Société

Route du Littoral: Certains préfèrent la voie des airs


Photo d'illustration
Photo d'illustration
Depuis la fermeture totale de la route du Littoral ce lundi 9 mars, les automobilistes se voient contraints de se tourner vers les rares autres options. Prendre son mal en patience sur la route de la Montagne, contourner le problème par la route des Plaines ou tout simplement rester chez soi en attendant la réouverture, prévue lundi prochain.

Et puis il y a ceux qui choisissent la voie aérienne comme alternative. Les demandes de trajet en hélicoptère ne sont ainsi pas rares à l'heure où le principal axe routier du Nord est paralysé. A Helilagon par exemple, des navettes ont été mises en place suite à plusieurs demandes de particuliers afin d’assurer des allers-retours entre la base principale de la compagnie et l’héliport de Saint-Denis à Gillot.

Un mode de locomotion qui a tout de même son prix, près de 700€ le trajet. Pour soulager le porte-monnaie des clients et limiter le nombre de trajets, et dès que cela est possible, plusieurs particuliers sur un même vol.

La tempête Haliba a également impacté les compagnies. Elles ont à présent pleinement repris leur activité. "Comme c’est toujours le cas lorsque la météo est mauvaise, et encore plus lorsqu'elle est très dégradée, aucun survol de l’île n’est autorisé", explique Yolande, chargée des réservations à Helilagon. Aucun des 18 hélicoptères de la flotte n'a ainsi pu décoller durant ces trois derniers jours. La compagnie n'a pu reprendre son envol que depuis ce jeudi...
Vendredi 13 Mars 2015 - 14:43
Lu 3689 fois




1.Posté par noe le 13/03/2015 17:00
On doit pouvoir utiliser des drones pour aller bosser ... ça nous ferait gagner du temps !

2.Posté par Lucye raye le 13/03/2015 18:29 (depuis mobile)
Eh ben voyons...sak néna y dormira pas chez son cousin...lu partagera même pas gazoil po pass la montagne....eh c est band touristes ou les boss de La REUNION...les boss.normal y faut controler les employés....mon site lucyeraye.jimdo.com

3.Posté par Jean97413 le 13/03/2015 18:50
Ces machines devraient être réservés aux urgences, au secours mais pas au tourisme, et pourtant c'est encore la meilleure solution (le pire c'est l'ULM, 2 fois plus lent, 1 passager au lieu de 6, pas si peu bruyant que ça pour 12 fois plus de temps d'occupation à service égal).

Nous avions en 2013 selon la DGAC 44000 clients par an, soit 10% des touristes. Disons qu'en ajoutant les avions et les ULM il y' en a probablement 50000 environ.Pour 10% de touristes nous avons perdu à la Réunion ce qui fait la grande valeur des hauts: Cilaos n'est plus un "lieu préservé loin du bruit et de la fureur moderne", mais un des lieux où il existe chaque jours un des raids aériens les plus important au monde.

erratum hélilagon a 9 hélicoptères. pas 18

9 Ecureuils Eurocopter dont 6 biturbines (flotte la plus importante de l'île)

3 Biturbines 355F2
3 Biturbines 355N
3 mono turbines B2 / B3
6 passagers
Poids max au décollage 2 540 KG

Flotte corail

5 hélicoptères de type écureuils Mono et Bi-Moteur, AS 355 N/NP, AS 350 B2, EC 130 B4.

ce qui fait 14 hélicos et quand ils sont tous consacré au survol de l'île, ça fait 14 par heure au dessus de nos têtes.

Ceux là font généralement le survol de l'île à 6h; 7, 8 9 et 10 (4 départs).

Presque tous passent au dessus de Cilaos: nous en comptons 10 par heure en moyenne car certains ne font que mafate-salazie; nous atteignons facilement 40 passages par matinée seulement d'hélico, car il y a les avions (dont certains sont encore bien plus bruyants) et les ULM.

par exemple il y a 6 ULM vers st-paul, plus quelques uns encore. J'ignore combien, mais cela rajoute les jours de beau temps, 5 à 10 passages par heure, parfois on en voit jusqu'à 4 à la fois en même temps dans le ciel, et pour les hélicos, on en a souvent 2 à la fois, parfois 3.

Il n'a pas été possible à "paysages d'ici et ailleurs" de tourner correctement leur film sur la Réunion: ils ont du couper plein de fois pour les hélicos, mais La séquence Cilaos à Ilet-chico est "polluée" par un fond sonore d'Ulm.
C'est un fait que entre les groupes d'hélico, le silence ne revient pas: les ULM prennent le reste.
http://www.cilaos-forum.com/viewtopic.php?f=20&t=125
ce film devrait se trouver en téléchargement à la demande sur ARTE.

Ainsi, nous avons à Cilaos, entre 10 et 15 passages par heure, de 6h10 du matin à 11h45 durant octobre à janvier, et un peu moins (cumul 20 à 30 passages).

De ce fait il n'existe plus dans l'espace "parc national" et "patrimoine mondial"... de matin avec concert d'oiseaux. Cela a DISPARU.

Il y a peut être d'autres façon de gérer le tourisme. Car c'est seulement 10% qui en profitent et les nuisances sont bien au delà d'une situation normale.

Mais, c'est comme les poubelles à la Réunion et Band cochon: tout le monde s'en fout.

http://cilaos-mon-amour.com/dossier-helicos.html

4.Posté par le 13/03/2015 21:53 (depuis mobile)
A quand un accident comme ça les pouvoirs publics réagiront à propos du danger et des gênes occasionnés par ces hélicoptères. Un habitant de l''ouest Excédé.

5.Posté par Marine le 13/03/2015 22:32
Et bla bla bla été re bla bla bla !!!! Yen a qui aimerai refaire le monde !!! Mon dieu !!!!!!!!

6.Posté par Cirque aérien le 14/03/2015 08:36
A pots 3: je ne peux que partager votre point de vue et compatir. Il est très regrettable que les cirques soient désormais pollués par le bruit de tous ces engins!

Avez-vous vu la SREPEN et autres associations pour savoir ce qui peut être fait au niveau bruits et passages de tous ces aéronefs...?

7.Posté par Jo le 14/03/2015 08:43
Post 4 Et quand les cons voleront, il y aura du monde pour être chef d'escadrille, tu pourras être candidat.

8.Posté par le 14/03/2015 09:15 (depuis mobile)
Marine ferme là. Reste dans ton monde de Mèrde et qu''un hélicoptères se crash sur ta tête et tu verras un nouveau monde.

Nouveau commentaire :
Twitter


Dans la même rubrique :
< >

Jeudi 8 Décembre 2016 - 14:30 Un train pour valoriser les Outre-mer

4, cité Fontaine
97400 Saint-Denis

06 93 010 810
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales