Zot Zinfos

Rencontre Réunion-Seychelles: Journée "Doing Business Seychelles" ce mercredi

Une trentaine de personnes ont participé ce mercredi, à Saint-Denis, à la matinée thématique « Doing Business Seychelles » organisée par le Club Export Réunion, en partenariat avec l’Association des entrepreneurs français des Seychelles (AEFS). Initiateur de la création de l’AEFS, Lionel Majesté-Larrouy, ambassadeur de France aux Seychelles, a honoré ce rendez-vous de sa présence ainsi que le consul honoraire, Jean-Claude Pech.


Ce mercredi 20 avril 2016 s'est déroulée la matinée thématique « Doing Business Seychelles » organisée par le Club Export Réunion, en partenariat avec l’Association des entrepreneurs français des Seychelles (AEFS). Une trentaine de personnes y ont participé.

Pour François Mandroux, premier vice-président du Club Export, cette matinée a permis de "connaître les opportunités qu’offrent les Seychelles aux entreprises réunionnaises et d’initier une démarche commerciale, en ligne avec les besoins du marché seychellois. Nos chargés de mission du Club Export ont pour objectif d’optimiser les contacts initiés lors des missions à l’export afin de faciliter la réalisation de contrats et de partenariats".
 
A l’initiative de l’ambassadeur, l’association des entrepreneurs français des Seychelles a vu le jour en décembre 2015 et permet d’accompagner les entreprises françaises dans leurs démarches d’installation aux Seychelles. "C’est un pays qui s’ouvre d’une manière extraordinaire, c’est le moment propice pour s’y installer. Nous souhaitons donner quelques clés aux PME pour pouvoir s’implanter et avoir un premier contact sur place", précise Dominique Guichard, président de l’AEFS.
 
Grâce à la Région et au Club Export Réunion, une VSI (volontaire de solidarité internationale) a été recrutée sur l’archipel. Une vraie satisfaction pour l’ambassadeur Lionel Majesté-Larrouy : "J’ai insisté lors de mon arrivée auprès du Club Export pour avoir l'assurance que cette installation se ferait dans les meilleurs délais. Ce qui a été le cas, à la grande satisfaction de tous et avec l'appui concomitant du président de la Région, Didier Robert, qui a très vite perçu tout l'intérêt de l'opération pour le rayonnement économique et commercial de La Réunion. Notre VSI y est très active et efficace, la preuve encore avec ces rencontres. Celles-ci doivent apporter aux opérateurs économiques réunionnais tous les éclairages sur le climat des affaires aux Seychelles, les différentes spécificités réglementaires, la législation fiscale, ou les dispositifs relatifs aux financements".
 
L’archipel des Seychelles compte aujourd’hui 93 000 habitants et accueille chaque année près de 280 000 touristes. Classé pays à haut revenu par la Banque mondiale, il a un PIB par habitant supérieur à certains pays européens. Des conditions économiques favorables qui ont suscité l’intérêt des entreprises réunionnaises. 
 
Quelques faits marquants lors du déplacement de la délégation Club Export de 42 entreprises à Mahé en mars 2016 :
 
- Lionel Majesté-Larrouy, ambassadeur de France dans l’archipel depuis un an, a annoncé qu’il avait obtenu la levée de l’interdiction d’importation des fruits réunionnais aux Seychelles. Une bonne nouvelle pour notre filière fruits, même si les conditions de fret ne sont actuellement pas optimales que ce soit par avion ou par mer.
 
- L’entreprise réunionnaise ECI dont le siège se trouve à Saint-Gilles et qui fêtera ses vingt ans l’année prochaine, a présenté une démonstration du logiciel et du terminal qui équipent les 350 autobus de l’archipel. Un marché de 800 000 euros obtenu auprès de la SPTC (Seychelles Public Transport Corporation). Simplicité, traçabilité pour les 19 millions de passagers annuels, soit 53 000 par jour. La société paraétatique SPTC a souligné avoir enregistré 4% d’augmentation de recettes dans les six premiers mois grâce à ce système anti-fraude. Un retour sur investissement ultra-rapide.
 
- Beau contrat scellé lors de ces rencontres : Hydrotech a signé pour 4,2 millions d’euros, en partenariat avec Cotel Ingénierie, un marché pour la réhabilitation de deux stations de potabilisation pour un archipel dont le coût de l’eau potable est très élevé.
Vendredi 22 Avril 2016 - 17:46
Lu 1110 fois




1.Posté par Eddy le 22/04/2016 18:42

C'est ce genre de choses qui font que nous sommes reconnus ailleurs

2.Posté par Jean le 22/04/2016 18:47 (depuis mobile)

Profitons des opportunités qui nous sont offertes est la meilleure chose à faire

3.Posté par Henri le 22/04/2016 18:48 (depuis mobile)

Pour la filière fruit Îl etait vraîment temps , bonne nouvelle qui va nous faire avancer

4.Posté par Question bête le 22/04/2016 19:20 (depuis mobile)

Le club export financé par la Région au profit de certains adhérents..?

5.Posté par Bravo le 22/04/2016 19:33 (depuis mobile)

De bonne augure pour les entreprises réunionnaises. Tout est bon à prendre et à développer dans le contexte économique actuel et la collectivité régionale s'implique réellement et y met l'effort .

6.Posté par Pascal le 22/04/2016 19:36 (depuis mobile)

Avec des bases solides le monde économique reunionnais peut avoir un peu plus d'ambition . Il nous appartient nous chefs d'entreprise de nous intégrer et aller de l'avant avec le soutien de la Region qui est notable

7.Posté par Poker ou joker le 22/04/2016 19:55 (depuis mobile)

....... Grâce à la Région et au Club Export Réunion..

Le club ou le cercle?Une amicale de joueur de poker?
Il exporte quoi?Le dialogue social?Le blocage de route?La main tendue?

8.Posté par Colette le 22/04/2016 21:16 (depuis mobile)

L'ouverture sur la zone OI est nécessaire et porteuse d'avenir , Îl nous appartient ou de foncer ou de stagner, mettons à profit les aides de toute part , la Region et le club export sont visiblement dans une démarche de cohésion

9.Posté par Notre langue: le français! le 22/04/2016 22:06

La France et les Seychelles étant deux pays francophones, la logique et le bon sens voudraient que la langue d'usage lors de rencontres entre les deux pays soit le français.

Eh! bien, non: le "Club Export Réunion" en a décidé autrement. Le thème de travail est: "Doing business aux Seychelles", une espèce de formule hybride ni française ni anglaise, collage hideux et humiliant pour nous, comme si "Faire des affaires aux Seychelles" était trop français.

Ras le bol de l'anglomanie!
Les caniches de l'angliche à la niche!

10.Posté par Dugland le 23/04/2016 21:32 (depuis mobile)

Un mot français vous alignez pas et l'anglais sa doit donner.....vous allez dire kwe aux seychellois ben gars mi attende le 5 kwe ben ou comprend pas rien kwe gars?

11.Posté par Roland le 25/04/2016 19:15

certains commentaires n'ont pas encore compris que les affaires se font souvent anglais, mais enfin bon!

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter


Dans la même rubrique :
< >