Social

Rétro sociale : Cospar, Arast, RSTA et le reste...

Que ce soit pour l'Arast, le pôle Emploi, le Cospar, les transporteurs et les assistants d'éducation... la plupart des mécontentements se sont passés dans la rue. Tour d'horizon des événements sociaux marquants de l'année 2009.


Rétro sociale : Cospar, Arast, RSTA et le reste...
Le 1er janvier 2009, la fusion des Assedic et de l'ANPE en pôle Emploi, pose quelques problèmes. Personnel en sous-effectif, formations au ralenti, retards dans les traitements de dossiers, mécontentement du public... Les syndicats tirent la sonnette d'alarme quand la direction tente de rassurer... Un mouvement social éclate le 29 octobre.

Les grèves se sont multipliées cette année...Dans une liste non-exhaustive, ont fait grève les salariés de la CAF, de la CGSS, du Cinépalmes, de la Poste, de l'ARHES, de la Cinor, du SAV-Orange, de Tamoil, de la Région, du GDS, du SPHB, de SGM, de Pact-Réunion, de la Sogal, de la police, du cimetière de Saint-Louis, de la prison du Port, de la Sogeccir, d'EDF, de la BFCOI, de la BNP, du Crédit agricole, de l'hôtel le Créolia, mais aussi les agriculteurs de Bois-Rouge, les sage-femmes, les employés communaux de la Plaine des Palmistes, les assistantes familiales, les chirurgiens, les planteurs et les taxiteurs.

Sans oublier les ex-salariés de l'Arast (L’Association régionale d’aides sociales territorialisées) qui luttent toujours en ce passage d'année 2009-2010. Au mois de mars 2009, l'association connaît des difficultés financières sans précédent et le Département critique la gestion de la direction de l'Arast. Au mois d'avril, le tribunal de grande instance décide de placer l’ARAST en redressement judiciaire.
Avec la rumeur de plus en plus persistante d'une possible liquidation soutenue par le Conseil Général, les salariés multiplient les grèves et mobilisations au mois de septembre. Symboliquement, un cercueil est posé devant les grilles du Conseil Général pour signifier la mort de l'Arast, avec tenue pour première responsable, la présidente Nassimah Dindar.
Le 27 novembre 2009, la décision tombe : l'Arast est liquidée laissant 1.200 employés au chômage. La colère est grande, les ex-salariés de l'Arast se réunissent à nouveau, à plusieurs reprises, dans l'enceinte du Département pour crier leur mécontentement. Ils débuteront la nouvelle année sans un sou.

Toujours dans le registre des licenciements...Si le dossier Arast est historiquement le plus tragique avec la perte d'emploi de 1.200 salariés, d'autres événements ont marqué cette année. Le 19 mars, le personnel de l'usine du Gol se lance dans un mouvement social sur près d'un mois et demi pour riposter à un plan de restructuration qui prévoit 98 suppressions d’emplois. Onze postes et 38 emplois saisonniers sauvés, 6 CDD, 11 préretraites seront nécessaires pour sauver la majeure partie des travailleurs. Le 10 octobre 2009, la presse annonce que la GTOI, la plus grosse entreprise de BTP de l'île, qui compte 1.200 salariés, met en place un plan de sauvegarde de l'emploi par la direction du travail. Ce plan prévoit le licenciement d'une cinquantaine de salariés dont de nombreux cadres.

Le 29 janvier 2009, retraités, salariés, précaires et chômeurs manifestent leur mécontentement contre la politique du gouvernement et le contexte social et économique actuel. Quatre mobilisations populaires (29 janvier,  5,12 et 19 mars) et une moyenne de 10 000 personnes dans les rues à chaque manifestation, le constat s’impose : le Collectif des organisations syndicales, politiques et associatives de La Réunion (Cospar), a acquis en moins de deux mois, une réelle et forte légitimité auprès d’une partie de la population.
Les actions se poursuivent pour dénoncer la cherté de la vie, dans les grandes surfaces notamment. Au mois d'avril, tous les produits de premières nécessités qui ont été négociés par le COSPAR et dont le prix a baissé entre 5 et 20% sont listés à l’entrée des grandes surfaces. Des négociations acharnées subsistent entre le Cospar et le Medef. L'accord portant sur un "bonus de 50 euros pour les salariés percevant jusqu'à 1,4 SMIC" est vivement critique par la CGPME, la Capeb ou encore le SABR (syndicat des artisans du bâtiment de la Réunion).
Autre point majeur du combat du Cospar : la baisse des tarifs bancaires. Le 27 septembre 2009,  un comparatif métropole-Réunion du Collectif départemental des consommateurs contre les abus bancaires pose un constat cinglant : les banques réunionnaises sont en moyenne trois fois plus chères que celles de métropoles.

Le 14 janvier 2009, la Fédération nationale des transporteurs routiers tire la sonnette d'alarme: une vague de faillites agite la profession. Dans le même temps, la Région suspend le versement de la prime aux transporteurs routiers. Le 20 janvier, des barrages filtrants se mettent en place. Le protocole d'accord Novelli entre en vigueur au mois d'août 2009.

Fin du mois de mars, de nombreux assistants d'éducation apprennent que leur contrat ne sera pas renouvelé. Incompréhension totale. Les assistants d'éducation voit interpeller tant le Recteur, les politiques, que le Préfet. Finalement, sous la houlette de l'association Agir Pou Nout Tout présidée par Jean-Hugues Ratenon, Lors de sa visite, François Fillon apporte un nouvel espoir en affirmant qu'une solution serait trouvée. Au mois de novembre, les assistants d'éducation demandent leur titularisation au tribunal administratif. Ce dernier vient de rejeter les 75 requêtes des assistants d’éducation qui contestaient les décisions du rectorat.

Le 30 mai 2009, après 14 années de soutien aux personnes malades alcooliques et abstinentes, l’association Tchao la Rak de la Rivière des Galets à la Possession ferme définitivement ses portes.

Le même jour, le décret concernant le RSTA, mesure de soutien au pouvoir d’achat des salariés Outre-mer, est publié au Journal Officiel. Au mois de juillet 2009, le premier bilan est net : Les Réunionnais n'ont pas assimilé toutes les démarches... Depuis le lancement fin juin, seules 5.284 personnes ont été indemnisées alors que plus de 110.000 personnes seraient concernées à La Réunion. Depuis, les administrés sont de plus en plus nombreux et les paiements sont effectués au fur et à mesure par la sécurité sociale. Dans un communiqué datant du 18 décembre, Marie-Luce Penchard, ministre de l'Outre-mer, a indiqué réfléchir à "la mise en œuvre du RSA en Outre-mer" et précise avoir demandé à "René-Paul Victoria de poursuivre sa mission sur l’évaluation du RSTA et sur les conditions de basculement vers le RSA"...Affaire à suivre donc.

Le 3 décembre 2009, après plusieurs mois de procédures et de reports, les 73 contrats uniques d'insertion de la commune de Saint-Louis ont obtenu gain de cause dans le conflit qui les opposait à la municipalité. Chaque ex-employé reçoit 15.000 euros au titre des dommages et intérêts et une re-qualification de leur contrat en CDI, sans réintégration. La partie adverse, représentée par Maître Rémi Boniface, envisage de faire appel de cette décision.
Mercredi 30 Décembre 2009 - 07:41
Melanie Roddier
Lu 1767 fois




1.Posté par ass.momonpapalela@ool.fr le 30/12/2009 11:52
Plus tout ce qu'on ne dit pas !..... Youhou c'est la fêteuh ! Bonne année à zot tout ! Piccolez sang conduire pour oublier tout ça et vous déshiniber pour tout ce qui nous arrivera en 2010 ! Youhouuuuuu ! Yeah, yes you canne !

Nouveau commentaire :
Twitter

4, cité Fontaine
97400 Saint-Denis

06 93 010 810
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales