Social

Rencontre du Préfet et du Collectif aujourd’hui

Le Collectif de lutte contre la vie chère est invité à rencontrer le Préfet à 15h aujourd’hui. L’homme d’Etat semble vouloir faire le point sur les actions de l’association afin de mieux appréhender leurs démarches.


Rencontre du Préfet et du Collectif aujourd’hui
"Le Préfet a enfin pris conscience de la gravité de la situation", déclare Jean-Hugues Ratenon, président d’Agir pou nout tout. "Il y a trop d’injustices dans ce pays. On ne peut plus accepter de tels écarts entre une minorité qui s’en met pleins les poches et une grande majorité qui vit dans la misère. Il faut aussi que le gouvernement se rappelle que la vie est 30% plus chère dans notre DOM. Alors, quand nous demandons 200 euros sur les plus bas salaires, nous parlons également des travailleurs pauvres. Parce qu’ici, la classe moyenne ce sont des travailleurs pauvres ! 200 euros de plus sur un salaire qui couvre à peine les charges de tous les mois, ce sera une bouffée d’oxygène et serait bénéfique pour tout le monde".
Tous les jours, Jean-Hugues Ratenon rencontre diverses associations de l’île qui veulent faire partie de la mobilisation du 5 mars. "Les gens m’appellent tous les jours pour s’informer sur notre plate-forme revendicative et veulent s’associer à notre mouvement. Il y a aussi des groupements d’entreprises, des artisans, des commerçants et des chefs d’entreprises pauvres qui m’appellent pour faire des propositions ou pour m’informer de leur situation qui se dégrade. C’est là qu’on se rend compte à quel point les gens en ont assez des injustices et des abus. Le 5 mars sera un grand jour. La classe moyenne, qui est composée des travailleurs pauvres ici, doit aussi s’exprimer ce jour là" !
Vendredi 27 Février 2009 - 07:05
Karine Maillot
Lu 610 fois




1.Posté par CADET Jean Alain le 27/02/2009 13:53
Rencontrons, rencontrons mais n'oublions pas l'essentiel mes amis : Sortir la Réunion du fénoir dans lequel elle est depuis des lustres. Quelques pistes de réflexions pour alimenter le débat. Le Président de la république propose un plan pour les DOM et même si j'estime que ce qui est annoncé n'est pas suffisant je fais partie de ceux qui disent "Enfin quelque chose...". C'est vrai qu'à mon sens il y a eu carence de l'Etat et le silence assourdissant du Président pendant un mois ne passerait sûrement pas ailleurs que dans les DOM. Bref passons.
Sur les 580 millions d'euros il y a déjà 280 millions qui étaient déjà prévus pour la mise en place du RSA qui, bien entendu arrive un an plus tôt que prévu. Je ne suis pas un spécialiste mais, je devine quand même que ce montage financier est suffisamment complexe pour que le citoyen lambda (voire même l'élu lambda n'y pige que dalle !). Evidemment et chacun peut témoigner que la crise sociale des DOM ne date pas d'il y a quatre semaines. Depuis des années les syndicats et les associations crient vers Paris le malaise des DOM. Donc il a fallu que la population Guadeloupéenne descende dans la rue avec désespoir pour que ces cris arrivent jusqu'à Paris ?. Il y a aujourd'hui une réelle exaspération car les peuples n'ont pas été entendus. Peut être que nos relais c'est-à-dire nos élus ont eux-même beaucoup de mal à se faire entendre et par conséquent il faut améliorer la caisse de résonance (crier plus fort ? taper du poing sur la table ?...)

Ce que propose le gouvernement à mon sens doit servir de base de négociation mais, ne peut en aucun cas être ou devenir LA SOLUTION. Personne ne me fera croire cela aujourd'hui et ce replâtrage doit faire suite à une vraie recherche de solutions durables. Les fameux états généraux.
Comment s'en sortir alors ? Je n'ai pas la solution mais j'émets quelques hypothèses :
D'abord, il semble acquis pour tous, que dans les DOM et à la Réunion en particulier il y a une concentration économique au sein de quelques mains. Quelques familles détiennent tous les leviers économiques. L'on pourrait également faire le parallèle pour le pouvoir politique (sauf que là ce sont les électeurs qui choisissent et moi je respecte les choix démocratiques !). Tout le monde s'accorde à dire qu'il y a des situations de monopoles et d'abus de positions dominantes qu'il faut combattre. Mais voilà, plus facile à dire qu'à faire vu que ça fait 50 ans que ça dure ! Mon interrogation est alors la suivante : mais que fait la police ? Je veux dire l'Etat. D'autant que sur un certain nombres de produits tels le gaz ou le carburant c'est le Préfet qui fixe les prix. La Réunion en tant que département et région française n'a t-elle pas le droit à une saine et loyale concurrence ? M. JEGO a menacé de porter plainte va-t-il mettre ses menaces à exécution ?

Je crois qu'il ne faut pas attendre un miracle et l'Etat qui, dans sa grande générosité keynésienne ne pourra plus verser dans les DOM juste le transfert de l'argent social en espérant que ces peuplades lointaines vont finir par se taire et accepter cette reconnaissance de la nation sans broncher. Ce que les DOM veulent aujourd'hui Mesdames et Messieurs les politiciens et gouvernants c'est une véritable politique de développement en cherchant le plus rapidement possible à développer localement une vraie politique de création (maraîchages, élevages, production et transformation de produits locaux, création, recherche, innovation, services, tourisme, développement durable, énergies renouvelables etc.) pour éviter de constater, qu'à ce jour la Réunion importe 95 % de ce qu'elle consomme (nous sommes autonome à 100 % uniquement sur les œufs !) Il faut créer une véritable dynamique globale pour mettre un terme à une économie de comptoir qui empêche toute concurrence. A mon sens travailler dans cette direction c'est s'attaquer à une des causes du malaise des DOM.
Le second levier est de montrer tout de suite aux citoyens DOMIENS qu'ils sont français à part entière et à ce titre les salaires, les prestations sociales, les retraites, les bourses doivent être au même niveau que la métropole. Finissons les système à deux vitesses. Il faut fixer les prestations en fonctions du coût de la vie dans les DOM et non selon un indice métropolitains qui ne reflète en rien la réalité de nos îles.
A mon sens, discuter d'autonomie, vouloir une assemblée unique ou tout autre noyage de poisson ne règlera en rien le problème urgent que nous avons aujourd'hui.

2.Posté par FRANCO le 27/02/2009 14:47
Cher Jean Hugues je t'aime bien mais quand tu dis et écris, ce qui est vrai :"On ne peut plus accepter de tels écarts entre une minorité qui s’en met pleins les poches et une grande majorité qui vit dans la misère.", ]upourquoi soutiens tu et "roules-tu pour ceux là même qui depuis au minimum 10 ans qu'ils sont à la région n'ont RIEN FAIT contre ceux qui s'en mettent plein les poches et même les ont aidés à le faire, le PCR qui soutient le népotisme par son silence.
Le 5 mars je serai dans la rue mais pas pour "rouler" pour la famille Vergès, leurs apparatchiks et leurs alliés. J'y serai pour crier ma colère pas seulement contre les prix abusifs des billets d'avion mais contre les prix abusifs de tout à la Réunion, contre l'absence de continuité territoriale qui n'a jamais été vraiment réclamée par un combat réel pour l'égalité économique avec les Corses et les métropolitains .... avant ces derniers temps. Oui, depuis 10 ans Jean Hugues tu réclame l'observatoire des prix : nous l'avons et alors ? Quand ? la CGTR, et les organisations syndicales se sont-elles battues pour une VRAIE CONTINUITE TERRITORIALE qui garantissent aux travailleurs, surtout les moins payés, une justice sociale minimale et une égalité de citoyenneté, leur DROIT à se rendre en métropole ou à en venir à de justes prix, comme les Corses, les Espagnols, les Portugais ? Jamais parce EUX, comme les politiques, se font payer par l'argent des autres leurs billets, et ce quel qu'en soit le prix !!! C'est à leurs côtés que tu veux que les classes moyennes, les salariés pauvres viennent défiler ?

3.Posté par Cambronne le 27/02/2009 17:02
2. Posté par FRANCO le 27/02/2009 14:47

" To go to scull There or not to go to scull there? Such is the question "

Mon cher Antoine tu connais mon affection pour toi et combien je respecte tes convictions dans tes combats , sauf que même si je partage entièrement ta cause pour être contre cette chose hideuse au chiffre de la bête vous aurez remarquez le symbole les trois 666 l'un sur l'autre les architectes ont du avoir des consignes pour pondre un truc pareil ...
Bref alors que de nombreuses cheminées usines et vieilles cases créoles tombent en décrépitudes voilà le patrimoine historique à travers l'ile voilà comment relancer une économie sous forme de tournée touristique voilà aussi comment préserver l'histoire même celle que certains voudraient ne pas parler ....


Alors " To go to scull There or not to go to scull there? Such is the question " dans la rue le 5 mars vous croyez pas qu'il est un peu tard pour descendre alors que la messe est dites certains ce trompent de combat je suis entièrement d'accord avec toi , tiens même huguette commence à comprendre d'ou vient le vent qui se lève elle n'a pas envie de prendre la foudre ...

4.Posté par franck974 le 27/02/2009 18:12
encore lui en photo !!

on ne voit que lui désormais (notamment sur ce site internet et d'ailleurs surtout sur celui ci)
il a de la chance d'avoir une plateforme de revendication désormais

5.Posté par Cambronne le 27/02/2009 19:50
4. Posté par franck974 le 27/02/2009 18:12

c'est notre "Elie Demota" péi a nou Kamarad et en plus il roule pour eux mais pour l'instant ils ne font que singer ce qu'il se fait ailleurs que tout cela est pathétique et manque imagination pour faire bouger les lignes il en faudra un peu plus non vous croyez pas , mine de rien les Antillais ont réussi à tenir plus de deux mois est ce que les réunionnais tiendraient ne serait ce trois jours ?

Le problème de tirer trop sur la corde en nylon le marlin se casse ailleurs et que feront ils ? ils auront l'air cons non ?

6.Posté par franck974 le 27/02/2009 22:46
eh oui
tout a fait just post 5

Nouveau commentaire :
Twitter

4, cité Fontaine
97400 Saint-Denis

06 93 010 810
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales