Politique

Région: "Le Plan régional solidaire pour le pouvoir d'achat des Réunionnais"

Communiqué du président de Région, Didier Robert:


Région: "Le Plan régional solidaire pour le pouvoir d'achat des Réunionnais"
"Didier Robert, Président de la Région Réunion propose le Plan régional solidaire pour le pouvoir d'achat des Réunionnais

 La situation exceptionnelle de crise mondiale qui touche la France et de manière plus forte la Réunion qui souffre d’un taux de chômage important notamment chez les jeunes et d’un éloignement des marchés, doit mobiliser l’ensemble des forces vives : Etat, Chambres consulaires, acteurs économiques, collectivités (Région, département Communes... )

1)  La Région à d’ores et déjà pris une série d’initiatives

Parmi les mesures engagées au titre de l’égalité des chances et du pouvoir d’achat depuis 2010 :

-       La Bourse Régionale de la Réussite pour soulager les familles des frais liés aux études et à la formation de leurs enfants (5 millions d’euros),

-       Le POP pour permettre à chaque lycéens et apprentis de disposer d’un ordinateur (9 millions/an)

-       Les emplois verts (15 millions d’euros),

-       Les cases à lire ouvertes dans toute l’île pour lutter contre l’illettrisme (32 aujourd’hui) (1,5 millions d’euros)

-       La continuité territoriale pour aider les Réunionnais à voyager avec une participation de 360 et ainsi ramener le billet à 500 euros (12 millions d’euros)

2) Pour le gaz : le Président Didier Robert a pris l’initiative fin janvier (27.01.12), d’une baisse du prix de la bouteille de gaz pour tous les Réunionnais. Résultat : la bouteille sera à 15 euros à compter du 1er mars pour une mobilisation de 5 millions d’euros de la Région. Le Président salue la participation aussi du Département qui a décidé de rejoindre la Région pour accompagner ce dispositif.

3) Aujourd’hui, sur la question du carburant :

- une 1ère mesure a été validée  pour le Gazole professionnel dès 2011.

Le Président  de la Région Didier Robert fait aujourd’hui  2 propositions :

A-     D’élargir cette baisse à l’ensemble des Réunionnais avec la mobilisation des recettes de l’octroi de mer régional et communal pour permettre une baisse de 5 centimes à la pompe dès le 1er Mars. A ce titre mardi 28 février le Président proposera à la Commission permanente d’adopter cette mesure pour une baisse effective dès le 1er mars. Le Président Didier ROBERT demande solennellement aux 24 communes bénéficiaires de l’octroi de mer de participer à cet effort de solidarité collective et permettre ainsi une application jusqu’au 31 décembre.

Il est bien entendu que l’enveloppe consacrée au FIRT ne sera pas affectée car il s’agit de 125 millions d’euros dévolus aux chantiers routiers sur toute l’île.

Par ailleurs le Président en appelle à la mobilisation des autres partenaires – Cette proposition devant impérativement être assortie d’une participation forte des importateurs et de la SRPP.

B-     de créer avec l’Etat et les collectivités locales une unité de stockage en concurrence à la SRPP"
Jeudi 23 Février 2012 - 19:56
Lu 2407 fois




1.Posté par nicolas de launay de la perriere le 23/02/2012 21:34
insuffisant.
totalement insuffisant.

2.Posté par Fin du monopole de la SRPP le 23/02/2012 21:41
Je crois que Didier Robert a bien entendu la volonté des grévistes en proposant la mise en place d’une unité de stockage en concurrence avec la SRPP.
Le Président de Région prend les choses en main, là oui !

3.Posté par OUI A LA BAISSE DU PRIX DE L’ESSENCE POUR TOUS le 23/02/2012 21:41
La proposition de Didier Robert est concrète, il propose une baisse significative du prix de l’essence.
moi je pense que c’est bien parti !
Caroupaye tu en penses quoi ?

4.Posté par Sylvain le 23/02/2012 21:48
Ça a le mérite d’ouvrir les débats sur des choses concrètes !
J’espère que la réunion de vendredi permettra de valider les propositions de Didier Robert et que cela mettra fin à ce qui se passe.

5.Posté par PCR (Petit Couillon Réunionnais) le 23/02/2012 21:55
5 centimes, je prends tout de suite.
La mise en place d’une vraie concurrence envers la SRPP, je prends aussi.

6.Posté par Philippe le 23/02/2012 21:59
Lui au moins il fait une proposition concrète contrairement à d’autres qui font plus de vent avec leur écharpe.
On aurait aimé avoir plus, mais il faut être raisonnable et surtout que l’on sorte de cette crise le plus tôt possible!

7.Posté par Saintguy le 23/02/2012 22:04
Enfin des propositions concrètes ! Celles proposées par le Président de Région qui apportent une solution immédiate avec la baisse du prix des carburants de 5cts dès le 1er mars (après la bouteille de gaz) et une à plus long terme, courageuse et structurante, avec l'unité de stockage des hydrocarbures, créant une nécessaire concurrence face au monopole de la SRPP. Il serait intéressant d'intégrer le GPL à ce projet.

8.Posté par M. Anvy de Vaumirre. le 23/02/2012 22:12

Au fait ... C'est quoi ce machin Case à lire ? Pourquoi est-ce qu'ils auraient besoin d'apprendre à lire ?
Et ces ordinateurs ? Pourquoi faire ? (mis à part le Q).
Ils ne veulent pas de tout ça. Ils veulent du parfum Mado, du Lacoste, du Oakley, et des voitures qui font un BOUM BOUM BOUM de 15 000 watt et 180 décibel aux feux rouges.

9.Posté par nicolas de launay de la perriere le 23/02/2012 22:15
à part ici et sur certains médias, qui s'intéressent aux données de l'insee..?
http://www.insee.fr/fr/themes/document.asp?ref_id=14819®_id=24&page=dossiers/etats_generaux/formation_prix.htm#atelier1


Faut il s'étonner alors ? une population pas sensibilisée par les journalistes et le rôle des médias publics et privés, pour ceux qui sont en tête des sondages médiamétrie.
une population qui réagit quand ils voient qu'ils sont par les politiciens, délaissés. quand il n'y a plus de capacité de traitement social du travail (comme l'a dit le président de la CRC locale), que voulez vous qu'il se passe ? ça explose. avec ou sans allumette.

tant mieux d'ailleurs qu'il y ait eu l'allumette. celle ci a la vertu de faire prendre conscience aux politiques locaux, ainsi qu'aux autres partenaires de l'Etat, que l'on ne gère pas un DOM comme une autre région de France, géographiquement rattachée (il en va de même pour la Corse, qui ne peut être insensible à ce qui se passe ici).

La Réunion, n'en déplaise, ne peut être ancré dans le droit commun pour cette simple raison, celle de l'isolement insulaire et la nécessité de rayonner dans son bassin géographique "naturel". Voilà pour JPV.

Mais n'oublions pas ceux qui ont positionné la Réunion (pour ne pas dire "ancrer") dans cette situation, sans pouvoir y remédier. En premier lieu, l'ancien président de Région, Paul Vergès.

A t il été négocié un financement différent du schéma existant, des fonds abondés par l'octroi de mer, afin que la gestion dynamique des taux de cette taxe qui vient augmenter le coût de revient des marchandises franchissant la douane, puisse faciliter une baisse des prix de vente ?

Qu'il faille introduire une gestion par l'Etat et les collectivités, de certains prix de vente, autrement dit des prix administrés (comme c'est le cas pour l'essence et le gazoil à la pompe), cela semble raisonnable à énoncer.

Pour diminuer toutefois ce risque qui pourrait rebuter l'investisseur privé, l'Etat a la possibilité de rendre dynamique également la gestion des exonérations sociales et fiscales, dont bénéficient les entreprises éligibles à ces dispositifs.

La gestion dynamique de l'exonération passe par une redéfinition de certains concepts en vigueur, notamment d'ordre technique.

Ainsi, à ce jour, il n'existe qu'une recommandation du CESR visant à obliger les entreprises de publier en annexe de leurs comptes, le montant des différentes exonérations dont elles ont bénéficié au cours d'un exercice comptable.

Il suffirait que ces exonérations figurent dans les comptes des entreprises comme un produit fictif d'exploitation, venant compenser une charge qui n'est pas décaissée par les entreprises.

Celles ci devront alors intégrer dans leur calcul de prix de vente, cette charge non décaissé (alors qu'à ce jour, en théorie, il n'en est pas tenu compte puisqu'elles sont la source de "l'exonération").

A la fin de l'année, si le résultat d'exploitation (et non le résultat comptable afin de neutraliser les résultats financiers, exceptionnels et la fiscalité) avant intégration du produit fictif et sous réserve de certains retraitements (management fees par exemple = frais de gestion prélevés par une holding), est supérieur au montant du produit fictif, alors l'entreprise devra reconstituer toute ou partie de cette aide à laquelle elle avait droit, (puisque celle ci n'a pas pour vocation d'être un cadeau pérenne offert chaque année à l'entreprise), dans les réserves de l'entreprise (dans le haut de bilan).

On pourrait l'obliger à la distribuer directement sous forme de salaires en même temps que les dividendes..

Ces réserves peuvent être alors utilisées par son propriétaire réel, la collectivité donc l'Etat, qui par le biais de la représentation aux assemblées générales des actionnaires par le biais de son outil actuel (la CDC), pourrait décider d'affecter ces réserves à des augmentations de pouvoir d'achat par de la distribution de salaire net de charges (mais pas d'impôt sur le revenu), aux salariés.

Pour ceux qui hésiteraient sur le bien fondé de cette manière, la question est simple ; la collectivité a t elle pour objectif de financer par les exonérations que le législateur vote, des secteurs d'activité qui seraient non rentables sans son aide ? la réponse l'est tout autant..quand elle le fait dans le cadre du financement d'un service public, bien que l'on soit dans le cadre de la RGPP, c'est par la notion de service public que se justifie cette situation de prix de service public payé par l'utilisateur, inférieur au coût supporté par la collectivité.

Si elle le fait dans le cadre de son rôle d'acteur économique intervenant sur le monde économique au sens mercantile du terme, alors il n'a pas à être astreint à cette règle.

Ainsi, la règle de bonne gestion des entreprises devraient être à minima, générer un résultat d'exploitation au moins égal au montant des exonérations dont elles bénéficient.

Si ce n'est pas le cas, que conclure ? que le coût du travail est trop cher, ou que le calcul économique réalisé par l'entrepreneur (à quels prix vais je vendre, quelles quantités, selon quelles modalités, etc..) n'est pas le meilleur en raison d'une concurrence légale et/ou "illégale" (éventuellement), ou d'un défaut de compétence en interne .. ou les deux ..?

A ce jour, on peut d'ors et déjà se poser la question de ce que représente la part des exonérations fiscales et sociales, dans les capitaux permanents des entreprises intervenant à la Réunion, mais aussi dans la distribution de dividendes... et par typologie de sociétés.

Il vient donc d'être justifié que l'Etat et la collectivité, peuvent disposer par une mesure législative simple, adossée à une méthodologie technique (la comptabilité générale), d'une possibilité de mobiliser des capacités de financement du pouvoir d'achat des salariés.

Ce pouvoir d'achat se ferait de plus dans un contexte où l'Etat et la collectivité peuvent agir sur le prix de marché, ainsi que sur les conditions d'approvisionnement (puisque l'Etat et la collectivité devienne actionnaire..).

Concernant les conditions d'approvisionnement, que dire ...? Le coût d'achat et la fiscalité sont les sources (en dehors des moyens déployés par l'entreprise une fois l'achat réalisé) principales sur lesquelles il est possible d'influer.

Là aussi, si l'Etat confirme sa volonté de mettre en place le principe de la continuité économique, comment cela peut il se traduire ? par un prix de vente offert au consommateur réunionnais pas plus élevé en moyenne et par typologie de produit, que celui qu'il paierait en Métropole (moyenne province hors paris).

Comment y parvenir ? l'Etat doit compenser le surcoût lié à la fiscalité particulière qu'il met en place localement (octroi de mer, et droits additionnels), lié au transport des marchandises (ce qui permet d'inciter le développement endogène par une proposition que je développerai ultérieurement), et lié au prix d'achat.

pour ce qui concerne la fiscalité, la collectivité régionale peut décider des taux d'octroi de mer par la gestion dynamique décrite plus haut.

pour ce qui concerne le transport de marchandises, la collectivité régionale peut s'interroger sur l'utilité et la pertinence économique de la constitution d'une structure régionale avec Maurice et Madagascar (imaginons que la Réunion de par sa stabilité et ses infrastructures, deviennent une plate forme pour Mada, en lien avec Maurice..).

Une fois cette question, celle des modalités d'approvisionnement, il reste celle du coût d'achat.

Le coût d'achat doit être le plus bas possible, pourquoi le CA réalisé dans les DOM ne serait pas un CA en franchise d'impôt, ou en crédit d'impôt, ou défiscalisé ?

Le niveau de gain pour l'entreprise fournisseur, devra se faire sans perte de marge par rapport au taux de marge de référence de cette entreprise. Cela revient à faire baisser la base déclarée en douane, et donc à faire baisser les prix.

Ainsi, en plus d'une mesure visant à donner du pouvoir d'achat, deux mesures visant à ce que les prix puissent être pilotés par la maîtrise des coûts, sont proposées :

1/ la gestion active des taux d'octroi de mer par la collectivité régionale,

2/la compensation des fonds financés par cette ressource par l'Etat dans les budgets communaux et régionaux (souvenons nous du débat sur zinfos sur la DGF des communes..),

3/la défiscalisation du chiffre d'affaires réalisés par les entreprises métropole vers Réunion,

4/ la gestion active et dynamique des exonérations fiscales et sociales par l'Etat

--------------------------

concernant le développement endogène : l'Etat défiscalise le CA réalisé par les entreprises exportatrices vers la Réunion.
le lien ci dessous détaille la valeur des importations à la Réunion
http://www.insee.fr/fr/regions/reunion/default.asp?page=conjoncture/indicateurs/conj_import.htm

il ne devrait pas être difficile de connaître par pays fournisseur ces valeurs.
l'Etat aura donc tout intérêt à, plutôt que de perdre de l'impôt par la défiscalisation qu'il mettrait en place, dépenser au moins l'équivalent des recettes fiscales perdues, à la Réunion pour favoriser l'émergence de certaines filières qui pourraient compenser tout ou partie de la perte de recette fiscale induite par la défiscalisation du chiffre d'affaires des entreprises exportatrices vers la Réunion.

La balance de ce qui est perdu, et ce qui est créé, devrait permettre de calmer certaines ardeurs d'opposant sur l'argument 'vu ce que nous coûtes les DOM"...à qui l'on pourrait rétorquer "oui mais vous avez vu ce que créent les DOM".

----------------------
Demeure toutefois la problématique du coût du travail à la Réunion. on pourrait là aussi analyser les typologies de maladies développées ici, par rapport à la France, et le coût réel que supporte la Réunion en terme de dépenses de santé, afin de s'assurer que le coût des cotisations est adapté au coût sanitaire locaux (sachant que l'on est en situation de recul par ailleurs).

mais bon..
http://www.ors-reunion.org pour ceux que cela intéresse..

bon la Réunion se "défait"..on fait quoi ? en attendant, première chose accessoire : réquisitionner Freedom et y mettre des heures d'éducation populaires..et surtout des animateurs ...

10.Posté par Soyons raisonnable le 23/02/2012 22:18
Le prix de l’essence augmente et atteint des niveaux record dans le monde et en France.
Le combat des transporteurs, légitime au début n’était plus crédible à cause du cinéma de son leader.
La Réunion s’est embrasé et ne s’améliore pas (23/02/12 à 23h11).
De la conférence de presse de ce jour à la Préfecture en présence du Préfet, du Président de Région, de la Présidente du Conseil Général, du Maire de St-Denis et du Président de la Chambre des métiers, un seul a fait des propositions claires, c’est Didier Robert en annonçant l’effort de la Région pour une baisse de 5 centimes sur le prix de l’essence et la création d’une structure concurrente à SRPP.

11.Posté par SEVERIN le 23/02/2012 22:37
Pauvre Didier Robert,Fontaine il savent plus faire des P???S à leurs copains Sarkosy

12.Posté par Jeff le 23/02/2012 22:40
Bravo pour la proposition d'une structure autre que la SRPP! Le reste est à discuter mais on avance mieux qu'avec TR! Il va falloir aussi étudier le monopole du multi franchise, c' est un tricheur ou des tricheurs, qu'il va falloir éradiquer.

13.Posté par Portois974 le 23/02/2012 22:57
Mdr Monsieur ROBERT. Cela fait un mois que l'on vous demande ça...Politique à retardement

14.Posté par Caton2 le 23/02/2012 23:21
Moi je vois au moins une proposition très positive: la mobilisation de l’octroi de mer pour faire baisser le prix des carburants à la pompe.
La deuxième proposition (mise en concurrence de la SRPP avec d’autres sociétés de distribution), n’est pour l’instant destinée qu’a faire oublier que la SRPP obtiendrait le statu quo sur ses prix de distributeur, grâce à l’affectation d’une partie de l’octroi de mer à la baisse des prix à la pompe...
Cependant cette mobilisation va dans le bon sens. Elle donne le signe fort d’une reprise en main par la Région des affectations de l’octroi de mer, conforme aux raisons de son maintien dans les DOM par la CE.
En effet cette manne financière n’a été maintenue que pour aider à compenser les surcoûts de l'activité industrielle et commerciale liés à l’éloignement. Pas pour permettre aux maires de faire du clientélisme sur le dos des consommateurs!

15.Posté par ça c'est du bon sens le 23/02/2012 23:44
voilà des propositions concrètes et sensées ! les 24 communes doivent consentir à cet effort ! bravo à la lutte contre le monopole...
c'est pas en attisant le feu dans la rue et en demandant aux élus de se retrouver au sein d'un collectif que les choses avancent.
la Région a déjà programmé le sujet à l'ordre du jour de la prochaine commission permanente. Les communes, à vous de jouer, réunissez sans tarder vos conseils municipaux !

16.Posté par l'indigné le 24/02/2012 05:39
Avant les émeutres "Mr didier Robert" disait qu'il ne c'est pas faire,aprés les émeutres il y a des solutions, la preuve d'une certaine volontée de laisser la réunion touchée la limité, et par cette attitude vous donnez raison aux casseurs sur leur méthode.HONTEUX !

17.Posté par Perroquets du service Comm' le 24/02/2012 07:19 (depuis mobile)
Concrètes concrètes concrètes concrètes Concrètes concrètes concrètes concrètes Concrètes concrètes concrètes concrètes Concrètes concrètes concrètes concrètes Concrètes concrètes concrètes concrètes

18.Posté par vieutang412 le 24/02/2012 07:32
Alimé di fé
"il n'y a pas un bouton sur lequel on appuie pour faire baiser les prix", disait le Préfet, j'espère qu'il trouvera un pour arrêter les incendies qui sont allumés par la faute à qui...ici on crée des commissions avec petit fours et blablabla pendant que des milliers de familles crevent la dalle.

Nous entendons :
Il faut copier ce qui va bien chez nos voisins…
On commence quand ??
" En temps de crise il faut un gouvernement resserré " clamait le chef de l'Etat (le 6 février dernier), qui prise l'exigence allemande mais ne l'applique ni à lui même ni à ses ministres.
La Chancelière travaille avec huit ministres -
A Paris ils sont vingt-cinq + neuf secrétaires d'Etat...
(Un ministre coûte 17 Millions d'Euros par an) !...
Le soir après son "boulot" Angela (comme chacun de ses 8 ministres), rentre dans son appartement, dont elle paie le loyer et les factures d'eau et d'électricité.
A Paris F. FILLON se détend dans son logis de fonction (309,72m2) à Matignon, tandis que ses collègues regagnent en limousines les hôtels particuliers que la République met généreusement à leur disposition.
- 906 personnes travaillent à la présidence de la République : un peu plus de 300 en Allemagne.-
- Parc autos de l'Elysée : 121 ; 37 à la chancellerie.
En Allemagne le gouvernement se déplace systématiquement en train ou sur des lignes aériennes régulières....
Ici nous avons : 1 air bus A330-200 - 2 Falcons 7X - 2 Falcons 900 - 2 Falcons 50 et 3 hélicoptères Super Puma...
etc... etc...
Angela gagne 15 830 € et gère 36,4 Millions pour les dépenses de la chancellerie :
Nicolas gagne 21 026 € mais le budget de l'Elysée culmine à 113 millions.
(CHERCHEZ L'ERREUR) !....
Et a la Réunion c'est pire encore y prend créole pou couillons, ca dure un moment, a force de tirer sur la corde elle finit par casser, rode bouton là préfet, mais fais vite, la pas le didier ni le bande zoizos de conseillers et de Maires va trouve ca pou ou!!!!

19.Posté par Lilian le 24/02/2012 13:46 (depuis mobile)
Pff! Desolé l'ami Didier..mais depuis le 06 Fevrier dernier Thierry Robert a déjà proposé de créer un second site de stockage pour supprimer le monopole la SRPP..la quand do feu fine prend le Didier i vient ramène son museau pou di li sa fait sa..alors que depuis le début i entend pas li..assez kass a moin lé cui dont!!! Et la zot toute lé en admiration devant li? Pff

20.Posté par Julien97440 le 24/02/2012 17:21
wooooooooooopéééééééééé!!! Zote va fait maigri boug la ec zote manifestation. Li té attend pas ça di tout li!!! Li la donne l ordi, la promis chaque moune in case à terre. 10000 emplois verts, 2000 bus kossa l est pas bon encore??? Allez manze zote l érrér astér. Zote y croit la Région y peut être gérée par n importe quel zoizeau bélier???

Nouveau commentaire :
Twitter

4, cité Fontaine
97400 Saint-Denis

06 93 010 810
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales