Social

Réforme sur la dépendance : Le Département fait quatre propositions


Réforme sur la dépendance : Le Département fait quatre propositions

En 2050, un tiers des Français aura plus de 60 ans. Le vieillissement de la population entraîne une explosion des pathologies (diabète, maladies chroniques, maladie d'Alzheimer,…). A la Réunion, la perte d'autonomie est beaucoup plus précoce qu'en métropole puisqu'elle débute en moyenne dans la classe d'âge des 50-59 ans (au lieu de 80-89 ans).

D'ici 2020, on estime à plus de 20.000 le nombre de bénéficiaires de l'APA (Allocation Personnalisée d'Autonomie) à la Réunion, la principale forme de prise en charge de la dépendance. A ce jour, la dépense est de 74 millions d'euros, en 2020, elle atteindra 125 millions d'euros selon les estimations locales. Ce sont les Départements qui portent la plus lourde charge budgétaire, responsables du versement de cette allocation. Et face aux nouvelles dépenses, les conseils généraux pointent du doigt le manque de compensation de l'État.

Le gouvernement a lancé une réflexion sur les différentes options de financement de l’aide à l’autonomie des personnes âgées dépendantes. Assurance privée ou collective, il va organiser au premier semestre un grand débat national. Des mesures figureront dans le projet de loi de financement de la sécurité sociale (PLFSS) pour 2012 tandis que d'autres pourraient intervenir après l'élection présidentielle.

Quelle solidarité pour la Réunion dans les 20 ans?

Le Conseil général de la Réunion veut peser dans ce débat, et c'est aux côtés de l'ADF (Assemblée des Départements de France) qu'elle compte le faire. "Nous marquons aujourd'hui notre différence à ce que préconise le gouvernement sur le sujet de la dépendance. A ce titre, nous voulons participer activement au débat entrepris par l'ADF (Assemblée des Départements de France)", explique Jean-Claude Fidji.

"Prise en charge collective ou couverture individuelle d'un risque?", interroge le conseiller général, "au Département de la Réunion, nous sommes favorables à la prévalence d'une solidarité nationale. On ne veut pas d'une solidarité low cost", insiste-t-il. Le début de réflexion entamé par le gouvernement ne plait pas beaucoup du côté de la majorité du Conseil général de la Réunion… "A terme, il risque d'y avoir des économies réalisées sur le dos de nos seniors. On réfléchit, par exemple, à la mise en place en place du recours sur la succession, et donc à la possibilité de diminuer de moitié l'APA", explique Jean-Claude Fidji. Autre point sensible, l'éventualité de recourir à une assurance vie pour remplacer l'APA. "Mais toutes les personnes âgées auront-elles les moyens de payer une assurance d'environ 15 à 30 euros par mois?", questionne le conseiller général.

Le Conseil général fait 4 propositions...

La première proposition du Département de la Réunion consiste à consolider le financement de la dépendance dans le cadre de la solidarité nationale. Ainsi, le Département de la Réunion préconise l'augmentation de la contribution de l'État au financement de l'APA.

Ensuite, il s'agirait de faire choix de la prévention de la dépendance plutôt que la réduction de la prise en charge. La Réunion compte cinq fois plus d'hospitalisations qu'en métropole (diabète, maladies chroniques…), donc la collectivité propose la création d'une coordination régionale d'information et de sensibilisation gérontologique et la création de services d'évaluation gériatrique (réseau, ville, hôpital) pour effectuer des bilans médicaux, sociaux et environnementaux. Et pour sécuriser l'environnement socio-médical, le Département s'engage à maintenir ses efforts en matière d'adaptation de l'habitat et de diversification des logements.

L'avant-dernière proposition consiste à examiner les moyens pour améliorer la prise en charge des personnes âgées : maintien des personnes à domicile, création de brigades de remplacement, mobilisation des familles d'accueil pour les accueils temporaires, appui à la création de nouvelles structures, création d'espaces de répit-repos…

Quatrième et dernière proposition, faire du vieillissement un levier pour l'insertion et l'optimisation des dépenses sociales. Le but serait principalement de favoriser l'accès des bénéficiaires du RSA vers les métiers de l'aide à domicile. Les perspectives de créations d'emplois du Conseil général sont les suivantes : D'ici 2020, plus de 6.700 emplois créés au 1/3 temps et plus de 2.200 emplois à temps plein.

Ces propositions entreront dans les travaux menés par l'ADF, et dont la restitution est prévue pour le 20 mai. Jean-Claude Fidji se déplacera pour l'occasion afin de représenter le Conseil général de la Réunion.

Zoom : Et les personnes handicapées alors?

Une autre question demeure en suspens : la prise en charge des personnes handicapées fera-t-elle partie de la réforme ? Au mois de septembre dernier, Nicolas Sarkozy avait reçu des représentants d'associations représentatives de personnes handicapées et de parents d'enfants handicapés. Le président de la République aurait alors répondu par l'affirmative. Puis au mois de janvier 2011, Roselyne Bachelot Narquin annonçait la semaine dernière que la réforme de la dépendance ne concernera pas les personnes handicapées.

Le 25 avril dernier, un débat public en Picardie a fait l'objet de cette question. Présente, la secrétaire d’Etat à la Cohésion sociale, Marie-Anne Montchamp, s’est défendue comme elle le pouvait, reconnaissant qu’il fallait "bouger les lignes" mais a affirmé que "le gouvernement s’est focalisé sur les personnes âgées dépendantes, car c’est le plus urgent". Ce matin, lors de la conférence de presse du Conseil général de la Réunion, les personnes handicapées étaient tout aussi inexistantes dans les discours....
Vendredi 6 Mai 2011 - 17:52
Melanie Roddier
Lu 2533 fois



Nouveau commentaire :
Twitter

4, cité Fontaine
97400 Saint-Denis

06 93 010 810
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales