Social

Réforme de la formation des étudiants : "Ecole en danger"

Les étudiants de l'IUFM de Bellepierre à Saint-Denis et l'intersyndicale des enseignants ont suivi, à l'instar de l'IUFM du Tampon, le mouvement national de protestation contre le projet de réforme de la formation des enseignants.


"Aujourd'hui un métier qui s'apprend, demain un métier qui s'improvise", c'est ce qui pend au nez des scolaires de demain. Les étudiants de l'IUFM (Institut universitaire de la formation des maîtres) se sont mobilisés avec l'intersyndicale aujourd'hui à travers une opération escargot. Partis de l'IUFM de Bellepierre, ils ont longé le boulevard Sud en direction du Rectorat, pancartes à la main : "des fonctionnaires, pas des actionnaires" ou encore "École en danger" .

Les manifestants ont tenté en vain de rallier les étudiants de l'université à leur mouvement mais à l'approche des vacances, ces derniers n'ont pas répondu présents, excepté Guillaume Aribaux, porte-parole de l'Unef, qui a fait parti de la délégation reçue au Rectorat.

Ils ont été reçus par le secrétaire général adjoint, le Recteur et le secrétaire général étant absents. Il est vrai que les manifestants ne leur ont pas adressé de courrier les informant de leur passage. Le secrétaire général adjoint a quant à lui avoué ne pas maîtriser le dossier, mais il a promis de transmettre leurs revendications à Mostafa Fourar.

"On pourra devenir enseignant avec n'importe quel master"

La réforme de la formation des étudiants projette de supprimer les stages de formation à l'enseignement. Elle prévoit de recruter les enseignants au niveau master (bac+5), ce qui veut dire que les nouveaux enseignants feront face aux classes sans vraiment d'expérience, juste après avoir acquis les connaissances disciplinaires. C'est cette préoccupation que les manifestants ont voulu transmettre au représentant local de l'Éducation nationale. "On pourra devenir enseignant avec n'importe quel master et être affecté directement dans les classes" indique Dominique Tournes, professeur à l'Université de Moufia.

"Maintenant il faut arriver à Bac+5 avant d'être rémunéré"

La route sera par ailleurs plus compliquée pour les étudiants les plus défavorisés. "Maintenant il faut arriver à Bac+5 avant d'être rémunéré". Auparavant, l'étudiant était rémunéré lors de la cinquième année, c'est-à-dire en deuxième année d'IUFM. "Seuls ceux qui ont des parents favorisés pourront le faire" a fait noter la délégation au représentant du Recteur.

L'opération escargot a repris vers 11h30 en direction de la Préfecture. Mais les manifestants n'ont pas été reçus, n'ayant pas informé le Préfet de leur passage. Ils ont tout de même déposé une motion et devraient à nouveau se mobiliser dans les jours à venir.
Mardi 15 Décembre 2009 - 16:36
Karine Maillot
Lu 1694 fois




1.Posté par David le 15/12/2009 17:54
"des fonctionnaires, pas des actionnaires"
Ah cette manie franco-française. D'un côté les salopards du privé (comme moi) et de l'autre, le monde enchanté des bisounours. Surtout que les responsable sont le gouvernement et ses administrations...publiques. On est souvent plus cynique dans le public que dans le privé...

2.Posté par bertel le 15/12/2009 19:03
" 1.Posté par David le 15/12/2009 17:54
"des fonctionnaires, pas des actionnaires"
Ah cette manie franco-française. D'un côté les salopards du privé (comme moi) et de l'autre, le monde enchanté des bisounours. Surtout que les responsable sont le gouvernement et ses administrations...publiques. On est souvent plus cynique dans le public que dans le privé


L'école est en danger !!!

Il ne s'agit pas d'opposer le monde de l'entreprise à celui des salariés de l'état ayant choisi le noble métier de se consacrer au service public d'éducation.

Il s'agit du combat de ceux qui estiment à juste titre que seront exclus de ce noble métier d'enseignant tous les jeunes étudiants méritants qui n'auront pas eu des parents aisés leur permettant de faire cinq ans d'études après le bac...

Il s'agit de lutter contre une sélection par l'argent... !!!

Il s'agit de sensibiliser les parents d'élèves n'ayant pas les moyens de se payer une école privée que sans leur soutien aujourd'hui... cette école n'aura plus les moyens de survivre... et que leurs enfants seront les premiers à en subir les conséquences...

Il s'agit de leur dire que c'est aujourd'hui... ou.. jamais !!!

Bertel de Vacoa


3.Posté par Taz le 15/12/2009 21:44
FORMATION DES ENSEIGNANTS... PAS DES ETUDIANTS !!! PFFF !!!

4.Posté par David le 15/12/2009 22:22
Entièrement d'accord avec vous Bertel. Je suis parent d'élève et je suis sensible à la qualité de l'enseignement. D'autant plus que j'y contribue par mes impôts, comme bon nombre de mes concitoyens. Mais les manifestants se trompent à chaque fois de cible : marre des prises d'otage, des opérations escargots, des barrages... Pendant ce temps, les véritables responsables dorment tranquilles et continuent à dilapider l'argent public.

5.Posté par L'autruche le 15/12/2009 23:57
Notre pays marche sur la tête !
L’école c’est la clé de tout disait un certain président de la République !
Oui l’école c’est la clé de tout, mais quelle école ?

Le candidat Sarkozy disait « Je m'engage (…) à ce qu'ils soient mieux formés, mieux accompagnés, mieux soutenus et par conséquent moins isolés ... »… les profs !
Alors, en toute objectivité, pourquoi cette situation ?

L’enseignement c’est un métier et par conséquent comme pour tout métier il faut une formation adéquate !
Enseigner demande des compétences pour accompagner l’enfant en situation d’apprentissage. Enseigner demande des capacités pour piloter des projets éducatifs et pédagogiques.
Enseigner c’est être capable d’appréhender l’enfant dans sa globalité et avec sa singularité.
Enseigner c’est connaître et pratiquer en fonction des besoins imposés par les situations d’apprentissage les différentes approches et courants pédagogiques.
Enseigner c’est connaître les directives de l’éducation nationale, enseigner c’est être capable de construire et de faire évoluer les représentations mentales des élèves, c’est être capable de générer des attitudes pour atteindre la connaissance !
Enseigner ça s’apprend et cet apprentissage ne doit pas se faire sur le dos de nos enfants…

Jules et les autres réveillez-vous avant qu’ils ne deviennent fous !!!

6.Posté par saintex le 16/12/2009 07:03
L'argent est au centre du système; plus l'élève.
Notre pays fout le camp.

7.Posté par William le 16/12/2009 08:15

Je ne sais pas si cette réforme est pire ou moins bonne que toutes celles déjà refusées par le "corps enseignant"...
Ce que je constate une fois de plus, c'est que ce corps enseignant souffre du syndrome de "Pierre et le loup"... A trop crier au loup, il n'es plus crédible du tout....

On ne sait plus pourquoi il n'est pas d'accord, tout ce qu'on sait, c'est que ce corps enseignant n'est jamais d'accord quelque soit le projet présenté !

Nouveau commentaire :
Twitter

4, cité Fontaine
97400 Saint-Denis

06 93 010 810
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales