Economie

Rentrée du BTP: Les petites entreprises partagées entre crainte et espoir


Rentrée du BTP: Les petites entreprises partagées entre crainte et espoir
L'année 2013 n'a pas été bonne pour le BTP, ce n'est pas un secret. Les fédérations professionnelles avaient pointé du doigt un chiffre d'affaires très faible, estimé à 1,1 milliard d'euros (en 2008 il était à 2,1 milliards d'euros), et une chute des effectifs constante depuis cinq ans (7.000 salariés en moins depuis 2008). Au même titre que les scolaires, les salariés et entreprises du BTP ont fait leur rentrée lundi dernier. Mais comment abordent-ils cette année 2014 ?

Dans toutes les têtes, le chantier de la nouvelle route du littoral fait office de "poumon" pour le BTP cette année avec le lancement des premiers travaux. Pour autant, les professionnels restent très prudents pour cette année 2014, partagés entre crainte et espoir.

"On a encore un gros problème à régler, celui des dettes fiscales et sociales. Sans apurement des dettes, les entreprises ne peuvent pas répondre aux appels d'offres", explique Jocelyn Fougerais, président de la CAPEB (Confédération artisanat et petites entreprises du bâtiment). Une épine dans le pied dont les petites entreprises se passeraient bien. "Enormément d'entreprises réunionnaises sont concernées", rappelle-t-il.

Dettes fiscales et sociales, prix anormalement bas

Au-delà des dettes sociales et fiscales, la question des prix anormalement bas pratiqués dans le BTP fait encore grincer des dents. Pourtant, dès 2012, une charte avait été signée entre les fédérations du bâtiment, les collectivités locales et l'Etat. Objectif : détecter les offres anormalement basses. Mais dans les faits, cette charte signée -suite à plusieurs réunions tenues au Haut conseil de la commande publique- semble ne pas être appliquée, à en croire Jocelyn Fougerais. "Les entreprises prennent les marchés pour essayer de s'en sortir mais c'est l'inverse qui se passe. Il faut arrêter de tirer les prix vers le bas", poursuit-il.

Dans les chiffres, la fin de l'année 2013 a été un peu meilleure en terme d'appels d'offres et de lancement de chantiers. Mais là aussi, Jocelyn Fougerais explique que beaucoup d'ordre de service n'ont "toujours par été notifiés entrainant des difficultés pour les entreprises concernées". Les OS étant indispensables au lancement du chantier.

Maintenant, les regards se tournent vers 2014 et LE chantier attendu par bon nombre d'entreprises réunionnaises, la nouvelle route du littoral. "On espère que cette route va sortir et que les majors laisseront les petits marchés pour nous (…). Ce serait une bouffée d'oxygène pour 2014", précise Jocelyn Fougerais.

Mais de l'avis des différentes fédérations du BTP, l'année 2014 devrait encore être morose. Tous tablent aujourd'hui sur une reprise plus concrète en 2015, liée encore une fois aux grands travaux de la nouvelle route du littoral.
Jeudi 23 Janvier 2014 - 16:13
Lu 766 fois




1.Posté par ti bob le 23/01/2014 20:20 (depuis mobile)
Prix anormalement bas!!!c c est même Charlot qui aujourd''hui ne sont pas a jour des charges fiscale et sociale qui ont provoquer ce bortel et empêcher les entreprises sérieuse de travailler avec des prix correct

Nouveau commentaire :
Twitter


Dans la même rubrique :
< >

Vendredi 2 Décembre 2016 - 17:47 La Réunion monte à bord du Train des Outre-mer

4, cité Fontaine
97400 Saint-Denis

06 93 010 810
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales