Economie

Rhum Charrette rentre dans le giron du Groupe Chatel

Le groupe La Martiniquaise, numéro deux français des spiritueux, cède Quartier Français Spiritueux Outre-Mer à un consortium emmené par le Groupe Chatel.


Alain Chatel (Image d'archive)
Alain Chatel (Image d'archive)
Le consortium formé par le Groupe Chatel avec Terroirs Distillers, Adrien Bellier et Unigrains a acquis le 19 décembre 2012 auprès de la Compagnie Financière Européenne de Prise de Participation (COFEPP), holding du groupe La Martiniquaise, 100% de Quartier Français Spiritueux Outre-Mer. Cette opération s’inscrit dans le cadre des cessions imposées par l’Autorité de la concurrence à la COFEPP suite à son acquisition de Quartier Français Spiritueux en févier 2011.

Quartier Français Spiritueux Outre-Mer, basé à l’île de La Réunion, possède, notamment, la marque Rhum Charrette, numéro un sur le marché des rhums à La Réunion et troisième marque de rhum blanc vendue en métropole, la Distillerie de Savanna, dont la capacité de production excède les 50 000 hectolitres d’alcool pur par an, et Réunion Boissons, société de distribution de vins et spiritueux à La Réunion.

Le Groupe Chatel, groupe familial réunionnais et acteur significatif sur le marché des spiritueux à La Réunion, a formé un consortium avec Terroirs Distillers, acteur significatif sur le marché des spiritueux en France appartenant à la famille Picard, Adrien Bellier (Famille Barau), principal exploitant de canne à sucre à La Réunion, et Unigrains, société d’investissement dans les domaines de l’agroalimentaire et de l’agro-industrie. Les membres du consortium, désormais réunis dans la Réunionnaise de Rhum, estiment que la grande qualité de leur partenariat réside dans la complémentarité de leurs métiers et de leur présence géographique.

Alain Chatel a ainsi atteint l’objectif qu’il s’était fixé de longue date, à savoir garder dans le périmètre réunionnais Rhum Charette, la marque de rhum emblématique de La Réunion. Il était crucial pour le dirigeant de préserver ce symbole de l’industrie réunionnaise, élément incontournable du patrimoine de l’île, si cher au cœur des Réunionnais et des visiteurs.

Par ailleurs, le rachat de la Distillerie de Savanna permettra, à n'en pas douter, d’innover sur le marché du rhum, localement ou à l’export. Alain Chatel a déjà rencontré les équipes des unités concernées par le rachat afin de se présenter et de faire leur connaissance. Bien qu’ayant changé d’actionnaire, chacune des entités concernées poursuivra normalement ses activités.

Ce sont désormais plusieurs mois de travail qui attendent les nouveaux actionnaires pour mieux connaître les structures, leurs équipes, et étudier avec elles les stratégies potentielles de développement.
Mercredi 9 Janvier 2013 - 14:07
.
Lu 13584 fois




1.Posté par noe2013 le 09/01/2013 14:23
ESt-ce que ce rhum aura le goût d'antan prisé des connaisseurs qui en prenaient avec du citron pour nettoyer leur gosier avant de déguster un bon carri de tangues ?

Le "charrette" actuel n'a pas de goût sauf le goût d'alcool à 49° ...on est obligé de le boire en "coup de sec" ... plus d'arôme ! rien !

2.Posté par PIerre Henri Ravaux le 09/01/2013 15:12
Félicitations à ce capitaine d'industrie qu'est Alain Chatel. Contrairement à d'autres qui ont toujours fait dans l'ostentatoire, au risque de perdre le groupe familial qu'ils avaient reçu en héritage, Alain Chatel a toujours fait preuve d'une grande modestie et d'un sens inné du respect de la parole donnée. En obtenant ce marché, l'homme décroche son bâton de maréchal. Bravo. Et dire qu'il n'aime pas les honneurs. Pourtant, il les mériterait tellement...

3.Posté par fortune immorale le 09/01/2013 15:43
Obtenez des terres grâce à votre appartenance ethnique. Exploitez ces terres et mettez les en valeur en exploitant des hommes. Et quelques siècles plus tard vos descendants seront des capitaines d'industrie. Vive la Réunion qui encense "ses grands hommes".

4.Posté par Simplet le 09/01/2013 16:52
@ Post 3 ...

Vous parlez de choses que vous ne connaissez pas ...
Et surtout vous parlez de quelqu'un que vous ne connaissez pas ...

J'ai eu à travailler avec Monsieur Alain CHATEL, et je confirme ce que dit Monsieur RAVAUX ... nous avons à faire à un homme de parole ... un homme de coeur ... et un vrai chef d'entreprise ... Des hommes comme j'en ai rarement rencontrés ...

Je n'ai pas pour habitude de passer la brosse à reluire ... Monsieur Alain CHATEL est vraiment quelqu'un de bien, autant sur le plan humain que sur le plan professionnel ... et cela n'a rien à voir avec ses ancêtres ... Il est ce qu'il est, et sa réussite professionnelle il ne la doit qu'à son travail ...

5.Posté par mazenbron le 09/01/2013 17:12
@post 3:Diriez vous la meme chose du malbar ou du chinois qui est devenu propriétaire de terres ? Faut peut-etre arreter avec le rhum Charrette ou le faire tourner sept fois dans votre bouche avant de lacher ce genre de rot .

6.Posté par PECPEC le 09/01/2013 20:24
Les cons ça ose tout etc....Tout le monde connait cette citation.
Mon pauvre gars (post 3) comment te permettre de critiquer quelqu'un que tu ne connais même pas...Alain Chatel en quelques mots, c'est travail, fidélité, honneur courage, engagement et tous les adjectifs qui en font un homme de grande valeur.......Toi le clown post 3, je t'offre tout mon mépris.

7.Posté par le paysan le 09/01/2013 20:29 (depuis mobile)
Post 3. vous avez une vision passéiste et parfaitement erronée de notre histoire.
les terres qui bornent mon champ à sainte-rose appartiennent à la famille...... Et ce n 'est que la face cachée de l 'iceberg et cette famille n 'est pas créole....

8.Posté par roca le 10/01/2013 08:02
Pauvre post 3 - L'ignorance est la mère de tous les désordres , pour être poli.
Ne vous en déplaise, M. CHATEL est quelqu'un de rare de nos jours.

9.Posté par nicolas de launay de la perriere le 10/01/2013 11:01
le commerce de l'alcool au vu de ses ravages, n'a rien de glorieux pour ceux qui en font le commerce.

merci à zinfos de ne pas censurer.

10.Posté par la lèche sport olympique le 10/01/2013 11:18
A tous les lècheurs. Renseignez vous sur qui était Adrien Bellier et quelle famille se cache derrière puisque leur nom pu le racisme : les Barau qui ont publiquement dit leur dégoût de se mélanger au créole de bas étage et à la négraille servile. Pour s'associer à ces gens là, ce Chatel n'est surtout pas un "grand homme" car ce qui défini un grand homme c'est sa rectitude morale. Ces racistes qui se cachent cultivent l'entre soi et les Barau, Lagourgue et consorts sont tous cousins. Vous pouvez poster 10 000 posts çà ne changera pas une vérité séculaire. Dans un héritage il y a le passif et l'actif. Quand on choisit l'actif, il faut assumer le passif bande de nazes.

11.Posté par J-L Gajac le 10/01/2013 12:11
Vous avez à la fois tous raison et tort et en tous cas bien tort de vous acharner bêtement sur le post 3. Pourquoi ?

Parce que les qualités attribuées sans doute à raison ici à M. Chatel se retrouveraient chez de nombreux planteurs anonymes qui sont oubliés ici dans le succès des industriels de la canne.
Sans la sueur des planteurs, des ouvriers des usines et de toute la population qui gravite autour, Mrs Chatel, Barau, Chateauvieux, X Thieblin, Isautier, jusqu'aux vieux Villèle ou Kerveguen, etc etc ... ne seraient rien. Ce sont eux qui récoltent les plus beaux fruits du labeur d'une population qui n'en ramasse que la dîme.

Nous sommes en système capitaliste où les moyens de production sont concentrées entre quelques mains et selon le rang de la naissance et du capital reçu dans le bec par papa et maman, on a ou pas l'accès à la "réussite".
En ce sens, post 3 a raison de souligner l'absence dans vos beaux discours de la cohorte des travailleurs, du cafre et du malbar en passant par le cafre-malbar et le petit blanc et toutes les variétés de créoles qui ont permis à ces quelques familles effectivement ethniquement homogènes de s'enrichir plus que de raison au regard de leur contribution au bien commun.

Il faudrait cesser de ne voir de la réussite que seulement là où des millions d'Euro sont brassés par les cols blancs et revenir à un peu plus de respect pour l'ensemble des travailleurs de la canne et non passer son temps à encenser les dirigeants et les propriétaires d'usines.
De plus, on se trompe lourdement en assimilant le directeur salarié au propriétaire réel caché derrière
les cotations en bourse.

Sans parler de collectivisme, il y aurait eu moins de souffrances et davantage de développement harmonieux de la Réunion si les bénéfices dégagés par ces sociétés avaient été réinvestis intégralement pour le bien être de cette île et de ces habitants et supervisés par des hommes intègres au service de tous. On en est loin.

Sans les combats des syndicats agricoles, avec ou sans les qualités exceptionnelles de M.Chatel , on en serait encore au chabouk et aux miettes jetées aux planteurs. Je me souviendrai toujours de ce technicien agricole, il y a seulement une quinzaine d'années qui a osé rentrer chez Barrau par le devant de la maison et qui s'est fait vertement engueuler par le "Maître" "Passe par la Cour Cafres !" ... sans commentaires.

La personnalité plus ou moins "sociale" des patrons d'industrie compte peu dans un contexte où le profit maximum concentré en quelques mains est le credo in unum Deum, l' Alpha et l'Oméga de toute la pyramide cannière.

Allons, messieurs, ayez une mémoire un peu moins sélective et un peu moins romantique. Ce n'est pas parce que certains ici qui chantent les louanges des usiniers ont pu bénéficier de terres ou de logements dans des bonnes conditions ou de largesses de la part de ces patrons-la-soie, de ces patrons-salons, qu'ils doivent oublier que c'était un dû pour tout le sang et la sueur versés par leurs ancêtres.

Certains Créoles ici adorent au 20 décembre encore et toujours fêter le Blanc, le Sarda qui a " libéré les gens de leurs chaînes", mais c'est parce qu' ils ont des oeillères. C'est toujours le fameux syndrome de Stockolm qui conduit les victimes à répéter inlassablement leurs échecs en s'en croyant responsables et à encenser leurs bourreaux.

Ne pensez vous pas qu'au lieu de fêter le "lbérateur" Blanc qui est le même que celui qui les a enchaînés deux siècles plus tôt, ils devraient fêter la Nature, le Soleil, la Mer, le Maloya, les valeurs de la Créolité et arrêter d'organiser leur pensée sur ce balancement obsessionnel entre demander "réparation" et couvrir de louanges les patrons Blancs de l'industrie cannière ?

On a ci-dessus un bel exemple de ce dont souffre le plus la Réunion dans son âme profonde.

12.Posté par PECPEC le 13/02/2014 12:47
Je retombe sur un article se rapportant au rhum charette et à la famille Chatel.
L’ancêtre Chatel est arrivé à la Réunion en provenance de Normandie ou il était fontenier, c'est l’ancêtre de la profession d'architecte. Puis ce furent des pharmacien, jusqu'au grand père d''Alain Chatel qui créa sa distillerie.
Pas de propriétaires terriens ou de détenteurs d’esclaves dans cette lignée. Des travailleurs un point c'est tout.
Il fallait bien retracer la lignée de la famille.

Nouveau commentaire :
Twitter

4, cité Fontaine
97400 Saint-Denis

06 93 010 810
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales