Blog de Pierrot

Retour sur la vie de Marcel Soubou

Samedi 8 Janvier 2011 - 12:21

Nous vous avons annoncé mercredi soir la mort de Marcel Soubou. Dans l'urgence, nous nous étions contenté de donner l'information, sans beaucoup de précisions.
Après nous être documentés, nous revenons un peu plus en détails sur la vie de cette personnalité politique discrète qui a marqué la vie du PCR.


Avec le décès de Marcel Soubou c'est un fidèle parmi les fidèles que perdent les Vergés. C'est à Paris où il est étudiant, que Marcel Soubou, dont le père Antoine Soubou était directeur d'école et proche du  parti communiste, saute le pas et entre au PCR en faisant ses classes à l'Union Générale des Travailleurs Réunionnais en France(UGTRF).

Trés vite recruté comme permanent, il est le représentant du PCR en métropole où il lui incombe  de veiller à populariser les analyses et mots d'ordre du parti dans le monde de l'émigration et estudiantin. Une mission qui est loin d'être de tout repos, tant  l'émigration et surtout le milieu étudiant, accessibles à d'autres pratiques politiques que réunionnaises, ne sont avares ni de critiques ni de contestation sur la conduite du PCR et de son secrétaire général. Marcel Soubou exerce néanmoins avec plus ou moins d'habileté la charge qui lui est confiée.  

Quand le parti communiste renouera avec des mandats de parlementaires, Marcel Soubou exercera comme attaché parlementaire de plusieurs de ses élus. C'est d'ailleurs suite au décès du député  Laurent Vergés, dont il assurait la charge d'attaché parlementaire, qu'il décidera de rentrer à la Réunion.

Exerçant alors à Témoignages il intègre le secrétariat du PCR. Pour Marcel Soubou le PCR c'est Paul Vergés. Une ligne de conduite dont il ne se départira pas et une fidélité qu'il reportera sur Laurent puis à son décès, par substitution, sur Pierre.

Mais cet apparatchik n'a jamais été un courtisan et sa détestation de l'esprit de cour que s'ingéniaient à développer certains de ses camarades, au premier rang desquels Jean Saint-Marc, lui avait valu ces derniers temps bien des déboires. C'est ainsi que celui qui a fait la presque totalité de sa carrière professionnelle comme permanent du PCR, à diverses fonctions, ne supportant plus l'atmosphère régnant autour de Paul Vergés avait décidé de prendre le large. Avant d'être rattrapé par Pierre Vergés qui lui a demandé de le rejoindre à la SR21 où il avait en charge "la veille économique".  
Pierrot Dupuy
Lu 7007 fois



1.Posté par ducap le 08/01/2011 15:24

Marcel Soubou avait, comme beaucoup d'autres, fait don de toute son énergie au Pcr. Militant toujours sur la brèche il a joué un rôle important pour le développement du pcr loin des honneurs et comme vous dites avec justesse des courtisan dont il n'était pas.
Une vie consacrée toute entière à son engagement au sein d'un parti dont il avait une bonne connaissance mais dont l'histoire reste à écrire..

2.Posté par Henry le 08/01/2011 16:03

Je ne suis pas sûr que le terme d'apparatchik soit approprié pour quelqu'un qui a touché pendant longtemps un salaire d'ouvrier alors que d'autres s'en mettaient plein les poches.En revanche la façon de prendre la parole des dirigeants communistes et de monopoliser la cérémonie d'adieu m'a profondément choqué.Comme si Marcel n'était qu'un personnage politique, un militant uniquement pas un être humain.Ils ont pris le contrôle de sa vie, jusque dans sa mort.Quelle hypocrisie aujourd'hui dans les messages de certains de ces dirigeants.Ils n'ont vraiment honte de rien.Ils veilleront sans doute à mettre la main sur sa collection d'archives personnelles amassées avec soin pendant tant d'années et qui n'ont rien à voir avec leur parti.

3.Posté par Meli le 08/01/2011 17:45

D'accord avec le commentaire précédent. Marcel était tout sauf un aparatchik.
Il venait en car jaune tous les jours du Port à son travail au centre d'affaires et se contentait d'une barquette avec les ouvriers du Chaudron, contrairement à certains à la SR21 qui ne pensent qu'a leur Blackberry, leur voiture de fonction et les voyages tous frais payés. Marcel n'était pas de ceux-là. Un homme respectable.

4.Posté par Bayoune le 08/01/2011 19:29

Arète kass lo kwy, Marcel té in bon kamarade, lé vré, touletan li la pa ginye lord morde out fèss par son mèt Potpaul. Solman kan lo boug i ferme la porte, i trouve ali toute kalité, mé, in bononme na pwin riyink kalité, na osi son défo. Li dwa tan o Vergès, cela se comprend, sinon lo pov boug kan mwin la konu dopi 40 tan, li té nwoaye son sagrin, son désespwar zémigré dann pti flash Négrita, in ronm de movèz kalité qu'il s'abreuvait sans cesse. Wi son Potpaul la sove alu, lu té osi in konparse de Laurent " la jeunesse rebelle dan in lite rhum goyaviyé, èk in pétar » pou rale la zenèss deriyère lu koté de l'est...
Toute i fini par pasé, minm si oulé kolé o Vergès konm inkrapate dosi lo do in siyin, infèye dosi piyé de bwa, konm in leskargo dann son kokiye . Minm si lo boug lété amené a ékrire dé saloperi dosi kamarade té i dévoué azot pou lo parti ke Vergès la akaparé o né é a la barbe dé L. Félicité, dé Piot, dé G.Barret, dé B. Payet, de J. Baptiste Ponama, de Serge Sinamalé et de tant d'autres camarades anonymes et oubliés qui ont investit et ruiné leur vie, leur avenir dans un Pcr en totale désintégration zordi, le résultat lé la.
Marcel lété in kamarade dévoué o Vergès. Zot i krwa pa ??sate la koni alu biyin sir., à l’UGTRF, dans l’association des étudiants réunionnais en France – qu’il a pénétré et coulé sur ordre , lé vré tousa lé viyé, mi rouve in serkèy, mi vé pa lo mort i mor sanke kamarade i koné biyin zot kamarade Marcel kisa lété– in boug gran kèr konmsa, dévoué ziska se sakrifié, payé de sa persone, na kelke zané de trantan de sà, plis petèt pou permèt in klandestine, sanpapiyé de squaté, é fé lo vativiyin an France pou le plus gran plézir de la prinsèss Manmzelle de la défunte MCUR. Marcel lété inpé le navé du PcR des Vergès, mi konpran ke Paul navé lémosiyon, trémolo dan la vwa kan li la parlé yèr du camarade tanby, plus ou moins délaissé au profit d’un Saint Jean sankoulèr.

Malgré tousa, Paix à ton âme Marcel, mon ex- camarade repose en paix, mi pardonne aou pou sate oula vomi dosi mwin dann zournal témoignages, mé zamé ma oubliyé oute dévouman pou oute komandèr.
Mes sincères condoléances à toute sa famille.





5.Posté par Gabriel le 08/01/2011 21:06

Bayoune, en écrivant ces mots pleins de fiel tu t'es démasqué, je m'étonne moi même de te reconnaître mais le recoupage a été assez facile. Quelle médiocrité, quelle bassesse d'oser parler ainsi de quelqu'un qui vient de nous quitter et s'il a bu un peu de rhum dans sa jeunesse personne ne lui en tiendra rigueur.Moi j'ai connu un Marcel sobre et élégant.Il a peut être commis des erreurs dans sa fidélité aux injonctions du parti comme beaucoup d'autres auxquels on demandait d'aller négocier avec des "anciens " mais il s'est aussi écarté et a sans doute été déçu, il vient juste de partir, un peu de respect.Si tu pouvais recrucifier le Christ, toi tu le ferais...

6.Posté par vanessa le 08/01/2011 21:12

Monsieur Pierrot Dupuis, comment pouvez vous accepter de laisser passer un tel message sur quelqu'un qui vient de mourir et qui ne peut plus se défendre. Et la déontologie ?

7.Posté par Bayoune le 08/01/2011 22:21

Me concernant, s'il pouvait me crucifier sur ordre, il l'aurait fait, bien que j'ai été son camarade, comme tant d'autres vieux camarades l'ont été également. Epi, mwin la pwin de leson à resevwar. Mi répète il était in bon camarade, mais Marcel a été malheureusement manipulé o max, comme d'autre l'ont été également, pou permètt granmoune pèye l'ISF, mwin lé désolé, mé mwin lé amèr, pou sak li la vomi dosi mwin. Démasqué ou pa, sé la vérité et zot i koné lé vrai sate mwin la di....

8.Posté par BADY le 08/01/2011 22:25

J'ai connu Marcel à Paris quand j'étais facteur, on se voyait souvent et on discutait sur beaucoup de sujets mais ce qui lui tenait à coeur c'était le devenir de notre pays.
Il est resté fidèle pas seulement sur ses engagements et son militantisme, mais aussi sur sa capacité à écouter et à argumenter pour pouvoir créer cette facilité dont il avait pour te mettre à l'aise.
Ce que je me souviendrais toujours de lui,( comme de Laurent) c'est qu'il ne cherchait pas à te convaincre pour te dire que son parti était mieux qu'un autre. Mais, il cherchait le dialogue sans jamais élever le ton de sa voix, il avait le respect de l'autre.
Le jour de la crémation, j'ai été surpris du fait que le PCR ait pris en otage Marcel même après sa mort. Il a fallu attendre l'arrivée de p'tit Pierre pour que la dépouille de Marcel soit exposé dans la salle de recueillement.
Gardons en mémoire que Marcel était un Homme honnête intellectuellement, fidèle en amitié, un grand Humaniste et que les élus fassent en sorte que son nom ne soit pas oublié. Ne serait-ce pour le travail qu'il a fait pour beaucoup d'hommes politiques....

9.Posté par mansour le 08/01/2011 23:19

Je voudrais, suite aux posts dont je viens de prendre connaissance,apporter ma contribution ..
Ecrire une nécrologie n'est pas chose aisée .Les articles parus dans la presse quotidienne (hors Témoignages pour des raisons qu'on peut deviner) ne sont que es propos convenus .Se pose la fameuse question de la distance ,car du recul il n'en est bien sur pas question
.Dés lors que retenir notamment pour celles et ceux qui ont croisé le chemin de la personne?
Dont acte à Zinfos de son travail et saluons-le.
Être fidèle des Vergès dont la mainmise sur un mouvement a été leur grande affaire (si je comprends ce que j'ai lu depuis que je fréquente ce site) ne peut pas être sans conséquence ,fût-on bon militant,dans sa conduite.
Mais en quoi rappeler ces aspects serait interdit ?
Et pour conclure condoléances aux proches .



10.Posté par G'elanna, une reunionnaise le 08/01/2011 23:20

post5, on lit beaucoup de souffrances, chez BAYOUNE.Il faut respecter la souffrance des autres, je pense, le laisser parler, vider cette souffrance.Il le dit, à plusieurs reprises malgré cela, c'est son bon camarade.Mais ce qu'il dit aussi"comment moi, ton camarade, m'as tu fait cela".Et la mort de l'autre il est parti sans qu'il ai la reponse, ni une excuse.Vanessa, le post 6, il faut le laisser parler, si possible en francais, car on ne comprends pas trop l'ecriture creole.Je pense que BAYOUNE aussi a tout donne corps et ame a son parti politique.BAYOUNE est dans la deception tout simplement.Il cherche des reponses, et il ne les a toujours pas trouver, et cette situation est très dure pour lui.

11.Posté par Erick le 08/01/2011 23:27

Oté,toute une famille pleure un homme.Des enfants ou petits enfants pleurent un père,svp restons humain et soyons des réunionnais respectueux face à la douleur d'une famille .

Ce Monsieur (Soubou Marcel) n'a fait que suivre sa conviction dhomme.Nous n'avons aucun droit de jugement sur sa liberté de choisir la trajectoire de sa vie politique .

Mes condoléance à sa famille.

12.Posté par Bayoune le 09/01/2011 00:49

Erick " Ce Monsieur (Soubou Marcel) n'a fait que suivre sa conviction dhomme.Nous n'avons aucun droit de jugement sur sa liberté de choisir la trajectoire de sa vie politique . "
Biyinsir, lo boug na lo drwa suive son konviksiyon dhomme, mwin lé pa la pou porte in zuzman dosi son liberté ke li la pran, mé petèt tro de liberté, y compris la liberté de massacrer de salir par écrit ou verbalement des vieux camarades, konm mwin la di plu o dann post 4. Wi mé zami, des camarades qui ont connu la zole, l'exil, la déportation, dans ses dérives sur ordre, so Marcel était léko ou le martinQkouzi de son " honorable" patron. Des ex-camarades du pcr sont surpris des propos qu'il a tenu envers l'un et l'autre pour les discréditer un peu plus chaque jour - j'ai peut -être été involontairement un de ses confidents. Mi rapèle pou sate i domande respé pou lo bononme la parti (Gabriel post 5 ), eske ou krwa lo boug navé respé, pou kamarade sate lé mor sagrin dann dezespwar, de se voir subtiliser ce qu'il a de plus cher au monde, sate la suicide alu ne pouvant se remettre du désagrègement de son parti pour lequel il a tant donné, s'est sacrifié, vie familiale, vie sociale carrière professionnelle, mi yeskize amwin Gabriel, mon kèr i fé mal, mé oute dalon Marcel mon camarade la crache dosi zot . Rapèle aou, ou dwa konète la campagne la fé konte lo kamarade député A. Pota kan la rak la pran le Laurent lé parti , les inscriptions insultes faites un peu partout, pou discrédité lo kamarade Pota. Sakin lé zuze. Si i fé silanss, i fo silanss là i kass zorèy sate la serve Marcel konm in lanspèk, ou plito konm lo siyin la serve la pate lo sate té i dor dovan lo fe pou tire grin zak dan la sann so...

13.Posté par ducap le 09/01/2011 08:25

La disparition de Marcel Soubou est bien triste.La perte pour les siens est grande. La douleur causée par la brutale disparition n' est pas discutable.
Mais ,homme d'appareil et fidèle aux Vergès comme celà a été rapporté et bien analysé,sa conduite et ses actes tout au long de sa vie politique ne sauraient être dispensées de critiques.
Faire part de ces critiques n'est en rien déplacé et manquer de respect aux proches qui le pleurent.
.Condoléances et critiques ne sont donc pas incompatibles .
Voilà ce que je voudrais rajouter suite à mon premier post et à tout ce qui a été depuis développé.
Condoléances pour la disparition de la personne oui .Respect pour l'homme engagé oui.Critiques pour l'homme d'appareil("apparatchik" pour reprendre l'expression de l'article) oui également.

14.Posté par Meli le 09/01/2011 12:28

Je serais plutôt d'accord avec certaines critiques mais le ton employé manque de respect pour un homme qui n'est pas encore froid :

- "lord morde out fèss "
- konm inkrapate
- le rhum negrita ...

Le post 12 apporte une critique sur la vie de l'homme, sans insulter un mort. C'est ce que l'on est en droit d'attendre dans une telle situation.

Marcel n'était pas un saint. La politique c'est donner des coups et en prendre. Vergès est doué pour ça, comme Robert aujourd'hui. Si ca ne vous plait pas de prendre des coups vous pouvez faire comme Jospin, vous retirer.

A part ça tout le monde meurt un jour, pensez à ce que l'on se souvienne pas de vous comme de qqun qui insultait les morts caché derrière l'anonymat d'un clavier.

15.Posté par G'elanna, une reunionnaise le 09/01/2011 13:25

post 14, je ne dirais pas que BAYOUNE se cache derriere un clavier pour insulter les morts.Où voulez vous qu'il epuise sa souffrance encore amplifiée par la mort de l'autre?Sur une radio locale,?Trop long à expliquer.Alors qu'ici chez Pierrot Dupuy il sait qu'on le lit et on essaie de le comprendre.C'est sa facon de s'exprimer à lui, tous ces termes, je ne pense pas qu'il injure celui qui pour lui, etait un bon camarade, il le dit souvent.
Vous aussi, vous etes venu vous exprimer derrière un clavier comme lui, anonymement, non?
Une expression qui nous a tous pousser à chercher la signification "le chien qui se sert de la patte du chat, dormant devant le feu, pour sortir les marrons du feu" c'est du BAYOUNE.Normalement pour sortir les marrons du feu, nous on a un ustensile, sinon, on se brule.
Laissez BAYOUNE s'epurer de toute cette souffrance qui est en lui.Il a des choses sur le coeur et il faut qu'il les sorte.En francais si possible,

16.Posté par OKIPZOTKI le 09/01/2011 16:53

Certains (qui ne connaissent pas forcément l'histoire et la politique de l'île) feraient bien de la fermer et d'écouter parler le coeur de ces hommes et femmes qui ont été exploités par le PCR. Oui, messieurs-dames l'heure de la vérité est toute proche et ceux qui sont encore vivants se font un devoir aujourd'hui d'éclairer celles et ceux qui n'auraient pas encore compris les raisons d'exister de ce parti. Que tous les jeunes qui aujourd'hui sont en train d'essayer de rebâtir un mouvement pour "le p'ti" et "la grande" prennent leurs jambes à leur cou. Les rapaces qui attendent leur heure depuis des lustres ont déjà commencé à se manger entre eux pour prendre les commandes. Ils auront sans doute besoin de bras pour les basses manoeuvres.

17.Posté par Bel Caf lo vré Fra le 09/01/2011 18:08

Bayoune mounwar, ou la touzour pas kompri : na na poin bon kominis, na na poin mové kominis, na na in système, in parti marxiste léniniste, et sa lé centralisé d’sis in sef. Ou bien ou lé dédan, ou bien ou lé déor ; si ou lé dédan, ou exékite, et sakèn na na in role ké lo parti la done à li pou fé. Lo parti, sé lo sef. Na na rien à war ek Pol, Loran, Pir, etc. Marcel lété d’sis in ligne dir, band na la ékarte à li, mé li la pas v’ni pléré ek nous. Li la kraze son misèr. In militant na point rézon, se lo parti na rézon. I réforme pas in parti kominis. Ou vien pas pléré, ou kombate à li ! Ou na na munitions…

18.Posté par mwa la pa di le 09/01/2011 18:14

En dehors de toute polémique la façon du PC est la même. Pour Laurent ce fut pareil, c'est le parti qui a passé sont temps à l'exposer dans diverses mairie. Ici c'est l'arrivée de ti Pierre qui donne le début des manifestations. La récup cela a du bon...... Bayou a fait le choix de pleurer en créole, tant mieux ou tant pis , il peut pleurer, les verges ont trahi la cause communiste depuis bien longtemps. Mais le peuple est complice, demerd a zot !

19.Posté par Alto Feu le 09/01/2011 21:20

Oté Tirpa tout zot band fiel dessu granmoune Soubou. Que Dieu le garde. Ca sera ma révérence. Gardun tipe pou kan le papapol va toune son zyeu.

Tant qu'aux zamontreures, certes le PCR et ses "apparatchiks" ne sont pas des anges, mais ils ont ou du moins ils avaient (car ils ne sont plus à la région) une vision de la Réunion qui sort de de la feuille tole du sac de ciment ou du ces qu'on va quémander au maire.

A ceux qui critiquent le pcr ou sont vos modeles ? JL Lagourgue ? T Robert ? G Annette ? P Lebreton ? JC Fruteau ? B Pajany ? N Dindar ? Ouais ben avec ca la Réunion léssové !


20.Posté par G'elanna, une reunionnaise le 09/01/2011 21:55

post19, mon modele à moi, c'est le General de Gaulle.Je n'en ai pas d'autres.Quand les autres petites filles on leur lisait des contes, moi, mon oncle, me parlait du General de Gaulle, et je l'ecoutais , j'ecoutais tout ce qu'il me disait, car il a fait des guerres et il nous est revenu, et cela ce fut un exploit pour moi.Et il est mort en 2001, mon oncle.

21.Posté par Bayoune le 09/01/2011 22:13

Post 18 - " Pour Laurent ce fut pareil, c'est le parti qui a passé sont temps à l'exposer dans diverses mairie." –
Non, ils n'ont pas exposé le corps de Laurent dans diverses mairies, eske na inn, inn solman, la pu voir le visage du Laurent dans le cercueil exposé dans différentes mairie, NON bien entendu, pour la bonne raison ke le cercueil lété vide, cela ne pouvait se faire, puisque le corps lété réfrigéré à l'hôpital de ST Pierre pour attendre l'arrivée des sœurs du Panama, et du tonton Jacques.
Les militants communistes de base, ont été une fois de plus trompé comme dabittude par la direction de leur parti. Touts éplorés qu'ils étaient, ils venaient se recueillir devant un cercueil avec la photo de Laurent biyin sir. Mové lang i di minm lavé mète galé dann serkèy pou fé lo pwa, Sate i koné lo zistwar, koze inpé osi zot, détake zot lang inpé siouplé..

Sa i rossanb bonpé kan la fé krware anou dann lé zané 66 ke "papa Paul" lavé parti clandestin, maron. Son maronage lété an lèr face au vieux pont métallique de la Rivière des Pluies, na bonpé kamarade i koné l'imbrication des Vergès avec la droite qu'ils faisaient semblant de dénoncer, alor ke zot té i manze dann lo minm loze. Eske na inn la vu Paul fé la zole konm bann ti plantèr la Petite Ile kan la révolté an 67 - Non biyinsir, il a été acquitté, ou encore amnistié.
Pour le Parti, de vrais communistes la konu la zole, le banisman, l'exil la clandestinité zisko Pakistan an pasan par l'Ile Maurice, plis in nan de clandestinité VRAI, avant dète zeté la zole, sé lo ka de Georges Sinamalé, ke la recu la facture des frais de justice à sa sortie de prison. Et pourtant, profitant de la naïveté des camarades, des quètes ont été largement faites pou lo "soutiyin nout kamarade an prizon" - Mé Georges la zamé vu la koulèr larzan, la minm fé kour lo bruy ke nout kamarade la vann alu 200 000F à Virapoullé, é la fé perde Laurent la mairie St André. En gros, Paul Vergès repprochait au candidat indépendantiste d’avoir été aux municipales de St André. Pou nou aktualize lo zafère, lé inpé konm il repprochait aux socialistes d’avoir maintenu leur liste aux Régionales de 2010, épi la fé bware sa clike in bouyon…

Post 18, krwa pa mi plère pa an kréole dosi la dictature des Vergès au sein du Pcr, mi dénonss lesplwatasiyon ke la été fait de la naïveté des camarades, de petits travailleurs qui se sont sacrifiés, le croyant faire pour le parti, alors qu'ils engraissaient une famille de l'aristocratie coloniale maquillée en communiste, et soit disant anti-colonialiste. Ils vont jusqu'à appelé à voter pour Chirac, au lieu de Lajoigny candidat du Parti communiste français qui a fait de Vergès un député européen en 1979 - et l'a sorti de l'anonymat colonial en quelque sorte.

22.Posté par ducap le 09/01/2011 22:28

19
a)plus de région plus de vision? ??!!!!
b)2011(ou 2010 puisque c'est la fin de la vision!) moins 1946=65 ans.
65 ans que le Fils de Raymond occupe la scène voilà qui donne de la marge à ceux cités non?
c)mais pour certains, je vous l'accorde, cela ne sera néanmoins pas sans difficulté!

23.Posté par Anonymat le 10/01/2011 00:46

On sait maintenant que sur le blogg de Pierrot Dupuy, le jour de votre mort, avant que la famille ait pu faire son deuil, n'importe qui ( et de préférence un ami de pierrot Dupuy) peut venir lâcher son venin publiquement, pas en face d'une personne vivante, pas courageusement non mais sur votre cercueil, sans aucun respect ni pour vous ni pour la souffrance des proches.Et ce post sera publié sur le net par Pierrot Dupuy pour faire le buzz..

Débattre et discuter sont des actes importants, critiquer,dénoncer , faire valoir son point de vue, sa vision de l'histoire politique aussi, on peut ne pas être d'accord, combattre des idées est quelque chose de sain, nous sommes en démocratie et la liberté de parole est primordiale mais là vous avez montré de quoi vous êtes capable, vous n'avez aucun respect, aucun, vous vous êtes mis dans la fange Dupuy.
Ce n'était pas le moment de soulever ces rancoeurs et de les mettre sur la place publique.
Vous vous attribuez tous les droits sous prétexte que votre blogg marche bien et que c'est un bon défouloir.Il y a des limites à ne pas franchir même si vous êtes de droite et que vous avez le pouvoir de diffuser sur internet. Vous n'honorez pas votre bord politique avec vos méthodes.C'est une famille endeuillée que vous atteignez en lançant vos flèches empoisonnées, pas un parti politique.Si vous étiez intelligent vous l'auriez compris, si vosu aviez un peu de décence et de savoir vivre vous ne le feriez pas.

(Réponse de Pierrot Dupuy : Je ne peux laisser dire n'importe quoi.
Quand on est un homme politique, on assume. Vivant ou mort.
Imaginez que Nicolas Sarkozy décède demain (ce que je ne lui souhaite pas, ni à lui ni à personne...). Pensez-vous sincèrement que les Français se contenteront de dire du bien de lui, au motif qu'il faut laisser les morts en paix?
Etes-vous certain que vous même le premier, vous n'allez pas critiquer son action? Et que vous n'allez pas raconter des anecdotes sur lui, surtout si votre parcours vous a permis de vivre un certain temps à ses côtés et donc de bien connaitre ses défauts et qualités?
Je ne vous laisserai pas me salir et salir impunément Zinfos en affirmant péremptoirement des contre-vérités).

24.Posté par mansour le 10/01/2011 11:18

post 23/Mr Dupuy
Complétement d'accord avec la réponse de Mr Dupuy.
Mr Soubou était un homme politique avec des responsabilités successives mais toujours importantes au sein du PCR et de sa hiérarchie..
Que ses actions trouvent l'adhésion de ses responsables ,de ceux qui partagent sa conduite c'est incontestable mais que ses actions et conduites fassent l'objet d'éclairages , de rappels et donc de critiques de ceux qui ont eu à les subir ou à les contester c'est tout aussi incontestable
En quoi ces éclairages ,ces rappels et ces critiques sont-elles "venimeuses" ou "irrespectueuses" ou "fangeuses"?
Nous sommes déjà plusieurs à l'écrire mais certains semblent ne pas comprendre alors que les mêmes ne trouvent rien à redire dans la façon où le parti de Mr Soubou a totalement préempté ses funérailles !
N'ayant pas connu ce monsieur ni à Paris ni localement les témoignages de ceux qui l'ont croisé et,ou, combattu, nous permettent de comprendre et le fonctionnement d'un parti et la conduite de ses responsables ainsi que celle de l'apparatchik qu'il a été.
Merci donc à leurs auteurs (Bayoune et quelques autres) et merci à Zinfos qui est totalement dans sa fonction.

25.Posté par Bayoune le 10/01/2011 14:53

Mansour - " dans la façon où le parti de Mr Soubou a totalement préempté ses funérailles ! ",
là ankor nou pé konprann ke le parti la préempté lé funeraye de Marcel, la o mwin lo kamarade lavé déza ferme la fenète. Mé in ote zafèr ke i fo sakin i koné, la di kan ou vé nwayé ou tiyé out siyin, bin ou di li na la gale, ou sinonsa li lé pouri lo piss. Au Pcr, des vieux camarades, agés fondateur de ce même Pcr, sont enterrés vivants , cela évite des explications de leur effacement ou leur silence - ou encore ils sont devenus fous aliénés, auxquels il fallait se méfier, ainsi il vont faire naître une rumeur contre un coiffeur du sud, qui du jour au lendemain aurait perdu la clientèle de son salon de coiffure, parce que selon cette rumeur, le kamarade koifèr an kestiyon, plu an odèr de sinteté té i ginye krise dépilepsie, vréman inprévizib, é kwik in coup de razwar, ou wa kosa mi vé dire... Du kou toute klian la fonn.

Marcel lété osi in nonm de kou d'état, o mwin de fwa, et touzour sur ordre de son parti, il a tenté de tuer l'UGTRF, un complot ourdit, ils sont allés chercher Paul à Bruxelles, pour renverser la situation au sein de l'UGTRF qui venait de cesser d'être cette courroie de transmission du Pcr dans l'émigration réniyonèz. Lu lété in kamarade dévoué. Paix à son âme, minm si té dané… Té pa li lotèr…



26.Posté par Charabia le 10/01/2011 15:51

A post 4 : soit tu écris en créole soit en francais le mélange des genres complique ta lecture...

27.Posté par @bayoune le 10/01/2011 16:22

Bayoune : "kan ou vé nwayé ou tiyé out siyin, bin ou di li na la gale"

Superbe. T'as déjà vu un chien qui avait la gale ?

Enfin remarque tu parles un créole parfait puisque la spécialité locale c'est d'utiliser des expressions françaises sans les comprendre et en le remixant à la sauce bourbon ce qui leur fait perdre tout sens.

Continues d'écrire comme ça au moins les zoreils peuvent pas comprendre et s'arracher les chevaux (faute volontaire évidemment)...

28.Posté par charabia 2 le 10/01/2011 16:23

Post 26
Oté asé di a nou koué y fo nou fé. Nou ékri kom nou vé, nou koz kom nou vé. Sé ta ou fé l'éfor si ou vé komprand'. A koz sé nou y dwa adapté tou l'tan ? Si ou sa en Angleterre ou ayèr wa di bann' na koz fransé ? Non. Bé lé parey !

29.Posté par pere Plexe le 11/01/2011 15:47

SOUBOU ?
PCR ?
c'est qui ? c'est quoi ?
un match du PSG ? avec Plein de Cons Rassemblés ?

30.Posté par G'elanna, une reunionnaise le 11/01/2011 16:46

post 29, l'heure est à la reflexion,à ecouter ce que les gramounes des années 50/60 ont à nous apprendre, alors chut....lisez et ne parlez pas, pas pour de l'humour à 2 balles.Vous allez faire fuir Bayoune.Je veux savoir ce qu'a tricoter tous ces gramounes.

31.Posté par Bayoune le 11/01/2011 21:37

"G'elanna, une reunionnaise" - Si vous avez des questions à poser n'hésitez pas, remercions Mr Dupuis de nous laisser nous exprimer. Bien sûr, ce que j'ai dit, un peu en filigrane, vous comprendrez le pourquoi. La Françoise rendant hommage à Marcel apporte sa version dans leur journal d'aujourd'hui, comme quoi les choses se recoupent.

Et oui, il y aurait beaucoup de choses à dire, malheureusement des vieux VRAIS camarades sont partis, sans parler, ce qui est vraiment dommage. Sinon, ils auraient pu nous parler du complot monter pour rester dans les griffes du colonialisme, oser parler de décolonisation par la départementalisation avec l' ambition pour le chef de devenir un jour un ministre de la France - Cette situation que nous connaissons aujourd'hui est quand même le produit de la politique du pseudo parti communiste réunionnais. Les vieux auraient pu nous parler plus en détail de la violence lors des campagnes électorales, et surtout qui l'ont instituer en premier, qu'on se souvienne du meurtre d'Alexis de Villeneuve, des camarades qui ont disparu dans des accidents louches - à qui les pseudo-camarades d'aujourd'hui leur ont coller le nom d'une rue ou d'un école. L'assassinat de militants anticolonialistes par les forces de désordre colonial etc...
Le jour viendra, où la vérité se saura, des archives vont parler, d'autres, par crainte de mauvaises rencontres vont laisser des messages à titre posthume, le grand déballement se prépare, où les vrais responsables de la situation de notre pays seront démasqués.

32.Posté par G'elanna, une reunionnaise le 13/01/2011 23:20

des questions j'en aurais tellement sur cette epoque des années 60.pëndant les fetes j'ai rencontré un vieux reunionnais, un couple qui m'a raconté tout ce que mes proches qui sont rentrés par bumidom ont vecus, il a connu longuement deux proches.qui ont beaucoup galérés, et ils n'ont jamais soufflé mots à la famille qui sont restés sur notre ile.il a commencé sa vie dans un foyer dans le coin de Paris.Et il galérait beaucoup sans travail.Un jour, souvent meme il a defendu des reunionnais dans ce foyer, on m'a raconté,et il etait mal vu et il etait à l'ecart.Aujourd'hui, je comprends mieux sa vie.Il avait que 18 ans quand il est rentré.
Cette facon d'envoyer en metropole, ne date pas de ce jour.dans les années 60, il y a eu une vague de reunionnais, reunionnaises sont rentrés en metropole par BUMIDOM, pour travailler dans les hopitaux, placées comme femmes de menage,et divers autres.Donc en cette periode notre ile n'avait pas de travail non plus?
ma famille m'a donné l'ordre d'aller rendre visite dans les années 80 à un cousin à moi qui a aterrit dans les années 60.Il etait agé quand je l'ai vu.Il me regardait avec ses petits yeux verts, le verre de wiwky aidant, et il arretait pas de me dire "avant c'etait que les riches y rentraient comme ou, la vie la changer, avant c'etait pas comme ca, ou connait out tit manteau velours le joli, y fait plaisir voir reunionnaise comme ou, et ce qui me fait le plus plaisir, ou lé ma famille"c'est cette facon de parler qui me choquait et il nous a raconté sa vie.Et quand ma maman est rentrée en vacances, tout est sorti, tout le monde pleurait, sauf moi.Car j'aime ecouter, et garder toutes mes antennes pour comprendre.

dans les années 80, quand je suis rentrée, j'ai retrouvé des familles, des proches qui ne pouvaient pas me recevoir tellement ils vivaient plus pauvrement que chez nous, dans les quartiers de Paris,c'etaient des personnes agées qui etait rentrés dans les années 60 à 40 ans dejà, pour faire quoi, je ne sais pas.
C'est pour cela que je voudrais que vous me parlez un peu de tout çà.Et le pire, ils ne racontaient rien aux familles sur notre ile.

33.Posté par Zozéfine le 14/01/2011 21:53

Pour G'elanna, une reunionnaise, je vois que vous avez réellement soif de regarder dans le rétroviseur de l'histoire de votre pays, vous avez entièrement raison, si je peux vous êtes utile, je me ferai un plaisir de discuter avec vous. Beaucoup de choses ont été dit dans différents post . L'émigration vers la France n'a pas toujours été une partie de plaisir, tout le monde politique a trempé dans ce trafic de notre jeunesse, le BUMIDOM, le père Favron, de Brunellière, le père Rivière, le foyer " Macaze "à Vanves, Crouy sur Ourcq, un parc de dressage pour les jeunes réunionnaises. Je te laisse ce mèl, si Mr Dupuy veut bien laisser passer : "miss_cresso@yahoo.fr; "- Nous parlerons un peu du passé des années 60, avec peut-être même des coupures de presse de l'époque... C'est avec beaucoup de plaisir que je répondrais à votre questionnement.

34.Posté par Zozéfine le 15/01/2011 10:29

Pour G'elanna, une reunionnaise, une erreur s'est glissée dans le mèl, pour me contacter "bmisscresso@yahoo.fr. A bientôt peut-être.

35.Posté par Zozéfine le 15/01/2011 20:28

Pour G'elanna, une reunionnaise l- bmisscresso@yahoo.com, cette fois ci c'est la bonne, veuillez m'excuser pou l'erreur.

36.Posté par Bayoune le 16/01/2011 06:25

G'elanna, , mi krwa la mèyère solisiyon, sé ou lèss amwin in mèl pou mwin kontak aou, konmsa nou poura arparle inpé du pasé, de lémigrasiyon, an diré ou koné in volé dosi.. Sate ou di dann lo post 32 mwin la konu inpé lo minm zafère. A biyinto pétèt.

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter