Economie

Ruée sur le gaz dans les stations-service: "C'est la folie totale !"

A la veille du retour de la bouteille de gaz à son juste prix (22 euros soit sept euros supplémentaires), suite à l'arrêt de la subvention mise en place par la Région et le Département, la ruée dans les stations-service se poursuit. Conséquence, les stations-service sont en rupture de stock quasi-quotidienne.


Ruée sur le gaz dans les stations-service: "C'est la folie totale !"
"C'est plus que de la folie, c'est la folie totale ! Les gens font n'importe quoi. On dit que c'est la crise mais les clients achètent des consignes avec des pleins d'essence, c'est de l'argent. Et tout ça pour gagner 7 euros", explique Joëlle, gérante d'une station-service Engen à Saint-Denis. Tous les jours, cette gérante se retrouve avec des clients devant son pas de porte, attendant la livraison de gaz de la journée. "Les clients font la queue devant le casier de gaz. On a même pas fini de faire la livraison qu'ils veulent nous en acheter", ajoute-t-elle.

Face à cette situation de rupture de stock permanente, les clients grondent et pensent que les gérants ne vendent pas, uniquement pour faire plus de bénéfices après le passage de la bouteille à 22 euros. "Ils nous jurent en disant que nous faisons des réserves pour gagner des bénéfices sur leur tête. Mais nous n'avons pas d'intérêt à garder les bouteilles de gaz. C'est la crise, on a besoin de faire de la trésorerie. C'est une aubaine pour nous de vendre autant de bouteilles de gaz. Ce n'est pas facile aussi pour les gérants de stations-service. Nous aussi on subit la crise et on ne va pas s'amuser à faire dormir les bouteilles de gaz dans les casiers", précise Joëlle.

150 bouteilles de gaz vendues par jour

Plus de bouteilles pleines ce matin...
Plus de bouteilles pleines ce matin...
Ce matin à 10 heures, il n'y a déjà plus de gaz. Mais l'achat devient presque compulsif pour certains clients. "En moyenne, sur une semaine on vend entre 40 et 50 bouteilles de gaz. Mais en ce moment, dans une seule journée on vend près de 150 bouteilles de gaz", lâche la gérante d'Engen. Des clients repartent avec deux ou trois bouteilles de gaz. Pour pallier à la demande, sa station-service est livrée deux fois par jour, ce qui n'empêche malheureusement pas les ruptures en fin de journée.

Autre conséquence avec cette flambée d'achat, la couleur de la bouteille de gaz. Si, dans la station Engen, il n'y a pas de problème pour venir avec une bouteille rouge, jaune ou encore bleue, la donne n'est pas la même dans toutes les stations de l'île. "Sur les couleurs de bouteilles, les pétroliers ont signé avec certaines enseignes une obligation de prendre telle ou telle couleur. Ils ont une obligation d'acheter avec leur pétrolier", explique-t-elle. Une situation qui n'est pas nouvelle et existe depuis des années. "Les clients ne comprennent. Ils viennent chez vous pour la remplacer. Ici je prends toutes les couleurs mais ce n'est pas le cas des autres stations. Les gens ne s'en sont jamais rendus compte car avant il n'y avait pas de rupture", conclut-elle.

Le boom des ventes de bouteilles de gaz arrive à sa fin. Dès demain, elle sera revenue à un prix normal, passant de 15 euros à 22 euros, et pas sûr que les clients se bousculent dans les stations à peine la livraison de gaz terminée...
Jeudi 28 Février 2013 - 10:35
Lu 2175 fois




1.Posté par Jiji2 le 28/02/2013 09:57
Ou sortent les bouteilles vides???

2.Posté par Bidule le 28/02/2013 10:05
Et le réunionnais n'a pas d'argent ? il faut le subventionner, mais il achète pour faire un stock d'un an? ou est le principe d'économie? Il veut le beurre et l'argent du beurre.

3.Posté par David ASMODEE le 28/02/2013 11:55
Ce serait comique qu'une solution soit finalement proposée par la Région demain matin.

4.Posté par almuba le 28/02/2013 12:41
Une belle bande d'abrutis!

5.Posté par patrice le 28/02/2013 14:42
Moins mi fé cuire mon riz au micro ondes et mon légumes aussi! mi réchauffe mon mangé au micro ondes aussi! mais lé vrai ke pou fé cuit mon carri moins lé obligé utilise lo gaz! mais néna dé fois kan mi travaille pas mi prend plaisir fé cuit mon pti carri au feu de bois! i faut pas oublier ke longtemps té fé cuit mangé dessus lampe pétrole! néna même in l'immeuble dan' camélias y apelle "l'immeuble pétrole" tellement l'odeur lampe pétrole té fort kan do moune té fé cuit zot mangé! au fait ASMODEE néna raison y son commentaire la bien fé ri a moins! na voir komment lo bande do moune la court acheté zot bouteille avant le 1er mars va réagir si lo prix lo gaz y change pas!

6.Posté par Toto Margot le 28/02/2013 15:49
Le problème est que pour la SRPP il y a beaucoup trop de bouteilles mal entretenues qui rentrent et qu'il faut réformer, détruire et revendre en ferraille (et en laiton pour le robinet, à la grande joie des acheteurs de laiton qui se frottent les mains !).

Le métal fait 2,4 mm d'épaisseur et la rouille ou des chocs incisifs qui réduisent l'épaisseur de 3mm entrainent la destruction. Il faut tenir le coup devant cette demande abusive de bouteilles.

Nouveau commentaire :
Twitter


Dans la même rubrique :
< >

Vendredi 2 Décembre 2016 - 17:47 La Réunion monte à bord du Train des Outre-mer

4, cité Fontaine
97400 Saint-Denis

06 93 010 810
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales