Politique

Régionalisation de l'emploi: Lebreton défendra son rapport face au zèle d'administratifs


Régionalisation de l'emploi: Lebreton défendra son rapport face au zèle d'administratifs
Le 4 décembre 2013, le député socialiste Patrick Lebreton remettait au ministre des Outre-mer son rapport sur la régionalisation de l'emploi dans les DOM.

Mais ce lundi 19 janvier 2015, Patrick Karam, président du Conseil des Français d'Outremer, s'est inquiété d'un projet de circulaire relatif à la réforme du système de mutation des gardiens de la paix originaires des Outre-mer.

Patrick Karam considère que ces modifications apportées à la précédente circulaire de 2008 "ne correspondent ni à l’esprit, ni aux annonces du Président de la République faites lors de sa visite à l’ile de La Réunion en août 2014" et constitue en cela "un recul et un déni flagrant de la parole et des engagements du Président de la République."

Selon Patrick Karam, "deux engagements forts sont bafoués". En effet, "on ne retrouve pas dans ce projet de circulaire la mise en place des Centres d’Intérêt Moraux et Matériels (CIMM), ni du retour à l’ancienneté de la demande qui devaient constituer un pivot de cette réforme du système de mutation".

"Nul administratif ne trahira la parole présidentielle"

Dans un communiqué ce lundi soir, le député Patrick Lebreton s'est immédiatement porté garant de la fidélité des préconisations émises dans son rapport. A propos de cette circulaire, "il ne s'agit que d'un texte de travail, incomplet, produit en préalable d'une négociation avec les syndicats", tempère le député qui a ficelé le rapport sur la régionalisation de l'emploi dans les Outre-mer, remis à l'époque au ministre Victorin Lurel.

"Bien que je ne sois pas associé aux négociations avec les organisations syndicales, je veillerai personnellement à ce que nul administratif ne trahisse la parole présidentielle et l'engagement pris devant les Réunionnais", s'engage Patrick Lebreton.

Pour cela, le député de la 4e circonscription envoie un "rappel à l'administration et redis aux organisations syndicales que le cadre fixé par le Président de la République doit être respecté, à savoir la prise en compte de l'ancienneté de la demande, rétroactivement, ainsi que du Centre des Intérêts Matériels et Moraux".

Ce projet de circulaire sera soumis cette semaine par la Direction des Ressources et des Compétences de la Police Nationale (Ministère de l’Intérieur) aux organisations syndicales.
Mardi 20 Janvier 2015 - 06:18
Lu 2075 fois




1.Posté par jemma le 20/01/2015 08:23
Cette attitude est malheureusement celle de la haute administration qui, souvent, modifie profondément les volontés du politique! Elle oublie qu'elle est au service du politique et a travers lui de la population dans ses diverses composantes! Les elus proposent et malheureusement l'appareil administratif dispose! Cette épisode d'une proposition au rabais des nouvelles règles de mutation, alors qu'une orientation differente, forte, avait ete donnée au sommet de l'Etat, en est une parfaite illustration !

2.Posté par noe le 20/01/2015 08:28
J'aimerais revenir vivre et travailler à la Réunion ...
La Métropole , c'est bien mais il y a trop de gens ... trop de jihadistes cachés ..
Mon île me manque ...
Quand la verrai-je ?
M. Lebreton , faites un geste !

3.Posté par la lutte finale le 20/01/2015 09:11
Y a intérêt !!!

4.Posté par faux cul le 20/01/2015 10:51 (depuis mobile)
Arrete lebreton ou va faire ce que out gouvernement y dit. Ou na point le poids pou defende a nous. D ailleurs karam c un socialiste lu?

5.Posté par loursine le 20/01/2015 12:45
Je ne suis pas un socialiste, mais en tout cas c'est une bonne nouvelle,cette mesure va dans le bon sens :)

6.Posté par ZembroKaf le 20/01/2015 13:36
la parole présidentielle et l'engagement pris devant les Réunionnais", s'engage Patrick Lebreton.

Venant de luuuuu....MDR !!!

7.Posté par noe2 le 20/01/2015 15:03
Il ne va pas emmerder notre Président qui a d'autres chats à fouetter en ce moment ...

8.Posté par Expedit ELFORDY le 20/01/2015 15:18
il y quelque temps on a montré le rôle néfaste des administratifs, surtout les énarques qui sont en leurs seins, c'est une vraie plaie, ces personnes embauchées pour "soi disant être le porte parole" des élus ce ne sont pas des élus du peuple ce sont nos travailleurs, embauchés par nos élus à qui nous avons confiés notre destinée, nous leur payons pour ça, quand un employé fait une faute on le vire, quand un élu confie une tâche à un énarque il doit contrôler avant de le signer, c'est autant la faute de l'élu que de l'enarque ou le fonctionnaires qui rédige.....

9.Posté par gendy le 20/01/2015 15:55
MR LEBRETON, N'OUBLIEZ PAS LES GENDARMES ORIGINAIRES DE L'ILE QUI EUX AUSSI AIMERAIENT PRETENDRE A CES DROITS !! ILS FONT AUSSI PARTI DU MINISTERE DE L'INTERIEUR !!

10.Posté par Laïcien le 20/01/2015 16:24
Missié lo maire dépité St Zozozèf ,, i parl bonpé de trahison ,,koman ou gère ce mot la où ,, i dia ou in nafèr sà ,, et en tank arièr gauche ,, s ke ou déborde touzour si lèl droite ,, koman ou voir zéléktion i vien ,, kan chomaz i pèt la RÉUNION ,, po kosa ou sa rod boug i travay en dehors ,,mai par kont ,, si out lang lé pas tro lourd ,, ou peu parl de CHARLIE si ou veut ,, sa i dérange pas sà par kont ,,parce que noula pas trop entendu à ou la dsu ,, s ke lé normal sà.
Et ou débark au moment dofé i prend dans la zol St Pierre ,, s ke sa aussi lé normal sà .

11.Posté par charlie zoreil cabossé le 20/01/2015 19:13
moi je pense que si t'aime telement ton ile t'y reste et tu la ramène pas,elle est magnifique et superbe pourquoi aller au pays des gaulois y sont méchants en plus voila c'est reglé poit rent out caze bouffon

12.Posté par Flic en colère le 21/01/2015 23:47 (depuis mobile)
A Charlie zoreil cabossé l''hypocrite
facile de se cacher derrière un post.
Pour info, les gaulois n''existent plus, on est français maintenant.
Si tu tiens de tels propos, c''est que tu ne connais rien a la réalité de cette île...

Nouveau commentaire :
Twitter

4, cité Fontaine
97400 Saint-Denis

06 93 010 810
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales