Social

SIB: Jocelyn Rivière envisage de se mettre en grève de la faim


SIB: Jocelyn Rivière envisage de se mettre en grève de la faim
Jocelyn Rivière, délégué syndical CGTR de la société industrielle de Bourbon, campe depuis ce vendredi matin dans la cour de l'usine située dans la ZIC du Port Ouest.

Deux mois à être baladés de "réunion en réunion", déplore-t-il, "rien n'avance". "Quand vous lisez les PV des comptes-rendu de réunion, vous vous dites qu'il n'y a rien de concret", peste le syndicaliste. Ce jeudi 6 février, une énième rencontre avec la direction locale a débouché sur du néant.

Devant ce statu quo qui n'a rien de rassurant pour les 32 salariés menacés, leur porte-parole envisage de "se sacrifier, s'il le faut, pour nos emplois" en entamant à partir de la semaine prochaine une grève de la faim.

Le blocage de route et ses conséquences sur le travail d'autres professionnels n'est "pas la solution" estime le syndicaliste, raison pour laquelle il plante dès ce vendredi 7 février une tente dans la cours de l'usine. Cette décision se révèle être un cruel dilemme. "Même si les collègues sont solidaires, on a tous des factures à payer dans nos familles", explique-t-il. "S'il avait fallu se mettre en grève depuis deux mois, on aurait fait comment financièrement ?", précise-t-il. Même s'ils restent fidèles à leur poste au rythme des 2x8, les collègues de Jocelyn Rivière viennent régulièrement lui tenir compagnie.

"Déterminé", comme il qualifie son état d'esprit, il estime que l'heure a trop tourné. Pourtant, "on a fait la preuve qu'on pouvait sauver le site", clame Jocelyn Rivière, qui reste perplexe quant à l'attitude de la direction. Un communiqué parvenu aux salariés hier étaye selon eux de la bonne tenue de l'activité "puisque devant les bonnes ventes des produits actuellement en promo Lacroix et Soupline, des importations supplémentaires sont prévues pour répondre à ce pic de ventes".  

Sur le front de l'emploi, "on nous dit à chaque fois que personne ne restera sur le carreau, mais la seule chose que nous souhaitons c'est que ces paroles soient matérialisées par des écrits", affirme-t-il.

La décision extrême de se mettre en grève de la faim pour et au nom de ses collègues est "une décision qui ne se prend pas en plaisantant". S'il venait à franchir le pas, sa grève de la faim coïnciderait avec l'arrivée à La Réunion du président de la SIB et directeur de l'usine Colgate/Palmolive de Cotelle près de Lyon. Sa venue est calée pour le 12 février.

Vendredi 7 Février 2014 - 13:21
LG
Lu 724 fois




1.Posté par posez-vous la question le 07/02/2014 14:29
ça marche plus cette comédie trouve autre chose ,et ce que tu va pas manger pendant ta grève de la faim donne le à ceux qui on pas à manger au moins ça serviras à te mettre en valeur

2.Posté par Hotel paradiso le 07/02/2014 14:37
Demande conseils auprès de Samuel Mouin. Il connaît comment faire.
Le meilleur est quand on cesse de gréver.

3.Posté par baboi le 07/02/2014 16:39
Quel chez d'entreprise sera assez bete pour embaucher un delegué comme celui ci. peut on savoir pourquoi cette usine ferme ses portes!!!! si elle est beneficiare c'est peut etre parce qu'il y en a marre de ce genre de relations sociales... gréves...Gréves.... blocage.... menaces des salariés protéges... ils ont voulu etre fort face au patron et ben voila





4.Posté par eveilcitoyen974 le 07/02/2014 18:05
Attendre d’en savoir assez pour agir en toute lumière, c’est se condamner à l’inaction.
Jean Rostand. Alors on vous COURAGE !

C’est l’action qui réunit les Hommes non pas les idées,
Nourrir trop d’espoir paralyse l’action,

5.Posté par Kaloupillé le 09/02/2014 21:29
Société SIB...... à la Réunion .... Toute Vérité n'est pas bonne à dire ..... sur le Monsieur PROPRE à L' île de la Réunion ( 974 )

6.Posté par ndldlp le 17/02/2014 15:53 (depuis mobile)
Tu m as l air d avoir beneficié d une bonne couche de bêtise à ta naissance..

Nouveau commentaire :
Twitter

4, cité Fontaine
97400 Saint-Denis

06 93 010 810
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales