Société

Répulsifs anti-requins de Tecknisolar: "Sachez qu'une solution existe !"


Répulsifs anti-requins de Tecknisolar: "Sachez qu'une solution existe !"
Il n'a pas le pouvoir financier d'un Dassault mais Pascal Barguirdjian sait vendre sa PME de Saint-Malo. "Nous sommes 4 à Tecknisolar (plus lui le gérant)", aime-t-il à présenter.

Malgré la taille de l'entreprise, Tecknisolar n'y va pas par quatre chemins pour exposer la panoplie d'outils qu'elle a pu proposer tant à l'armée française qu'aux collectivités publiques par exemple.

Sur la route avec ses détecteurs automatiques de véhicule, en mer avec des modules solaires étanches à dégivrage automatique, sur les théâtres d'opérations militaires avec des drones électriques solaires, Tecknisolar frappe dans tous les domaines. Contre les requins : "sachez qu'une solution existe !", lance-t-il. La sienne.

C'est la vague d'attaques de requins à La Réunion qui décide le chef d'entreprise à sauter le pas dans un domaine qui "n'était pas trop ma priorité", confie l'intéressé.

"Nous nous sommes mis dans la peau de cette formidable bête de course qu'est le requin". Malgré sa perfection qui a traversé les millénaires, l'équipe d'ingénieurs détecte chez le prédateur une zone de points faibles.

"Comment allions-nous mettre de l'électronique face à cette machine de guerre", poursuit le spécialiste qui rappelle que Tecknisolar est avant tout une société spécialisée dans le "traitement du signal". Un détail qui prend de l'importance dès lors que l'auditoire présent ce mercredi à la base nautique de Saint-Gilles prend la mesure des solutions proposées par la société.

"Court-circuiter ses capteurs"

Les points faibles du requin : "ses yeux et l'hypersensibilité de ses capteurs". Tecknisolar appuie là où ça fait mal. Une première variante appelée "optronique à ultraviolet pulsé" consiste à "perturber considérablement l'acuité visuelle du requin".

La seconde s'attache à créer de la résonance acoustique par vibration, une manière de "court-circuiter ses capteurs".

Toutes ces merveilles technologiques sont appliquées de quatre manières différentes. Les trois premières sont portatives. Ainsi pour une protection individuelle, un surfeur doit coupler le boîtier qu'il portera au mollet à un émetteur intégré à sa planche. Cette dernière mouture pose quelques problèmes en terme d'optimisation de la glisse. Mais l'écueil ne désespère pas Pascal Barguirdjian. Au contraire, les propositions d'amélioration sont faites sans plus attendre avec les surfeurs présents. Coût estimé du boîtier Dearteck hors phasage industriel, ce qui devrait réduire son prix: 750 euros.

L'autre gadget présenté, qui pour le coup fait sensation, est le pistolet à laser. Directif, il émet sous l'eau un beau laser bleu que l'apnéiste ou plongeur et pourquoi pas demain la vigie pourra pointer vers la tête du squale. La vidéo qui circule d'ailleurs sur Internet fait son effet. On y voit un requin qui prend ses distances après avoir été "chatouillé".

"Le Brésil attend nos solutions"

Le dernier module potentiellement applicable à La Réunion est statique. Avec autant de corps morts nécessaires câblés à une bouée en surface d'où émergent des capteurs solaires, un périmètre anti-requins est rendu possible. Une bouée est nécessaire tous les 100m. L'ingénieur promet "zéro maintenance", ni même d'être retirés lors de passages cycloniques, à l'exception faite de collision avec des troncs d'arbres ou de filets de pêche qui viendraient se prendre dans le dispositif dit de protection de plage. Le coût d'une bouée : de 4 à 6.000 euros sans l'attache.

Après trois ans de recherche et développement qui ont coûté 427.000 euros à sa société, et en fonds propres, Pascal Barguirdjian estime que l'heure "du retour sur investissement a sonné". Son calendrier est serré. Dès janvier prochain, il compte bien formaliser son désir de passer à la phase industrielle et donc de mise en vente de ses outils innovants dans la foulée. A la question de savoir si La Réunion pourrait en être la terre d'accueil, le gérant répond mille fois oui. "Le Brésil attend nos solutions", lance-t-il. L'Afrique du Sud et l'Australie sont également dans la course. L'île pourrait avantageusement accueillir une usine de production.

Son tour de table se poursuit avec les institutionnels locaux et associatifs jusqu'à vendredi. Lundi dernier, son exposé a déjà visiblement séduit la sous-préfète de Saint-Paul, livre-t-il en guise d'indiscrétion.

--------
En vidéo, retrouvez les impressions de Loris Gasbarre, président de PRR, sur les trouvailles de Tecknisolar. Il s'exprime également sur la nécessité d'envisager cette solution non létale en complément des programmes en cours dont Cap Requins fait partie. Programme pour lequel David Guyomard, chargé de mission Pôle scientifique du comité régional des pêches, envisage sérieusement d'y intégrer le dispositif périmétrique présenté aujourd'hui par Tecknisolar.



Mercredi 30 Octobre 2013 - 17:35
.
Lu 33318 fois




1.Posté par severin le 30/10/2013 21:50
Génial ce mec,il a trouvé un Répulsif ANTI-Thierry Robert de tecknisolar.Pas besoin de gaspiller l'argent des contribuables pour combattre les requins.Cette argent pourrait servir a nos pauvres de notre île,très bonne nouvelle.In yab des Yvelines

2.Posté par galimatias le 30/10/2013 22:46
Pour la "garantie", c'est 6 mois ou ...................à vie?

3.Posté par lapinus le 31/10/2013 09:13
il a surtout trouvé le répulsif ANTI CONS du reste de la classe politique qui se vautre et ne pense plus ... sauf a sa carrière !!!

4.Posté par Momo le 31/10/2013 13:18
C'est génial, mais ça règle pas le problème de surabondance... :(

5.Posté par johan le 02/11/2013 00:22
yab des Yvelines , t'es dans les Yvelines pourquoi tu te contente pas de ce qui te concerne labas
Tu nage pas , tu fais pas de surf .. alors pourquoi tout ces gens viennent ouvrir leur bouches sur des sujets qui les concernent pas ... EN fesant croire que les surfers enleve la bouche des pauvres petits reunionnais pauvre .. mais man, tu fais pitié mon petit Yab des Yvelines .. mdrrrrrrrr

Nouveau commentaire :
Twitter

4, cité Fontaine
97400 Saint-Denis

06 93 010 810
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales