a eu ensuite encore de nombreuses modifications dans ce contrat de prestations ...

Les employés de SO PRESTILES sont habilités à savoir ce qui s'est passé ... Comment et pourquoi ils en sont là, avec le spectre d'un licenciement en perspective ...

Il ne faut pas oublier que tout cela se fait avec de l'argent public, venant du Conseil général et de l'ARS ... Avec notre argent ... Nous devrions tous être habilités à demander des comptes à l'ASFA ...

4.Posté par question bête le 26/08/2014 19:44
il est clair que les économies réalisées par les associations gestionnaires, portent sur les prestations qu'elles peuvent soustraiter.
en effet, un salarié relevant de la CCN51 ou de la CCN66 (tiens..ne dit on pas que les CCN ne sont pas applicables à la Réunion..mais pas dans le médico social..Allez comprendre!) coûte 20% de plus qu'un salarié qui ferait parti de l'effectif sous traité.

Hélas, d'un côté, l'Etat et le CG financent plein pot ces postes qui sont "outsourcés", de même que les postes liés au ménage.


courage aux camarades concernées.
honte à la direction de l'ASFA si effectivement, les 40 salariés en question ne seront pas repris.

par ailleurs, le comité d'entreprise a tout à fait les prérogatives de connaître l'identité des actionnaires des sociétés retenues dans le cadre des marchés passés par l'ASFA..pour cela, il suffit qu'elle pose la question à l'expert comptable du comité d'entreprise...qui a un droit d'accès étendu aux informations économiques et financières...s'il y a un loup...il sera donc bien vite repéré..

tienbo larg' pas !

5.Posté par KLOD le 26/08/2014 22:19
A 3 et 4 : cela fait plaisir de lire des intervenants avec des arguments structurés et sans haine ni acrimonie sur ce site . bravo ! Cela change !

6.Posté par ASFA DEMISSION le 27/08/2014 13:04
pourquoi licencier 40 personnes ??? la restauration continue, les gramounes vont bien devoir manger, les enfants aussi .... Alors pourquoi ???
La direction de l'ASFA touche combien à faire cela ???? Que fait le CE de l'ASFA ???

7.Posté par JANUS le 28/08/2014 08:52
@ KLOD

J'essaie toujours d'être mesuré dans mes propos, même si parfois la colère est présente ...

L'ASFA a un "profil" particulier ... C'est une Association Loi 1901 qui s'occupe des plus "nécessiteux" (Enfants malades, personnes âgées, personnes handicapées, ...) depuis environ 90 ans ...
Elle bénéficie de dons particuliers et de subventions publiques ...

Elle se prévaut de valeurs humanistes réelles, et ne peut que susciter la sympathie ...

Malheureusement depuis quelques années, elle est gérée d'une façon étonnante par de vrais "politiciens" qui se moquent complétement de ces valeurs humanistes ...

Comment peut-on accepter que cette association qui a 42 millions d'euros (vous avez bien lu : 42 M€) de fonds propres, donc de trésorerie, puisse refuser le paiement de location d'un bus à 1000 €, pour emmener des enfants malades à la plage, ou des personnes âgées faire un tour de l'île, afin de les sortir de leur contexte quotidien ?

Comment peut-on accepter que cette association qui dort sur un matelas de 42 millions d'euros, ne paie pas plus d'infirmiers pour assurer la sécurité des personnes âgées grabataires de ses maisons de retraite ???

La liste est longue de ces dysfonctionnements (petits et grands) existant dans cette association Loi 1901, sous de futiles prétextes financiers ...

Quand la santé et la sécurité de ces "patients" est en jeu, cette association préfère ne pas faire, sous prétexte que le Conseil général où l'ARS ne donne pas suffisamment de subventions ... Alors qu'elle pourrait piocher dans ses réserves propres pour assurer ces paiements ...

Drôle de mentalité de la part de ses dirigeants ... Loin des valeurs humanistes de l'association ...

Nouveau commentaire :
Twitter

4, cité Fontaine
97400 Saint-Denis

06 93 010 810
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales