Société

Risque requins : L'arrêté préfectoral prolongé jusqu'au 15 septembre 2014

Le Préfet prolonge l'arrêté portant réglementation temporaire de la baignade et de certaines activités nautiques, jusqu’au 15 septembre 2014. Voici le communiqué:


Risque requins : L'arrêté préfectoral prolongé jusqu'au 15 septembre 2014
Jean-Luc Marx, préfet de La Réunion, a pris ce jour un nouvel arrêté portant réglementation temporaire de la baignade et de certaines activités nautiques, applicable   jusqu'au 15 septembre 2014. Cet arrêté entrera en vigueur le 16 février 2014, date à laquelle le précédent arrêté préfectoral (arrêté n°1821 du 27 septembre 2013) cessera de produire ses effets.

Cet arrêté, comme le précédent, a pour objectif d’interdire, dans la bande des 300 mètres du littoral du département de La Réunion, sauf dans le lagon et, en dehors du lagon, dans les espaces aménagés et les zones surveillées définies par arrêté municipal, les activités les plus exposées au risque requin.

Ce nouvel arrêté préfectoral s’inscrit dans le prolongement du précédent.


I.   Les activités interdites (en dehors du lagon, des espaces aménagés et des zones surveillées)

Les activités interdites restent identiques à celles visées par le précédent arrêté, à savoir :

·    la baignade, y compris lorsqu’elle s’effectue à l'aide d'un équipement de type palmes, masque et tuba ;

·    les activités nautiques utilisant la force motrice des vagues (surf, bodyboard, bodysurf, longboard, paddleboard).

Les mesures d’interdiction prévues par ce nouvel arrêté préfectoral ne sont pas exclusives de la prise ou de l’existence éventuelle d’arrêtés municipaux plus restrictifs.

Le Préfet rappelle que la liste des activités interdites en dehors du lagon, des espaces aménagés et des zones surveillées est limitative.


II.   Les activités possibles (en dehors du lagon, des espaces aménagés et des zones surveillées)

S’agissant des activités non interdites (plongée, pêche sous marine, etc…), en l’absence d’une réglementation spécifique plus restrictive, elles demeurent possibles et s’effectuent aux risques et périls de leurs usagers. Le Préfet recommande aux pratiquants d’effectuer
ces activités en groupe, sous l’encadrement et la responsabilité des professionnels de la mer.


III.   Contexte rendant nécessaire la prolongation des mesures de restriction

La reconduction de ces mesures temporaires de restriction s'avère incontournable dans un contexte de maintien du niveau élevé de risque, notamment caractérisé par :

·    la persistance d'une présence régulière de requins potentiellement dangereux sur le littoral réunionnais, attestée par les études scientifiques en cours et les signalements collectés.

·    l’insuffisance, à ce jour, d’éléments probants issus des études en cours (étude CHARC notamment) qui permettraient de revenir sur ce principe d’interdiction,

·    la nécessité de disposer des premiers résultats de certains projets en cours, notamment :
-    le projet expérimental CAPREQUINS conduit par le Comité régional des Pêches Maritimes de La Réunion, qui a débuté le 14 janvier 2014,

-    la 2e phase du programme « ciguatera », actuellement en cours, qui permettra de disposer d’un échantillonnage plus représentatif de 90 requins supplémentaires,

-    l’approfondissement de l’évaluation du dispositif vigies-requins, au regard des particularités de cette technique de sécurisation, par la réalisation d’une étude pilote portée par la Ligue de surf avec le soutien financier du Conseil régional et de la DJSCS, engagée depuis le début du mois de janvier 2014.

-    le retour d’expérience sur les projets innovants initiés par certaines communes en partenariat avec la collectivité régionale et l’Etat

-    l’étude participative sociale et économique relative à la prévention et à la gestion du risque requin, dénommée « Mieux connaître pour mieux agir  », qui a débuté en janvier 2014.

IV.   Mise en place d’un centre de ressources et d’appui relatif au risque requin

La mise en place d'un cadre approprié et durable de gestion du risque requins constitue une priorité d’action. Tel est l'objet du projet de mise en place d'un observatoire du risque requin à La Réunion, prévu par le plan gouvernemental du 19 juillet 2013. Il s’agira d’un centre de ressources et d’appui, qui sera à la prévention du risque requin l’équivalent du CEDRE (Centre de Documentation de Recherche et d'Expérimentations sur les pollutions accidentelles des eaux), basé à Brest, en matière de lutte anti-pollution.

Une réflexion est engagée afin de définir les missions de cette structure et les modalités de son financement, en lien avec les collectivités locales. 

Le Préfet recommande la plus grande prudence à l’ensemble des pratiquants d’activités nautiques et rappelle que le risque « zéro » n’existe pas, y compris lorsque ces activités se pratiquent dans des espaces aménagés et des zones surveillées

Toutes les informations relatives aux démarches de réduction du risque requin à La Réunion, dans l'ensemble des domaines, sont disponibles sur le site Internet dédié : www.info-requin.re
Vendredi 14 Février 2014 - 15:45
Lu 1069 fois




1.Posté par quelle honte !!! le 14/02/2014 17:40
Bravo, super, magnifique !!!
Le délire continue ...
Et le monde entier continue de rigoler : ça c'est un gouvernement réactif et engagé.

2.Posté par Pèf Pèf le 14/02/2014 18:33
Les futurs touristes des îles Vanille remercient le Préfet, les pouvoirs publics, et nos scientifico charlots apprentis sorciers qui ont mené des expériences grandeurs nature au sein de notre belle île.

Ces touristes iront ailleurs qu'à la Réunion se baigner en toute sécurité.

Professionnels du tourisme, à quand la mobilisation pour dénoncer tant d'INCOMPETENCE?

3.Posté par nsnf le 14/02/2014 20:56 (depuis mobile)
@1 et 2
Voila 2 beaux spécimens OPRRPNE.....pour qui de toute façon peu importe ce qu''il sera fait ils seront jamais comptent et l''état sera responsable...

4.Posté par Dimitri ALAIN le 15/02/2014 06:28
et nsnf nos représentants de l'état locaux qui ne sont pas capables de se mettre d'accord sur une solution durable pour nos plages et comme vous dites il faut arrêté de tiré sur l'état et le seul qui prend réellement ses responsabilités c"est bien le préfet ,pas nos pantins locaux qui ne pensent qu' a leurs petites magouilles .et les touristes vont allé bronzer sous d'autres cieux chez nos voisins iles vanilles u[

5.Posté par Tonton le 15/02/2014 06:41
Voila LE BON EXAMPLE du boycottage du tourisme de la Réunion par le gouvernement HOLLANDE, et l'antillais Lurel.

Merci pour casser nos emploi, Monsieur Marx, 2 ans que vous avez passer inactif, inutil et en interdisans tout et n'importe quoi.

Belles vacances sous les cocotiers, hein? Et en prime la surremunération. La vie est belle....

6.Posté par nsnf le 15/02/2014 09:19 (depuis mobile)
@5 l''exemple du jaloux qui voit pas plus loin que sa dodo.moi entre un billet a 500€ et un 1000€ j''ai vite choisi.et la suremuneration des kreol en profitet aussi et beaucoup d''entreprises vivent grace à l''argent depenser par ceci...

7.Posté par jean frankoi dusson le 15/02/2014 09:50
oui tonton, c'est tres bon d'elargir sur hollande, mais attention de pas causer gras sur sini

Nouveau commentaire :
Twitter


Dans la même rubrique :
< >

4, cité Fontaine
97400 Saint-Denis

06 93 010 810
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales