Economie

Réforme de la défiscalisation : la solidarité doit être visible en permanence

La Réunion économique est sur la brèche depuis qu’elle a su que le gouvernement voulait remettre en cause la défiscalisation, telle qu’elle est appliquée à La Réunion depuis 1986. La prochaine réforme si elle est votée, “va casser cette dynamique”.


Réforme de la défiscalisation : la solidarité doit être visible en permanence
“Tout le patronat est là, du plus gros au plus petit”. Eric Magamootoo, président de la Chambre de commerce et d’industrie, s’il exprime la solidarité de l’ensemble des secteurs d’activités professionnels face à un environnement économique difficile, il confirme aussi la nécessité désormais d’une vision et d’une réflexion globales de la gestion et du développement des entreprises, “du plus gros au plus petit”.
C’est vrai, mercredi après-midi, ils étaient tous là, ou presque, pour “parler d’une seule voix”. Mais, c’était seulement parce qu’il y a menace immédiate sur les aides publiques, les exonérations sociales et à fortiori sur l’emploi, comme l’ont rappelé Jean-François Maillot, président de l’Association des acteurs économiques de La Réunion et Daniel Moreau, président de Royal Bourbon.
Mais sur une île sous constante perfusion, il est important d’éviter d’agir ou de réagir dans l’urgence. La solidarité affichée mercredi devant les grilles de la Préfecture devrait être permanente dans les réflexions et les décisions menées par et pour l’ensemble des secteurs d’activités.
C’est le cas sur la défiscalisation.
Jamais sans doute La Réunion économique n’a autant cherché ensemble des solutions pour permettre à son outil de continuer à vivre.
Jamais sans doute Guy Dupont, président de la Fédération des entreprises des Dom, avec le Médef, l’Association pour le développement industriel de La Réunion, l’Agence de développement et les chambres consulaires entre autres, n'ont autant réfléchi et travaillé ensemble.
“Nous avons fait des propositions”, a rappelé François Caillé, président du Médef. Ces propositions consistent à préserver l’outil, à maintenir l’investissement dans le BTP et l’exonération des charges sociales dans le BTP et l’industrie, donc à sauver les emplois de ces secteurs d’activités, mais aussi des autres.
“Le maintien des emplois, donc du pouvoir d’achat dans le BTP et l’industrie, permet une réinjection de cet argent dans le circuit du commerce et de services”, a précisé Pascal Thiaw-Kine, président de la CGPME.
Il s’agit désormais pour La Réunion économique et sociale de réfléchir et de trouver, comment elle pourrait se passer à terme de la défiscalisation, mais aussi de l’octroi de mer, des aides européennes pour le sucre…
Si c’est possible.


Jeudi 9 Octobre 2008 - 08:00
Jismy Ramoudou
Lu 831 fois




1.Posté par Gérard Manvussa le 09/10/2008 10:15
La di la fé !
Il parait aussi que deux camions de CRS étaient en alerte devant la préfecture, au cas ou les patrons ...

2.Posté par andremctp le 09/10/2008 10:10
De tradition, les patrons votent plutôt à droite. Or ce sont dans les milieux de droite que l'on met en cause le Tram-Train, la route du littoral, la Maison des Civilisations etc. etc. Il va falloir accorder les violons et être plus clair dans sa tête. De plus c'est dans le BTP qu'il y a le plus de travail au noir et donc des cotisations sociales en moins pour la collectivité. Par ailleurs, je sais que quand le Bâtiment va tout va, mais doit on faire tourner une économie autour d'un seul secteur ? N'y a t'il pas d'autres ressources économiques à mettre en valeur et en avant ? A t'on un jour analysé les potentialités de l'Île de la Réunion. Quoi que certains en pensent, la Réunion a la chance d'appartenir à la France et à l'Europe. Doit elle toujours dépendre de la Métropole pour ... avancer ? Ne doit elle pas être un moteur de recherche pour l'Océan Indien ? En fait le grand mal des décideurs, quels qu'ils soient, est un conservatisme effréné, manquant d'imagination et fondé sur les subventions. Bien sûr la rupture ne peut être brutale, mais à terme, car trop loin de la Métropole, la Réunion doit se tourner vers une autonomie, appelons cela plutôt un fédéralisme ou tout autre statut particulier, pour se développer et rayonner dans l'Océan Indien et en Afrique, en permettant aussi aux autres pays alentour de se développer, car si l'écart des richesses est trop important, il n'y aura aucune chance de développement parallèle.

3.Posté par calamity Jane le 09/10/2008 10:33
posez la question à Victoria , le député virtuel de la Réunion sur ce qu'il pense de cette situation ? ... (et sur ce que pense en général nos éminents (!) responsables politiques de droite? ) Y a t-il seulement refléchi ??? J'en doute , Mais l'UMP n'est-elle pas une formidable usine à provoquer la CHIENLIT ....

4.Posté par Chabouc le 09/10/2008 11:07
Expliquez-moi une chose : la fin des grands travaux n'était-elle pas prévisible ? Idem pour la défiscalisation, bientôt pour l'octroi de mer etc...? Faut-il toujours attendre le dernier moment pour réfléchir et essayer de trouver des solutions ?

Gouverner c'est prévoir. J'ai l'impression que dans ce domaine nos politiques et le grand patronat (ceux qui ont le pouvoir) ne sont pas très doué dans ce domaine. Méditez sur ce qu'a dit le Président de la République :

"Les dirigeants perçoivent des rémunérations élevées parce qu’ils ont de lourdes
Responsabilités. Mais on ne peut pas vouloir être très bien payé et ne pas vouloir assumer ses responsabilités."

et messieurs tirez les conclusions qui s'imposent.

5.Posté par Terra Marique le 09/10/2008 22:22
Enfin la fin de la défiscalisation.....
Il est plus que temps que l'économie de notre ile se désintoxique de de l'alcool frelaté que constitue la défiscalisation. Certains mourront de trop avoir bu....d'autres se réveillerons avec la gueule de bois.....
Il est plus que temps que que les niches fiscales qui faussent l'égalité, Principe O combien républicain, soit plafonnées voire supprimées....Certains paieront enfin des impôts....Et ils n'en mourront pas....
Il est plus que temps que nos élus se retroussent les manches et se mettent au travail.....Oui j'ai bien dit au travail pour le bien de tous... au lieu de se retrouver les doigts plein de confiture.....
Il est plus que temps que nous nous retrouvions les pieds sur terre... Même si parfois il est bon d'avoir le nez dans les étoiles....
Certes le réveil sera dur....mais c'est dans l'adversité qu'il faut se souvenir de la maxime de Guillaume d'Orange:"Point n'est besoin d'espérer pour entreprendre, ni de réussir pour persévérer."

6.Posté par FRANCO le 10/10/2008 10:00
Le temps des opérations financières juteuses car profitant des effets d'aubaine de la défiscalisation ( pour certains, toujours les mêmes, ceux qui ont les capitaux et les profits exceptionnels et qui devraient, au prorata de ces mêmes profits, payer à la collectivité nationale des impôts, mais qui, grâce à l'utilisation des niches fiscales et la défiscalisation, n'en paient pas pour s'enrichir toujousr plus insolement) va se terminer car la France dans la situation actuelle ne peut plus entretenir "les danseuses du MEDEF qui utilisent avec impudence "l'alibi des petits" pour sauver leurs privilèges de "gros". Le plus bel exemple de cette mascarade n'est-il pas Eric Magamootoo, qui s'est fait élire "pour défendre les petits" et qui aujourd'hui ne défend que les "gros" dont il est devenu le laquais pour préserver ses privilèges : sa résidence à Gillot qui a coûté de centaines de milliers d'euros de travaux à la CCIR, ses dizaines de voyages pour lui, pour ses amis, pour sa famille !
Oui il vaut mieux défendre Caillé et les tenants du MEDEF que les petites boutiques chinoises. Mais qui sont les plus puissants par l'argent ? Les gros zozos bien sûr !!!
Mais qui sont les plus nombreux s'ils sont unis et perçoivent où sont leurs intérêts ? les milliers de petits commerces à l'avenir incertain et aux difficultés quotidiennes !!!
Pauvre M. Magamootoo, les apparences du pouvoir vous ont monté à la tête.... mais les réalités vous bien vite vous ramener à la raison. Ce n'est pas en chassant Ibrahim PATEL que vous masquerez votre ralliement alimentaire au MEDEF et aux possédants de cette île, traître à vos électeurs qui sauront s'en souvenir... prochainement.

Nouveau commentaire :
Twitter

4, cité Fontaine
97400 Saint-Denis

06 93 010 810
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales