Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable


Partager

Rivièrois ou Saint-Louisiens ? Ils s’en foutent !



Rivièrois ou Saint-Louisiens ? Ils s’en foutent !
Natif de La Rivière, j’ai quitté mon pays yab en 1958 contraint et forcé : le seul lycée était à Saint-Denis. J’y suis revenu épisodiquement pour les vacances, pour voir les amis, pour voter. Jamais ces cinquante-quatre années ne m’ont fait oublier mes racines, mes champs de cannes, mes potes et mes vieux instituteurs. On ne gomme pas ainsi sa mémoire profonde : mon nombril lé enterré là-même !

J’ai aussi vécu pas mal de temps à Makes. Enfin, je suis très attaché à Bois-de-Nèfles Cocos : mon papa a géré, pour le compte de son oncle Léonus Bénard la Balance Cocos.

Ces trois noms, La Rivière, Makes, Cocos font toujours resurgir en moi une foule de souvenirs et beaucoup de nostalgie.

De toute éternité, la différence a été sensible entre Rivièrois et Saint-Louisiens. Si le sang y est également chaud, la population n’y est pas pareillement constituée. Saint-Louis est plus industrielle ; La Rivière plus rurale et artisanale. Les mentalités, sans qu’il soit question d’opposition franche, sont nettement tranchées. Un symptôme parmi d’autres : les gens d’en haut, parlant de leur patelin, disent « La Rivière », pas « La Rivière Saint-Louis » ! Ce dernier vocable est réservé à ceux qui veulent, en parlant, faire la différence avec « La Rivière Saint-Denis ». Dès que l’on franchit la limite nord de Saint-Louis, on est en pays différent. A la Balance Cocos, on n’est plus à Saint-Louis. A Gol-les-Hauts, pas plus. Encore moins à Ouaki, Makes ou Tapage. Quant aux habitants de Petit-Serré, sont-ils Saint-Louisiens, Rivièrois ou… déjà Cilaosiens ?

Ces personnalités nettement affichées sont irréductibles les unes aux autres mais il est à noter qu’une vieille communauté d’histoire n’a jamais empêché ces populations de faire route solidaire.

Avec le temps et l’augmentation de la population, il était inévitable que les destins prennent des tours différents pour tenir compte des conceptions variables de l’avenir. C’est le maire Guy Ethève, je crois, qui a le premier mis en chantier le long processus devant aboutir à la partition. Claude Hoareau vient d’initier ce qu’il convient de saluer, même si l’on est comme moi « un anti communiste primaire et viscéral », comme ils disent. Rien moins qu’un mini référendum pour que les habitants des Makes ou de Bois-de-Nèfles décident en leur âme et conscience de leur future appartenance communale : Saint-Louis ou La Rivière ? Vous voyez bien qu’il n’est pas si mauvais, cet homme.

Alors, j’ai été choqué, outré, enragé de constater que la très grande majorité des habitants ne s’est pas déplacée pour voter. Comment… Voilà une population à laquelle on demande de choisir son destin et qui refuse de se prononcer ? On lui accorde un privilège sur un plateau et elle n’en veut pas ?

Il y a dans ces deux cantons des adversaires de Claude Hoareau et de Cyrille Hamilcaro. Cela aurait été, à tout le moins, une excellente occasion de ne plus les avoir sur le dos (pour rester dans un raisonnement terre-à-terre). Ils n’ont même pas saisi l’opportunité. Comme s’ils se fichaient de leur avenir, de leur destin, comme de leur premier rougail saucisses !

Les arguments développés sur les ondes par les partisans et adversaires de La Rivière ou de Saint-Louis sont également valables, la question n’est pas là. Elle est de savoir si des citoyens que l’on dit normaux sont conscients de ce que leur attitude peut avoir d’incongru. S’ils veulent se prendre en main ou suivre bêtement le troupeau en se moquant des conséquences comme d’une guigne.

En entendant les résultats, ce dimanche-là, j’ai eu le cœur gros. Ma Rivière mérite mieux que cette indifférence chargée de mépris et de bêtise. Saint-Louis aussi. Merci pour ton initiative, Claude. Mais i tire pas de l’eau dans in’ roche, camarade.

Jules Bénard

Vendredi 28 Décembre 2012 - 11:17
.
Notez

Lu 608 fois, cliquez sur une des icônes ci-dessous pour partager cet article avec votre communauté



1.Posté par nicolas de launay de la perriere le 28/12/2012 17:58 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
bien dit pour une fois, tout est question de "conscience".
il es temps pour certains médias et notamment radiophonique, de dépasser leur rôle de réceptacle à ladi lafé, pour véritablement "détaker" les pensées et les consciences.


Nouveau commentaire :
Twitter


Recevoir le journal de Zinfos


Zot Zinfos

Zot Zinfos

Tournoi Futsalon et Tennis-Ballon les 16 et 17 août: Fête patronale de la Commune de Ste-Marie

0 Commentaire - 31/07/2014

La prise d'otage de Tak

2 Commentaires - 30/07/2014

Collectif Citoyen Cimendef après l’entrevue avec le président de la Région Réunion et le Maire de Saint-Paul

1 Commentaire - 30/07/2014

Voyages organisés ou "à forfait": Le CIED Réunion vous informe sur la réglementation européenne

0 Commentaire - 29/07/2014

Nathalie Bassire: "Réveillez-vous !"

13 Commentaires - 28/07/2014

Création du club "Jeu d'échec dann Trois Bassins"

2 Commentaires - 28/07/2014

A couillon... couillon et demi

0 Commentaire - 28/07/2014

Au jardin de mes souvenirs d’enfance à St-Leu

0 Commentaire - 28/07/2014

Il existe bel et bien des alternatives crédibles à la NRL

3 Commentaires - 28/07/2014

2ème Congrès Tamoul Dravidien 2015

0 Commentaire - 28/07/2014

Derniers commentaires