Social

Retraites : Vers une grève générale ?


Retraites : Vers une grève générale ?
Alors que tous les yeux sont désormais rivés sur le Sénat où les débats sur la réforme des retraites reprennent aujourd'hui, certains sont prêts à passer la vitesse supérieure… Les cheminots, par exemple, se disent déterminés à ne pas baisser les bras face à cette réforme, quitte à appeler définitivement à une grève reconductible à partir du 12 octobre.

Pour le moment, leur locomotive est quasiment seule à vouloir se lancer sur les rails. Les syndicats se réunissent aujourd'hui, ils vont débrayer pendant plusieurs heures afin de décider de la suite du mouvement actuel mais on le sait d'avance : la grève reconductible les divise.

Au niveau local, Armand Hoarau, porte-parole de l'intersyndicale et secrétaire général de l'Unsa, pense que la grève générale peut avoir un impact important à la seule condition que le national soit le moteur de ce blocus. "La population locale se mobilisera uniquement si ça bouge au niveau national. Si nous décidions localement une grève reconductible, la mobilisation ne serait pas à la hauteur de nos attentes car les petites entreprises privées n'ont pas les moyens de suivre et notre bataillon principal, l'éducation nationale, est en vacances dans une semaine", explique Armand Hoareau.

Recette d'une grève générale réussie

La grève générale est une grève interprofessionnelle touchant en principe tous les travailleurs dans un pays. N'étant jamais complète, l'expression a ensuite signifié une grève interprofessionnelle nationale de grande ampleur, voire très étendue au seul niveau d'une région ou d'une ville.

Il est impératif de mobiliser plus que jamais, c'est l'ingrédient majeur pour une grève générale réussie ! A l'instar du Cospar, les secteurs économiques et sociaux mijotent des actions symboliques et/ou "coup de poing"… A la date prévue, les agriculteurs, les éleveurs, les routiers, les agents, les employés de bureau sont prêts. Le tout devant être largement médiatisé et le tour est joué !
Mardi 5 Octobre 2010 - 12:36
Melanie Roddier
Lu 4979 fois




1.Posté par noe974 le 05/10/2010 12:59
Les travailleurs sont très inquiets de l'avenir . C'est légitime .
Aujourd'hui on vit au jour le jour dans son monde .
La solidarité commence à s'éteindre petit à petit .

Mais l'avenir se construit avec l'ensemble de tous les acteurs . Les réformes sont nécessaires . Les vieux responsables n'ont pas fait leur boulot en leur temps et aujourd'hui , il faut mettre le paquet , même si ça fait très mal .

La retraite doit être réformée au plus juste : trouver des sous pour payer les retraités .
Ainsi va le monde !!!
Les syndicalistes de tout poil , et c'est leur boulot , essaient de défendre les travailleurs , souvent poussés par quelques POLITICIENS semeurs de M.....

2.Posté par La droite dans ses bottes le 05/10/2010 14:44
Citez-moi un cas avéré où une avancée sociale significative a été accordée par la droite au peuple en général, et aux travailleurs en particulier, sans revendication forte ?

Sans les luttes sociales, parfois les révolutions, nous en serions encore au travail des enfants, aux journées de 12 heures, aux congés non-payés, à se faire soigner par charité publique...

3.Posté par JUBILATION le 05/10/2010 15:06
Fé pété la grève générale, il n'y a que ça de vrai.

4.Posté par Va s'y la gréve le 05/10/2010 15:35
Armand Hoarau, porte-parole de l'intersyndicale et secrétaire général de l'Unsa, pense que la grève générale peut avoir un impact important à la seule condition que le national soit le moteur de ce blocus. "La population locale se mobilisera uniquement si ça bouge au niveau national. Si nous décidions localement une grève reconductible, la mobilisation ne serait pas à la hauteur de nos attentes car les petites entreprises privées n'ont pas les moyens de suivre et notre bataillon principal, l'éducation nationale, est en vacances dans une semaine",

Un petit kabar peut-être Monsieur Hoareau ça fait tellement plus sérieux. Armand Hoareau reconnait enfin qu'il ne sert à rien d'autre que d'avoir des décharges syndicales et toucher ses différentes indemnités du CESR par exemple. Pathétiques, ce syndicaliste, l'intersyndicale et leurs groupies tel que Noé974.

5.Posté par Pierre Frédéric Dupuy le 05/10/2010 15:56
2. L'IVG et le divorce, pour commencer. Mais je suis sûr qu'en regardant attentivement les années Chirac on trouverait aussi.

6.Posté par Va s'y Pierre Frédéric Dupuy le 05/10/2010 16:18
Vu les conditions dans lesquelles l'IVG a été adopté ça relativise beaucoup cette avancée au profit de la droite. Faudrait-il rappeler que c'est la gauche qui à voté
* en 1982 : les femmes obtiennent le remboursement de l'avortement.
* en 2001, loi Aubry : les femmes obtiennent l'allongement du délai de 10 à 12 semaines, la suppression de l'obligation de l'autorisation parentale pour les mineures, la suppression de l'entretien préalable obligatoire, et la possibilité de choisir la technique d'avortement.
On pouvait donc penser qu'en 2001 le droit à l'avortement était enfin acquis !

La loi de 2001 n'a jamais été appliquée dans son intégralité, mais il est vrai qu'entre temps la droite est revenu au pouvoir. Certains établissements n'accueillent pas les femmes jusqu'à 12 semaines de grossesse. D'autres multiplient les obstacles à la prise en charge des mineures. Les femmes sans couverture sociale peuvent être obligées de fournir un chèque de caution. Les délais d'attente pour un avortement peuvent dépasser 3 semaines.

L'obligation des établissements publics d'organiser la pratique des avortements n'est pas respectée, alors qu'ils y sont tenus depuis 1979 : il n'existe aucune mesure contraignante ou incitative.

Les médecins pratiquant les avortements ne sont pas, dans la plupart des cas, remplacés quand ils partent ou prennent leur retraite : c'est l'occasion pour les directions d'établissements de restreindre ou d'arrêter la pratique de l'avortement. Début 2010, l'Inspection Générale des Affaires Sociales (IGAS) a dénoncé cette situation.

La loi Bachelot, donc de droite, enterre l'hôpital public et l'avortement avec, en restructurant la santé publique avec pour seul objectif, la rentabilité économique.

* Les établissements de santé sont regroupés, avec pour conséquence la fermeture d'hôpitaux de proximité, la fermeture de maternités, ou encore la fermeture de centres d'interruption volontaire de grossesse (IVG).
* La tarification à l'activité, nouvelle méthode de financement des hôpitaux, incite les établissements à limiter ou à arrêter les actes chirurgicaux estimés non rentables, notamment la pratique des IVG.
* A chaque fermeture d'hôpital ou de services, les restructurations sont organisées avec perte de personnels soignants, concentration des activités, « travail à la chaîne ».

Effectivement quelle avancée grâce à la droite. Pour le divorce j'espère que d'autres prendront le relais.

7.Posté par vipère le 05/10/2010 17:29
j'aime beaucoup la façon dont , PF Dupuy tape en touche en déviant sur des sujets qui n'ont rien à voir avec nos actuelles préoccupation, selon le technique de son mentor Sarkozy.

8.Posté par Pierre Frédéric Dupuy le 05/10/2010 19:35
7. Manque de bol, je n'ai jamais été sarkozyste, loin de là... Mais une question avait été posée, j'y ai répondu.

6. Il n'empêche qu'aujourd'hui, ça existe... Ca constitue donc bel et bien une avancée. Quoi qu'il en soit, je trouve abusif de dire qu'il n'y a jamais eu d'avancée sociale sous un gouvernement de droite, quel qu'il soit. On peut ne pas aimer la droite sans se montrer de mauvaise foi...

9.Posté par lol le 05/10/2010 21:45
La CGT de Bernard Thibault est plus hésitante. «C'est l'une des grandes différences avec le mouvement de 1995. La CGT était alors très motivée. Et une mobilisation aussi importante ne peut se faire sans ce syndicat», analyse un historien.

Position de faiblesse
Des réticences qui s'expliquent, selon lui, par des raisons structurelles et conjoncturelles. «Il y a un mouvement de fond dans le syndicalisme français avec un recentrage sur la négociation plutôt que l'opposition frontale», explique Stéphane Sirot.

«Les syndicats se sentent aussi aujourd'hui en position de faiblesse, avec seulement 7% de syndiqués. Ils craignent un nouvel échec qui viendrait saper leurs dernières bases de légitimité, analyse-t-il. Mais rien n'est encore fait: le mécontentement social est tel que les choses peuvent très bien s'envenimer.»

10.Posté par lol le 05/10/2010 21:59
Réponse à Va s'y Pierre Frédéric Dupuy
En 88 Mitterand installe le RMI et regarde ou en est la France aujourd'hui, surtout la Réunion (il y a des gens malades ou qui ont la cinquantaine et qui ne trouve plus ou ne peuvent plus travailler, la je suis d'accord) mais tous ces jeunes de 25 ans et plus qui croupillent toute la journée devant les boutiques ça c'est pas normal, alors Mr la gauche aussi a sa resposabilité si aujourd'hui la France est ainsi.
L'avortement c'est pour moi un crime contre l'humanité car il y a d'autre solution avant d'en arrivée là.
Et c'est pour celà qu'aujourd'hui on a toutes ses maladies, toutes ses catastrophes, car les gens ne respectent plus la condition humaine. L'avortement devrait être payant comme celà les femmes feront plus attention (elles s'en foutent car la plus part ne paye pas , elles sont à la CMU et c'est nous travailleurs qui payont pour toutes ses dérives, alors arrête avec çà et mette tout le monde devant leur responsabilité et arrête avec l'assistanat et en 2012 mettons LEPEN Maine au pouvoir comme celà va redresse la France (de grace surtout pas les socialiste car y ça creuse encore le déficit de la France avec leur social pour acheter leur électorat)

11.Posté par vipère le 06/10/2010 09:02
à 8 PF Dupuy
les rats fuient le navires!
(vous noterez que c'est une expression et que je ne vous compare nullement à ce rongeur)mais je constate que vous êtes dans le déni et l'écran de fumé comme votre mentor néocon(là encore c'est une formule ,je ne vous traite pas de crétin fraichement arrivé)
en parlant de bol c'est la tasse que vous allez boire en 2012 ou avant
bonne journée;
à lol, merci d'avoir ouvert toutes ces portes ouvertes

12.Posté par Pierre Frédéric Dupuy le 06/10/2010 09:42
11. Relisez tous mes posts sur le sujet depuis 2010 (ou à défaut, demandez à ceux qui les ont lu depuis cette époque) et vous verrez que j'ai toujours dit n'avoir jamais été sarkozyste... Je n'ai même jamais voté pour lui.

13.Posté par va s'y va s'y le 06/10/2010 10:20
A PFD l'argument de la mauvaise foi est un peu court, votre exemple de l'ivg était tout simplement mauvais. C'est bien le probléme de la classe politique aujourd'hui, on se drape dans les grands principes en se bouchant les yeux sur la réalité.

A LOL je n'ai jamais dit que la gauche c'était la panacée. Dans RMI il y avait insertion et ce volet n'a jamais été mis en œuvre. c'est pour cela que les mesures sociales d’assistanat mis en oeuvre dans les DOM ont mèné à une “naturalisation” de la pauvreté », selon l’idée que les inégalités feraient partie de l’« ordre des choses » et qu’il faudrait finalement constater l’impossibilité de les éradiquer.

En pleine crise du modèle néolibéral, on perçoit aisément l’intérêt, pour les classes dominantes, de voir arriver au pouvoir des gouvernements qui, supposément issus des classes populaires, affaiblissent la capacité de résistance de ces dernières, précisément parce qu’elles sont perçues comme “proches". Si la gauche gagne les élections prochaines dans ce pays pas grand chose ne changera, si le système reste contrôler par le petit milieu de la finance. DSK président du FMI encourage dans tous les pays au report de l'age de la retraite.

14.Posté par Caton2 le 06/10/2010 12:06
Aucune avancée sociale venant de la droite? Il est vrai que pour certains machos de gauche le vote des femmes ne doit pas être une avancée sociale. D'ailleurs, il n'était pas au programme du Front Populaire. Petit rappel: Le vote des Françaises résulte d'une ordonnance du 21 avril 1944 prise par le Gouvernement provisoire du général de Gaulle, à Alger : «Les femmes sont électrices et éligibles dans les mêmes conditions que les hommes».
En ce qui concerne le sujet de ce débat, le rabotage des niches fiscales "écolos", j'aimerais que Monsieur Fruteau justifie l'utilisation des meilleures terres agricoles pour la pose de panneaux solaires, à un moment où la production agricole vivrière ne suffit pas aux besoins de l'île. A t-il remarqué que la notion de la qualité de l' environnement (chère aux écolos) est également un critère pour l'industrie du tourisme? C'est beau des panneaux solaires?
D'ailleurs, qui investit dans les panneaux solaires, à part les entreprises ayant de grosses surfaces de toiture? Réponses: les fonctionnaires sur rémunérés, qui y voient une nouvelle source de défiscalisation (et de revenu). C'est la justice sociale selon le PCR.
Et, Monsieur Fruteau, avez vous calculé la surface de panneaux solaires qu'il faudrait pour remplacer l'énergie fossile? Je crains qu'il faille en poser partout sur l'ïle, et sûrement même sur l'Ocean.

15.Posté par Pierre Frédéric Dupuy le 06/10/2010 12:47
13. L'argument de la mauvaise foi ne s'adressait pas à vous mais au post 2. Quant à l'IVG, je persiste et signe: bien qu'imparfait, ce droit social a bel et bien été mis en place par la droite et reste une avancée. S'il n'a pas permis à toutes les femmes qui l'auraient souhaité d'avorter, combien ont malgré tout pu le faire? Dédaigneriez vous la réduction du temps de travail sous le Front populaire parce qu'on a dû le refaire plus tard? Ou l'introduction des congés payés , pour la même raison? L'obligation de parité dans les élections, parce qu'insuffisament sanctionnée? Ou celle de construire des logements sociaux?

Quant aux années Chirac, j'ai songé par exemple à l'introduction de la Charte de l'environnement dans la Constitution.

16.Posté par va s'y caton2 et Pierre Frédéric Dupuy le 06/10/2010 19:59
A caton2 le droit de vote des femmes n'est absolument pas à mettre au seul compte de la droite puisqu'il a été accordé le 21 avril 1944, par le Comité français de la Libération nationale et confirmé par l’ordonnance dont vous parlez. Faut-il rappeler que toute la classe politique de droite à gauche faisait parti du comité de libération puis du gouvernement provisoire? Donc le droit de vote et à mettre au compte de la droite tout autant que la gauche.

A Pierre Frédéric Dupuy
Le front populaire si je m'abuse était une coalition de gauche qui effectivement à instaurer les congés payés et la réduction du temps de travail. Je vous laisse le soin de me dire a qui nous devons le passage au 39h puis 35h? Et cela tout en faisant de la France une championne en matière de productivité horaire n'en déplaise à certains qui y voyait un appel du pied à la paresse.
Quand au congé payé deux semaines en 1936 avec la gauche, ils passent à 3 en 1956 avec la gauche, puis à 4 en 1969 avec la droite mais la droite Pompidou et enfin à 5 semaines en 1982 avec la gauche.

Quand à ce cher Chirac, la charte de l'environnement est à l'environnement ce que le droit au logement est au logement. De beaux principes qui ne restent que cela lorsque il n' y a pas d'effectivité derrière. Pour en terminer le droit c'est comme l'amour, il n'y pas de droit il n'y a que des preuve de droit.

17.Posté par Caton2 le 06/10/2010 22:01
16. Pas au compte de la droite? Alors pourquoi le front populaire n'avait pas inscrit le vote des femmes à son programme, 8 ans avant? Un oubli qui en dit long...

18.Posté par vipère le 07/10/2010 07:03
à 16et 17 ce sont certainement les femmes qui ont votées pour Sarkozy du fait de son physique exceptionnel de jeune premier,la preuve Carla Bruni qui pouvait choisir comme mari la moitié de la planète (excepté ceux que son charme laisse indifférent)est passée de la gauche à la droite ,et en a fait son mari,si ce n'est pas une preuve ça,sauf à considérer que les femmes n'ont pas de gout en matière masculine!

19.Posté par Pierre Frédéric Dupuy le 07/10/2010 08:53
16. Mais mon pauvre, je vous invite à me relire: je n'ai jamais dit que ces décisions LA n'étaient pas de gauche. Mais qu'on faisait deux poids deux mesures en leur reconnaissant le mérite d'avoir pris ces décisions et pas à la droite d'avoir pris celles citées.

Quant à votre opinion sur la Charte de l'Environnement, je vous invite à en parler avec un constitutionnaliste que ça fera beaucoup rire, surtout avec l'adoption récente par un certain Sarkozy du contrôle de constitutionnalité des lois à posteriori...

20.Posté par lol le 07/10/2010 09:28
Les avancées sociales sous les présidents de droite:
- 1965 : Réforme des régimes matrimoniaux
- 1970 : la puissance paternelle est remplacée par l'autorité parentale conjointe
- 1970 : Création de l'allocation orphelin
- 1971 : Allocations aux mineurs handicapés
- 1972 : Allocation pour frais de garde
- 1972 : Accord de prêts pour jeunes ménage
- 1972 : Assurance vieillesse pour les mères de famille
- 1974 : Allocation rentrée scolaire
- 1976 : Allocation parents Isolés (API)
- 1977 : APL
- 1978 : Complément familial
et j'en passe car il y a beaucoup d'autres

21.Posté par boyer le 07/10/2010 09:57

22.Posté par Va s'y Pierre Frédéric Dupuy le 07/10/2010 11:14
Quant à votre opinion sur la Charte de l'Environnement, je vous invite à en parler avec un constitutionnaliste que ça fera beaucoup rire, surtout avec l'adoption récente par un certain Sarkozy du contrôle de constitutionnalité des lois à posteriori...

Trois petites décisions du conseil constitutionnel qui s'appuient sur les grands et beaux principes de la charte de l'environnement en 5 ans c'est ENHAURME, vous avez raison. Beaucoup de bruit pour pas grand chose mais la droite UMP est forte pour rouler des mécaniques.
Une contrôle a posteriori instauré par Sarkozy, il est vrai, qui doit s'en mordre les doigts puisque le conseil n'arrête pas de retoquer, qu'il s'agit de la QCP ou du contrôle à priori, la majorité des textes de Sarkozy. Heureusement qu'il reste quelque contre pouvoir, grâce à sarko ce pays n'a jamais été aussi à la dérive avec de nombreux amateurs à la barre et des gens qui malgré la preuve par A+B de l'incurie de cette équipe gouvernementale, de leur corruption, trouvent encore le moyen de défendre ses voyous de l'UMP, Chirac compris. Et je n'ai jamais dit qu'à gauche c'était mieux. Depuis 30 ans les droits régressent, on rabâche à la population que la France c'est pas l'Inde on nous y emmène progressivement, il parait que c'est la modernité. Il parait encore que les français sont des nantis arcboutés sur leurs avantages acquis, que la belle époque c'est fini et pendant ce temps le médef défend bec et ongles ces 173 milliard 'euros de niches en tout genre correspondant grossomodo au déficit public. Bien sur c'est le vulgum peccus qui paiera. Effectivement grande avancée sociale, je me demande bien dans quel monde vous vivez?

23.Posté par Pierre Frédéric Dupuy le 07/10/2010 11:59
3 pour le Conseil constitutionnel.... Plus au moins 4 pour les juridictions administratives, plus un nombre indéterminé pour les juridictions judiciaires... Soit plus d'une nouvelle jurisprudence sur cette base par an depuis son adoption! Pour un texte inefficace, vous avouerez que c'est plus qu'honnête!

Quant à la question préalable de constitutionnalité, elle dessert peut être Sarkozy, il n'empêche qu'il a eu le mérite d'adopter une mesure que tous les juristes constitutionnalistes ou presque appelaient de leurs voeux depuis au moins dix ans.

24.Posté par le congo chez tintin le 07/10/2010 14:08
Alors pourquoi le front populaire n'avait pas inscrit le vote des femmes à son programme, 8 ans avant?

------------------------------------------------

Parce que les femmes étaient réputées être conservatrices et voter à droite peut être ???


Dans le genre pourri jusqu'à la moelle...quelqu'un connait il la belle histoire des grévistes polonais dans les houilliéres du pas de calais lors du front populaire et comment la gauche a résolu le problème ?

25.Posté par Va s'y Pierre Frédéric Dupuy le 07/10/2010 19:00
Il n'empêche qu'il a eu le mérite d'adopter une mesure que tous les juristes constitutionnalistes ou presque appelaient de leurs voeux depuis au moins dix ans.

Je ne peux que m'incliner devant le satisfécit des quelques juristes constitutionnalistes face à cette grande avancée d'une grand utilité pour le rmiste habitant à la sidr. D'ailleurs je vais leur proposer un kabar pour montrer leur soutien aux juristes constitutionnalistes tout content qu'ils sont avec leur QCP.

Quel monde!!

26.Posté par Pierre Frédéric Dupuy le 08/10/2010 09:31
25. Le rmiste habitant à la SIDr verra peut être les choses sous un autre angle quand, par exemple, mis en garde à vue, il pourra bénéficier de l'aide d'un avocat pour éviter la tôle (la loi sur la garde à vue ayant dû être modifiée en raison d'une QPC , ce qui n'aurait pas été possible autrement) . Ou quand, victime d'une loi discriminatoire (au pif, et par exemple, une loi n'ayant pas pris en compte l'égalité homme/femme dans le versement des allocations) , il pourra la faire annuler de la même façon. Et j'en passe... La QPC n'est pas un délire de constitutionnaliste, c'est l'un des meilleurs instruments qui soient pour défendre les droits de l'Homme en France et des choses, j'avoue, un peu surannées telles que l'égalité devant la loi, les libertés individuelles, le respect des droits de la défense... et qui n'ont, bien entendu, aucun impact sur la "vie réelle" des "vrais gens" . Après tout, pourquoi s'être fait chier à inventer la démocratie? Ca n'est, là aussi, qu'un délire de constitutionnaliste sans intérêt pour le bon peuple...

27.Posté par Va s'y Pierre Frédéric Dupuy le 08/10/2010 11:38
Cher monsieur, sans argent il n'y a pas de droit! Qui ira dire au rmiste mis en garde à vue qu'il en a ? Ça se voit que vous n'avez jamais été mis en garde à vue ou que vous fréquentez peu les salle d'audience. La justice c'est pour ceux qui ont de l'argent. D'ailleurs le gouvernement ne vient-il pas d'augmenter à plus de 100 euros la participation des bénéficiaires de l'aide juridictionnelle? L'exemple pris par la ministre de la justice à la séance de questions au gouvernement ce mercredi sur le sujet de la garde à vue est édifiant, : il faut arrêter les gardes à vues pour: " par exemple une femme qui vole un paquet de chips"!!!! Prenez l'affaire Varama Kamagate, des affaires comme celles-ci ou dans le genre, il y en a des milliers.

Vous semblez être une personne instruite, la démocratie, ou l'état de droit n'existent, que sur le papier et encore regarder comment cet état de droit est bafoué par les puissants. Ouvrez les yeux, observez, croyez-vous sincèrement que la démocratie (le pouvoir du peuple par le peuple pour le peuple) existe pour un individu lambda? Elle n'est plus, à mon sens, qu'une illusion. C'est bien dommage et les valeurs que vous évoquez ne devraient jamais avoir en réalité, un caractère suranné.

28.Posté par Pierre Frédéric Dupuy le 08/10/2010 13:51
27.Son avocat, justement! Une garde à vue sans avocat étant illégale, le tribunal invalidera tout simplement la procédure (d'ailleurs, on ne peut pas comparaître au tribunal sans avocat, là non plus, qui lui, au pire, se chargera de demander l'annulation... ) ! La doctrine marxiste selon laquelle les droits subjectifs n'ont aucune valeur et l'on devrait se concentrer uniquement et seulement sur les droits dits "réels" a été une erreur monumentale, comme l'ont montré les divers régimes communistes. Dans les faits, si toute évolution juridique favorise effectivement d'abord les riches, plus à même de la maîtriser et donc de l'utiliser de façon optimisée (ce qui d'ailleurs est encore plus vrai dans tous les autres systèmes juridiques) , les pauvres en profitent également (grâce au travail d'avocats bénévoles, d'associations, de l'assistance juridique ou le travail personnel ) . Les exemples abondent dans les manuels de jurisprudence (à commencer, par exemple, par les réticences dolosives qui concerne beaucoup moins les riches que les pauvres vu qu'elle a pour spécificité de ne pas être retenue dans le cas où la victime ne pouvait, de par sa situation personnelle, ses connaissances et autres ignorer ce qui a été dissimulé) ...

29.Posté par Va s'y Pierre Frédéric Dupuy le 08/10/2010 21:22
Vous devez certainement avoir raison.

Nouveau commentaire :
Twitter

4, cité Fontaine
97400 Saint-Denis

06 93 010 810
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales