Economie

Révélations d'un audit : La Sicalait a délibérément masqué ses liens capitalistiques aux yeux de l'administration


En décembre 2014 et janvier 2015, la Sicalait traversait une tempête comme elle n’en avait jamais vécue. A peine arrivé aux commandes, Julien Huet, son nouveau président, balisait sa route par l’engagement de mandater un cabinet d’audit pour ausculter une coopérative qui implosait.
 
Cet audit a été mené dans les temps, conformément à la volonté du conseil d’administration de la Sica. Restitué au CA et présenté pour preuve de transparence aux adhérents et éleveurs de la coop’, cet audit avait pour mission de photographier le montage de la structure, comprendre son mode de fonctionnement et détailler ses relations avec ses filiales. Cet audit, Zinfos a pu se le procurer et vous le dévoile dans ses grandes lignes.
 
L’approche du cabinet d’audit est intéressante dans la mesure où elle ne s’attarde pas sur un amoncellement de chiffres. En questionnant notamment Yves Evenat (ex-directeur de filiales) et les membres de la direction, acteurs de la grève de décembre 2014 et janvier 2015, certaines animosités n’ont pas échappé à la finesse de l’audit.

L'implication d'Yves Evenat à plusieurs niveaux de la chaîne Sicalait
L'implication d'Yves Evenat à plusieurs niveaux de la chaîne Sicalait
"M. Evenat était en conflit avec l’ancien DG, monsieur Dekokère, ce dernier se voyant  reprocher un comportement "hautain"", relèvent les experts qui ont mené les entretiens. Le directeur contesté par les salariés s’en est pourtant tiré confortablement avec 105.000€ en guise de cadeau de départ. Loin, très loin des vœux des grévistes qui voulaient le voir déguerpir sans frais pour leur boîte.

Impossible au regard du droit du travail sans motif de licenciement autre que celui de quelques mots de travers. Malgré l’importance du solde de tout compte, la Sicalait avait évité bien pire puisque Olivier Dekokère avait des prétentions doublement plus importantes, selon nos informateurs à l’époque. Voilà pour la parenthèse douloureuse laissée par le passage de ce directeur.

"Une logique commerciale et non plus coopérative"

L’audit s’est donc aussi très longuement attardé sur les rapports de la Sicalait avec ses filiales. Celle de la SDPMA a retenu notre attention. Ce sigle ne parle pas au grand public mais c’est pourtant cette société qui pilote les fameux points de vente Fermes et Jardins.
 
Même si un schéma est plus parlant que des mots (voir le graphique plus bas), les experts mandatés par le conseil d’administration retiennent que le groupe Sicalait joue  et use de prises de participations intra-groupes.
 

Des PV non conformes fin 2014, en pleine grève
Des PV non conformes fin 2014, en pleine grève
L’intérêt de ce montage complexifié en miryade de filiales ? "Une volonté manifeste et revendiquée de masquer les liens capitalistiques entre Sicalait et ses filiales aux yeux du public et de l’administration afin de préserver un potentiel de subventions attribuées". L’essentiel est dit.
 
Le rapport invite même le conseil d’administration à se conformer à la loi de 1947 sur le statut des coopératives qui, si elle était appliquée par la Sica, entraînerait la requalification de son statut de coop’, rien que ça. La raison : 50 % des opérations financières intra-filiales devraient être effectuées au profit des sociétaires. Ce qui ne serait donc pas le cas.
 
La conclusion partielle des experts est assez troublante. La dénommée coopérative laitière n’en serait donc plus une depuis bien longtemps.

Une pratique "contraire aux autres structures coopératives"
 
Et pour cause, "le développement des enseignes à grande notoriété comme Fermes et Jardins et Magasin Vert a pour conséquence une structuration de groupe qui correspond à une gestion commerciale et non plus coopérative".

Aucune double signature ne vient confirmer l'approbation de rémunération d'Y. Evenat
Aucune double signature ne vient confirmer l'approbation de rémunération d'Y. Evenat
La logique de cette structuration plus commerciale que coopérative au sens de la loi a une conséquence non négligeable sur les petites mains à l’origine de la richesse de la Sicalait : "la  non remontée directe des ventes aux adhérents de la même Sicalait". Une pratique "contraire aux autres structures coopératives où quelque soit le point de vente, les ventes de l’adhérent remontent automatiquement dans les comptes de la coopérative", est-il certifié dans ce rapport.
 
Loin de se contenter de pointer les faiblesses du montage financier du fleuron économique de la Plaine des Cafres, les auditeurs offrent des perspectives de travail aux décideurs du groupe "pour que chaque euro engrangé profite d’abord et avant tout à l’éleveur". Car le rapport ajoute : "la logique économique (du groupe Sicalait) peut avoir un sens en termes de rentabilité, de développement de marchés et de création de valeur mais l’éleveur ne s’y retrouve pas".

Pas difficile de comprendre dans ces conditions que la filière ait perdu la moitié de ses éleveurs en l’espace d’une décennie pour plafonner à quelque 70 aujourd’hui, dont deux tiers en difficulté.


Jeudi 17 Septembre 2015 - 22:28
LG
Lu 5774 fois




1.Posté par matthieu le 18/09/2015 01:07
Tout cela tombe sous le coup de la loi,aux IMPOTS d'agir!

2.Posté par ben le 18/09/2015 09:34
que tout est fait pour que l'argent ne soit pas distribué aux eleveurs c'est aux eleveurs de demander des cmptes aux dirigeants, mais que ces filliales se créent pour pomper le maximum de subventions c'est aux administrations et aux elus de mettre un freins a tout cet argent de nos impots donné a enrichir certains

3.Posté par URCOOPA - CILAM - SICALAIT le 18/09/2015 10:46
b[donnez nous les salaires des dirigeants KLEIN - MARTINEL -EVENAT - GONTHIER - VARET - ESPITALIER -

4.Posté par Chris le 18/09/2015 11:33
Pierrot,
Dans de nombreux de tes articles et ceux de ton confrère, au sujet de la Sicalait ou ses filiales, nous voyons souvent apparaitre le nom d'un certain Evenat. Pourquoi?
Vous parlez de Julien Huet, nouveau président., qui a déclenché cet audit. Maintenant c'est un nouveau conseil d'administration et présidente, Mme Martha Mussard, il me semble. Que va faire Mme Mussard de cet audit qui dénoncent de nombreux "montages"? Au vu de vos articles de juillet dernier, elle etait en "concurrence" pour la présidence avec Julien Huet. Et a forcement donc d'autres objectifs que lui. Dans ses objectifs, elle souhaite le statut quo ou utiliser cet audit? Nous sommes au mois de septembre soit 3 mois depuis l'arrivée de Mme Martha Mussard, a-t-elle évoqué ce sujet? Qu'a-t-elle fait à ce sujet et d'autres?

5.Posté par coop pas cop le 18/09/2015 11:38
Messieurs les éleveurs, messieurs les agriculteurs: nous sommes au 21e siècle, et pour gérer une entreprise, cela demande des compétences. Gérer une entreprise nécessite des compétences de niveau BAC+3 minimum. L'idéal serait que la coopérative soir entièrement gérée par des coopérateurs, sans faire appel à des DIRECTEURS ou autres cadres non coopérateur.

6.Posté par breizhrun le 18/09/2015 11:42
IL Y A 10 ANS SDPMA C ETAIT QUOI UN PETIT MAGASIN EN VILLE DE ST PIERRE PRES DU MARCHE COUVERT AUJOUDHUI UNE JARDINERIE SUR LA 4VOIE TAMPON STPIERRE UNE AUTRE A ST LOUIS çA NE C EST PAS FAIT TOUT SEUL J ESPERE QUE LES ELEVEURS EN SONT CONSCIENT ET QU ILS NE VONT PAS TOUT FOUTRE EN L AIR

7.Posté par breizhrun le 18/09/2015 11:43
QUI A LA FRANCHISE GAMM VERT AUX ANTILLES

8.Posté par kld le 18/09/2015 12:06
capita quoi , listique ? je croyais que marx et engels avaient éradiqué ses suceurs de sang , adepte du vampirisme , me serais je tromper ?

9.Posté par Agriculteur_malheurux le 18/09/2015 12:15
Breizhrun: tout à fait très belle réussite que cette société. Mais les éleveurs doivent retrouver les investissements qu'ils ont consenti pour le développement de celle-ci! Les éleveurs ne sont pas des casseurs, ni des inconscients, ils souhaitent sûrement être maître de leur destin et avoir un projet de développement pour être encore rémunéré par leurs productions d'ici quelques décennies. C'est les actionnaires qui décident, ici ce sont des éleveurs! A eux de choisir!

10.Posté par fabulateur le 18/09/2015 12:16
Désoler, le passer c'est le passer mais c'est trop fort, aujourd'hui on voit pourquoi un tel acharnement pour discrédité M Dekokore, il avait commencer a montrer tout sa du doigt et voulais rendre aux éleveurs ce qui leur revenaient de droit., en autres ce qui couvrent cela on su tiré parti du conflit.
je pense quand même qu'il aurait fait du bon boulot pour redresser cette filière , qu'il a découvert entrain de couler tout doucement.
M LES ELEVEURS LE COMBAT OU PLUTOT LA JUSTIFICATION DEVANT LES SERVICE DE L'ETAT NE FAIT QUE COMMENCER? DES MOMMENTS DIFFICILES VONT ARRIVEES !!!!!

11.Posté par reagir le 18/09/2015 13:35
Magouille et compagnie. C'est toujours pareil: quelques personnes qui se croient impunies à jamais montent des projets alambiqués à leur profit ( de pouvoir et financier).
Z'infos doit suivre l'évolution de cette affaire. Depuis un moment, on tire le fil de la pelote des années passées dans cette filière...

12.Posté par Zoé le 18/09/2015 15:53
Ah oui ! Aux éleveurs de se porter partie civile pour réclamer des comptes (la solidarité du groupe se fera à contre sens...Des filiales vers la maison mère pour rembourser les éleveurs de leurs manque à gagner de toutes ces années).
Dommage que la classe action (action de groupe) ne soit pas encore permise en droit français, et pour cause..il y aurait beaucoup de structures qui devraient rembourser bien des choses...
Un système de pression juridique où le couperet ne serait jamais loin, serait surement plus sain dans nôtre société pourrie aussi bien par nos oligopole/monopole aux ententes flagrantes. Faire des proccés aux élus pour leur choix politique devrait aussi être permis quand il y a clairement des liens sous sous-jaccent d'ex activité économique ( exemple de Bachelot qui passe comme un fil un contrat de 1 milliard d'euro vite fait auprès des labo pharmaceutique pour la grippe H5N1 (plus bénine que tout en fait) et à qui on ne demande même pas des comptes, alors que c'est évident qu'il y a eu beaucoup de fric en dessous de table (elle est ex représente de groupe pharmaceutique, a été pharmacienne, et était démarchée régulièrement par les loobiiste). Cette dame là devrait dormir en prison normalement.
Qu'on commence à faire cracher tous ces pourris. Où il faut que l'on bloque la route pour demander que la cour des comptes est un droit de sanction des administrations et un droit de réforme??? Seule juste mesure à mon avis à mettre en place pour sauver notre système publique de la gangrène.

13.Posté par PECPEC le 18/09/2015 16:36
Des pompes à subventions sur le dos des contribuables afin de payer grassement une bande de nantis qui se gavent. Et le fisc dans tous ça il a surement son mot à dire et des fonds à lever. Le grand "baisé" le paysan fondateur et fournisseur spolié depuis des années....Certains ose encore se regarder devant un miroir....

14.Posté par Dominique P le 18/09/2015 17:48
Ce monsieur Evenat au vu de ses réponses, il est le concepteur de cette pyramide de filiales pour construire de groupe?
Pour ma part,si on se réfère à votre slid de l'organigramme, j'ai du mal comprendre pourquoi le pouvoir a été mis sur SDPMA plutôt que sa maison mère Sicalait?
Il a dû l'expliquer aux personnes qui ont réalisé l'audit. Pierrot qu'avez-vous là dessus ?

15.Posté par GIRONDIN le 18/09/2015 18:20
n'importe quoi!!!!

C'est de l'optimisation fiscale!!!!!!!


16.Posté par ben @pec pec le 18/09/2015 19:42
les grandsz baisés c'est plutot les contribuables que l'on suce pour payer des subvensions a des personnes sans aucune valeur morale

17.Posté par reagir le 18/09/2015 19:47
L'élevage laitier est subventionné et le secteur va très mal....mais avoir une position d''actionnaire important de la CILAM , de REUNILAIT ou de la SDPMA (37%,15%,93%) ce n'est pas rien financièrement ! Comprendre qui pourra !

18.Posté par Keyser Söze le 18/09/2015 19:51
mais fermez moi toutes ces coopératives bidons....

tout ce qu'elles font de bien, c'est de payer grassement deux trois péquenauds qui n'ont rien a faire des éleveurs locaux.........renvoyez moi tout ça des leurs cambrousses.....

19.Posté par Jean fred LEBON le 19/09/2015 13:42
madame la presidante il est encore temps laisse la place a mrs huet Julien et reste vice presidente le bateau est entrin de couler
regarde bien les grosse tete sont entrin de vous manipulez et ils panse qu'a leurs salaire et leur grosses primes et ils sont entrin de se proteger de touts les maguoilles que zot la fé
REFLECHIE BIEN MADAME LA PRESIDANTE CET LA SEUL CHANCE POUR REVOIRE LE BOUT DU TUNELLE!!! là vraiment nous va dire que vous la fait quelque chose pour la sicalait (eleveurs)

20.Posté par breizhrun le 19/09/2015 16:40
TOUTES LES COOP DYNAMIQUES DE METROPOLE FONT COMME _çA PAR EX TEREOS QUI ACHETE DES USINES A LA REUNION QUEL INTERET A COURT TERME POUR LE PLANTEUR SDE BETTERAVES ACTIONNAIRE DU FIN FOND DU BASSIN PARISIEN

21.Posté par stop manipulation BREIZHRUN le 19/09/2015 22:38
NON TOUTES LES COOP NE SONT PAS GEREES PAR DES TYPES QUI PROFITES GRASSEMENT DU SYSTEME, OUBLIES DE PRENDRE LEUR RETRAITE POUR ËTRE GRASSEMENT PAYER
NON TOUTES LES COOP NE SONT PAS DIRIGEES PAR DES GESTIONNAIRES QUI TRAFIQUES (VOIR AUDIT CI-DESSUS) POUR SPOLIER LES ACTIONNAIRES ELEVEURS
NON TOUTES LES COOP NE SONT AUSSI "FOLLES" AU POIN DE BERNER L ADMINISTRATION ET PAR LA MEME VOLER LES CONTRIBUABLES PAR DES SUBVENTIONS
NON TOUTES LES COOP NE TRANSFERT PAS LEUR POUVOIR A UNE FILIALE OU LES ELEVEURS NE SONT MEME PAS REPRESENTES

Nouveau commentaire :
Twitter


Dans la même rubrique :
< >

Vendredi 2 Décembre 2016 - 17:47 La Réunion monte à bord du Train des Outre-mer

4, cité Fontaine
97400 Saint-Denis

06 93 010 810
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales