Social

Réunion entre l'INSEE et l'ARCP sur la pauvreté

En ce moment, à New-York, se tient le sommet de la pauvreté réunissant les chefs d'État et de gouvernement des 192 Etats membres de l'Onu qui pourraient acter la mise en place de "financements innovants". Ici, l'Alliance des réunionnais contre la pauvreté (ARCP), menée par Jean-Hugues Ratenon, a sollicité une réunion d'information auprès de l'INSEE Réunion pour discuter de cette thématique.


RSPEAK_START L'objet de la rencontre de ce matin devait mener l'ARCP à mieux connaître le calendrier des études menées par l'INSEE, mais aussi, nous révèle un membre de l'ARCP, de "mettre un peu de pression pour réactiver des études qui tardent à venir".

Au bout de la rencontre, le leader de l'ARCP, Jean-Hugues Rateon, accompagné de membres du collectif, s'est montré plutôt déçu de ne pas obtenir de nouvelles statistiques concernant l'état des lieux de la pauvreté dans l'île. "Nous devons nous contenter actuellement de nos 52% de la population en-dessous du seuil de pauvreté", précise-t-il. "Tout laisse à penser que de nouvelles études viendront noircir le tableau selon les dires du directeur de l'INSEE avec lequel nous nous sommes entrevus", poursuit Jean-Hugues Ratenon.

35.500 chômeurs qui ne font plus l'effort

Mais l'ARCP veut persévérer : "nous avons besoin de chiffres pour connaître l'état des lieux réel de la situation réunionnaise". Jean-Hugues Ratenon reste alarmiste sur la spécificité des chômeurs "à la frontière", soit près de 35.500 individus qui ne font plus l'effort de s'inscrire au Pôle emploi. "Ils se sont désengagés du système. C'est pour eux aussi qu'une meilleure photographie de la situation est indispensable", souligne-t-il.

Les indicateurs sur lesquels s'appuie la statistique publique à La Réunion date de 2006. "Aucune enquête ne révèle, pour le moment, l'évolution du taux de pauvreté des réunionnais sur les quatre dernières années", s'écrit Jean-Hugues Ratenon qui ajoute : "depuis 2006, on a quand même connu une crise mondiale qui a fait évoluer les données localement, où sont-elles ?".

Des promesses d'engagement d'enquêtes dans les prochains mois

Le seuil de pauvreté national qui est passé en 2010 de 880 euros à 910 euros révèle déjà que l'on est de plus en plus pauvre tout en ayant de meilleurs revenus. La situation est d'autant plus critique que de nombreux chômeurs vont être en fin de droit à l'ASSEDIC.

L'ARCP repart malgré tout avec des promesses d'engagement d'enquêtes. Une première va démarrer dans trois semaines, elle concernera le budget des familles pour des résultats attendus en 2012. Dans la foulée, une autre sur l'inégalité des patrimoines. Mais la plus symbolique reste celle du revenu médian des foyers réunionnais qui sera livrée entre fin 2010 et début 2011.

Entre temps, l'ARCP ne relâche pas la pression. Un point intermédiaire sera effectué entre l'association et le directeur de l'INSEE le 9 novembre prochain.   RSPEAK_STOP
Mardi 21 Septembre 2010 - 11:38
Ludovic Grondin
Lu 1200 fois




1.Posté par Papapio, ni macro ni géniteur payeur le 21/09/2010 12:34
"depuis 2006, on a quand même connu une crise mondiale qui a fait évoluer les données localement, où sont-elles ?" .... Merci de nous soutenir dans ces démarches auxquelles L'INSEE se refuse... Surtout de corrélation possible entre la pauvreté, le chômage et la Monoparentalité presque exclusivement Féminine archi-subventionnée dans les Pouponnières... N'est ce pas ?!...

"engagement d'enquêtes.../...elle concernera le budget des familles" Alors là, on est curieux d'en connaitre enfin les résultats dissociés par GENRE, a moins que l'INSEE ne reçoive a nouveau des ordres pour noyer le poisson... Les Pères déjà saisis et dorénavant au chômage vont crever le plafond.

2.Posté par zoizo le 21/09/2010 13:17
ça sent les élection ? des partielles quelque part pour le camarade Ratenon ? Entre lui et Savatier il ne devrait plus y avoir de pauvre dans ce département.

Nouveau commentaire :
Twitter

4, cité Fontaine
97400 Saint-Denis

06 93 010 810
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales