Faits-divers

Sa réinsertion était bien partie…un coup de poing fiche tout en l’air !

Correctionnelle Sud – Mardi 9 février 2016 :


Vincent a réellement cherché, et trouvé du travail à la mairie du Tampon
Vincent a réellement cherché, et trouvé du travail à la mairie du Tampon
On eut avoir un casier long comme une nuit sans sommeil et être malgré tout en voie de réinsertion. Une route difficile, semée d’embuches, avec des crevasses qui deviennent des gouffres. C’est ce qui s’est malheureusement produit pour Vincent.

La trentaine sportive, bien mis, poli, cohérent dans son propos, Vincent peut se targuer d’un CV copieux. Pas moins de 11 mentions, essentiellement pour violences diverses, aggravées ou pas, menaces de mort plus quelques bricoles sans intérêt. La prison, il connaît. Trop sans doute, ce qui l’a poussé dans la voie de la réinsertion et ce n’est pas de la frime, de l’intox.

Au cours de ses diverses « permissions », entendez les périodes non embastillées, Vincent a réellement cherché, et trouvé du travail à la mairie du Tampon. Fiches de paye à l’appui. Le juge de l’application des peines lui avait d’ailleurs accordé le régime de la semi-liberté afin de favoriser une réinsertion sociale qui semblait très bien partie.

Mais alors ?...

Alors ? Le 31 décembre dernier, Vincent réintègre sa cellule de la prison de Saint-Pierre avec un sérieux handicap : il a eu des ennuis à l’extérieur, a sans doute picolé et prend très mal les remarques qui lui sont faites par le sous-directeur de l’hôtel de Cayenne.

On le colle donc en cellule pour lui apprendre à vivre et un peu plus tard, lors d’une tentative d’explication, il bugne sévèrement le même sous-directeur. Lequel dit à la barre qu’il n’y comprend rien puisque ce détenu, réellement sur la bonne voie, n’a jamais réagi de cette façon.

« C’est un gâchis lamentable, a souligné le substitut Bernard, car cet homme semblait réellement vouloir reprendre sa place dans la société. Et voici qu’il gâche tout en quelques minutes ! Il était libérable en septembre prochain et ne parvient pas à se maîtriser. Ses tendances à la violence sont illustrées par son casier judiciaire ». En fonction de quoi l’accusateur réclame 18 mois ferme supplémentaires.

La défense n’a pu que solliciter la clémence du tribunal, « étant donné que suite à son débordement, il a déjà subi 30 jours de quartier disciplinaire, peine très lourde, quasiment jamais décidée à la prison ».

Le tribunal s’est arrêté à 10 mois ferme plus 2600 euros d’amendes diverses.

La commune du Tampon a fait valoir que son contrat de travail ne serait pas annulé… à condition qu’à sa sortie de prison, il lui reste encore des mois à bosser. Vu la condamnation (qui s’ajoute à la peine actuellement subie), ça semble mal barré.
Mardi 9 Février 2016 - 15:53
Jules Bénard
Lu 2100 fois




1.Posté par Ah,ah! le 09/02/2016 16:32
Il sera pris comme nervi sans doute !

2.Posté par Eno2016 le 09/02/2016 16:37
Il s'est défendu tout simplement ...
S'il fallait tj compter sur les flics , on ne serait jamais sorti de la brasserie !

3.Posté par Choupette le 09/02/2016 18:28
" ... plus quelques bricoles sans intérêt", les victimes ne doivent pas être du même avis ... .

4.Posté par pipo le 09/02/2016 19:38
Pour moi mon cher Jules certaines nuit sans sommeil ne me semble pas vraiment longues mais plutôt agitées quand ma blonde vient coucher à la maison :)

5.Posté par môvélang le 09/02/2016 19:56
""""La commune du Tampon a fait valoir que son contrat de travail ne serait pas annulé… à condition qu’à sa sortie de prison, i"""""""
est-ce que lo maire a d'autre choix ?, si li pranpa loboug, va totoche ali

6.Posté par titi974 le 10/02/2016 07:59
Quand on a un QI de poulpe c'est pour la vie .....

7.Posté par pfff le 10/02/2016 10:23
L'argent de nos impôts est bien utilisé en embauchant ce genre d'individu même quand ils sont en prison. Quand enlèvera t on le droit aux maires d'embaucher tout et n'importe qui? Cela éviterait le clientélisme(réservé aux colleurs d'affiches et autre larbins du prince), le gaspillage d'argent publique, au profit de ceux qui ont de réelles compétences qui vont avec de vrais emplois.

Nouveau commentaire :
Twitter


Dans la même rubrique :
< >

Samedi 10 Décembre 2016 - 09:45 Saint-Louis: Un conducteur heurté par un bus

4, cité Fontaine
97400 Saint-Denis

06 93 010 810
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales