Politique

Roches noires : Des galets de 3 tonnes pour repousser l'échéance


Roches noires : Des galets de 3 tonnes pour repousser l'échéance
Roches noires portera encore mieux son nom. Une semaine après l'effondrement de 50 mètres du mur de soutènement longeant l'esplanade des Roches noires, des travaux s'engageront dès jeudi matin. Dès demain, des travaux préparatoires d'ensablement débuteront pour mieux accueillir des blocs rocheux d'une à trois tonnes. L'ouvrage provisoire sera constitué sur sa totalité en 15 jours.

La mairie de Saint-Paul veut aller vite. "Les invectives en notre direction ne feront pas avancer les choses", regrette Huguette Bello qui demande de "l'humilité face aux éléments naturels". Et la députée-maire d'évoquer la "prudence" qui doit caractériser la prise de décisions sur de telles opérations. "Les conséquences de la ravine St-Gilles et de la digue du Port qui bloquent le réensablement de la côte", combinées à "un réchauffement climatique" dont nul ne connaît la portée sont des facteurs évoqués par la députée-maire qui continue d'affronter "les personnes qui nous traitent d'incompétents".

Le montant estimé de ces travaux d'urgence est de 150.000 euros. "Urgence" : Le mot a été répété à plusieurs reprises ce matin par les élus.

Roches noires : Des galets de 3 tonnes pour repousser l'échéance
Enfin, et comme nous vous l'annoncions lundi, des stabiplages, ces sortes d'énormes chaussettes géotextiles remplies de sable seront étendues sur la façade Sud de l'esplanade, soit en face du mur qui n'est pour l'heure pas parti à l'eau, explique Laurent Robert, directeur général des services techniques.

La mairie prend les devants face à la dégradation prévisible de ces dispositifs. "Rien ne garantit qu'une houle très forte amenée par un cyclone ne fasse pas bouger les roches qui seront posées ou encore dégradera le stabiplage", reconnaît Laurent Robert. Une précaution de langage bien utile face aux critiques à venir. "Les stabiplages ont été commandés en début de semaine. Ils sont attendus pour le mois de janvier", selon le DGST.

La solution de long terme pour la protection de ce littoral ne viendra quant à elle pas avant des années. Le 7 janvier 2013, un appel d'offres restreint sera émis par la municipalité. Le début des études en elles-mêmes commencera fin mars. Les entreprises consultées devront proposer des options sérieuses pour protéger les premières habitations et commerces du littoral. Un premier mur, "pas aussi haut que celui qui est tombé" devrait être aligné derrière les blocs rocheux disposés prochainement. Un second mur, cette fois-ci enfoui, devra protéger (définitivement ?) des infiltrations d'eau.

Mercredi 26 Décembre 2012 - 12:44
ludovic.grondin@zinfos974.com
Lu 2476 fois




1.Posté par Thierry le 26/12/2012 13:10

Pour casser la houle ... rien de mieux qu'une barrière de corail ... ou dans l'attente ...peut-être aussi disposer ces rocs ... de + 3 tonnes en mer ... qui servirait aussi de lieux d'implantation des coraux ... Je ne suis ni scientifique, ni architecte du milieu marin ... mais quand on veut, on peut ... et la barrière servirait contre les requins ... n'est pas pas ???

2.Posté par noe le 26/12/2012 14:52

Le problème de cet endroit c'est qu'on a laissé jadis les constructions se faire sur le sable , la plage du coin .. comme ce resta construit sur la plage même ... ce n'est pas la plage qui recule mais les construction sont venues sur la plage ... et aujourd'hui on ne peut que constater que la plage disparaît mais bien sûr à cause des constructions !!!
Maintenant on veut que la mer recule ? ça fait rire les canards ...car pas sérieux !
De plus pour la sécurité et pour attirer les toutistes il faudrait mettre de vrais filets anti-requins au large vers 500 m du rivage !!


" C'est très curieux : ce sont toujours les célibataires qui vous donnent des conseils pour élever des enfants." (Paul Claudel)

3.Posté par laure974 le 26/12/2012 15:12

Pareil on a que ce l'on mérite. Les constructions étaient trop sur les plages. Thierry, votre commentaire part d'un bon sentiment mais je pense qu'il vaut mieux éviter de trop changer l'éco-système de la mer en y implantant des coraux qui ne sont pas censés se trouver à cet endroit là. Pour ce qui est des filets anti-requins, peut-être est-ce plus judicieux? Mais là n'est pas le sujet. Il va falloir arrêter de construire trop près de la mer.

4.Posté par vipère le 26/12/2012 15:29

l'erreur aura été l’aménagement du port !

je crains qu'à terme tout cela soit bien laid

les Roches Noires ont vécues Saint Gilles aussi

reste la spéculation immobilière, cause de tout ça

5.Posté par Môvélang le 26/12/2012 15:38

pourquoi ne pas faire le travail une bonne fois pour toute, on fait du provisoire pour recommencer demain ?
hum!!!!!!!!!!, ah çà l'argent con-tribuable, pas lézot !ah! bon, mi comprends mieux

6.Posté par saint expedit le 26/12/2012 15:53

4.Posté par vipère
l'erreur aura été l’aménagement du port !



La deuxième erreur a été la construction du mur de soutènement alors que celui de boucan canot a été démoli il y a un vingtaine d'année pour être remplacé par l’aménagement en escalier.

la troisième erreur a été la non démolition de ce mur alors que tous le monde savait.

7.Posté par Boa Bill le 26/12/2012 17:22

"6.Posté par saint expedit le 26/12/2012 15:53"

La dernière erreur est de croire que la mer reculera, face aux aménagements ridicules qui se font avec force publicité pour préserver les tenants d'un "carré privé" qui n'ont pas encore compris que c'est à eux de reculer.

Bertel de Vacoa

8.Posté par Didier Moulbite le 26/12/2012 20:25

Il suffit de faire péter ce port qui pue et sa digue , de virer tous les pécheurs cradopro vers Sainte Marie et de laisser les bateaux à voiles et les canot-créoles de Carosse se charger de la pèche au boubouls.

Quant aux plongeurs , qu'on leur installe des pontons en leu et place de la ferme Aquachiotte.

9.Posté par otelareunion le 27/12/2012 12:33

à 150.000€ les 3 tonnes de cailloux , je voudrais bien être l'entreprise de ce chantier surtout que c'est pas très dur de trouver des caiiloux à la Réunion à savoir que se sont des travaux d'urgence et que les entreprises TP sont en congés du 19/12 au 17/01 donc l'appel d'offre à été si on peu dire que restraint à savoir si ça été fait, et que l'entreprise retenue à été certainemant plus que restrant si on peu dire,quand même 150.000€

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter


Dans la même rubrique :
< >

Vendredi 28 Juillet 2017 - 10:52 Contrats aidés : "Il faut s'attendre à une baisse"