Social

SFR: Le plan de départs volontaires signé jeudi ne rassure pas à La Réunion


SFR: Le plan de départs volontaires signé jeudi ne rassure pas à La Réunion
Après plusieurs jours de négociations, un accord prévoyant la suppression de 4200 postes à travers un plan de départs volontaires a été signé jeudi à Paris entre les syndicats majoritaires (CFDT et Unsa) et la direction de SFR. La CGT a pour sa part refusé d'y prendre part. 

Pour rappel, en juin dernier, Patrick Drahi - l'actionnaire majoritaire du groupe Altice - avait déclaré qu' SFR était en sureffectif"On a donné une garantie sur l'emploi de trois ans, donc il reste encore un an. Aujourd'hui, on est dans une situation où les gens savent que la garantie s'arrête dans un an", avait-il lancé. Des menaces confirmées la semaine dernière lors de l'annonce de la suppression, à terme, de 4200 postes.

Robert Comte, délégué syndical CFDT chez SFR Réunion souligne : "Un plan de départs volontaires est plus avantageux qu'un plan social, en matière d'accompagnement, de formation, de reclassement". Il tient à préciser toutefois que la signature de l'accord jeudi à Paris "ne veut pas dire que le syndicat cautionne les volumes annoncés".

"Pour l'instant, la direction locale ne s'est pas avancée"

Concrètement, la CFDT (l'une des deux principales organisations syndicales du groupe avec l'UNSA) est entrée en négociations et a obtenu que la négociation soit globale afin de sécuriser au maximum les projets, que ce soit "à court terme d’ici à fin 2016 avec la restructuration de la branche distribution avec des suppressions de postes conduisant à des départs exclusivement sur la base du volontariat. A moyen terme, de septembre 2016 au 30 juin 2017, par la mise en place d’une gestion prévisionnelle de l'emploi et des compétences. Et à long terme, du 1er juillet 2017 au 30 juin 2019, avec la mise en place d’une deuxième vague de suppressions de postes conduisant à des départs exclusivement sur la base du volontariat (hors distribution)", relaye le tract national.

Pour ce qui est de la situation à La Réunion, le syndicaliste explique qu'"il est trop tôt pour savoir avec certitude si les collaborateurs seront impactés ou non". Il précise : "Pour l'instant, la direction locale ne s'est pas avancée sur la stratégie et l'organisation du projet. On devrait en savoir plus dans un mois", lors d'une réunion avec la direction.

Rappelant qu'un premier plan du même type avait été mis en place en 2013, et n'avait pas concerné notre île, Robert Comte espère qu'il en sera de même cette fois-ci. 

Il n'en reste pas moins que tous ces départs inquiètent. "De nombreuses questions restent en suspens. Que va-t-il se passer une fois qu'un tiers des effectifs sera parti ? Quelle organisation sera mise en place ?", questionne-t-il. A La Réunion, SFR compte 390 salariés.
Samedi 6 Août 2016 - 13:04
MA
Lu 14603 fois




1.Posté par SEVERIN le 06/08/2016 13:49
Oh merde,la Saleté Française Récurrente de la téléphonie mobile,( PUB ) parraine DIMITRI PAYET pour l'image de la société.( j’espère qu'il a été payé )et dans la foulée,supprime 4200postes.Formidable notre société,il y a pas du boulot pour tout le monde et encore moins le pognon.In yab des Yvelines

2.Posté par GIRONDIN le 06/08/2016 14:23
1.Posté par SEVERIN

+1

3.Posté par Turbo le 06/08/2016 15:14 (depuis mobile)
Avec l'arrivée de FREE pas besoin de faire un plan de départ volontaire.

4.Posté par jean claude payet le 06/08/2016 16:33
plus un aussi pour moi sfr......

5.Posté par totor le 06/08/2016 18:58
Mais c'est écrit dans leurs pub ... C'est sans engagements !

6.Posté par Mike le 06/08/2016 21:58
Quand le bourreau (le patron de SFR) vous met la tête sur le billot, la CFDT vous explique que l'opération sera moins douloureuse à la hache qu'à la scie sauteuse !
C'est cela "le syndicalisme d'accompagnement" !

7.Posté par Steeve Vajivet le 06/08/2016 22:09
Deux ans et demi après avoir mis la main sur SFR grâce à son fonds d'investissement Altice, le capitaliste spéculateur Patrick Drahi vient de confirmer son intention de supprimer 5000 emplois sur les 14 300 que compte cette société. Dès le rachat de SFR, cet individu avait annoncé la couleur en déclarant que SFR était en « sureffectif ».
En fait Drahi s'est endetté pour racheter SFR, mais aussi d'innombrables autres entreprises, rachats qu'il finance par l'endettement auprès des banques. Aujourd'hui il cumule 50 milliards de dettes qu'il va lui falloir rembourser. Et comme tout capitaliste soucieux de préserver sa source d'enrichissement (les salariés), il n'a pas trouvé de meilleur moyen que d'augmenter l'exploitation des travailleurs de SFR. Sous la pression de la direction, 1200 d'entre eux ont démissionné en l'espace de deux ans alors que Drahi s'était « engagé » à ne pas diminuer les effectifs pendant trois ans. On voit ce que vaut la parole de cet exploiteur.
La menace se rapproche donc pour le personnel de SFR en France, mais aussi pour celui de la Réunion.
Riches à milliards, Drahi et les actionnaires de SFR encaissent à ce jour les factures de 17 millions d'abonnés. Ils ont donc largement de quoi maintenir les emplois.
Seule la lutte et la mobilisation des travailleurs de SFR peuvent les y obliger.

8.Posté par agitateur de contradiction le 06/08/2016 20:23
Gout' ça!!
Totalement mérité, tellement les méthode et le personnel de SRR sont exécrables.
Ca vous fera réfléchir à votre façon de traiter les clients. Je ne citerai pas de noms.

9.Posté par Mondialisation le 07/08/2016 09:18
De nombreux postes seront supprimés à la Réunion de source sure. Mais ne soyons pas tristes, pour maintenir les services de nombreux postes seront créés à Mada et à Maurice. La main d'oeuvre est tellement moins chère que le nouveau boss pourra se gaver encore plus. Cela fait des mois et des mois que les syndicats sont au courant de cette restructuration et là ils disent qu'ils ne sont pas informés... étrange.

La mondialisation a du bon pour les grands patrons !

10.Posté par Jean claude DECK le 07/08/2016 09:35
Comme c est "amusant"....pendant ce temps, a l'ile Maurice, un nouveau gros call center, OUTREMER TELECOM, prestataire exclusif de SFR, lance une campagne geante de recrutement pour des tele-operateurs parlant francais (800 postes a pourvoir!).

Il est vrai que le salaire propose est 8000 roupies/mois (200€) pour les employes et 12000 roupies/mois (300€) pour les cadres! Les charges sociales ne representant que env. 5% pour l employeur.

Amis de la Reunion, tremblez, le capitalisme offshore continue de faire des ravages et on se moque bien de nous.

11.Posté par Boy cot le 07/08/2016 13:15
Faut boycotter la marque..


8.
Hélas....

12.Posté par Question pas bette le 07/08/2016 15:59
@ 8.Posté par Jean claude DECK le 07/08/2016 09:35
Bien vu en contrepartie on forme des radicalisme et des poseurs de bombes hi hi hi qui se communique by
les fichés "S" FR ance ah ah ah ......NON PFffffffffffffffffffffffffffffff

13.Posté par lopoe le 07/08/2016 16:29
@8
Depuis quand le salaire d'un employé est de 200€ et d'un cadre est que de 300€ meme à Maurice!!

14.Posté par Phil le 07/08/2016 17:59
"En fait Drahi s'est endetté pour racheter ..."
Pas folle la guêpe, il ne s'endette pas, il endette les sociétés victimes de la prédation.

15.Posté par jean claude payet le 07/08/2016 21:11
faut pas comparer maurice et la reun y en a qui a 20 ans de retard et l autre qui a envie de bosser......

16.Posté par pouleto le 08/08/2016 08:12
outremer telecom, futur Free.... répondra à ses clients depuis madagascar...
Un service de qualité, un sav au top, un reseau merveilleu...
Apres, ne venait pas vous plaindre..

17.Posté par golf51 le 10/08/2016 11:51
Même ici en Métropole SFR ça sent pas bon du tout! Explosion d'annulation de forfaits.
Ce Drahi c'est un rapace! Ne vous faites pas d'illusion!!!!!!!!!!!!

Nouveau commentaire :
Twitter

4, cité Fontaine
97400 Saint-Denis

06 93 010 810
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales