Faits-divers

Risque requin: Plus de contrôles et d'information, la préfecture adresse une circulaire aux communes

Dans son ordonnance du 13 août, le Conseil d’Etat valide la nécessité à court terme d’interdire la baignade et certaines activités nautiques et ordonne qu’une publicité adéquate soit donnée à cette interdiction ainsi qu’aux risques encourus. L’information de la population, permanente ou de passage, doit donc être assurée par l’ensemble des acteurs concernés, en fonction de leurs compétences. Les forces de sécurité devront accroître les contrôles pour faire appliquer cette réglementation en faisant preuve, autant que possible, de pédagogie. Le préfet rappelle l’engagement de l’Etat et de ses partenaires dans l’ensemble des actions déjà initiées et confirme que les modalités de prolongations éventuelles de la réglementation seront étudiées dans le cadre du comité de réduction du risque requin (C4R) avant le 1er octobre 2013. Voici l'intégralité du communiqué de presse de la préfecture


Risque requin: Plus de contrôles et d'information, la préfecture adresse une circulaire aux communes
Le Conseil d’Etat valide la nécessité à court terme d’interdire la baignade et certaines activités nautiques et ordonne qu’une publicité adéquate soit donnée à cette interdiction ainsi qu’aux risques encourus.

Dans son ordonnance du 13 août 2013, le Conseil d’Etat confirme l’importance du risque d’attaque de requin qui prévaut à La Réunion, et considère que ce risque "excède ceux qui peuvent être normalement encourus lors de la pratique d’une activité sportive ou de loisir par une personne avertie". L’existence de ce risque crée "une situation exceptionnelle, qui impose aux autorités publiques de déterminer d’urgence les mesures de leur compétence de nature à réduire ce danger".

Le Conseil d’Etat valide par ailleurs l’orientation prise par le préfet dans son arrêté du 26 juillet 2013, en considérant que "à court terme, seules les mesures d’interdiction de baignade et d’activités nautiques, dans des zones où un dispositif efficace de surveillance et d’alerte n’a pas été mis en place, sont susceptibles de supprimer le risque d’attaque, à la condition que ces interdictions soient respectées". Cela implique que ces interdictions doivent être "convenablement signalée et que la population soit largement informée".

En conséquence, le Conseil d’Etat considère "qu’il y a lieu d’enjoindre à l’autorité préfectorale (...) de s’assurer qu’une information suffisante est assurée sur les interdictions de baignade et de certaines activités nautiques édictées, jusqu’au 1er octobre 2013, et les risques encourus par le non respect de ces interdictions".

L’information de la population, permanente ou de passage, doit donc être assurée par l’ensemble des acteurs concernés, en fonction de leurs compétences.

Dans une circulaire adressée ce jour aux maires, le préfet leur demande, au regard de leur double qualité d’agent de l’Etat et d’exécutif de leur commune :

- de mettre en œuvre immédiatement toutes les mesures nécessaires pour assurer la publicité de l’arrêté préfectoral du 26 juillet 2013, notamment s’agissant de l’affichage de cet arrêté à proximité de l’ensemble des plages, spots de surf et de tout accès à la mer (que la baignade et les activités nautiques soient interdites, surveillées ou s’effectuant aux risques et périls des usagers de la mer) ;

- d’user de leurs pouvoirs de police spéciale de la baignade et des activités nautiques pour mettre en place une signalétique spécifique au risque d’attaque de requin.

La circulaire détaille les modalités de mise en œuvre de ces mesures et prévoit notamment que l’information et la signalétique doivent être adaptés aux zones concernées. Ainsi, sans préjudice de l’atteinte qui pourrait être portée à l’environnement, il conviendra de mettre en place, sur les plages et sur les lieux susceptibles d’être occupés par les baigneurs ou les pratiquants de surf et de bodyboard, des panneaux expliquant la réglementation en vigueur et le risque d’attaque. Ces panneaux devront être visibles par toute personne se rendant sur le site. Ils devront également être sécurisés et immédiatement remplacés en cas de dégradation.

Les travaux du comité de réduction du risque requin à La Réunion (C4R) devront permettre de proposer, dans un délai raisonnable, une harmonisation de cette signalétique sur l’ensemble de l’île.

Par ailleurs, le préfet demande aux collectivités et établissements publics en charge du tourisme et de sa promotion d’assurer une large publicité autour du risque d’attaque de requin, dans toute communication se rapportant à la baignade ou aux activités nautiques. Il est également demandé aux compagnies aériennes et maritimes d’enrichir les messages qui sont actuellement diffusés dans les avions et portant essentiellement sur les recommandations sanitaires, d’un appel à la vigilance.

Enfin, le préfet recommande à nouveau aux Réunionnais et aux touristes la plus grande prudence pour les pratiques des activités qui ne seraient pas interdites.

Les forces de sécurité devront accroître les contrôles pour faire appliquer cette réglementation en faisant preuve, autant que possible, de pédagogie.

Dans une instruction adressée ce jour aux forces de sécurité placées sous son autorité, le préfet demande un renforcement de la présence sur le littoral pour faire appliquer la réglementation. Si la priorité doit être donnée à la pédagogie, les policiers, gendarmes ou agents assermentés devront s’assurer du bon respect de cette réglementation par la verbalisation des contrevenants.

Le préfet demande enfin aux maires de donner instructions aux polices municipales de faire appliquer la réglementation dans les mêmes conditions.
Jeudi 22 Août 2013 - 19:26
.
Lu 1379 fois




1.Posté par gilbert le 22/08/2013 21:11
"un renforcement de la présence sur le littoral pour faire appliquer la réglementation"
tant qu'à faire, ainsi on pourra en profiter pour verbaliser les massacreurs du corail bien en vue

2.Posté par Asterix Zépérils le Surfer Gaulois le 22/08/2013 23:25
Autrement dit l'état doit réguler les requins bouledogues en prolifération et les ecolos-bobos qui font des cauchemars en ce moment....Mouahahahahahaha :)


3.Posté par idiot irresponsable le 23/08/2013 06:36
2.Posté par Asterix Zépérils le Surfer Gaulois

oui comme a Hawaï! ( 7 attaques depuis le debut de l'année)

4.Posté par mwen lé pa plis mwen lé pas moins le 23/08/2013 10:07
On s'oriente vers une dépossession totale de l'espace marin . Nous allons devenir une ile prison. Le lagon va payer un lourd tribu à cette crise et, alors que nous voulions le sauver, nous allons le tuer.
Les bouledogues, espèce territoriale, ont pris possession de nos côtes a travers une prolifération non régulée. Non seulement ils tuent nos enfants, mais ils portent atteinte aux bienfaits que la réserve marine aurait du induire. Ainsi , au lieu de voir plein de poissons autour de la barrière, l'océan est désespérément vide. Car tous ces requins , il faut bien qu'ils se nourrissent. Et ils le sont ! Le dernier rapport de l'iRD sur le programme CHARC indique la taille des spécimens marqués. Ainsi , alors que le musée océanographique de floride mentionne une taille moyenne de 2.25m pour les mâles et 2.4m pour les femelles, la taille moyenne des requins marqués ici est de 2.9 m !! Imaginez le tonnage de poisson que ce prédateur consomme! Car même si, pour sa taille, le requin est économe, c'est toute de même un gros poisson qui peut manger jusqu'à 1/3 de son poids, soit 100kg de poisson pour un requin de 3m.
Il faut réguler cette espèce car elle est écologiquement nuisible. Et il convient de la traiter comme tout autre poisson sans mettre cette espèce au dessus des autres.

5.Posté par Tonton le 23/08/2013 11:32
toujours pareil: on fait qq décret à la hâte & à la con.... et on laisse l'application (et les couts) aux autres.
Ce préfet est une misère.............

6.Posté par polo974 le 23/08/2013 16:29
Et pourquoi ils n'interdisent pas de traverser la rue, de monter un escalier, etc...

Nouveau commentaire :
Twitter


Dans la même rubrique :
< >

4, cité Fontaine
97400 Saint-Denis

06 93 010 810
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales