Economie

Réforme des Finances : "C'est la stratégie du chaos !"


 
Ce matin, le syndicat SNUI Sud-Trésor a convié la presse pour un état des lieux des services du Trésor public, mis à mal depuis plusieurs années par la "politique" du gouvernement. Ce que dénonce une nouvelle fois le syndicat, c'est la suppression des emplois au Trésor public, plus de 3.000 dont 2.500 uniquement pour la DGFIP, la direction générale des Finances publiques. "Une véritable catastrophe", souligne Pacal Valiamin, secrétaire de l'Union SNUI-SUD Trésor.

"La politique désastreuse de suppressions d'emplois est amplifiée dans le Projet de Loi de Finances 2012 (ndlr : présenté au Conseil des Ministres le 28 septembre 2011), explique-t-il, le gouvernement a mis en place une stratégie du chaos". Le syndicat redoute un niveau de suppression de postes jamais atteint à la Réunion. "Les "lettres de cadrage" sont arrivées dans les ministères. On assiste à une véritable destruction des postes et des missions dans la fonction publique et en particulier dans les finances. Cela n'est pas neutre et obéit à une véritable guerre idéologique", ajoute-t-il.

Plus d'agents, moins d'impôts ?

Conséquence, les agents du Trésor n'ont plus les "moyens" de faire correctement leur travail. "A force de supprimer des emplois, il y a un risque de privatisation des services. Par exemple, si nous disposions de plus d'agents, nous pourrions faire que les impôts, notamment locaux, baissent en élargissant la base des imposables", explique-t-il.

Autre grief de mécontentement de la part du syndicat, la taxation des mutuelles. Un véritable "scandale" pour les représentants syndicaux autour de la table qui dénoncent unanimement un racket des contribuables les plus fragiles au détriment, une nouvelle fois, des plus riches. "La taxe mise en place sur les contribuables les plus riches va rapporter près de 200 à 300 millions d'euros, alors que celle sur les mutuelles devrait rapporter beaucoup plus à l'Etat. C'est pourquoi il faut dire non ! Car les mutuelles vont répercuter cette taxe sur les ménages", explique de son côté Jocelyn Cavillot, secrétaire départemental de Solidaires.

"En revanche, sauver les banques est une urgence, mais la prise en compte du facteur et de la dimension humaine ne semble pas une priorité pour ce gouvernement", conclut-il.
Mardi 11 Octobre 2011 - 14:30
Lu 1150 fois




1.Posté par noe1111111111111 le 11/10/2011 18:00
Qu'on cesse de tj pleurnicher ...avec le sourire (photo) !
La France n'a plus de moyens pour embaucher d'autres fonctionnaires surtout que tout est informatisé ...
Les ordinateurs n'ont pas besoin de trop d'agents du Trésor pour fonctionner ...mais quelques doigts qui tapent sur un clavier ...ça fatigue plutôt les yeux ...

2.Posté par mince alors! le 12/10/2011 00:43
toujours cette jalousie maladive... Noe
bon si tu relis peut être que tu comprendras ce qui va arriver, non pas aux fonctionnaires mais aux citoyens.
tu vois pas que ce gouvernement fait semblant de taxer les riches alors que c'est tous les autres qui payent la plus grosse part ?
C'est pas comme ça qu'on partage les richesses... et ça n'a rien à voir avec la fonction publique...
C'est triste de lire ce genre de commentaire.... "gro ker" comme on dirait en créole.

3.Posté par Gillesr le 14/10/2011 10:42
"Si enfin les fonctionnaires se mettaient un petit peu au travail" ... !! Ce qui est désastreux c'est le manque pragmatisme des personnes concernés ( syndicats, fonctionnaires ...etc ) Nous n'avons plus d'alternatives, nous sommes arrivés à un seuil ou nous ne pouvons plus recrutés mais plutôt réduire pour faire des économies et cela passe par une redéfinition des missions des fonctionnaires autrement dit " travail un peu plus " mais hélas ils ne veulent pas toucher à leurs acquis c'est bien dommage !!! Faut que les gens comprennent bien une chose quel que soit le gouvernement en place ça va rien changer la donne sera la même ... pas besoin d'aller en science po pour le comprendre !!!

Nouveau commentaire :
Twitter


Dans la même rubrique :
< >

Jeudi 8 Décembre 2016 - 11:12 Le RSI assigné en référé

4, cité Fontaine
97400 Saint-Denis

06 93 010 810
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales