Social

Rythmes scolaires : La Cgtr salue la "sage décision" du maire de Petite-Ile

Dans un communiqué, que nous publions intégralement, la CGTR Educ'action se félicite "de la décision du maire de Petite Ile de reporter la réforme des rythmes scolaires".


Rythmes scolaires : La Cgtr salue la "sage décision" du maire de Petite-Ile
"La Cgtr Educ'action se félicite de la décision du maire de la Petite Ile de reporter la réforme des rythmes scolaires en 2014 et ce, afin de pas agir dans la précipitation et dans l'approximatif.

C'est une sage et responsable décision qui va dans l'intérêt bien compris des enfants. Le maire de la Petite Ile a pris cette decision après consultation des "équipes pédagogiques des écoles de la commune ainsi que les représentants de parents d’élèves" comme le lui avait demande l'intersyndicale de l'éducation et le collectif des parents d'élèves.

La capacité du maire de la Petite Ile à être a l'écoute de la communauté éducative tranche singulièrement avec l'entêtement obsessionnel du maire de la possession d'imposer coûte que coûte la réforme en 2013 , sans la moindre consultation.

La mairie de la Petite Ile a fini par reconnaître le caractère bien fondé de notre opposition pour 2013 et nous nous en félicitons.

Il est encore temps pour le maire de la Possession de suivre la même voie démocratique en organisant un référendum qui laisse aux parents possessionnais le libre choix entre application en 2013 ou report en 2014 au lieu et place d'enfermer la communauté éducative dans le diktat de 2013 décidé de façon totalement arbitraire.

 L'abandon de l'expérimentation a st Denis et le report de petite Ile valident la pertinence de nos remarques sur le caractère précipite et brouillon de cette réforme.

Inévitablement, une application 2013, de par la précipitation de sa mise en oeuvre , aura pour conséquence  une rupture d'égalité    de l' offre éducative en excluant nombre d'enfants des activités périscolaires et ne permettra pas de lever les dysfonctionnements actuels  pour préparer efficacement "demain".

Force est de constater que la ou les consultations démocratiques ont été engagées , le rejet de l'application de la réforme s'est imposé.

Les 4 municipalités qui se sont affranchies  d'une véritable consultation devraient en tirer toutes les leçons en donnant enfin la parole aux parents d'élèves et surtout ... en les écoutant.  "
Dimanche 5 Mai 2013 - 16:28
Lu 1036 fois




1.Posté par roro le 05/05/2013 18:41
les gas rorro na que faire de la democratie, il veut mettre son fils à sa place en 2014.

un conseil: dites à vos proches, à vos amis, à votre famille de venir voter en 2014 pour un veritable chngement.

nous ferons cette reforme en 2014 avec les possessionnais.

2.Posté par nrj le 06/05/2013 07:52
Ne jamais aller trop vite dans l'application des lois , juste pour se faire bien voir !
L'année scolaire prochaine , on aura quelques communes qui feront bosser leurs enfants 4,5 jours d'école et les autres , très sages , attendront encore une année , histoire de voir si ce décret pondu à la va-vite ne va pas être abrogé !

Que font les communes dont les maires ont la "tête dure" ? et si on boycottait les mercredis en gardant nos enfants à la maison ?

3.Posté par A.Augustin le 06/05/2013 08:45
À post 1

Êtes-vous sûr d'avoir posté au bon édito ?

Nouveau commentaire :
Twitter

4, cité Fontaine
97400 Saint-Denis

06 93 010 810
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales