Politique

Saint-Denis 2ème canton : Alain Zanéguy : "J'ai le soutien de la population"

En 2004, Alain Zanéguy avait remporté le siège de conseiller général du deuxième canton de Saint-Denis. Au second tour, cette année-là, il battait le candidat de l'UMP Albert Lebon grâce à 65% des suffrages. Actuel 7ème vice-président du Conseil général pour 5 mois encore, Alain Zanéguy lance progressivement sa machine de campagne et s'assure du soutien des militants et de la présence "d'amis" pour officialiser prochainement sa candidature à un second mandat.
Taximan de profession, Alain Zanéguy s'engage sur la liste Michel Tamaya en 1995 où il sera conseiller municipal jusqu'en 2001. L'année d'après, aux cantonales partielles déclenchées pour cause de cumul du nouveau député Victoria, il se présente pour la première fois en son nom, face notamment au candidat du Parti socialiste Mickaël Nativel. L'échec ne dure pas longtemps. En 2004 pour les mêmes cantonales, il se présente sous l'étiquette MRA (Mouvement La Réunion Autrement) où il est élu conseiller général.
Ce dimanche 10 octobre 2010, ils étaient près de 500 personnes (selon Alain Zanéguy) à venir le soutenir pour une candidature sur le 2ème canton de Saint-Denis. Il revient pour nous sur le bilan de la mandature de la majorité départementale dont il fait partie et nous livre sa réflexion sur un nouveau mouvement qu'il souhaite initier pendant cette campagne. Entretien avec le conseiller général sortant.


Saint-Denis 2ème canton : Alain Zanéguy : "J'ai le soutien de la population"
Ludovic Grondin : Le fait de briguer un second mandat était-il si évident ?

Alain Zanéguy : "Je ne saurai pas donner une date précise du début de ma réflexion mais disons que les encouragements que je reçois de la population font que je me décide à me présenter. J'ai le soutien de la population. La question que j'ai souhaité poser aux militants et futurs électeurs c'était un peu : "Si vous pensez que j'ai fait du bon boulot, alors pourquoi ne pas continuer".

Votre rassemblement de dimanche avait tout l'air d'une déclaration de candidature ?

"C'était un rassemblement du comité de soutien du candidat Zanéguy, tout simplement. C'était l'occasion de faire l'état des lieux des soutiens en présence. Depuis la fin des régionales, j'ai ainsi récolté 700 signatures de soutien. Il s'agit, je tiens à le préciser, de signatures spontanées !"

Des signatures de personnes influentes de l'Alliance ou de simples habitants de votre canton ?

"Ce sont des signatures de gens de base, des militants ou des sympathisants".

Le soutien de personnalités de l'Alliance telles que Eric Fruteau, lors du rassemblement cette fois-ci, doit venir vous conforter dans votre décision de vous présenter ?

"Eric est un ami. J'apprécie sa démarche qui consiste à dépasser les critères de son parti lorsque l'intérêt général est en jeu".

Justement, dans quelle mesure l'étiquette "candidat de l'Alliance" fait-elle voter sur votre nom ? Saurez-vous faire la part réelle de l'influence du candidat Zanéguy par rapport à l'Alliance ?

"L'étiquette "Alliance" doit jouer c'est sûr, elle est visible et très connue mais je pense et j'espère que ma personnalité, mon action propre représentent plus de 50% des intentions de vote en ma faveur".

Vous faites donc partie de l'Alliance mais vous avez envisagé, lors de votre rassemblement, la constitution d'un autre mouvement pour ces cantonales. N'est-ce pas contradictoire ?

"L'idée de bâtir un nouveau mouvement est simple. Par exemple, au Département, les avis sur différents sujets ne s'arrêtent pas à la couleur politique. Il y a des thèmes sur lesquels nous devons nous entendre pour faire avancer les dossiers. L'idée du mouvement est en réflexion pour le moment. Il devrait réunir mes sympathisants. L'idée, c'est de rassembler des personnes issues de la société civile. Voyez, autour de mon nom, j'ai réussi à mobiliser 500 personnes pour ce rassemblement et 700 signatures, je trouve que c'est pas mal quand on pense que des partis peuvent avoir du mal à réunir 1.000 personnes, y compris en mettant des bus à disposition. Alors…"

Vos débuts en politique commencent réellement sous la mandature municipale de Michel Tamaya (PS) à Saint-Denis dans les années 1990. En 2002 puis 2004, vous vous présentez sous l'étiquette MRA, un mouvement satellite de l'Alliance. Pensez-vous que votre positionnement soit assez clair auprès de la population ?

"Je n'ai pas de carte au PCR. La liste de Michel Tamaya en 1995 était une liste d'ouverture aux personnes issues de la société civile et non une liste du Parti socialiste uniquement. Aujourd'hui, je suis de l'Alliance qui regroupe des composantes multiples au Conseil général, voilà tout".

La campagne des cantonales est déjà dans les têtes. Quel est le bilan que vous dressez de la mandature sortante au Conseil général justement ?

"Le bilan est en grande partie la conséquence du contexte économique que l'on a subi. Il y a une très très forte pression. Le Conseil général doit répondre aux 15.000 emplois perdus dans le bâtiment ces deux dernières années. Ces personnes viennent gonfler le quota des bénéficiaires sociaux que nous devons gérer. Aujourd'hui, je ne parle plus de contrainte budgétaire mais je parle de "réalité budgétaire". Il faut toujours répondre aux 20.000 personnes âgées qui bénéficient du chèque santé. Le Conseil général, c'est aussi l'aide à l'amélioration de l'habitat qui doit se poursuivre. Malgré la situation, nous maintenons les 180 millions d'euros d'investissement annuel du Conseil général".

Et si les transferts de compétences de l'Etat vers la collectivité départementale ne sont pas compensés financièrement ?

"Nous devrons réduire les investissements. Mais prenons l'exemple du RSA (ndlr : Revenu de solidarité active dont l'application se fera à partir du 1er janvier 2011), c'est un réel progrès social. La question est de savoir comment nous allons réussir à utiliser cet outil RSA ? Il y a eu le RMI qui existe depuis, on va dire trente ans, mais il n'a jamais permis de transformer cette aide en de l'emploi durable. Malheureusement, le RMI, qui était une bonne idée, a rendu beaucoup de personnes dépendantes. On s'est éloigné du but initial. Nous ne devons pas commettre la même erreur avec le RSA".

Dans le volet "social" justement, revenons sur le dossier ARAST qui fait encore l'actualité ces jours-ci. Pour une majorité qui se veut de "gauche", comment comptez-vous défendre et justifier l'attitude de la majorité sur cet échec social ?

"On a fait preuve de responsabilité sur ce dossier. Il fallait prendre cette décision car si on avait attendu, ce n'est pas une ardoise de 10 millions d'euros qu'on aurait eu à payer... . Il fallait prendre cette décision, il s'agissait de garantir la bonne utilisation des deniers publics. De toute façon, il était évident que ce devait être l'AGS qui devait payer".

Concernant votre canton cette fois-ci, de quoi êtes-vous le plus fier dans le travail effectué dans les six années de votre mandature ?

"Le mot "fierté" est mal placé. Toutes les actions que j'ai mené dans mon poste d'élu du Conseil général, je les ai menées aussi dans un intérêt plus grand, celui du département de La Réunion. Quand vous défendez les habitants de votre canton, vous finissez par défendre la population au niveau du département".

Quelle sera la méthode et le calendrier du choix du candidat de l'Alliance sur votre canton ?

"Je ne sais pas. Rien n'est joué car les cantonales sont une une élection particulière. Quelqu'un peut émerger dans les mois à venir. Il faut rester prudent".

Question d'actualité oblige. La réforme des retraites finit d'être débattue au Sénat. Évidemment, la gauche joue son rôle d'opposition quasi systématique. Qu'aurait-elle pu faire de mieux que ce qui a été présenté par ce gouvernement ?


"Cela ne me gêne pas du tout que, dans l'idée, on se dise que le contexte a changé. Il ne faut pas compter sur l'immobilisme permanent ou jouer à l'opposition systématique. Je rappelle quand même qu'il y a quelques mois, Martine Aubry avait annoncé qu'elle n'était pas contre l'idée d'aller vers une retraite à 61 ou 62 ans. Avant de se raviser devant les remontrances insistantes de ses compagnons du Parti socialiste".
Mardi 12 Octobre 2010 - 07:43
Ludovic Grondin
Lu 2068 fois




1.Posté par Strog le 12/10/2010 08:01
L'erreur grossière que fait Zanéguy est effectivement de se présenter comme candidat de l'Alliance mais d'annoncer aussi qu'il va créer un parti politique. L'épisode du MRA aurait pu le vacciner mais non, il veut exister et comme il n'a pas tout à fait confiance dans l'Alliance, il prépare une petite manoeuvre politicienne avec un nouveau micro parti qui sera à sa dévotion. Si on y ajoute l'épisode peu glorieux des Duranta, on peut douter que Zanéguy soit réélu en mars prochain

2.Posté par lol le 12/10/2010 08:15
Mr ZANEGUY c'est un homme de gauche pourtant et regardez plus haut ce qu'il dit pour les retraites au sujet de Martine AUBRY :
Cela ne me gêne pas du tout que, dans l'idée, on se dise que le contexte a changé. Il ne faut pas compter sur l'immobilisme permanent ou jouer à l'opposition systématique. Je rappelle quand même qu'il y a quelques mois, Martine Aubry avait annoncé qu'elle n'était pas contre l'idée d'aller vers une retraite à 61 ou 62 ans. Avant de se raviser devant les remontrances insistantes de ses compagnons du Parti socialiste".
Tout est dit et on voit comment le PS manipule les gens, que sera demain si la mère Martine est Présidente. A méditer

3.Posté par ti rouge le 12/10/2010 08:15
Mr Alain Zanéguy risque d'avoir des surprises, les électeurs du 2 canton sont volatiles comme lui (RMA, PS, ALLIANCE voir UMP). même si on dit dans le milieu qu' Annette va faire en sous-marin pour Alain Zanéguy.

4.Posté par avatar le 12/10/2010 08:20
cOMBIEN de personne vote sur le deuxiemme canton et combien de coco et d enfant etait present pour ce spetacle d existence moin de 100 ces avec ça" fais pitié" veut gagné les elections un employer du cg le faisait peur et avait plus de chance de le battre a plein coutture et ceux monsier ces plaint a la pte pour l eloigné. son bilan montre sa sournoiserie vue pendant sa mandature le vol qu il a commis j aurais été lui j aurais resté chez moi parce pendant la campagne il aura a suporté tous cé quolibet et s il sort pas vainqueur sa sera la disparision. IL oublie qu il etait sous les couleurs du MRA alain armand qui risque d etre candidat lui aussi et meme le battre facilement, bonne chance et arrete de faire pitié la campagne ne fais que commencé;

5.Posté par lolo le 12/10/2010 08:24
Mais comment peut-il être encore là lui? :
(...)

6.Posté par GRENADE974 le 12/10/2010 08:32
J'ai le soutien de la population....qu'est-ce que cela veut dire ? Je suis sur le 2ème canton et je n'ai jamais vu l'ombre de cet homme, encore moins les actions concrètes sur le secteur.
Alors messieurs les politiques un peu de décence.

7.Posté par Fabien le 12/10/2010 08:48
La honte au bout du chemin!

Pris la main dans le sac pour avoir chapardé quelques plantes vertes sur une propriété privée, Alain Zaneguy, conseiller général du deuxième canton de Saint-Denis a sans doute la mémoire courte. Rappel des faits avérés par une minutieuse enquête policière qui lui ont valu un simple rappel à la loi il y a tout juste quelques mois.
Notre élu jardinier s'était attelé à subtiliser de magnifiques Duranta, vanilliers marron, pour orner, comme il se doit, ses quatre somptueuses villas nouvellement sorties de terre. Valeur marchande du butin, 80 euros sonnants et trébuchants.
Déjà échaudé par la perte frauduleuse de quelques pieds de ces fameux arbustes d'ornement, l'agriculteur lésé interpellait diplomatiquement l'inconnu qui rôdait aux alentours de son champ, au volant d'une Toyota. L'homme pris en tenaille prétextait une malencontreuse panne d'essence pour se dédouaner comme il peut. Mais l'agriculteur, droit sans ses bottes, ne fut pas convaincu de la réponse approximative du supposé coupable. La victime remarquait de plus les objets du délit dans le coffre entrouvert. Débusqué, une patrouille de police appréhendait manu militari le contrevenant élu, et l'emmènait sirène hurlante au commissariat Malartic. La suite, on la connaît tous: branle-bas de combat. Procureur général, préfet, présidente du Conseil Général étaient mis au courant. En tout état de cause, Alain Zanéguy devrait méditer cet acte honteux avant de songer à se présenter devant les électeurs...

8.Posté par Jonas le 12/10/2010 09:19
Bravo à Mr Grondin enfin de l'information politique de terrain, marre de toujours lire du Didier Robert... De la Nassimah etc

9.Posté par Gadja le 12/10/2010 10:13
Ce monsieur, comme je le lis plus haut , possède 4 villas et +, il essai d'acheter les gens avec un morceau de poulet grillé, des achards gatés et des samoussas carbonisés. La boisson a coulé à gogo à son rassemblement, il invite les gens à un grand pique-nique, avec soi-disant repas et boissons à volonté , sans leur dire que c'est pour son comité de soutien. Par ces temps de crise, beaucoup de malheureux de rmistes du quartier viennent pou un gazon manzé, et ils ont raison. Quelle honte d'attirer les gens de cette façon, et faire croire à la presse que les gens sont venus pour le soutenir. Mais où donc prennent -ils l'argent pour financer ce genre de manifestations. Tout le monde est en branle bas de combat. Nassima est sur tout les fronts, elle occupe la presse tout les jours, elle décroche les bises à gogo, il fallait la voir à la fête de la famille, elle est partout je vous dis, quand à Ibrahim Dindar, celui qui a gagné les élections par défection négocié de la gauche, car il avait peur de se prendre une raclée, si j'étais à sa place, je fermerai ma "g...e" et mi serait allé caschiette dans un trou, pour qui se prend-il pour donner des leçons. Tous ces gens soit-disant sociale gaspille notre argent pour leur communication, pour brasser du vent , mais malheureusement , il y a encore de pauvres bourriques pour les croire.

10.Posté par non non et non le 12/10/2010 11:35
non Mr Zanaguy vous avez tort en ce qui nous concerne, j'habite le 2eme canton et nous ne voterons pas pour vous tant que vous soutiendrez la politique DEVASTATRICE de NASSIMAH nous serons contre vous je crois que vous n'ecoutez pas les militants que vous envoyez faire du porte a porte sur Ste Clotilde. le conseil général avait la possibilité de sauver l'ARAST et vous le saviez tres bien puisque depuis janvier 2009 lors d'une réunion au Cabinet vous avez décider de liquider l ARAST pour faire place nette pour Corbeille d'or et qui dirige cette structure? Arretez vos magouilles plus personne n'est dupe

11.Posté par cecilia le 12/10/2010 11:39
AU SECOURS monsieur Z revient. Un conseil habitants du deuxième canton de st Denis RANGER VOS PLANTES VERTES, et donnons lui une bonne raison de ne plus revenir dans six ans en l'éliminant de la scène politique.

12.Posté par pseudo jetable le 12/10/2010 14:12
La question que j'ai souhaité poser aux militants et futurs électeurs c'était un peu : "Si vous pensez que j'ai fait du bon boulot, alors pourquoi ne pas continuer".
Encore un rigolo qui pense être irremplaçable avec ce type de « question ? » 15 voitures sur le parking de patate à durant, une sono qui hurle et 35 personnes qui sont venu manger du poulet grillé suffissent pour créer son partie et se croire le maitre du monde. Il faudrait que les personnes âgées, les personnes défavorisées, les parents d’enfants en danger et les ex salariées de l’arast qui ont subi l’incompétence de ce politicard lors de son intervention à la salle candin ou pendant les différentes réunions de programmation de la mort de leur outil d’accompagnement ou de travail se souviennent de ce monsieur spécialisé dans le jardinage au mois de mars. Avant la coupe canne à la réunion on affute nos sabre, il est temps d’en faire autant avec nos cartes d’électeurs pour éradiquer cette catégorie de personnage du monde politique. Je pense aussi à ces petits amis de la majorité zembrocal du CG.

13.Posté par Lanklime le 12/10/2010 14:24
Qté L'âne guy dis a moin si ton lapin i mange encore durantas?

14.Posté par foxi le 13/10/2010 01:17
Saint-Denis 2ème canton : Alain Zanéguy : "J'ai le soutien de la population"
------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
Cà c'est une réplique de western, vous savez la scène du cow-boy qui va être pendu et qui dit à la foule qui le porte et soulève "j'ai le soutien de la population".......

15.Posté par Myrddhin le 18/10/2010 02:29
b[idem j'avais vu ce monsieur dans le secteur de la rue de Sainte-Marie, normal on vote à droite, donc on est pas assez bien pour lui..... pourtant son positionnement sur les retraites m'étonne quelques peu, il ne veut tout de même pas l'investiture UMP ? :)

16.Posté par Kirikou le 17/12/2010 21:24
Monsieur ZANEGUY a raison de dire qu'il faut rester prudent dans ses cantonales et que d'autres personnes peuvent émerger sur ce canton et compromettre ses résultats. Une information circule sur la probable candidature de Corine ARLONDON, seule femme pour l'instant ! On en dit du bien, reste à voir !!!

Nouveau commentaire :
Twitter

4, cité Fontaine
97400 Saint-Denis

06 93 010 810
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales