Politique

Région: Les orientations budgétaires 2015 débattues

Les orientations budgétaires 2015 à la Région Réunion ont été débattues ce jour à l'occasion d'une assemblée plénière. Voici un extrait des interventions des conseillers régionaux.


La Région a présenté ses orientations budgétaires 2015 ce jour à l'ensemble des conseillers régionaux. Dans un document synthétique, l'équipe en place explique que les orientations budgétaires pour 2015 s'inscrivent dans un "contexte particulier" rappelant l'incertitude du contexte national et gouvernemental liée à "l'absence de lignes directrices claires, notamment pour l'Outremer". A un an de la fin de cette mandature, la collectivité a tenu à exposer un bilan du projet mis en oeuvre ces dernières années et "qu'il convient d'achever au cours de l'exercice 2015".

Soutien à la commande publique, aides aux entreprises touristiques, budget consacré à la jeunesse, fonds dans les domaines de la recherche et de l'innovation sans oublier le projet de nouvelle route du Littoral ou encore dispositif de continuité territoriale… Le président de la Région, Didier Robert, résume le mandat qui s'achève en trois mots: "Action, rythme, cohérence".

"Nous disons dispersion, mesures électoralistes, absence de vision, incohérence"

Un avis évidemment pas partagé par l'opposition. Catherine Gaud du groupe Alliance a ouvert les hostilités en reprochant à l'équipe en place sa tendance à l'"autosatisfaction", "sans la moindre retenue", "ce besoin de communiquer de façon publicitaire". Et d'ajouter: "Nous disons dispersion, mesures électoralistes, absence de vision, incohérence".

L'élue a rappelé, avec amertume, l'abandon de plusieurs projets élaborés par l'ancienne majorité présidée par Paul Vergès, notamment le tram train et la MCUR mais aussi l'énergie thermique ou encore le lycée de Petite Ile. Dans le même temps, "vous vous êtes dispersés dans des actions électoralistes (soutien au prix du gaz, prix du carburant, continuité territoriale) qui coûtent chères".

Sur le tourisme, "vous mettez en avant les aides mises en place mais vous ne parlez pas du tout des chiffres du tourisme. Quand on met en place des actions, il faut les évaluer. Les chiffres sont en baisse. Je suis d'accord il y a eu la crise requin mais elle ne peut quand même pas tout expliquer", estime Catherine Gaud qui pointe du doigt la "mise en danger des finances régionales" et une "feuille de route contraignante pour la Région".

2015, l'année de "l'égalité"

Le tourisme, un sujet largement évoqué par les uns et les autres ce jour. C'est le cas par exemple d'Axel Zettor et de Christine Soupramanien, conseillers régionaux du groupe PS. "Vous persévérez dans votre démarche en matière touristique alors qu'il y a absence de stratégie. Iedom, IRT, Insee, Région, Chambre Régionale des Comptes, tous pointent du doigt le problème du développement touristique", explique Axel Zettor.

Didier Robert a répondu aux attaques en affirmant qu'"il y a bien une stratégie touristique. Une collaboration avec des acteurs privés. Bien sûr que la crise requin n'explique pas tout mais c'est un élément incontestable de la détérioration de l'image de notre île. Le fond du problème, la crise économique, fait que la clientèle métropolitaine part moins en vacances. Il faut continuer à travailler sur la diversification de l'offre, des marchés", a-t-il avancé.

Le président de la Région Réunion a également eu l'occasion ce vendredi d'annoncer que l'année 2015 serait, pour la Région, l'année de "l'égalité". Cette annonce n'a pas manqué de faire réagir, à l'instar du conseiller régional du groupe de l'Alliance, Elie Hoarau: "L'année 2015 sera l'année de l'égalité vous dites. Alors que la Réunion est le département où les inégalités sont les plus grandes et les plus importantes, s'attaquer à ce chantier est important. Nous vous encourageons à le faire. D'ailleurs vos propos rejoignent ceux du Premier ministre (Manuel Valls, ndlr) qui disait qu'il faut revenir aux valeurs essentielles de la République, particulièrement la lutte contre les inégalités. Alors mettons à plat toutes les inégalités avec le concours de l'Etat", a-t-il lancé.

"Le problème concernant les entrées de ville, nous aurions dû l'anticiper"

Comme à chaque assemblée plénière, la nouvelle route du Littoral a encore fait l'objet de critiques dans les rangs de l'opposition. "Je pensais qu'en l'absence de Camille Sudre, on n'aurait pas à parler de la nouvelle route du Littoral. Mais grâce à Catherine Gaud, je veux rappeler que, de façon ferme, le chantier a bien démarré. 1 milliard 200 millions d'euros ont déjà fait l'objet de marchés et d'ordres de service. Plus de 160 millions d'euros en 2014 seront financés sur cette route", a commenté Dominique Fournel, conseiller régional en charge de ce chantier.

Sur la question des projets routiers, André Thien Ah Koon est longuement intervenu sur la problématique de circulation sur l'île. "La Région ne peut pas rester insensible à ces conflits de circulation. Il y a d'énormes embouteillages dans le Sud", a-t-il rappelé. Didier Robert a réagi en admettant que "le problème concernant les entrées de ville, nous aurions dû l'anticiper. A Saint-Benoît, à Saint-Pierre, ce sont des catastrophes absolues et mes services travaillent sur ces points. Au Tampon aussi, une réflexion doit être lancée pour trouver à terme solution de déviation, de contournement", a-t-il commenté.

"En baissant de 18 euros un billet, la compagnie se retrouverait à nouveau dans le rouge"

Elie Hoarau a évoqué la question de l'octroi de mer: "Cette taxe qui fait débat à des effets vertueux et des effets pervers. C'est un petit acte vers l'autonomie fiscale. Ce n'est pas suffisant mais c'est un autre débat. C'est un outil de protection aussi. Mais c'est une fiscalité indirecte qui fait supporter de façon égale à tous les contribuables le poids de cet effort financier, quel que soit leur revenu". Il a demandé qu'un débat sur la fiscalité soit "l'un des grands chantiers à venir".

Ce même conseiller régional a également regretté, sur la question des affaires européennes, que la Réunion soit "absente dans les accords de partenariats économiques que l'Europe passe avec des pays voisins. Nous devons exiger d'abord de la France et de l'UE que nous soyons présents au moment de la discussion et de la signature de ces accords. C'est un combat pour défendre la production locale dans son ensemble, et même l'ensemble de nos activités économiques qui seront impactées".

Enfin, Didier Robert a prononcé quelques mots au sujet d'Air Austral suite à l'intervention d'un élu de l'opposition. L'occasion pour le président de Région de rappeler qu' "on a réussi à sortir d'une situation pleinement déficitaire et à dégager un excédent de 8 millions d'euros". Et d'expliquer que la question de la baisse du prix des billets d'avion n'est pas si simple pour la compagnie régionale car "en baissant de 18 euros un billet, la compagnie se retrouverait à nouveau dans le rouge. Cette baisse ne serait même pas significative pour le Réunionnais", a-t-il conclu.
Vendredi 17 Octobre 2014 - 15:50
MR et SH
Lu 1201 fois




1.Posté par ZembroKaf le 17/10/2014 19:30
"Le problème concernant les entrées de ville, nous aurions dû l'anticiper"

Un joli "méa culpa" de la non prise de traversée de Saint Denis (Barachois) qui est devenue un "guéguerre" entre "Zilbert" et"didier" au détriment des REUNIONNAIS !!!!

2.Posté par La vox populi.com le 18/10/2014 01:09
Il plaisante le Didier Robert en disant"Le problème concernant les entrées de ville, nous aurions dû l'anticiper" . en effet, l'article suivant est éloquent:

Le Quotiden du " 07/09/08 - 09h27 - H. Ribot (Ancien administrateur territorial)
Rocade du Tampon : le couac !

Fallait-il saborder le projet rocade ? En bonne logique, n’eussent été les regrettables remises en cause successives du projet, cette déviation aurait dû être opérationnelle depuis belle lurette... et les actuelles polémiques évitées. Seulement voilà : c’est tout récemment qu’a été décrétée sa mise à mort. Une décision loin d’être dans l’air du temps ! Il y a en France, grosso modo, les villes avec rocade, et celles sans, qui s’échinent, dans un contexte budgétaire contraignant, à en créer une. Et pour cause : la rocade est l’infrastructure conçue pour repousser au large les véhicules n’ayant rien à faire dans la ville... sauf à grossir les bouchons. Elémentaire, pour le plus grand nombre des décideurs locaux mais pas évident pour ceux du Tampon.

Tous les facteurs de réussite, fait extrêmement rare dans ce type de situation, étaient pourtant réunis : dossier technique bien avancé, crédits régionaux en place (100 millions€), (mais peut-être pas communaux !), maîtrise foncière quasiment bouclée. Sauf que l’on a voulu basculer le tout, sans autre forme de procès, au cimetière des projets mort-nés. Le gâchis. Comment en est-on arrivé là, et pour quelles conséquences ?

De prime abord, ce volte-face surprend par son arrogance... Merci qui? Didier ROBERT qui a fait annuler le projet.... et depuis? Zèf.....

3.Posté par noe le 18/10/2014 07:26
Hollande : "Je ne suis pas médecin, encore que j’essaie de soigner" .... et c'est si bien dit , n'Est-ce pas ?

Nouveau commentaire :
Twitter

4, cité Fontaine
97400 Saint-Denis

06 93 010 810
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales