Politique

"Réunion-Afrique: un pont trop loin ?"

Tribune libre de Pierre Vergès:


"Réunion-Afrique: un pont trop loin ?"
A l'occasion de la visite dans notre île, en ce début de semaine, de l’Ambassadeur de France en Afrique du Sud, Son Excellence Mme Barbier, à qui je souhaite la bienvenue, il me semble utile de nous interroger sur l'état de nos relations avec le continent africain.
 
La Réunion est partie intégrante de l'espace africain. Trop souvent, nous en sous estimons la portée, alors que le continent africain se trouve à moins de 3 heures d’avion de nos côtes. 
 
Le continent africain sera un prochain pôle de croissance forte. La Réunion doit donc s’inscrire dans ce mouvement, car nous devons trouver une autre alternative à notre économie principalement tournée vers la France continentale et l'Europe. D'autant plus que les transferts financiers de la France sont en voie de raréfaction. 
 
Selon les prévisions de l’Institut national d’études démographiques (INED), l’Afrique est la région du monde qui connaîtra la croissance la plus forte d’ici 2050. La population africaine, estimée à 1,1 milliards d’habitants en 2013, passerait à 2,3 milliards en 2050.
 
Mais surtout, selon les derniers chiffres de l’ONU, la croissance économique y est déjà supérieure au taux mondial. Ainsi, entre 2001 et 2010, sur les dix économies enregistrant le rythme de croissance le plus rapide, six étaient africaines.
 
C'est l'Afrique qui assurera à l'avenir plus de la moitié de la croissance de la population mondiale. 
 
Comment La Réunion peut-elle profiter de ce bouleversement géopolitique ? Car l’Afrique a encore besoin de compétences et d'expertises.
 
Aujourd'hui, l'IEDOM note que les échanges régionaux de La Réunion dans la zone sont "très limités, peu diversifiés", et que pourtant l'Afrique du Sud "représente un partenaire potentiel important en terme de PIB". Pour l'IEDOM, "la non participation de La Réunion et de Mayotte aux accords régionaux (SADC -menée par la puissante Afrique du Sud- et COMESA), constituerait un frein au développement de l'export".
 
Le regretté Roland Robert, alors vice-président délégué à la Coopération Internationale, avait à l'époque fait venir dans notre île l’émissaire du Secrétaire Exécutif du NEPAD (l’agence de Développement de l’Union Africaine). 
 
L'objectif était de parvenir à un accord pour que La Réunion puisse participer aux programmes de renforcement des capacités des Etats africains prioritaires dans la zone australe et de l’océan Indien, dans la recherche agricole ou encore dans la formation en français des diplomates africains à La Réunion. Ce rapprochement hautement stratégique devra être recherché pour multiplier les échanges profitables pour l'avenir. 
 
Concernant le tourisme, les visas ont été supprimés pour les Sud Africains. Pourquoi alors avons-nous accueilli moins de... 254 touristes de ce grand pays, alors que Maurice en a accueilli l’année dernière plus de 97 000 ? 
 
Depuis la LOOM (loi d’orientation pour l’outremer), le Parlement français nous a octroyé le droit de signer des accords diplomatiques dans les limites de nos compétences. Force est de constater qu’elle n’a été que très peu utilisée. Des accords ont été conclus avec les Comores, Madagascar et le Mozambique sous la mandature de Paul Vergès, et avec les Seychelles récemment sous la mandature de Didier Robert. 
 
La loi a ensuite renforcé la compétence en matière d'action internationale de nos collectivités en leur permettant de nommer des agents diplomatiques représentant le territoire près les Ambassades de France. Ce décret qui date de 2012 n’a malheureusement jamais été actionné par La Réunion, à la différence des Antilles et de la Nouvelle Calédonie.
 
Enfin, au niveau de l’utilisation du FEDER-POCT (fonds européen de développement régional - programme opérationnel de coopération territoriale), il nous faudra être plus ambitieux pour la période 2014-2020.
 
L’une des exigences qu’a imposées l’Union Européenne aux collectivités réunionnaises pour la programmation 2014-2020 sera que celles ici s’impliquent davantage dans des relations de réciprocités et directes avec les Etats de la zone.
 
Serons-nous prêts à y mettre les moyens et à nous débarrasser de nos préjugés à l'égard de notre environnement, et de nos tendances à croire que Paris doit décider de notre destin à l’international ? Ce n’est ni Paris, ni Bruxelles qui nous y obligent. Au contraire, ils nous incitent fortement à l'ouverture sur le monde. 
 
L’avenir de nos relations dans notre environnement régional nous appartient.
 
Pierre Vergès
Conseiller général
Vendredi 30 Mai 2014 - 16:38
Lu 1698 fois




1.Posté par polo974 le 30/05/2014 18:55
Et franchement, pourquoi les africains passeraient par la Réunion pour importer ou exporter avec la chine ou l'inde?

2.Posté par Dom le 30/05/2014 19:11
Tres bonne analyse ! Au dela des discours de tous, la realité est terrible. On a 30 ans de retard sur Maurice

3.Posté par Bichik le 30/05/2014 19:15
Que du vent a la region. Quel scandale cette histoire avec lafrique du sud. Habitants aux seychelles: 80000 habitants. Combien en afrique du sud? 50 millions. Ah oui... Il faut parler anglais . Et c est air austral qui racle

4.Posté par grand voyageur le 30/05/2014 20:02
A Pierre Vergès qui déclare:

" Concernant le tourisme, les visas ont été supprimés pour les Sud Africains. Pourquoi alors avons-nous accueilli moins de... 254 touristes de ce grand pays, alors que Maurice en a accueilli l’année dernière plus de 97 000 ? "

Je lui réponds:

En votre qualité d'ancien "petit timonier" chargé du tourisme, vous devriez savoir que Maurice, comme les Seychelles, comme les Maldives, comme l'Afrique du Sud, comme l'Inde, comme l'Australie et la NZ, voir la Chine, sont des anciennes Colonies où zones protégées, voir des chasses gardées Britanniques où la langue officielle parlée par les classes dirigeantes qui peuvent se payer les voyages est l'Anglais et que leur culture les conduit plus souvent à Londres qu'à Paris,

En plus une grande partie de La Réunion qui s'exprime difficilement en Français et qui persiste à vouloir apprendre le créole aux marmailles pour mieux les cloîtrer chez eux, au-lieu de l'Anglais pour ouvrir leur esprit sur le monde, est constamment sous perfusion et " aime se prendre pour la grenouille qui veut se faire plus grosse que le boeuf ..." surtout qu'elle ne joue pas dans la même catégorie que Maurice en terme d'accueil des touristes par manque de professionnalisme de nos structures et des personnels !!!

Seules les entreprises habituées à percevoir des fonds publics ( France/Europe) tireront leurs épingles du jeu des affaires dans la zone Océan Indien, les autres végéteront et continueront à se plaindre auprès de nos chers élu-e-s qui comme d'habitude réclameront toujours plus à l'Etat surendetté !!!

5.Posté par Dimitri ALAIN le 30/05/2014 20:33
et vous avez bigrement raison grand voyageur mais a vouloir faire passé des bourrins pour des zèbres les sud africains sont moins cons que nous visas ou pas la terre entière a rien foutre de la réunion qui n'a rien je dit bien rien a envié a nos cousins mauriciens questions qualités a tous points de vus créole attend rsa et ferme zot museau ........

6.Posté par Choupette le 30/05/2014 21:19
4.Posté par grand voyageur

Une grande partie de La Réunion qui s'exprime difficilement en Français, [pendant qu']une autre persiste à vouloir apprendre le créole aux marmailles, et une autre apprend l'anglais sur Free Dom.

:-/

La mauvaise volonté à apprendre l'anglais, en l'occurence, est générale.

Il n'y a qu'à écouter les pubs ou les journalistes qui sont censés maîtriser cette langue.

C'est du franglais et c'est atroce d'écouter ce massacre. Sans la prononciation, ce langage est incompréhensible.

Peut-être qu'avec l'afrikaneers ... .

7.Posté par SIMPLE REUNIONAIS LAMBDA le 30/05/2014 23:10
"L' ANCIEN GRAND TIMONIER" DU P.C.R. VOULAIT "SA ROUTE SUR MER" ! DIDIER ROBERT LUI A "CHIPÉ L’IDÉE" ( EN Y AJOUTANT UNE VOIE SUPPLÉMENTAIRE DANS CHAQUE SENS) .)...LE PROJET DU NOUVEAU PRÉSIDENT DE RÉGION EST SUR LE PONT DE SE RÉALISER , MÊME S'IL VA "COÛTER LA PEAU DES FESSES " !!! AVOUEZ QUE CE DOIT ÊTRE RAGEANT POUR L'ANCIEN PRÉSIDENT DU P.C.R. DE NE PAS INSCRIRE CET " OUVRAGE PRESTIGIEUX" AU PALMARÈS DE SON BILAN ! C'EST POURQUOI IL EST OPPOSÉ AUX TRAVAUX DE LA N.R.L.!!!!!
QUI SAIT " PETIT PIERRE" , PEUT-ÊTRE QUE SI " LE VIEUX GRAMOUNE " ÉTAIT ENCORE A L
LA TÊTE DE LA PLUS IMPORTANTE ASSEMBLÉE LOCALE ,AURAIT-IL ÉMIS L’IDÉE D'UN PONT ENTRE L 'AFRIQUE DU SUD ET LA RÉUNION ( VIA MADAGASCAR ) ! L'EUROPE AURAIT PEUT-¨ÊTRE SUBVENTIONNÉ CE PROJET GRANDIOSE SUSCEPTIBLE DE FAIRE NAiTRE UNE IDÉE ENCORE PLUS GRANDIOSE : "UNE FÉDÉRATION - AFRIQUE DU SUD - MADAGASCAR - -RÉUNION" ! CE SERAIT RÉVOLUTIONNAIRE:!

8.Posté par dada le 31/05/2014 01:05
Pierre ou représente pu rien rien rien, présente à ou a n'importe quel élection ou lé mort ou gagne plus aucune élection, essai si ou veu, donc ou lé mole......

9.Posté par Jules Bénard le 31/05/2014 08:30
Je ne comprends pas ceux qui utilisent cette lettre pour délivrer des commentaires fielleux envers M. Pierre Vergès, commentaires qui n'ont RIEN à voir avec son propos.
Je suis connu pour ne pas être le plus grand ami de Pierre, mais quand il dit une chose sensée, pourquoi ne pas lui en tenir crédit ?
En l'occurrence, ses remarques sur la coopération régionale sont empreints de bon sens. La Réunion, pourtant riche en potentiel technique, scientifique, technologique, touristique, etc., va se retrouver à la traîne à force de se regarder le nombril ! Prenons le seul exemple de Madagascar : voici un pays qui dispose de ressources insoupçonnables Lorsque des gestionnaires auront mis de l'ordre en interne, ce pays va prendre son essor. Avec la finesse et l'intelligence que l'on reconnaît habituellement à nos amis de la Grande Ile, cela va aller très vite.
Le GRAND PAYS de l'océan Indien, alors, ce ne sera ni La Réunion, ni Maurice, ni l'Afrique du Sud. Si nous traînons des pieds, et c'est là que Ti-Pierre a raison, nous serons à la queue du peloton
Il n'est pas trop tard.

10.Posté par Schmiddt le 31/05/2014 10:18
Trop tard, fallait pas militer en tant que communiste aux ordres de Moscou et de Pékin pour décoloniser ...les colons chinois, les amis de Pierre ont pris notre place.

11.Posté par marie le 31/05/2014 11:03
Coopération régionale. C'est cela qui nous ruine. Il y a tant à faire chez nous. Mondialisation ce n'est pas bon.

12.Posté par Jules Bénard le 31/05/2014 12:30
à Schmiddt : il n'y a que les cons qui ne changent pas d'avis. Je connais bien des personnes qui détestaient les aubergines et qui, aujourd'hui, se gobergent de bringelles ! Pierre ne semble pas être con et, pourtant, qu'est-ce que j'ai pu l'assaisonner il n'y a pas si longtemps encore. J'adhère entièrement à son propos sur la coopération régionale.
à Marie : ne confondez pas coopération et mondialisation, madame. La mondialisation est un monstrueux système économique qui enrichit les multinationales et appauvrit les travailleurs. La coopération est un partenariat dans lequel chacune des parties apporte à l'autre le meilleur d'elle-même.

13.Posté par grand voyageur le 31/05/2014 13:24
9.Posté par Jules Bénard

Je partage votre avis.... encore faudra-t-il que le Réunionnais fasse preuve d'un peu plus d'humilité, voir de respect envers les Malgaches !!!

14.Posté par Schmiddt le 31/05/2014 15:10
à Schmiddt : il n'y a que les cons qui ne changent pas d'avis

Certes, pour autant ce n'est pas parce qu'on fait la girouette qu'on devient un intellectuel...

15.Posté par TiRouz le 31/05/2014 17:50
"Des accords ont été conclus avec les Comores, Madagascar et le Mozambique sous la mandature de Paul Vergès, et avec les Seychelles récemment sous la mandature de Didier Robert."

Oui et avec quel bénéfice pour les travailleurs de ces pays ? Seul les capitalistes réunionnais, seychelois, mauriciens, sud-africains et français en ont profité.

Même l' "exemple" de Maurice n'en est pas un du point de vue de ses travailleurs qui continuent à se faire exploiter pour les grandes chaînes hôtelières.

Le vrai développement, la vraie coopération, elle ne peut se réaliser que dans une société débarrassée du profit et de cela Pierre Vergès n'en parle pas !

Nos politiciens locaux, de droite comme de gauche, se comportent comme de vulgaires représentants de commerce de la bourgeoisie. Ils jouent sur la corde sensible de la "coopération régionale", mais c'est toujours au profit des mêmes.

16.Posté par Jacques Carriti le 31/05/2014 19:41
Li l'est mort li connait pas ! ! !

17.Posté par KD le 02/06/2014 12:58
Une prise de position qui apporte un éclairage sur les outils à la disposition des responsables pour un développement de l'axe Sud-Sud pour rompre avec l'exclusif Sud-Nord..une nécessité que je partage depuis 1997 auprès d'Axel Kichenin lorsque lui même avait la responsabilité des relations régionales à l'époque au Département. A ce moment là il avait pris position pour l'intégration de La Réunion au SADC et au Comesa...
Un combat qui doit continuer pour une issue rapide au regard d'une jeunesse de plus en plus diplômée... En effet, notre intégration de l'Océan Indien est incontournable sous la pression du chômage. Pour anecdote, Singapour avec une croissance économique importante, tisse des liens avec la France Hexagonale est demandeur d'une main d’œuvre qualifiée. Et bien, ce processus nous échappe même si La Réunion bénéficie d'une position géographique favorable et d'une histoire culturelle commune avec ces anciennes colonies.
Il est donc tant que les politique au delà des clivages politiques puissent s'entendre sur la nécessité d'une intégration de La Réunion au sein du bassin India Océanique dans l'intérêt général des Réunionnaises et des Réunionnais.

KD

Nouveau commentaire :
Twitter

4, cité Fontaine
97400 Saint-Denis

06 93 010 810
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales