Social

SAFPTR : "Que le Conseil général respecte la justice..."

Réunis ce matin dans le Sud, les délégués du Syndicat autonome de la fonction publique territoriale ont évoqué ce qu'ils considèrent comme les "dysfonctionnements" internes au Conseil général suite à l'annulation des élections professionnelles. L'occasion également pour le syndicat de faire un point sur ses revendications et sur les anciens salariés de l'ARAST.


SAFPTR : "Que le Conseil général respecte la justice..."
Dans le registre de la représentation syndicale et de la défense des agents de la fonction publique territoriale, le SAFPTR n'est plus à présenter. Fort des "victoires" obtenues en faveur d'agents employés dans les collectivités locales, le syndicat a désormais le fonctionnement du Conseil général en ligne de mire. Un fonctionnement ou plutôt un "dysfonctionnement" qui serait le résultat de l'inexistence des Comité technique et paritaire et Comité hygiène et sécurité. Ces deux instances n'ayant plus cours depuis l'annulation en décembre 2009 des précédentes élections professionnelles.

"L'organisation générale est bloquée..."

Sur ce sujet, le délégué du SAFPTR au Département Jean-Jacques Collard dénonce une "situation bloquée" suite à l'annulation du scrutin professionnel de novembre 2008 pour illégalité de représentativité de l'UNSA et de la FSU, devant le Tribunal administratif. "L'organisation générale est bloquée au Conseil général. Nous demandons à ce que que les élections professionnelles soient mises en place rapidement. Toutes les décisions prises actuellement sont attaquables au TA car elle restent non soumises au Comité technique paritaire" affirme Jean-Jacques Collard.

A titre d'exemple, le délégué cite la délibération sur la mise en place du Groupement d'intérêt public (GIP) faisant suite à la disparition de l'ARAST comme "fragile et douteuse".
"L'instance paritaire suprême n'existe plus. C'est une entrave aux syndicats" estime Jean-Pierre Lallemand qui conserve forcément en tête la perspective d'une nouvelle campagne électorale après les échecs essuyés lors du 1er scrutin professionnel.

Une 1ère audience relative aux anciens salariés de l'ARAST devant les Prud'hommes

Concernant le dossier de l'ARAST, le syndicat compte bien défendre les intérêts des anciens salariés de la zone Sud devant les Prud'hommes de Saint-Pierre dès jeudi prochain, date à laquelle une première audience est programmée. Cette audience permettra, selon les propos du président du SAFPTR, de faire le point sur le versement des indemnités, les attentes des salariés et la non-reprise des contrats par Nassimah Dindar, compte tenu des éléments du dossier. Une démarche qui devrait s'avérer complexe malgré la défense commune du dossier par le SAFPTR, la CFDT et des avocats.

Quant aux revendications plus globales du syndicat, "il n'est pas normal qu'après six années de contrats répétés, un salarié ne puisse pas bénéficier d'un contrat à durée indéterminée. Si l'on se réfère aux lois, cet état de fait ne doit plus se produire" explique Jean-Jacques Collard. Même constat pour les salaires versés au personnel de Catégorie C qui "doivent être revus à la hausse" estime le syndicat qui demande par ailleurs la mise en place de discussions et négociations.
Restait à Danilo Docteur, délégué aux Techniciens et ouvriers de service (TOS), de s'exprimer et de dénoncer le "flou total qui demeure concernant le statut et les conditions de ce type de personnel" avant de s'interroger sur l'absence de gestion des TOS.
Vendredi 9 Avril 2010 - 12:30
Ludovic Robert
Lu 3639 fois




1.Posté par bouboul974 le 09/04/2010 13:30
Quand je Perds je porte plainte, il est blizzard que seul ou le SAFPTR à perdu les élections elle porte plainte contre ceux qui ont GAGNER si c'est çà la démocratie SAFPTR.
Que Jean-Pierre LALLEMAND nous donne la preuve qu'il n'attaque pas que les Administrations de Gauche, car depuis 2008 il ne cesse dénoncé les mal façon de ces administration C'est a croire que dans les autres communes tout ce passe comme il faut , les pressions, les déplacement dans une commune des Hauts du Sud, dont on va bientôt changer d Maire, demander à certain employés comment ils sont traité, a moin que JP LALLEMAMD considère que cela est normal.

2.Posté par ex arast le 09/04/2010 13:56
ont ils toutes les informations sur les ex salariés de l'arast de la zone sud! a présent sur 400 demandeur il reste 200 demandeurs!!!?

3.Posté par etjosedire le 09/04/2010 14:15
Sur la photo que vous publiez n'y aurait pas un conseiller prud'homal de Saint Pierre ?

Si c'est le cas, vu les prises de position sur l'ARAST, la récusation le guette dans cette affaire.

4.Posté par oki le 09/04/2010 17:54
c bizarre!! une CTP est prévu le 14/04/10...

5.Posté par bill le 09/04/2010 18:43
il était où pendant la grève se syndicat ???...

6.Posté par Jcs le 09/04/2010 19:25
Où sa y lé notre cher et tendre ami karl a malbrouck??
En décharge? ou encore sous l'effet des dernières échéances régionales voir même les cantonales et municipales de st paul????
Un jour viendra!!!!

7.Posté par nouvel alimentaire le 09/04/2010 21:59
Pour le statut des anciens TOS, il faudrait peut être voir le SNAEN : ce syndicat qui nous a tous vendus aux politiciens locaux pour faire de nous des alimentaires!!!!!! ( c'est à dire être aux bottes de ces fameux politiciens qui ne pensent qu'à leurs mandats ). Alors que bon nombre d'entre nous était reçu à un concours NATIONAL D'ETAT, nous faisions entièrement partie du système éducatif , aujourd'hui, mis en "DETACHEMENT A DUREE ILLIMITEE", nous sommes livrés à nous même, sans informations sur notre vraie mission et on nous dit que nous ne faisons plus partie du système éducatif.

8.Posté par Dominique le 09/04/2010 22:17
Monsieur COLLARD est-il normal que vous signez des décharges syndicales (1 journée d'absence par semaine) pour des adhérents qui ne sont même pas élus ??? je suis syndiqué ailleurs depuis des années et franchement, on n'a jamais vu cela. Que font les agents (non élus je le répète) lors de ces journées payées et non travaillées, ils restent chez eux ??? Et nous on pallie à leurs absences ??? c'est lamentable et j'espère que vous allez perdre lors des prochjaines élections, bandes de gratteurs de C....

9.Posté par citoyen le 10/04/2010 00:41
@JCS: M. malbrouck n'est plus en décharge de ce syndicat depuis les dernieres elections. Des pressions seraient venues de nul part pour demander au president de retiré sa decharge à l'ombre de virapoulé, sinon quoi le syndicat serait mis en cause... (personnellement je crois que ces menaces sont venus d'une grande municapilté du sud qui a à sa tete un certain monsieur fontaine)

10.Posté par jojo le 10/04/2010 08:30
Pour répondre à citoyen:
Que viennent faire les interventions de Virapoullé, Fontaine, Pihoué etc... dans un syndicat. La preuve que les syndicats sont pourris et n'agissent pas bien souvent en leur nom, mais bien sous l'influence des élus.
De nos jours les chefs syndicalistes ne pensent qu'à eux, à l'évolution de leur carrière et sont de mèche avec les élus. Les petits roitelets syndicalistes distribuent généreusement des décharges syndicales injustifiées et profitent du système pour faire pression sur les pauvres travailleurs en leur promettant une intervention en commission paritaire. Voilà à quoi servent la plupart des syndicats, surtout la SAFPTR.
(...)
Mais il ne faut pas jeter la pierre à tous les syndicats!
PS: on ne verra jamis Mr Collard, Mr Hoarau. D dans une manifestation, c'est à croire qu'à la SAFPTR n'existe que Mr Lallemand .

11.Posté par jojo le 10/04/2010 10:32
Je réécris pour remplacer un post précédent sans doute censuré par Pierrot, car peut-être trop direct.
Je disais que la SAFPTR ( section Conseil Général, surtout dans le sud) regroupe en grande majorité que des affiliés alimentaires.
A commencer par son responsable, , ancien chef de service, qui ne pensait qu'à sa propre carrière professionnelle, tout en étant jamais vraiment responsable, puisque avec le jeu des libertés syndicales n'était jamais à son poste et n'hésitait pas à écraser ses propres adhérents pour monter en grade dans le syndicat, jusqu'à clasher avec l'UNSA dont il faisait partie.
Et il pouvait se le permettre, puisque que de connivence avec le politique, il avait tous les pouvoirs. Et il pouvait aussi se permettre de faire du chantage, des promesses de grade pour les CAP etc...
Se cachant toujours derrière les autres (il ne pouvait pas se faire voir, mangeant à tous les rateliers.
Tel Napoléon ce chef rêvait d'une hégémonie totale. Et boum, lors d'une éléction syndicale il a fait un grand fiasco. Ne pouvant supporter une telle défaite, il a fait appel pour annuler ces élections, prétextant que les élécteurs ( pas assez responsables à ses yeux) n'ont pas pu faire la différence entre UNSA et SAFPTR. Quel mauvais perdant ! Il n'a pas compris que ses adhérents avaient marre de ses magouilles. Sa défaite ne sera que plus grande si annulation il y a !
Son lieutenant, guère mieux, au niveau des magouilles! Il faut faire parler ses propres "adhérents forcés"
La SAFPTR au niveau du CG du sud, est un distributeur de journées syndicales pour sa cour, voilà sa seule politique.
N'ayant pas nommer de nom, j'espère Pierrot que tu seras plus indulgent.

12.Posté par jojo le 10/04/2010 12:26
Pierrot, un post pour les alimentaires du Conseil général
Nassihma fait miroiter beaucoup de choses:
Les gramounes dont elle dit s'occuper particulièrement, l'APA et les chèques Santé.( Elle a même été faire éditer un CESU Gramounes (APA), comme si nos "aieuls" n'était pas un terme français-créole. Quel mépris. Et je mets au défi quiconque traiterait mes parents de gramounes.
Sait-on que l'APA fait partie d'une dotation globale et que , en principe si c'est bien géré ( c'est à dire que les prestations ne soient pas distribuées à la tout-va), les dépenses du CG sont compensées par l'Etat). Mais elle persiste à dire que c'est le Conseil Général qui dépénse. Bien sûr à cause des largesses le budget est vite dépassé.
Oui, le CG dépénse, mais pour des balivernes. Pour payer des repris de justice et des nervis. Y a qu'à voir tout ceux qui trainent dans les parkings du CG
Nos aieuls sont dépassés par de tels agissements.
Après une période de largesse, ils ne comprennent plus la restriction.
Et bien sûr, ils sont en colère.
Bien sûr nos vieux sont en colère et c'est normal. Ils commencent à comprendre qu'ils ont été manipulés par une vipère au doux sifflement.
Voilà Pierrot, tu fais ce que tu veux de post

13.Posté par jojo le 10/04/2010 12:59
SAFPTR tu me manques !
SAFFPTr tu fous le camp !
SAFPtr tu sens la magouille
SAFtpr tu nous a tellement berné ( C'est nous les techniciennes de surface)
SAftpr ou sont nos contrats promis, même si on n'y croyait pas trop
Safptr si ou plé assez berne à nou
safptr tu n'es plus rien
Merci Pierrot de publier ce petit poème et de permettre à nos collègues /posters/ de comprendre la situation actuelle de la SFAPTR., et de comprendre le cheminement de ce poème par le format

14.Posté par nouvel alimentaire le 10/04/2010 14:50
Pour nous les anciens TOS (les nouveaux alimentaires) gérés par le Conseil Général,pour nos perspectives de carrière le nouveau slogan c'est:" pas de stage pendant les vacances, pas d'avancement".
Dans la profession depuis de nombreuses années, je suis entièrement convaincu que dans la carrière d'un travailleur quelque soit ses fonctions et ses missions la formation est indispensable pour le bon fonctionnement des services et l'épanouissement de ce dernier. Mais pour nous les anciens TOS (....) tant qu'il n'y a pas de transparence dans notre nouveau statut, les stages proposés sont peut-être un moyen d'intégration définitive au sein des collectivités territoriales. D'autant plus que nous ne désirons pas perdre notre ancien statut et être géré par Monsieur ou Madame untel (les politiques de proximité!).

Nouveau commentaire :
Twitter

4, cité Fontaine
97400 Saint-Denis

06 93 010 810
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales