Politique

Roland Robert : "Nous avons été chassés comme des malfrats"

Roland Robert, maire de la Possession et conseiller général, était bien entouré vendredi soir au gymnase Gaston Dumesnil de la Possession pour commémorer les cinquante ans de l'ordonnance Debré qui amènera une dizaine de fonctionnaires de l'île à un départ forcé en métropole. Le temps d'un discours, le maire de la Possession est revenu sur ses huit ans d'exil tout en saluant la mémoire de ses camarades d'infortune.


Roland Robert : "Nous avons été chassés comme des malfrats"
Plus d'une centaine de personnes, dont des personnalités comme Paul Vergès ou Claude Hoarau, était réuni au gymnase Gaston Dumesnil hier soir à la Possession. Elles étaient toutes venues se remémorer l'un des moments les plus marquants de l'histoire politique de La Réunion, l'instauration de l'ordonnance du 15 octobre 1960 (ou ordonnance Debré) organisant l'expulsion de fonctionnaires réunionnais en France métropolitaine.

Pour rappel, cette ordonnance stipulait que "les fonctionnaires de l’État et des établissements publics de l’État en service dans les Dom dont le comportement est de nature à troubler l’ordre public peuvent être, sur la proposition du préfet (...), rappelés d’office en métropole par le ministre dont ils dépendent pour recevoir une nouvelle affectation".

Dans les faits, elle visera essentiellement les communistes de l'île. Roland Robert, l'un des derniers "frappés", comme il l'a qualifié lui-même, par l'ordonnance Debré encore en vie, a partagé, le temps d'un discours, les souvenirs de son expulsion de La Réunion. Le maire de la Possession, qui, à l'époque, n'était qu'un jeune enseignant de 24 ans, raconte avec émotion le jour où l'ordre de quitter le territoire lui a été intimé...

Roland Robert : "Nous avons été chassés comme des malfrats"
La droite domine l'espace public

Il raconte : "Le 22 août 1961, j'enseigne alors au collège de Saint-Paul lorsque mon ami et directeur d'établissement Antoine Soubou me dit que j'ai reçu une lettre par un CRS en moto. Dans cette lettre signée de Jean Perreau-Pradier (ndlr : préfet de La Réunion de 1956 à 1963), j'y apprends mon ordre d'expulsion pour le 5 septembre suivant".

Cet ordre d'expulsion a vu le jour dans un contexte particulier rappelle pour sa part Sudel Fuma, chargé d'ouvrir la soirée par une recontextualisation de cette époque. "La droite est très puissante à cette époque, c'est elle qui domine l'espace public. Alors que la départementalisation n'a été suivie que de peu d'effets notoires, voilà qu'en 1958 arrive De Gaulle. Alors qu'on est en période de décolonisation, la France réaffirme son lien avec La Réunion. De ce fait, ces communistes sont perçus comme une menace pour l'ordre public par Michel Debré".

Des soutiens inattendus

Face à cette décision que Roland Robert qualifie de "diktat juridique jamais égalé sous la Ve République", il rappelle tout de même qu'en 1961, il obtient des soutiens inattendus comme celui de Roger Payet, alors président du Conseil général et surtout gaulliste de son état.

Roland Robert : "Nous avons été chassés comme des malfrats"
Une fois installé en métropole, il reçoit même un coup de fil du Préfet Paul Demange (alors préfet de Seine et Oise et ancien préfet de La Réunion de 1947 à 1950) qui "voulait me faire part de sa désapprobation quant aux décisions d'expulsions tout en me signifiant de sa totale impuissance vis-à-vis de cette situation", ajoute l'intéressé.

"Fier de faire partie de la charrette d'expulsés"

Roland Robert conclut son discours par un hommage à ses camarades "chassés comme des malfrats mais avec lesquels je me suis senti finalement fier de faire partie de cette charrette d'expulsés", ironise-t-il. C'est le 19 septembre 1969 que son retour dans l'île se réalisera, avant de reprendre l'enseignement au Guillaume Saint-Paul. L'ordonnance Debré sera, elle, abrogée le 10 octobre 1972.
Samedi 16 Octobre 2010 - 08:02
Ludovic Grondin
Lu 2388 fois




1.Posté par collectif419 le 16/10/2010 09:10
alors histoire ou politique?

2.Posté par oubliepas le 16/10/2010 09:37
Roland ROBERT a fait l'objet d'une mesure arbitraire au travers de cette ordonnance de DEBRE mais le pouvoir réglementaire de l'époque a fait cesser une forme de trouble à l'ordre public par ceux qui pronaient des idées extrémistes telles que l'indépendance de la Réunion" en 1950.

Depuis "Roro" s'est largement rattrapé en ayant un mandat de maire de 35 ans, un mandat de conseiller général et d'autres postes encore et il a su faire profiter ses proches et retirent toutes satisfactions et profits de cette République et du système démocratique.
Cependant en tant que pouvoir réglementaire dans sa collectivité de la Possession, nombres de décisions arbitraires sont prises par "roro" depuis des années et le "syndromme Debré" est toujours présent à la Possession car "roro" a oublié les leçons de son passé et de son histoire politique de victime.

Oublie pas L'adage suivant Roro " fait pas aux autres ce que tu n'as pas voulu qu'on te fasse en matière d'arbitraire".


3.Posté par David B. le 16/10/2010 10:14
@2 Donc il y a encore des nostalgiques de "Papa Debré", hein ?

La même clique qui a bénéficiée de l'aura de Michel Debré fut la première à lui assener un coup de poignard dans le dos vers ses dernières années. Ne déclarait-il pas lors d'une interview "Arrêtez de m'emmerder avec la droite et la gauche ! Ce qui importe c'est la Réunion !!!"
Et oui, le plus acharné, mais néanmoins "meilleur ennemi" de Paul Vergès s'était rendu compte de ce que valait ses soi-disant amis du "même bord".
Comme dirait l'autre, il n'y a que les imbéciles qui ne changent jamais d'avis. C'est un peu mal parti pour Didier (oui, Didier) Robert, mais bon, on va être gentil, il a encore 40... non, 42 ans de marge (faut être en adéquation avec ce qu'on a voté)

4.Posté par la bonne histoire le 16/10/2010 10:27
Ce que roro ne dit pas et il a raison d'être fier d'avoir été un expulsé car si debré n'avait pas existé la REUNION aurait indépendante depuis cette époque avec un chef du style Fidel castro au pouvoir à vie ( ou voit un peu, bougre là lé encore là aujourd'hui)et une situation bien pire que madagascar. parle pas si la FRANCE n'était pas là pour mettre l'ordre; toute cafre té fini retourne en afrique, nana unpeu à diégo et d'autres en inde.... arrêtez de déconner avec zistoirs sans intérêt. Dites plutôt pourquoi la REUNION ne décolle ^pas depuis la décentralisation. Parce qu'on a donné le pouvoir à des phénomènes, la plupart fonctionnaires d'ETAT, mais sans talent.

5.Posté par Jean Paul FOIS le 16/10/2010 10:41
Très juste "oublie pas".
Et la conclusion par l'adage "fait pas aux autres ce que tu n'as pas voulu qu'on te fasse en matière arbitraire" résume parfaitement l'histoire de Roland ROBERT.
Les oppressés peuvent aussi devenir des oppresseurs !

Mais en fait, Roland ROBERT est déjà en campagne. S'il ment sur son bilan (Cf. rapports CRCR), s' il tente aujourd'hui de sensibiliser les électeurs sur son passé, c'est parce qu'il sait que son électorat s'effiloche et que son son image se dégrade continuellement. Ses sorties médiatiques sont là pour un lifting politique.

Jean Paul FOIS

6.Posté par zoumine le 16/10/2010 12:04
Cest avec cette même droite que son camarade P Vergès a fait l'Alliance! C'est Debré fils que Vergès a kissé lors de sa venue ici; balayez devant chez vous! avant , on avait les vrais et maintenant les faux!

7.Posté par nicolas de launay de la perriere le 16/10/2010 12:13
t'es complètement à la masse, post 4.
avec des si on mettrait paris en bouteille..tu ne fais que confirmer cet adage !

8.Posté par FOXY le 16/10/2010 13:44
Roland Robert : "Nous avons été chassés comme des malfrats"
-------------------------------------------------------------------------------------------------------------
Debré visionnaire ?

9.Posté par shane974 le 16/10/2010 15:02
l'idée d'indépendance n'est pas une idée extrémiste, certes elle n'est pas réalisable, mais c'est une réponse logique des anciennes colonies. je ne suis pas pour l'indépendance de la réunion, mais le fait que d'autres soient pour ne me choque pas. l'extrémisme est ailleurs...

10.Posté par noe974 le 16/10/2010 16:30
En ces temps-là , la Réunion était "chasse gardée" de nombreux 1er Ministres dont M. Debré .

On venait de perdre l'Indochine , l'Algérie allait suivre , l'AEF , l'AOF... toutes nos possessions , ...
Il fallait à tout prix protéger les DOM-TOM de la gangrène de l'indépendance prônée par les communistes d'alors ...

Ceux et celles qui parlaient de l'injustice étaient montrés du doigt : c'est pas trop noble de nos jours .

L'Etat donnait le savoir , mais ne voulait pas que ce savoir retournait contre lui (profs , instits , ingénieurs ... communistes qui poussaient le peuple des DOM à la révolte étaient repoussés vers la Métropole sans jugement : il y a eu quelques abus regrettables .

Dans ce contexte où l'URSS et la Chine de Mao poussaient les gens à la révolte contre le capitalisme , Debré voulait protéger l'île .
Les lois sont faites à des moments précis de l'histoire et abrogées dans d'autres contextes .
Ainsi va le Monde

11.Posté par Cambronne le 16/10/2010 18:59
Debré voulait protéger l'île . en instaurant le Jacobinisme comme seul fléau et remède à une colonisation à la papa, merci l'on a vu le carnage il aurait mieux fait de donner l'indépendance comme Maurice à l'image de l'empire britannique avec le Commonwealth des Nations depuis 1947 de l'association d'anciennes colonies sous protectorats de l'Empire britannique ... le développement aurait était certainement autrement , mais l'on va pas refaire l'histoire , suffit de voir comment Debré à transformé l'École nationale d'administration (ENA) école pour crétins , remarquez c'est vite oublier que Michel Debré adhèrera tout d'abord à l'Union démocratique et socialiste de la Résistance (UDSR) ,et oui Debré était un gauchiste avant l'heure vu que Mitterrand fricotera avec le gouvernement de Vichy plus rien étonnant de voir ensuite pourquoi ce pays est antilibéral...

12.Posté par ROCHEFORT le 17/10/2010 08:17
Amnésie ou Alzheimer. Monsieur R.ROBERT a passé sous silence, alors qu'il était fonctionnaire de l'Etat Français, son action, son combat pour l'indépendance de la Réunion soutenu en cela par tout le parti Communiste Réunionnais (ex PCF mais s'étant rattaché au PC Soviétique) et notamment par P.VERGES.
Il fallait démissionner de sa fonction pour pouvoir mener honnêtement ce combat. Ce combat n'était pas mené pour offrir aux Réunionnais une vie meilleure mais pour assumer un pouvoir type Cubain ou Coréen du Nord.
Avant de s'offusquer, il faut raconter l' HISTOIRE : la VRAIE. Pourquoi une telle omerta de la part des rescapés du PCR. Il y a t'il quelque chose à taire ?

13.Posté par Jycroispas le 17/10/2010 19:23
A ces vieux cocos, toujours à se retourner vers ces histoires qui ont servi pendant des années à créer des héros cocos qui sont obsolètes aujourd'hui.
Pourquoi n'a t 'il pas tous simplement démissionner à l'époque afin de poursuivre son combat ?

14.Posté par mètankorlapasé le 17/10/2010 19:48
Ils font pitié ! Arrêtez, je vais pleurer ! Oh ces pov coco-capitalo au max!

Nouveau commentaire :
Twitter

4, cité Fontaine
97400 Saint-Denis

06 93 010 810
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales