Social

Retour sur la grève au Quotidien

C'est le cinquième jour de grève au Quotidien et la situation est toujours bloquée puisqu'aucune négociation n'a lieu ce week-end entre la direction et l'intersyndicale.


Retour sur la grève au Quotidien






Comme évoqué dans un précédent article ce matin, la grève continue au Quotidien et la situation semble se durcir entre la direction et l'intersyndicale car aucune réunion n'est prévue ce week-end. Hier soir, la direction du Quotidien avait lâché un "bon week-end" aux grévistes, nous rapportait Yannick Bernardeau, porte parole de l'intersyndicale, ce matin.

L'intersyndicale a décidé d'agir pour sensibiliser et expliquer le bien fondé de leur grève auprès du public, d'une part en organisant une conférence de presse dimanche ou lundi et d'autre part en distribuant des tracts, auprès de la population, intitulés "Grève au Quotidien, la vérité en chiffres". Ces tracts reviennent en chiffres sur les propositions faîtes aux salariés, sur leurs propres revenus et sur les revenus de la direction :

"- 1139€ : c'est le salaire d'une employée de presse avec vingt ans d'ancienneté.

- 1300€ : c'est le salaire d'un journaliste avec deux ans d'expérience.

- 1800€ : c'est le salaire d'un journaliste avec vingt ans d'expérience.

- 650.000€ : ce sont les salaires distribués annuellement à 5 dirigeants du journal.

- 1 million d€ : c'est le montant des dividendes distribués au actionnaires en 2007.

- 0,8% : c'est le pourcentage du chiffre d'affaires que représente la revendication des salariés du Quotidien.

- 3,55€ : c'est ce que proposait vendredi la direction du Quotidien par salarié et par mois.

Les grévistes du Quotidien (CFDT/CFE-CGC/CGTR/SNJ)
"

La grève continue au Quotidien et le journal ne devrait pas paraitre demain dans les points de ventes de l'île.

Samedi 17 Juillet 2010 - 15:48
Julien Delarue
Lu 1852 fois




1.Posté par trop fort pou moin le 17/07/2010 17:10
Bégert trop nul .
Mi zappe.

2.Posté par pasdupe le 17/07/2010 18:10
Comment peut on publier pareil tract
La mauvaise foi syndicale est choquante
comparer 1800 euros net mensuel pour un salarié , à 650 000 euros brut annuel pour 5 dirigeants, c'est vraiment prendre les gens pour des imbéciles
Juste un simple calcul : retirons les charges patronales, puis salariales,
Divisons ce montant par 5 ( nombre de dirigeants) puis par 13 ( nombre de mois payés)
nous obtenons 5700 euros par mois.
C'est moins choquant, non?

Et puis ,puisqu'il veulent informer au travers de tract, et bien qu'ils le fassent, mais jusqu'au bout.
Peut etre serions nous surpris par d'autres avantages non mentionnés .

Je ne retrouve pas non plus dans ce document les salaires des grandes plumes du titre ( souvent fatiguées, au vu du nombre d'article écrtits par an), mais peut etre qu'ils ne sont pas grévistes, après tout

Enfin, rapporter une demande d'augmentation au chiffre d'affaire d'une boite, c'est prouver le décalage des journalistes avec les réalités économiques.
Un conseil, faites vous recruter au Monde, ils ont plus de chiffre d'affaires.........mais plus de futurs chomeurs, egalement

C'est quand meme dommage, Pierrot de passer sur ton blog ce genre d'information pour sous développés du bulbe



3.Posté par numeroflash le 17/07/2010 20:45
Post 2 : En même temps si Z'infos n'avait pas diffusé cette information, nous n'aurions pas eu votre avis et ça ..... ça m'aurait manqué.

4.Posté par Azalee le 17/07/2010 20:56
L'une de "sous développés du bulbe" vous salue bien ! Moi ça m'intéresse...

5.Posté par Patriote le 17/07/2010 21:35
Et la proposition du patronat: "3,55€ : c'est ce que proposait vendredi la direction du Quotidien par salarié et par mois", il en pense quoi le pasdupe? Viril mais correct ou simplement encore trop bon, ces gens là?
Ce qui est sûr, c'est que quand on n'est pas choqué par un salaire de 5700 euros nets par mois, on peut s'inquiéter d'avoir un patron comme celui là en face de soi pour négocier

6.Posté par boyer le 17/07/2010 22:27
avec 1 millions d'euros de dividendes distribués, 1139 à 1800 c'est ridicule comme salaire!!!

pour ne pas dire honteux.




7.Posté par boyer le 17/07/2010 22:28
2.Posté par pasdupe

5700 euros par mois.
C'est moins choquant, non?


ben non, ca reste choquant.

8.Posté par Tcherno-Bill le 17/07/2010 22:46
Boyer ! Tu exagères ! 5700 Euros pour un directeur de journal , c'est pas abusif ! Que les salaires des journalistes expérimentés soient trop bas , c'est sans doute le cas, de plus , si les bénéfices ne sont pas, en compensation , pour partie distribués au personnel , la oui !...... c'est de l'arnaque !

9.Posté par lahope le 18/07/2010 01:53
Les 3,55€, c'est net ou brut ?

10.Posté par pasdupe le 18/07/2010 02:21
Ok , c'est mon coté provoc, mais quelqu un peut il m'expliquer le calcul de 3,55 euros par salariés et par mois, dans un tract qui se nomme " la vérité en chiffre", et de vérifier si le porte parole, journaliste de plus de 20 ans d'ancienneté à bien le salaire indiqué.............

11.Posté par boyer le 18/07/2010 07:32
8.Posté par Tcherno-Bill

oui tcherno.

12.Posté par hoareau jean-luc le 18/07/2010 09:56
Alors que les salariés demandent un "effort" d'environ 200 000 euros à la direction, celle ci a proposé en tout et pour tout 6 000 euros, soit 3,55 euros par salariés par mois. CQFD !
Et il semble s'agir de salaires moyens, évidemment que les journalistes qui ont 20 ans d'ancienneté sont mieux payés car ils bénéficient d'une prime légale de 20% ajouté à leur salaire de base qui serait de misère sans cela. Car évidemment, pas question de payer un gros salaire à un ancien journaliste, pilier de la boîte, "puisqu'il a 20% de plus". Logique non ! (20% qui se décompensent ainsi 10% parce qu'il est depuis plus de 20 ans dans l'entreprise, et 10% parce qu'il est depuis plus de 20 ans dans le métier).
Le porte-parole en question doit avoir 1800 payé + 20 % "légaux" que ne donnerait pas le patronat s'il ne devait pas le faire. Ceux qui ont 20 ans d'anciennenté mais n'ont pas vingt ans au Quotiodien touchent donc 1800 + 10% , enfin si j'ai bien compris
Car si c'est 1800 net , ce qui ne serait pas étonnant, alors ça craint...

13.Posté par Arthur le 18/07/2010 11:00
C’est un peu plus compliqué que ça, il y a plusieurs paramètres à prendre en compte. Pour les journalistes (qui ne sont pas la totalité des grévistes) :

1. On peut se référer à la grille des salaires des quotidiens départementaux qui indique comme salaires planchers, en brut :
- 1732,41 euros pour un journaliste débutant (au moment où il devient titulaire de sa carte de presse, donc soit après deux années comme rédacteur stagiaire, ou diplôme d’une école reconnue + une année comme rédacteur stagiaire)
- 1889,74 euros pour un rédacteur polyvalent
- 2519,65 euros pour un chef de service
Il y a bien sûr des fonctions intermédiaires.
Il n’y a pas d’obligation pour l’employeur de respecter cette grille. Désavantage mais aussi avantage dans certains cas, car les salaires restent négociables.

2. Ces salaires bruts sont en principe majorés des primes suivantes :
- ancienneté dans la profession (3% pour 5 ans d’ancienneté, 6% pour 10 ans, 9% pour 15 ans, 11% pour 20 ans)
- ancienneté dans l’entreprise en tant que journaliste (2% pour 5 ans, 4% pour 10 ans, 6% pour 15 ans, 9% pour 20 ans.

3. Les journalistes perçoivent un 13e mois.

Les points 2 et 3 sont inscrits dans la convention collective des journalistes. Est-elle appliquée ? c’est une autre question...

14.Posté par nicolas de launay de la perriere le 18/07/2010 11:20
encore une fois, article 2325-35 du code du travail.
que le CE fasse son boulot .

15.Posté par hoareau jean-luc le 18/07/2010 17:00
Que veut dire Nicolas du patronat?

16.Posté par nicolas de launay de la perriere le 18/07/2010 18:11
tu développes ta pensée, post 15 ?

17.Posté par Tarasboulba le 19/07/2010 10:53
Euh...

Moi qui balance entre deux âges, qui ai consacré une bonne partie de ma vie professionnelle au journalisme, et qui connait pour y avoir été salarié de la maison Quotidien, je peux donner mon avis sur deux points:

1) Si Maximin Chane Ki Chune, Alain Bailly et Jean-Paul Fong-Yang (antre autres dirigeants) étaient des patrons sociaux, cela se saurait. Que CKC parte en vacances au moment où sa principale entreprise est en grève montre le niveau du dialogue social.

2) L'empire Quotidien est en fait un convoi exceptionnel de sociétés dont le Quotidien est la locomotive. Pour contourner certaines obligations légales, liées notamment au droit du travail, on trouve, entre les mêmes murs et à la même adresse une myriade de sociétés de moins de 10 ou 49 salariés... Et ces sociétés qui ont toutes les mêmes dirigeants se facturent entre elles des prestations...

3) Les chiffres avancés par l'intersyndicale concernant les salaires des journalistes me semblent en revanche loin de la réalité et fortement sous-évalués. En effet, si l'on prend les chiffres avancés par l'intersyndicale, on apprend que "1300€ : c'est le salaire d'un journaliste avec deux ans d'expérience. " 1 300 euros, cela fait 8 515 francs. Or, au début des années 90, cela représentait le salaire d'un rédacteur polyvalent ayant entre 5 et 10 ans d'ancienneté!

On apprend également que " 1800€ : c'est le salaire d'un journaliste avec vingt ans d'expérience". Rapporté en francs, cela fait 11 790 francs, et c'est à peu de choses près ce que je touchais au début des années 90 au Quotidien, en qualité de rédacteur polyvalent, avec une dizaine d'année d'ancienneté!

A cela, il faut ajouter les frais de déplacement et notes de frais. Je me souviens qu'à l'époque, ces remboursements de frais me rapportaient entre 2 500 et 3 500 francs mensuels...

Je ne doute pas un instant de la justesse des revendications des journalistes du Quotidien, mais les chiffres avancés quant aux salaires me laissent dubitatifs

D'autant que parmi les grévistes, certains ont une ancienneté "maison" et il y a une quinzaine d'années, ils percevaient pour certains entre 15 et 20 000 francs de salaire mensuel (entre 2 290 et 3 053 euros). Ajoutons qu'il existe également au Quotidien un 13ème mois et une prime d'ancienneté versée en milieu d'année, équivalente à un mois de salaire...

Encore une fois, si les revendications sont justes, les arguments avancés sapent leur bien fondé...








18.Posté par nicolas de launay de la perriere le 19/07/2010 23:58
la notion d'Unité Economique et Sociale, doit bien permettre aux syndicalistes de remettre dans le droit chemin, la direction de ce groupe...

Nouveau commentaire :
Twitter

4, cité Fontaine
97400 Saint-Denis

06 93 010 810
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales