Société

STAPS : La galère d’un étudiant

Fraichement diplômé, une étudiant de l'UFR STAPS ne peut pas poursuivre ses études en master. La filière dans laquelle il souhaite se spécialiser ne sera pas ouverte à la rentrée prochaine et les pré-inscriptions sont presque clauses dans les universités de métropole.


STAPS : La galère d’un étudiant
 
Thomas Vienne est étudiant en STAPS. Le jeune homme de 22 ans était cette année en 3ème année de licence mention "éducation & motricité", la formation qui mène aux concours de professeur d’éducation physique et sportive (EPS).

Malheureusement, l’étudiant a validé son année lors de la session de rattrapage. Il a alors découvert que la première année du master qu’il souhaitait suivre l’année prochaine, celle qui correspond à la suite logique de son cursus universitaire, ne sera pas ouverte lors de la prochaine rentrée.

La seule alternative qui lui reste est de partir poursuivre sa formation dans une université de métropole, une option qu’il n’a pas eu le temps d’anticiper et qui semble aujourd’hui largement compromise puisque la grande majorité de ces universités n’acceptent plus de nouveaux étudiants.

"Les résultats définitifs de la troisième année de licence sont tombés le 26 juin et les pré-inscriptions dans les universités de métropole sont quasiment clauses depuis le mois de mai. Il fallait 12 inscriptions pour ouvrir la filière à la Réunion et nous sommes que quatre à être pré-inscrits. Pour intégrer une faculté ou le master est performant afin de préparer le concours du CAPEPS, il fallait s’y prendre à l’avance. Comme l’année ne sera pas ouverte sur le Tampon, ceux qui avaient prévu de rester à la Réunion se retrouvent dans une situation difficile", précise l'étudiant, un peu désabusé par cette situation.

Pour autant, s'il regrette d’être livré à lui-même, il reconnaît que le doyen de la faculté des sciences de l'homme et de l'environnement, Pierre Leroyer, et la responsable pédagogique du cursus, Marie Chiron, lui apportent leur soutien pour l’aider à trouver une université qui pourra l’accueillir.
Mercredi 13 Juillet 2011 - 16:23
Lilian Cornu
Lu 3797 fois




1.Posté par noe974 le 13/07/2011 16:47
Dur , dur d'être étudiant dans ce monde de brutes ....il faut tj aller de l'avant !

2.Posté par sgeg le 13/07/2011 17:32
il est pas encore prof mais il a le bon profil psychologique...pleurer son momon à la première dificulté !

3.Posté par noé-1 le 13/07/2011 17:37
il faut postuler a un emploi dans les centres aérés de la commune. Pour cela rien de plus simple:
- 1 cv
- 3 photos d'identié
- 1 photocopie de la carte d'adhesion à l'UMP

4.Posté par jako! le 13/07/2011 18:27
c sur avec le pere leroyer pour l'aider il est sauvé!

5.Posté par tingmax le 13/07/2011 18:37
tsaaaa c'est un jeune homme qui se fou totalement de sa vie étudiante !! Ne pas savoir qu'il ne pourrait pas poursuivre son cursus cette année et lamentable ! Il était ou quand la faculté de la Réunion en général a décider de voter pour la fermeture de certaine fillière hin???

Pareil pour les étudiants d'histoire, géo du Tampon !! Ce matin encore on reçoit des appels nous demandant mais pk mon fils ne peut pas se réinscrire au tampon en géographie ??:!!! Put... mais sérieux il était OU le gamin quand Mr rochdi a annoncé la fermeture des fillières ?? Bah il était en vac... couper encore plus du monde et de sa vie étudiante désintéressé !!


6.Posté par laure le 13/07/2011 18:57
« préinscriptions sont presque clauses (!!!!) dans » , bonjour la rédaction de l'article il est vrai que ce sont les vacances et que c'est un étudiant en STAPS, mais quand même !!!!!!!!!
Mais que fait la Région, responsable de la formation ??? Mais sur les errements de cette collectivité, on ne dit rien sur ce site !!!! Et cela ne choque personne du plan des ordinateurs portables achetés à grands frais par cette collectivité, que nos jeunes piratent, et surtout, qu’ils se retrouvent à longueur de journée, devant leur écran à « tchater ». Non, cela ne choque personne et encore moins Zinfos, qui roule pour la Région, sans le dire et surtout sans l’avouer !!!!!
Un étudiant doit se débrouiller et surtout anticiper, alors bon courage quand même !!!!

7.Posté par Sauvons les rattrapages le 13/07/2011 20:30
Post 4 : + 1.
Effectivement c'est pas avec Mr le doyen de cette faculté que nous irons loin.
Pour infos, sa faculté doit se remettre sur le chemin de la légalité et rapidement, puisque ses enseignants refusent d'appliquer la loi sur les deuxièmes sessions, voici un projet qui devrait les faire pâlir de peur (hé oui les mettre au travail ça ils veulent pas, que voulez-vous...) :

"Projet d’arrêté relatif à la licence présenté au CNESER (Conseil National de l’Enseignement Supérieur Et de la Recherche) par Laurent Wauquiez, Ministre de l’Enseignement.

1°) Modalités de contrôle de connaissance : compensation annuelle, session de rattrapages et absence des notes éliminatoires pour tous les étudiants de toutes les Universités.

2°) Prise en compte des compétences en plus des connaissances disciplinaires : pour s’orienter et s’insérer durablement dans le monde du travail, les étudiants ont besoin d’une meilleure visibilité de leurs compétences acquises pendant leur cursus.

3°) Insertion professionnelle : Les étudiants qui veulent partir en stage ont la possibilité de le faire dans le cadre de leur cursus.

ALLEZ GOUT A NOUS !!!

8.Posté par vie etudiante le 26/07/2011 11:40
Cette situation est malheureusement encore trop courante. A quoi bon ouvrir des cursus si on sait que pour certains élèves ils ne mèneront à rien? En tout cas je lui souhaite bonne chance, que ce soit à la réunion ou en métropole.

Nouveau commentaire :
Twitter


Dans la même rubrique :
< >

4, cité Fontaine
97400 Saint-Denis

06 93 010 810
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales