Faits-divers

Récidiviste de la conduite bourré : "Je reconnais les faits ; c’est clair non ?"

Correctionnelle Sud – Mardi 7 juin 2016


Récidiviste de la conduite bourré : "Je reconnais les faits ; c’est clair non ?"
Encore une fois, mais c’est réconfortant, nous avons le cas d’un délinquant chevronné, 12 mentions à son casier à langoustes, mais qui semble sincèrement, lui aussi, vouloir se réinsérer. Nous l’appellerons donc Nicomède.

Clair dans sa tête

Or donc, en ce 21 mars de l’an de grâce deux-mil-quatorze, Nicomède est, une fois encore, chopé par les forces de l’ordre. Il chevauche une moto et est plus noir qu’un sirop la cuite.

Il comparaissait hier entre ses dalons habituels, les gendarmes, étant détenu pour plusieurs motifs dont lui-même semble ne pas trop se souvenir. Mais ses réponses sont souvent précises… ou amusantes, c’est selon.

"Que faites-vous lorsque vous n’êtes pas détenu ? s’enquiert la présidente Tomasini. - Conducteur d’engins de chantier. – C’est compatible avec vos nombreux retraits de permis, ça ? – La conduite d’engins de chantier n’a rien à voir avec celle des véhicules routiers. C’est pas le même permis. De toute façon, je reconnais les faits ; c’est clair non ?" Etc.

Mais faut pas désespérer

Son passé ne plaide guère en faveur de ce multirécidiviste. Cela débuta autrefois au Tribunal pour enfants : plusieurs conduites en état alcoolique, nombreux vols, conduite zamalé, sans permis, violences diverses, rébellion, détention d’herbe bleue, port d’arme…Pas mal, hein ?

Pourtant, à ses explications, on se dit qu’il ne faut pas toujours désespérer, même devant les pires apparences comme dans son cas.
Nicomède a une femme, un appartement, doit entreprendre une nouvelle formation en régime de semi-liberté, a opéré les démarches pour renouveler son CACES (document indispensable pour certains types de permis).

Le substitut Genet ne s’est donc pas acharné en réclamant la requalification du délit en simple contravention. Ce qui permet à notre repenti d’échapper à une nouvelle peine d’engnoufage (c’est plus joli qu’emprisonnement, non ?).

Il souhaite, de façon manifestement sincère, se reconvertir dans la vie normale, notre Nicomède. C’est tout le bien qu’on lui souhaite.
 
Mercredi 8 Juin 2016 - 10:34
Jules Bénard
Lu 2470 fois




1.Posté par Pamphlétaire le 08/06/2016 11:02
Très souvent, le prévenu déclare au juge qu'il va se reconvertir dans la vie normale en se faisant totalement oublié...S'il a dit cela à chaque fois qu'il est passé au tribunal, c'est une rengaine, une vis sans fin...Je me réfère toujours à l'image de l'agriculteur qui a une mauvais herbe dans son champ : il la détruit pour qu'elle ne se propage pas, qu'elle ne se multiplie pas,...

2.Posté par almuba le 08/06/2016 11:36
Le laxisme toujours.
Pourvu que ça dure.

3.Posté par Jules Bénard le 08/06/2016 19:19
à posté 2 "almuba" :
Du laxisme, accorder une chance à un humain qui semble vouloir se racheter, se réinsérer ?
Je vous soupçonne fortement d'être partisan de la lapidation de la femme adultère.
De couper la main du voleur.
De trancher la tête de l'assassin.
Vous ne seriez pas un peu intégriste sur les bords ?
Vous-même, vous n'avez rien, absolument rien à vous reprocher ?

4.Posté par Tir Malol le 09/06/2016 09:58
A post 3.Posté par Jules Bénard le 08/06/2016 19:19

j'ai relevé dans votre texte ceci

"Son passé ne plaide guère en faveur de ce multirécidiviste"

"Il souhaite, de façon manifestement sincère, se reconvertir dans la vie normale",

Alors Oui quand je lis l'actualité notamment
l'attaque de la station service du Bd Sud par des gratels ,
le crime des époux Ah Nienne
le crime et la légère peine des protagonistes qui ont volés et tués celui qui les ont pris en stop
le pugilat dans les prisons
par le laxisme des politiques et de la justice

j'ai très envie de lapider la femme adultère
de couper la main du voleur
peut être suis intégriste à mon insu ?

A moins que ? une lumière en 2017 car j'ai apprécié le discours de NS à Lille et pourtant lu agace a moin mais c'est quand même mieu que ML

C'est une chance d'être Français. C'est un privilège d'être Français. Mais est-ce que nous nous en souvenons assez ? Est-ce que même nous le comprenons ? Cette identité si précieuse, que nous avons le plus souvent héritée et que nous devrions à chaque instant mériter, avons-nous pleinement conscience de ce qu'elle représente ? Elle nous accompagne comme l'air que l'on respire. Nous pensons que c'est ainsi, que ce fut toujours ainsi, que ce sera toujours ainsi. Est-ce si sûr ? Depuis plusieurs années, le doute a commencé à naître en nous. La France, que nous avons cru éternelle, n'est-elle pas en train de se dissoudre, de s'effacer, de disparaître à coup de renoncements, de lâchetés, de reculs, de démissions ? Cette question est essentielle car elle constitue le véritable sens des échéances politiques qui nous attendent dans moins d’un an", a tout d'abord déclaré Nicolas Sarkozy.

"Le Peuple est le gardien douloureux de la France, dont il pressent et redoute le déclin, craint le naufrage. Ce n’est pas le Peuple qui renonce car il a compris de quoi il retournait. Il est la victime expiatoire de ce désastre. C’est lui qu’on abandonne. L’esprit de renoncement, c’est la maladie d’une partie des élites, celles qui nous disent comment penser. Celles qui prétendent savoir ce qui est correct. Ce que l’on peut dire et ce qu’il faut taire. La maladie du renoncement, c’est quand ces élites ne se sentent plus le désir, ni la force de défendre l’histoire de la France, son identité culturelle, son identité morale et même son identité spirituelle, car la France, c’est un corps, c’est un esprit, c’est une âme. L’esprit de renoncement, c’est un long mouvement commencé il y a près d’un demi-siècle, quand des jeunes gens écrivaient sur les murs de Paris : 'jouissons sans entrave', 'il est interdit d’interdire'. Ici a commencé à germer le désastre", estime également l'ancien chef de l'Etat.

Nouveau commentaire :
Twitter

4, cité Fontaine
97400 Saint-Denis

06 93 010 810
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales