Société

Roselyne Bachelot entendra parler de Philippe Régnier

Son combat continue. Philippe Régnier, dont la voix électronique ne passe pas inaperçue, garde le moral et fixe toujours le cap, autant pour lui que pour toutes les personnes handicapées qui se retrouvent dans la même situation que lui.


 
Le tour de l'île de Philippe Régnier n'est pas prêt de s'achever. La volonté est toujours présente, l'envie d'atteindre les 5.000 signatures de soutien aussi.

Des suites d'un cancer du larynx, il perd l'usage de ses cordes vocales mais pas sa rage de faire bouger les murs de l'administration française. La liste des griefs vis-à-vis des incohérences administratives tient lieu de CV qu'il aurait aimé ne jamais rendre public.

Mais par la force des choses, et devant les difficultés à joindre les deux bouts, il se retrouve bien malgré lui porte-parole d'un bon nombre de personnes dans sa situation.

Dès son passage à la retraite, il se voit amputer de 230 euros au titre de complément d’allocation handicapé. Tel un chapelet, ses demandes se poursuivent concernant la CMU notamment : "Mon cancer attaque mes racines dentaires et je n'ai pas droit aux prothèses car ce n'est pas pris en charge".

La réputation de lenteur de l'administration n'est pas non plus démentie par l'intéressé. "J'ai attendu 18 mois l'attribution de mon taux de handicap avec toutes les conséquences financières que cela peut engendrer". Dans le même sillon, il souhaite la mise en place de prêts à taux très réduits, voire à taux zéro "quand on est atteint de maladies graves". "Tous ces impayés ne nous aident pas à nous soigner", précise-t-il.

Une plus grande implication des municipalités aurait été souhaitable

Le droit à une priorité dans l'attribution des logements sociaux ou encore le droit, loin d'être accessoire, d'avoir un animal de compagnie dans les logements sociaux font partie de ses souhaits pour 2012 car, dit-il, "un animal de compagnie nous aide dans les moments les plus durs et son amour nous redonne goût à la vie".

Dans son tour de l'île, Philippe Régnier n'est pas seul. Bruno Vergnes ou Daniel Faivre préparent le terrain en faisant signer les passants dans les villes de leur marathon ou en interpellant médias et élus. Mais Bruno Vergnes aurait aimé une plus grande implication des municipalités: "Nous installer à un endroit bien visible un petit stand abrité d'où nous pourrions nous poser pendant quelques heures aurait été l'idéal".

Ce mercredi matin, au Port, sur le parvis de l'église Jeanne D'Arc, seul un muret servira de QG. Ils auraient sans doute mérité meilleur accueil. Et puisque nous en sommes à l'attribution des bonbons cocos et des moques en tôle, le maire de Saint-Leu, Thierry Robert, détient sans conteste la palme du plus dévoué à en croire Philippe Régnier. Pas loin derrière, le sous-préfet à la cohésion sociale, "M. Boisson, qui nous tient au courant chaque jour de l'évolution de nos demandes", se félicite la petite équipe, sûr du fait que quand les choses sont bien faites, il faut aussi le dire.

Au rang des bonnes nouvelles justement, la Préfecture doit caler une audience qu'a demandé Philippe Régnier auprès de Roselyne Bachelot (ministre des Solidarités et de la Cohésion sociale). Sa venue à la Réunion la semaine prochaine est une fenêtre de tir à ne pas rater, l'occasion est trop belle, reconnaît-il. "Et s'il le faut j'irais effectuer une grève de la faim devant l'Assemblée nationale !", annonce-t-il. Sa détermination n'a pas de limite.

---------

Signez la pétition sur philipperegnier.venez.fr
Le comité de soutien de Philippe Régnier est également à la recherche de personnes relai susceptibles de faire circuler la pétition de façon encore plus large.
Rendez-vous égalemet sur sa page Facebook
Philippe Régnier sera vendredi 27 janvier au Tampon (marché forain dès 10h) et ce samedi 28 à Saint-Paul, toujours au marché forain (10h30).

Roselyne Bachelot entendra parler de Philippe Régnier
Jeudi 26 Janvier 2012 - 11:24
ludovic.grondin@zinfos974.com
Lu 3352 fois




1.Posté par Bidule le 26/01/2012 10:30
Il faut allez a Tiercé en Maine et Loire, Roselyne y à toujours sa pharmacie, peut-être que les médicaments serons gratuit

2.Posté par Zbob le 26/01/2012 13:36
Elle fait aussi des cadeaux à ses potes


Quand ROSELYNE BACHELOT NOUS LA MET BIEN PROFOND


il faut que je vous raconte la dernière de Roselyne, et je compte sur vous pour faire passer !
Aujourd'hui, j'avais formation obligatoire sur les prélèvements (sanguins et autres). Le directeur du principal labo avec lequel notre hôpital travaille nous apprend (tenez-vous bien !) que nous, les infirmières, n'avons plus le droit de faire les prises de sang.

D'après la dernière ordonnance de notre chère ministre de la santé (donc, pas de passage devant députés et sénateurs !), les laboratoires, pour subsister, devront passer une certification assez contraignante et compliquée, et pour ce faire, doivent, entre-autres, se porter garants du préleveur (c'est à dire, nous, en l'occurrence !).

Conséquence immédiate : les infirmières ne seront autorisées à prélever que si elles ont été formées et agréées par le labo dans lequel le prélèvement est analysé ! Exit, donc, les infirmières intérimaires ou remplaçantes...

Seconde conséquence, et non des moindres : les prélèvements à domicile seront désormais interdits ! Les patients devront donc se rendre au laboratoire par leurs propres moyens, quel que soit leur état ou bien se faire hospitaliser !

Troisième conséquence : les laboratoires étant tenus de s'équiper de machines hyper-performantes, avec le moins de personnel possible, (ah oui, parce que j'ai oublié de vous préciser que l'État a décidé de diminuer fortement le remboursement des examens sanguins aux laboratoires !) pour pouvoir continuer à fonctionner, ils vont devoir se regrouper (but final avoué : 1 à 2 labos seulement par département !!!).

Bref, les hôpitaux de taille moyenne qui possèdent leur propre labo vont le fermer (c'est déjà fait à Paoli-Calmette, par exemple, Cavaillon et Orange vont suivre) et il faudra donc se déplacer vers un grand plateau technique pour faire les examens qui ne sont pas hyper-courants

Comme ces grands plateaux techniques seront les seuls à accueillir une grande partie des examens à réaliser, nous n'aurons les résultats qu'au bout de plusieurs jours (et mieux vaut ne pas en avoir besoin un vendredi après-midi !)

Enfin, cerise sur le gâteau : en toute discrétion, il a été décidé que désormais le directeur d'un labo n'a plus besoin d'être biologiste ! La Générale de Santé, ainsi que d'autres grands groupes financiers sont donc en train de racheter tous les labos de France et de Navarre et il devient donc impossible à un médecin biologiste de posséder son propre labo...
Voilà, je ne peux vous conseiller qu'une seule chose : surtout, ne tombez pas malade ! Et si toutefois cela vous arrivait malgré tout, déménagez aussitôt vers une grande ville, seul moyen d'ici très peu de temps de pouvoir être soigné dans des conditions acceptables !
P.S. : Je viens d'entendre aux infos que le gouvernement envisage sérieusement de réduire les cotations des examens radiologiques :
ça ne vous rappelle pas quelque chose ???
Emma a fait suivre l'info à une copine biologiste, voici sa réponse :
Etant biologiste directrice d'un petit labo (3 personnes) de proximité, je confirme cette info. L'ordonnance est passée en janvier 2010 et nous avons jusqu'en 2013 pour nous mettre aux nouvelles normes. Ce qui est totalement impossible pour les petits et moyens labos vu le coût car bien évidemment tout cela n'est pas gratuit.
Donc pour ma part, étant trop petite, je suis condamnée à disparaitre !!!
A 54 ans c'est un peu dur à avaler!!!

Quant aux regroupements de labos c'est un pis aller, pour faire face aux structures financières qui attendent ( comme pour les cliniques) de racheter et rentabiliser au maximum aux dépens de la relation avec les patients. Des labos traitant plus de 1000 dossiers jours ne peuvent être à l'écoute de la personne. Et effectivement à terme il n'y aura plus que 1 ou 2 labos par département y compris pour les labos des petits hôpitaux.
Ceci est le système américain, allemand et autres pays européens.
Voilà donc l'avenir de la santé vendue aux grands groupes financiers.
La ministre Mme Bachelot a validé l'ordonnance Ballereau du 15.01.2010.
Les conséquences sont catastrophiques...
Au plus tôt en 2013 et au plus tard en 2016, les laboratoires d'analyses médicales de proximité, VOTRE laboratoire et tous les autres auront probablement DISPARU au profit "d'usines à analyses" (une par département pour les départements qui le "méritent" ; pour les départements les plus ruraux il faudra faire un peu plus de route...).
Pourquoi ? Et bien en vertu d'une ordonnance parue en 2010 (Voir JO du 15.01.2010, page 819) qui livre le "marché" de l'analyse médicale aux FINANCIERS du CAC 40...
Parmi ces groupes financiers qui ont déjà largement entamé les rachats massifs de labo, figurent des assurances de santé privées (rappel malakoff médérick est dirigée par le frère de Sarko , celui qui a fait faillite dans le textile), peut-être la votre, qui auront ainsi accès à vos données médicales et pourront "personnaliser" vos factures...

3.Posté par MINISTRE EN DERIVEl!!!.. le 26/01/2012 14:10
que vient faire cette dame à la REUNION en temps de crise ?,apres mise en faillite de la France par son propre gouvernement c'est vraiment incroyable comment les gens peuvent encore gober tous ses anneries!!!.

4.Posté par coco de lo le 26/01/2012 22:27
faut venir à ste marie beauséjour.. pas trop loin du collège..

Nouveau commentaire :
Twitter


Dans la même rubrique :
< >

Jeudi 8 Décembre 2016 - 14:30 Un train pour valoriser les Outre-mer

4, cité Fontaine
97400 Saint-Denis

06 93 010 810
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales