Economie

Ratenon : "Il faut abroger l'octroi de mer"

Jean-Hugues Ratenon, président de l'Association des Réunionnais Contre la Pauvreté (Arcp) estime qu'il faut "abroger l'octroi de mer"afin de réinstaurer "un début d'égalité avec la métropole". Il considère aussi que le projet de Loi Lurel est une "déception". Et livre une charge contre les maires, qui doivent selon lui "revoir le mode de gestion de leur commune". Entretien.


Ratenon : "Il faut abroger l'octroi de mer"
Zinfos : La loi Lurel, contre la vie chère, sera débattue la semaine prochaine au Sénat. Que pensez-vous de ce projet de loi ?

J-H Ratenon : Aujourd'hui, on constate que la situation économique continue de s'aggraver. A l'Arcp, on pense qu'avec le gouvernement actuel, le changement, ce n'est pas maintenant.

Nous estimons que la loi Lurel, actuellement en préparation, ne résoudra pas le problème de la vie chère à court terme. Cette loi pose uniquement le problème de la concurrence mais ne va pas aboutir à une limitation des prix. Pour nous, cette loi est une déception. Pendant ce temps-là, les revenus stagnent et la Réunion prend le chemin de l'obésité de la pauvreté (sic).

Alors que proposez-vous pour résoudre le problème de la vie chère à la Réunion ?

Il faut instaurer une égalité économique à la Réunion. S'attaquer à la surrémunération, d'une part. Il faut abroger l'octroi de mer à la Réunion.Et à l'octroi de mer d'autre-part. Il faut abroger l'octroi de mer à la Réunion. A l'origine, l'octroi de mer était créé pour protéger la production locale. Mais on constate qu'il ne joue plus ce rôle.

Aujourd'hui, c'est même un élément structurel d'augmentation du coût de la vie. Les recettes de cet octroi de mer, censées être utilisées par les communes pour leur bon fonctionnement servent en réalité à payer les avantages des élus, leurs voyages en métropole pendant le congrès des maires et servent à financer la prime de vie chère d'une catégorie des employés communaux.

En quoi supprimer cette taxe contribuera à effacer en partie le problème de la vie chère ?

Si on supprime l'octroi de mer et que l'on maintient la TVA à taux réduit, cela instaurera un début d'égalité avec la métropole. L'argent que les consommateurs dépensaient avec l'octroi de mer restera dans l'économie réunionnaise. Cette suppression est nécessaire afin de compenser notre éloignement. Aujourd'hui, la Réunion a 20 ans de retard par rapport à la métropole sur le plan de la santé, à cause de la pauvreté. La population réunionnaise vieillit mal, le chômage ne cesse d'augmenter. On ne peut pas continuer comme ça

Et si les communes estiment que la suppression de cette taxe est un manque à gagner pour les collectivités, elles devront se retourner vers l'Etat, au nom de l'égalité avec la métropole. A l'Arcp, nous demandons une nouvelle gouvernance économique. Et nous demandons au maire de revoir le mode de gestion de leurs communes.
Dimanche 23 Septembre 2012 - 16:05
Lu 3492 fois



Du plus récent au plus ancien | Du plus ancien au plus récent

57.Posté par PAYET le 19/10/2012 08:45
De : Yanis PAYET
Ex-candidat aux Législatives 2012 dans la 4ème circonscription

Union démocrate


Lors de la campagne législative en 2012 dans la 4ème circonscription, l’Union démocrate avait inscrit dans son programme la suppression de l'octroi de mer en faveur d’une TVA à deux vitesses, récupérable par l'Etat et redistribué par lui, comme l’une des mesures phares : à taux plein sur les importations de biens et services que nos entreprises peuvent produire localement et à taux réduit sur les importations de biens et services que nos entreprises, pour des raisons financières et/ou techniques, ne peuvent produire sur place.

Pourquoi cette mesure?

Si l’octroi de mer n’explique pas à lui seul la hausse généralisée des prix à la Réunion, force est de constater que cet impôt opaque et injuste conduit notre île vers le NON développement durable. En effet, cet impôt entretient un modèle féodal qui accentue au fil des années la dépendance d’une majorité d’administrés vis-à-vis de leurs représentants pour ne pas dire leurs suzerains. Et ceci est plus flagrant sur les classes populaires.


L’octroi de mer, par ailleurs, est le carburant qui préserve les rentes et privilèges d’une oligarchie locale à trois dimensions interdépendantes : politique, économique et médiatique.


Cet impôt sur les importations représente 300 millions d'euros par an dont 80% servent à alimenter les budgets des municipalités et 20% le budget régional. Dans un tel système, nul doute que nos élus ont tout intérêt à encourager les importations au détriment de l'export, composante essentielle de la croissance d’un pays…Pire, les recettes d’octroi de mer servent trop souvent aux dépensesde fonctionnement au détriment de l'investissement public, donc au détriment des entreprises locales.


En clair, nos élus utilisent les recettes d’octroi de mer à des fins démagogiques et clientélistes. Avec un fort taux de chômage, ces suzerains n’ont pas de mal à asservir leurs vassaux à coups de contrats aidés et d’emplois fictifs dans les collectivités ou associations satellites. Au fond, nos élus n’ont aucun intérêt à développer notre île. Pourquoi le feraient-ils avec un système féodal qui préserve leurs privilèges ? Et pour ceux qui ont encore des doutes sur la voie du NON développement durable qu’a prise notre île, jetez un coup d’œil sur nos indicateurs sociaux et économiques !

Quelles perspectives pour la Réunion ?

La Réunion n’a plus le choix. Elle est au pied du mur et doit rompre avec son système féodal. Il faut casser les leviers qui entretiennent l'esclavage mental et penser à un nouveau modèle de développement, c'est-à-dire :

- supprimer l’octroi de mer en faveur d’une TVA à deux vitesses préservant notre production locale et affaiblissant les monopoles ;

- lutter contre les disparités de revenus entre les différentes catégories socioprofessionnelles car elles contribuent à la hausse généralisée des prix. En effet, notre société fonctionne à trois vitesses. En haut, ceux qui défiscalisent et qui payent peu d’impôts mais ont les moyens de consommer, donc de répondre aux prix affichés dans les commerces. En bas, les bénéficiaires de minima sociaux qui sont de fait exclus de l’impôt mais doivent suivre la cadence imposée sur les prix par ceux d’en haut, quitte à s’endetter à coups de crédits revolving. Et au milieu, une classe moyenne asphyxiée, principale contributrice à la charge publique ;

- doter la Réunion d’une vision politique pour le long terme en s’appuyant sur un modèle de développement à visage humain combinant croissance, emploi, environnement, logement et pouvoir d'achat ;

- Intégrer dans le modèle une politique d’export forte et de soutien au développement d’entreprise. Le marché local n’est pas extensible ; dépendre essentiellement de la commande publique (entreprises du BTP) est une voie sans issue ; nos entreprises ont besoin de volumes pour rentabiliser leur production et offrir des prix compétitifs.


En cassant le nombrilisme de nos politiques expliqué par le modèle féodal qu’ils entretiennent et en regardant le monde en face, la Réunion et par son tissu économique dynamique, et par ses centres de recherche et de développement, et par son système éducatif européen, et par sa main d’œuvre hautement qualifiée, et par sa mosaïque de peuples, et par sa situation géographique, a tous les atouts pour concourir sur des marchés mondialisés. Elle peut sans complexe et loin de Paris, saisir des opportunités de développement préservant sa production et rehaussant son modèle social.

Mais la prise de conscience doit être collective. A défaut, l'île vivra la plus grave crise sociale de son Histoire et nos élus auront une grande part de responsabilité dans le modèle qui sera transmis aux générations futures.

56.Posté par ndldlp le 27/09/2012 12:47
Il n'est pas question d'enrichir les uns par rapport aux autres..mais de rendre plus performante la dépense publique..

55.Posté par ndldlp le 27/09/2012 07:02
tanbi
ce quil te manque c'est une vision au dela de ton porte monnaie..
la sur rem doit financer la continuite economique par une diminution de lassiette de l'odm.
ses consequences seront pour les finances des collectivites locales.
a nos representants politiques de reclamer la compensation a l'Etat..ou a reduire les depenses a due concurrence.
pour les banques, elles devront aussi supporter le cout des renegiciations demprunt pour ajuster les capitaux empruntes par les fonx.

54.Posté par Caton2 le 26/09/2012 22:17
53. C'est vrai qu'ici il ne sert à rien de déshabiller Paul pour habiller Pierre car ils font partie de la même famille et ont une garde robe commune!!!

53.Posté par Tanbi le 26/09/2012 21:14
52

2 questions :

Qu'est ce qui fait vivre l'économie réunionnaise ?

Etes vous certain qu'en appauvrissant une catégorie de réunionnais vous allez en enrichir une autre ?

52.Posté par Caton2 le 26/09/2012 19:47
Nicolas, Tanbi est persuadé que les fonxs (dont il fait partie) font vivre l'économie réunionnaise, grâce à leur sur pouvoir d'achat. Plus de sur rèm et l'économie s'écroule!
C'est sans doute ce même raisonnement ubuesque qui pousse les dockers, déjà sur payés, à demander toujours plus.
Avec des gens comme ça, comme tu le dis, rien ne changera à la Réunion.
Sauf que... la crise risque de mettre tout le monde d'accord. Lorsque la France sera sanctionnée par Bruxelles, ce qui ne saurait tarder, il faudra bien qu'elle se décide enfin à réduire ses dépenses publiques.

51.Posté par coco de lo le 26/09/2012 19:31
moins de salaire = ajustement des prix... cqfd!

50.Posté par Tanbi le 26/09/2012 12:17
Nic et Cat,

Excusez de l’écorchage de votre nom Caton, mais peut être cela peut vous donner l’idée de vous présenter dans le 2è canton de votre commune et commencer ainsi une brillante carrière politique. Car c’est bien beau de refaire le monde derrière avec son clavier, rien ne vaut la réalité.

Bon il faut savoir de quoi on parle. Nic, vous partez sur des chiffres de 2003. Pourquoi ne pas prendre les derniers chiffres de 2007 qui indiquent bien que le montant total de la surem est de 760 millions d’euros. Sachant que la Réunion représente près de 43 % de la population des DOM en 2007 (Réunion : 794 000 – Martinique : 403 000- Guadeloupe : 450 000 – Guyane : 209 000). 43% de 760 millions font 327 millions mais comme l’index de correction de 13,8% n’existe qu’à la Réunion, allez on peut se mettre d’accord sur 400 millions en y incluant l’ITR des retraités vu que le chiffres de 2002, n’est plu d’actualité compte de sa suppression progressive.

Bon après on fait quoi de ces 400 millions, on l’injecte en totalité dans un dispositif de continuité territoriale ? Comme je vous le disais je crains que vous pêchez par naïveté car enlever un tiers du salaire d’une majorité de fonctionnaires dont le revenu mensuel tourne autour de 2000, 2300 n’est pas sans conséquence sur l’économie et il est illusoire qu’un cadre juridique quel qu’il soit puisse réaliser une économie sur le coût des produits importés. On aurait déjà agit sur les marges abusives qui existent déjà.

Ensuite, cette masse de fonctionnaires de bases à qui vous enlevez la surem, pourront être aussitôt éligibles à une foultitude d’aide : allocations familiales, bourses etc…D’où un surcoût aussi pour l’Etat.

Je ne suis pas contre un système qui soit juste. Je dis juste qu’enlever la surem aux fonx ne fera pas nécessairement baisser la pauvreté à la Réunion. Ce n’est pas être corporatiste que de considérer que seuls des pères de famille percevant 2300 € par mois doivent cracher au bassinet, sans certitude que ce sacrifice serve réellement à quelque chose et profite à l’ensemble de la population
.
Les importateurs qui sont dans une situation de monopole évident et qui sa gavent avec des prix hors de proportion avec ceux d’une saine concurrence, sont les premiers responsables de ce taux de pauvreté.

49.Posté par ndldlp le 26/09/2012 00:24
ensuite, la sur rémunération du privé..mais de quoi s'agit il ? de "sur marge" ?

comparer un coût lié à l'argent public, et un coût lié à la loi de l'offre et de la demande, "créateur" de valeur ajoutée.. nous voilà donc bien au coeur du problème..Celui du corporatisme des fonctionnaires locaux, bénéficiant de combien de député ?

bareight, orphée, fruteau, lebreton, vlody => fonctionnaire d'Etat ou de collectivité à la base, bénéficiant de sur rémunération.

voilà pourquoi, et caton se ralliera sans doute à cette analyse, rien ne changera à la Réunion..
le privé, bien que gêné par la loi Lurel qui ne fera pas de vieux os (lui comme sa loi), trouvera toujours le moyen de contourner et de continuer à tirer des surprofits, grâce à la masse de fonx sur rémunérés.

le transfert de la sur rém pourrait au mieux maintenir ces surprofits en part relative, pas en valeur monétaire, au profit du portemonnaie de la masse précarisée des ménages réunionnais (50% en dessous du seuil de pauvreté, faut il le rappeler monsieur Tanbi ?)

48.Posté par ndldlp le 26/09/2012 00:19
61900 fonx en 2007/2008 selon l'INSEE (tiens, le journaliste pourrait investiguer pour savoir pourquoi certaines données ne sont plus actualisées depuis ces années là.....)

600 millions pour la Réunion soit 807 euros (coût global) par mois par tête de pipe.
sur la base de 50% de sur rémunération (oscillant entre 35% et 75%), cela correspond à un salaire de base métropole avant sur rémunération de 1600 euros mensuel (coût global) à 2300 euros mensuel. ce qui semble acceptable au vu des grilles de rémunération.

par ailleurs :
http://www.senat.fr/rap/l04-074-328/l04-074-32818.html
je cite :
A. LE POUVOIR D'ACHAT DES FONCTIONNAIRES DANS LES DOM

Les compléments de rémunérations dans les DOM s'élèvent en 2003 à 894,2 millions d'euros à la charge de l'Etat, pour 74.700 bénéficiaires. La moyenne par agent est donc de 10.120 euros par an de rémunération supplémentaire.

Deux comparaisons avec la métropole peuvent être menées, l'une sur les différences de salaire annuel net moyen, l'autre sur les différences de prix.

10 120 x 61 900 fonx = ..... monsieur Tanbi nous apportera la réponse à ce calcul.

toutefois, le différentiel étant moins important entre la fonx d'état et la territoriale (selon le rapport du sénat), nous pouvons atténuer à hauteur de l'effectif de la territorial, ce chiffre de 626 millions qui atteindrait 439 millions, auquel il convient de rajouter l'indemnité temporaire des retraités (69 millions en 2002). nous atteindrions ainsi 518 millions de surrémunération pour les 3 fonctions publiques + retraités.


le chiffre de 600 millions demeure donc une référence haute acceptable. le but n'étant pas d'avoir un chiffre rond, mais des repères facilement mémorisables pour tout à chacun.



47.Posté par Caton2 le 25/09/2012 23:05
46. Votre énervement se signale par des fautes de frappe qui ne se limitent pas à ajouter un n à mon pseudo. Enervement bien compréhensible!
Nous avons le même rapport. C'est celui que j'ai cité (post 38).

Deux remarques:

Premièrement, il convient de rétablir le contexte du chiffre que vous avancez. Voici ce contexte:
"S'agissant de la motivation des fonctionnaires, cette mesure -dont le coût pour le budget de l'État s'est élevé à 764,4 millions d'euros en 2007- peut sans doute présenter en soi un certain intérêt, dans la mesure où elle rend financièrement plus attractif le service outre-mer.
Néanmoins, aux yeux de votre mission, la généralité même de ce mécanisme de surrémunération pratiqué depuis soixante ans ne constitue pas un élément d'incitation suffisant pour pourvoir des postes difficiles en raison de leur nature ou de la partie du territoire où ils sont implantés. C'est ce qui explique sa proposition tendant à instituer des dispositifs véritablement ciblés.
La mission estime donc que la surrémunération des fonctionnaires ne doit répondre qu'à un objectif de « compensation » du différentiel de coût de la vie dans les DOM par rapport à la métropole.
Or, ainsi que la mission a pu le relever au cours de ses travaux, les majorations de traitement octroyées par l'État à ses agents vont bien au-delà d'une simple « compensation ». Elles ont, de ce fait, un effet néfaste sur les mécanismes de formation des prix et créent par ailleurs une inégalité durement ressentie entre la fonction publique et l'ensemble des salariés du secteur privé.
Aussi la mission recommande-t-elle que le montant de la majoration de traitement accordée aux fonctionnaires de l'État dans les DOM soit réellement ajusté au différentiel de prix par rapport à la métropole. "

Deuxièmement le rapport du Sénat ne parle que de la majoration de salaire (" motivation des fonctionnaires") et pas des avantages et primes qu'il convient d'y ajouter...

Enfin, même si nous ne retenions que le chiffre avancé (pour 2007) dans ce rapport, et si nous nous basons sur les populations respective des DOM, le surcoût pour la seule Réunion ne saurait être évalué en dessous de la moitié de cette somme, soit pas loin de 400M€.
C'est déjà énorme...

46.Posté par Tanbi le 25/09/2012 21:47
Canton2

Je n'ai pas de potes au SAFPTR mais si c'était le cas je ne vois pas ce qu'il y aurait de honteux.

Je peux diffilement manipuler les chiffres de l'INSEE à mois seul, car les délégations sont reprises dans ces chiffres. Sit le fonctionnaire devient un territorial, soit il reste un agent de l'Etat. Il ne disparait pas dans les comptes de l'Etat. àaprtir du moment ou il est rémunéré. Allons allons.


Deuxièmement, il y a il est vrai beaucoup d'emploi précaires dans la FPT (fonction publqiue territorriale) mais le nombre d'employé ne fait pas forcément un emploi plein et puis surtout un équivalent emploi titulaire loin de là compte tenu de sa faible rémunération.

Au passage, étant contre la précarisation des emplois, je suis plutôt pour la position de la SAPTR qui demande l'arrêt d'emploi massif de précaire. Même travail même salaire mais vers le haut bien sûr. Je ne demande donc pas la titularisation massive des employés précaires mais juste que nous ayons un niveau d'emploi statutaire équivalent à celui de la moyenne nationale au nom de la simple équité vis à vis du citoyen réunionnais qui doit avoir le même accès au service public.

Vous me reprochez de ne pas donner mes références et quand je cite les chiffres du journal le Point ils seraient forcément erronées par rapport à ceux des Echos ?Je vous redonne donc ci-desous carrément les chiffres du rapport du Sénat qui confirment ce que j'vance soit 764 millions d'euros pour tous les DOM, qui démontre bien qu'il n'est pas possible que le surcoût de la surem soit de 600 millions d'euros à la Réunion. Donc, même si vous haïssez les fonctionnaires, ayez un minimum d'honnêteté intellectuelle que diable !

http://www.senat.fr/rap/r08-519-1/r08-519-118.html



45.Posté par ndldlp le 25/09/2012 19:17
la loi de l'offre et de la demande, tanbi..ça vous dit quelque chose .. ;-)

l'idée n'est pas de rendre la Réunion compétitive avec Maurice, mais d'avoir une dynamique économique qui ne repose pas sur le secteur public et ses revenus disproportionnés par rapport à la Métropole, permettant ce blocage et ce manque d'imagination localement..Sauf à de rares exceptions (comme Yanis Payet pour ne citer que lui).

44.Posté par ndldlp le 25/09/2012 19:13
le privé, tanbi, on paie les compétences.. si on en veut, on paie le prix juste et parfois le prix fort.

quand on compare encore une fois le montant des transferts au titre de la sur rém, avec le niveau des valeurs à l'entrée avant ODM et taxes additionnelles, il ne faut pas être devin pour se dire que cette sur rém qui bénéficie à 61 900 personnes comparées au 225 000 personnes en situation de travail, c'est qu'il y a une erreur !

http://www.insee.fr/fr/regions/reunion/default.asp?page=conjoncture/tableau_bord/tableau_bord.htm



43.Posté par Tanbi le 25/09/2012 13:23
Nicolas,

Vous dites tout d'abord que "la sur rém doit profiter à tous." Pourquoi pas, mais à ce moment là toutes les SUREM, y compris médecins, banques etc...

Mais je pense qu'il est illusoire de croire qu'il soit possible de créer un cadre juridique qui permette une baisse des prix proportionnelle au financement de la continuité par la surem.

Autrement, on serait déjà en mesure de réguler les marges abusives qui ont cours actuellement.

Le jour où on sera capable de lutter efficacement contre ces marges du à des situations de monopole ou d'entente illicite je signe des 2 mains.

Non la supression de la surem va aboutir à un écrasement général du niveau des salaires y compris dans le privé. Si l'idée c'est de rendre les réunionnais compétitifs par rapports aux mauriciens, bonjour le progrès. Pourquoi par rapports aux malgaches pendant qu'on y est.

Concernant les tableaux de fonx, précisez un peu votre pensée.

42.Posté par Caton2 le 25/09/2012 12:42
Tanbi, il faudrait accorder vos violons avec vos potes du Syndicat autonome de la fonction publique territoriale de la Réunion (SAFPTR) qui a récemment ressorti un rapport de 2011 qui démontre qu'il y a, proportionnellement à la population, deux fois plus d'agents de la fonction publique à la Réunion qu'en métropole. Leur but était de stopper le recrutement de nouveaux agents, afin d'obtenir des augmentations de salaires. Altruistes vos amis!
La défense habituelle des manipulateurs dans votre genre, c'est de mettre en avant la faiblesse relative des effectifs de la fonction publique d'État dans le département. C'est oublier les délégations de l'État aux régions et départements dans le cadre de la décentralisation, encore plus massives en OM qu'en métropole. Les effectifs de la fonction publique territoriale ont alors augmenté, hélas de façon exponentielle!
Certes, tous les territoriaux ne sont pas sur rémunéré. Ceux qui ne le sont pas ne disent pas merci aux sur rémunérés car la sur rémunération est un obstacle pour leur embauche comme statutaires. Il deviendrait alors impossible de payer tous ces agents au prix fort, car selon le rapport du Sénat: "le montant des dépenses de personnel par habitant est, dans les DOM, supérieur de 38 % à celles de métropole pour les communes, de 89 % pour les départements et de 333 % pour les régions. Des effectifs pléthoriques pour une masse salariale délirante!
On imagine le coût exorbitant de tous ces agents s'ils devenaient statutaires donc sur rémunérés!!
Avant d'écrire des bêtises, réfléchissez!
Quant à la sur rèm, je l'entends bien sûr, tous avantages compris. Je ne crois pas qu'un journal aussi sérieux que les Échos puisse avancer des chiffres fantaisistes. Les avantages particuliers réservés à aux agents de la fonction publique travaillant ou résidant outre-mer, entrainent bien un surcoût évalué à 1,5 milliard d'euros (en 2009). Comme l'INSEE ne publie pas, à ma connaissance, de répartition de ces avantages pour chaque DOM, on en est réduit à des estimations. Pour la seule Réunion, compte tenu de ses effectifs, on ne doit pas être loin des 600M€...

41.Posté par ndldlp le 25/09/2012 10:51
tanbi.
merci de regarder le tableau trimestriel de l'insee sur l'état de l'économie réunionnaise pour les chiffres sur les fonx etc..
on en reparle après.

40.Posté par ndldlp le 25/09/2012 10:48
tanbi,
la sur rém doit profiter à tous.
pour cela, elle doit être utilisée pour financer la continuité économique, sauf à ce que les marchés extérieurs puissent servir d'approvisionnement à la Réunion.

le financement de la continuité économique, ce peut être par exemple, impacter à la baisse l'assiette de calcul de l'ODM sur les biens alimentaires importés ou servant à l'industrie alimentaire.

le législateur aura à ce moment le souci de s'assurer que les baisses de coût se traduisent symétriquement ou proportionnellement, par une baisse des prix..

que l'on dégage les sans cervelles qui nous servent de député...

39.Posté par Tanbi le 25/09/2012 08:21
38
Ah ça c’est du Caton tout craché : si on le contredit on fait forcément de la désinformation. Belle mentalité !

En substance je posais une simple question : y-a-t-il à la Réunion plus de fonctionnaire que par rapport à la moyenne nationale ? Je sens bien que cette simple question vous gêne.

Concernant l’exemple que je citais de l’administration des impôts il y a bien 800 agents pour plus de 800 000 habitants ici et 130 000 agents pour 60 millions d’habitants au niveau national. Donc, dans cette administration il y a bien 2 fois moins d’agent/habitants ici ! Et dans toutes les administrations d’Etat, le constat est le même, l’effectif est bien en deçà de la moyenne nationale.

Concernant le surcoût lié au complément de rémunération voila ma source « référencée » : http://www.lepoint.fr/societe/fonctionnaires-des-dom-des-surremunerations-que-ne-justifient-plus-les-prix-10-08-2010-1223861_23.php
Qui indique, je cite :
« Selon les documents budgétaires, le coût des majorations et indexations outre-mer était de 1,03 milliard d'euros en 2008, pour près de 90.000 fonctionnaires civils de l'Etat. Dans les DOM, les majorations coûtaient 743,6 millions »

Excusez de la précision des chiffres de l’INSEE (étude demandé à l’époque par Yves JEGO) qui indiquent bien qu’il s’agit de 1,03 milliards pour les DOM et TOM et 743,6 millions pour les seuls DOM ! La nuance est de taille ! Et donc le surcoût pour la Réunion ne peut pas être de 600 millions.

Enfin, concernant les dépenses des personnels dans les DOM, je suis désolé mais je n’ai pas les chiffres concernant la Réunion seule pour porter un jugement valable. Ceci étant, là où je n’ai pas de doute c’est que les collectivités locales sont souvent acculées au rôle d’éponge sociale, compte tenu du taux de chômage, et il est probable dans ce contexte particulier que la masse salariale soit plus importante. Mais avec une grande quantité d’emplois précaires, qui ne sont pas tout à fait des privilégiés que je sache.

Après il faut également voir les statistiques de la photographie précise de la moyenne des salaires des agents titulaires dont la grosse majorité percevrait un salaire moyen inférieur à 2 500 euros mensuel.

Ce qui peut être considéré comme un privilège exorbitant dans une famille de trois enfants, qui ne bénéficie d’aucune aide et dont souvent le conjoint est sans emploi.

Je veux bien être le défenseur de cette catégorie de profiteurs.

38.Posté par Caton2 le 24/09/2012 22:53
36. La désinformation est de retour avec Tanbi, le bivalve autant soudé à son rocher qu' à ses avantages coloniaux, porte parole des fonx et autres profiteurs locaux.
Il nous assène ses contrevérités, puisées au meilleures sources (non référencées)

Voici des sources référencées:
(Source les Échos: http://archives.lesechos.fr/archives/2009/LesEchos/20379-40-ECH.htm)
" Avantages particuliers réservés à ces agents (fonctionnaires ndr) travaillant ou résidant outre-mer, dont le surcoût est évalué à 1,5 milliard d'euros : rémunérations majorées de 40 % en Guadeloupe, en Martinique, en Guyane et de 53 % à La Réunion, indemnités d'installation, congés bonifiés ou encore compléments de retraite. Ce dernier régime très avantageux, avec des sur-pensions de 35 % à 75 % selon les territoires."

Et pour en rajouter une couche, voici la partie du rapport du Sénat consacré aux sur rémunérations dans les DOM (http://www.senat.fr/rap/r08-519-1/r08-519-130.html)
" le montant des dépenses de personnel par habitant est, dans les DOM, supérieur de 38 % à celles de métropole pour les communes, de 89 % pour les départements et de 333 % pour les régions.
Deux causes peuvent être identifiées pour expliquer ce niveau de dépenses de personnel : le poids des majorations de traitement et l'importance des effectifs des personnels territoriaux. Dans ces deux domaines, des évolutions pourraient permettre d'assainir la situation des finances locales des DOM.

L'effet des majorations de traitement des fonctionnaires territoriaux
La loi précitée du 3 avril 1950, qui a instauré les majorations de traitement des fonctionnaires d'État, déjà évoquées, a également prévu l'application de ces majorations aux fonctionnaires territoriaux.
Dans le cas des fonctionnaires territoriaux, l'objectif n'était pas d'attirer des métropolitains pour renforcer les effectifs de cadres dans la fonction publique ou de compenser les conditions de vie difficiles outre-mer mais essentiellement de compenser le surcoût de la vie dans les DOM par rapport au coût de la vie en métropole.
Or, ces compléments de rémunération, en majorant de 40 % le coût pour les budgets locaux des fonctionnaires territoriaux dans les Antilles et en Guyane et de 53 % à La Réunion, jouent un rôle majeur dans le poids des dépenses de personnel pour l'ensemble des collectivités des DOM.
Le poids de ces majorations de traitement est d'autant plus lourd pour les collectivités territoriales qu'elles font face à des revendications marquées de leurs agents contractuels pour en bénéficier. Ainsi, d'une part, toute titularisation entraîne nécessairement l'application des majorations de traitement et, d'autre part, certaines collectivités sont amenées à appliquer les majorations de traitement à leurs contractuels, en dépit de l'absence de toute obligation légale.
Les effets pervers de ces majorations de rémunérations ont déjà été développés par plusieurs rapports. Le rapport remis par Bertrand Fragonard, en mai 1999, au secrétariat d'État à l'outre-mer, « Les DOM : un pacte pour l'emploi », pointait déjà les coûts économiques, sociaux et politiques de ces majorations. Le rapport d'information sur la fonction publique outre-mer de la commission des finances de l'Assemblée nationale, en 2003."

37.Posté par ...pour rire ! le 24/09/2012 21:51
A 18.Posté par ndldlp le 23/09/2012 23:19 | Alerter
l'Etat doit "donner" équitablement entre les français..nou lé pa +, nou lé pa -

Plisse à ou, moins à ou, fé sad ou veut ou... mais nous sera toultan coqué même ! kwek wi did sa out tour ?

36.Posté par Tanbi le 24/09/2012 20:44
@35

Salut Nic et Cat

Ouaaaiiis y a rien qu'à supprimer l'OM et la Surem...Rien que ça.!

Comme ça après tous les problèmes sont aplanis...Déjà retirer 600 millions dans le circuit économique ça ne vous posera aucun problème à vous ? Aux commerçants artisans peut être un peu non ?

Les chiffres : selon Caton 600 millions de surem rien que pour la Réunion alors que le Sénat indique que ça coüte en 2007 760 millions pour tous les DOM. Donc 600 millions pour la Réunion et 200 millions pour les Antilles-Guyanne? Allons allons...un peu de sérieux sur les chiffres.

Autrement, il y aurait selon Caton trop de fonctionnaires à la Réunion. Trop à votre goût ou bien trop par rappot à la moyenne nationale ?

Donnez vos chiffres : mais parlons bien de fontionnaires titulaires et non pas la légion de précaire qui sont pour la plupart en dessous du SMIG. Près de 35 000. Le rêve ! des fonctionnaires à 700 €/mois.

Un chiffre réel pioché et vérifié : 1 fonctionnaire des finances publiques pour 1000 habitants ici et 1 fonctionnaire pour 500 habitant au niveau national.Et dans toute la fonction publque d'état où il y a très peu ou pas de précaire on est largement en dessous des ratios nationaux.

J'espère que vous serez candidat aux prochaines élections municipales...Vous allez enfin pouvoir changer le MONDE...

Après si l'idée c'est de rendre la Réunion compétitive pra rapport à Maurice, la Chine ou...Madasgascar...alors vous avez certainement raison.

35.Posté par Caton2 le 24/09/2012 19:04
Je pense comme Nicolas que la fiscalité indirecte française, fût-elle ultra périphérique, ne doit souffrir d'aucune exception. Elle doit être la même partout sur le territoire français.
Les salaires de la fonction publique doivent également être les mêmes partout en France.
Le maintien des avantages liés à l'ancien statut colonial des régions ultra-périphériques sont devenus des inconvénients, quant ils ne sont pas facteurs de différences sociales extravagantes.

Je laisse aux économistes les conclusions qui s'imposent pour la réaffectation de l'octroi de mer ou sa suppression pure et simple, et pour la suppression de la sur-rémunération qui coûte à l'État plus de 600M€ par an.
De l'argent qui serait bien utile à la relance de l'industrie locale.

Je veux juste attirer l'attention sur les effets secondaires de ces anomalies post coloniales.
La vie politique réunionnaise est totalement polluée par le pouvoir exorbitant qui est donné aux maires dans la répartition de l'octroi de mer auprès de leurs administrés.
Les mairies sont devenues d'énormes gabiers. Ce niveau de répartition communal, qui permet un clientélisme d'autant plus efficace qu'il est personnalisé, est inadmissible dans une démocratie moderne. Il créé des potentats rééligibles à l'infini, qui transmettent ce "patrimoine" à leurs héritiers.
Nous en sommes arrivés à une organisation tribale, avec des roitelets plus où moins puissants, qui se fédèrent ou se cooptent au gré de leurs intérêts.
Comment Les Vergès auraient-ils pu espérer faire prospérer leur carrière sans la ville du Port?
Ne parlons même pas de morale ou d'éthique. Observons simplement le grand guignol dispendieux qui tient lieu de vie politique à la Réunion, avec ses stars de pacotille comme Thierry Robert, Pierre Vergès, etc.
C'est l'argent de l'octroi qui rend possible se système. Rien que pour cette raison, ils faut supprimer ou changer l'affectation de l'octroi.

La sur-rem crée de son côté une caste spéciale , dont le statut est trop convoité par les jeunes et les moins jeunes. Le fonctionnariat devient "le métier" rêvé.
Alors qu'en métropole, il n'y presque plus de candidatures aux postes d'enseignants, ici on se bousculerait au portillon si la préférence régionale était actée.
C'est pervers. Les jeunes qui ont atteint un certain niveau universitaire se désintéressent du monde de l'entreprise. Leurs ambitions se focalisent sur la fonction publique.
Or il y a trop de fonctionnaires. Ici encore plus qu'en métropole, et une industrie moribonde...
Et puis cette caste profite des différentes "niches" fiscales pour se constituer un patrimoine locatif, ce qui ajoute au statut de fonctionnaire un statut d'investisseur privé, contribuant au grand n'importe quoi de l'immobilier à la Réunion.
Le pouvoir d'achat de cette caste permet aussi à la grande distribution de maintenir des prix exorbitants sur certains produits, dont les biens d'équipement ménagers, au détriment des salariés "normaux"...

Oui, il faut supprimer ces deux archaïsmes coloniaux Il n'y a pas d'avenir pour la Réunion si on les maintient en l'état

34.Posté par greg Jozef le 24/09/2012 19:02
TVA+Octroi de mer+taxe additionnelle s'ajoutent au prix HT du produit débarquant à la Réunion. Comme le fait remarquer très justement le commentaire N°15, comme la TVA n'est pas la même, beaucoup de produits se retrouvent avec une taxation globale équivalente au pire avec la métropole. Reste la quantité de produits. Votre prix d'achat sera plus bas si il y a une quantité raisonnable, mais le transitaire vous "taxera" en fonction du poids ou du volume, selon l'usage. Dans bien des cas, nous approchons un prix compétitif de 20% moins cher qu'en Métropole. Sauf qu'ici, le calcul du prix de revient et de la marge est assez folklorique. Ajoutez-y un part de cynisme et de spéculation (calcul du seuil "psychologique") et vous obtenez un prix majoré de 35% minimum d'emblée.

Là où cela se corse, c'est la rotation du stock. On ne vend pas avec la même marge selon que le stock tourne plus de 10 fois par an ou non et selon sa nature: votre marchandise est-elle périssable ou dépassée rapidement ? la manutention, votre implantation géographique, les assurances, votre implication financière personnelle et vos charges joueront et détermineront l'établissement du prix de revient et des commandes futures. Franchir le cap des 3 ans est un autre challenge surtout sans l'accompagnement des banques.
Un soutien logistique et administratif donnerait une chance supplémentaire de franchir le rubicon du succès à 1 quart des entreprises qui ferment dès la première année. Or on les laisse mourir et causer de considérables dégâts financiers chez leurs fournisseurs, d'où une fragilisation du tissu économique.

Si vous faites moins de 150 000 € de chiffre d'affaire annuel vous n'interessez personne, et surtout pas les sociétés d'affacturage. Si vous n'apportez pas 50% du capital de départ, si vous n'avez pas une idée juste de votre futur chiffre d'affaires et des besoins de votre entreprise, autant se mettre la tête sous le couperet.

Donc demander l'abrogation de l'octroi de mer est à envisager, mais avec prudence. Les marges n'étant pas uniformes entre chaque centrale, ni par les volumes, attention de ne pas tuer l'emploi, avec les solutions de remplacement après l'abrogation effective de l'octroi de mer, prévue en 2014. Profitons de ce délai pour imaginer un nouveau modèle de développement.

L'octroi de mer disparu, l'Etat devra impérativement subvenir au manque de recettes des collectivités et éviter de définir une nouvelle taxation pour les produits entrants et sortants pour se faire de l'argent sur notre dos afin de nous donner l'illusion que c'est la France qui subvient à nos besoins.

Là où la demande de l'ARCP devient étrange, c'est de ne pas proposer les choses suivantes, aussi valables que sa proposition:

1. Affrêter des navires par le Conseil Régional pour obtenir le transport de nos importations et la baisse des coûts d'acheminement moins élevés. On investit bien dans des compagnies aériennes... pourquoi pas maritimes ?

2. Plafonner la marge commerciale nette à 30% (hors coûts d'assurance, de transports, de manutention externes) par intermédiaire.

3. Arrêter avec la monoculture de la canne pour favoriser une plus grande autonomie alimentaire qui reste à developper et à diversifier. La monoculture de la canne exige l'emprise de 8ha par exploitaton pour être rentable, soit près de 22 000 ha (SAU) pour moins de 4000 exploitants. Si la profession se professionnalise et les surfaces s'agrandissent, c'est au détriment des autres exploitants qui n'ont pas la surface suffisante pour pouvoir pérenniser leur activité. Nous allons assister à une diminution des exploitants au bénéfice de surfaces supérieures à 10ha très rapidement dans les faits. Nous devons prendre en compte les enjeux économiques réels et non spéculatifs. La canne a été imposée par le pouvoir central et perdure malgré le changement de statut. Nous maintenons notre dépendance économique vis à vis de la Métropole et nous piétinons pendant que d'autres mettent les bouchées doubles pour se conformer aux attentes économiques. Il serait temps d'envisager d'installer des usines de montage (automobile, informatique, textile) ou de servir de plate-forme intermédiaire via la Chine et l'Inde, et l'Afrique, en déclarant la Réunion entière zone franche. Cela ne réussirait pas forcément du premier coup, mais l'expérience venant, nous qui avons connu des échecs saurions comment adapter notre modèle économique. Est-ce pour autant qu'il faille renoncer à nos chances ? à moins de 300km de chez nous, l'adaptabilité économique est leur fer de lance. Il ne faudra pas pleurnicher d'ici 20 ans si nous sommes largués.

4. Importer du GPL et installer des bornes électriques pour favoriser les véhicules hybrides et créer des emplois pour la maintenance des batteries et de ces véhicules. Et surtout Consommer local et frais. Que ce qui font la morale conduisent en voiture française. En investissant dans les marques étrangères nous dinminuons nos chances de nous en sortir. Pour autant n'oublions que certaines chaînes étrangères sont intallées en France (cas de Toyota pour la Yaris). Soyons vigilants.

Notre modèle économique est obsolète. Nous dépendons trop des produits importés. Or nous avons les moyens de devenir autonomes grâce aux énergies renouvelables en moins de 20 ans, de développer un partenariat solide avec les pays limitrophes et surtout de s'exporter davantage vers l'Asie et l'Inde. La plus-value sera moindre mais les quantités commandées assureront la prennté de nos entreprises.

Mais avant de vouloir baisser les prix, de supprimer l'octroi de mer, concertons-nous et changeons nos sources d'approvisionnement et notre mentalité.

Le vrai esclavage est celui de l'esprit et penser que nous devons demander l'autorisation à la France de pouvoir prospecter, en est une forme. Attendre une réponse magique de Paris à nos problémes en est une autre.

33.Posté par ndldlp le 24/09/2012 18:48
29.
voilà qui justifie la démographie des entreprises réunionnaises..et le manque de compétence parfois hélas, de leurs géniteurs..

32.Posté par ndldlp le 24/09/2012 18:46
21.
un produit valant 100 euros à l'entrée de la douane à la Réunion se voit frapper par l'octroi de mer et les taxes additionnelles.

à l'entrée du stock chez l'importateur, ce produit vaut 100 + ODM + taxe additionnelle = 100 + x pour faire simple.

sur la base de ce coût d'achat + taxes, le commerçant va appliquer sa marge afin de couvrir ses charges d'exploitation, mais aussi couvrir son stock qui dort..

(100 + x) que multiplie (1+ taux de marge) = prix de vente.

ainsi, de manière simple, on constate que l'octroi de mer vient renchérir la base de calcul du prix de vente.

certains commerçants, afin de ne pas s'embêter, font un simple x4 par rapport au prix d'achat et cela couvre aisément leurs coûts.

une association aux membres bien connus (gunet et jeanneau pour ne pas les citer), propose astucieusement que l'octroi de mer et les taxes additionnelle soient perçus "à la caisse des commerçants" de sorte que l'octroi de mer ne viennent pas surenchérir l'assiette de calcul du prix de vente..

mais comme évoqué plus haut, certains commerçants font un simple x4 sur le prix d'achat.. ce qui est donc problématique, c'est à la fois la base de calcul et ceux qui la font.. d'où la solution de la libéralisation de la concurrence pour contraindre les entrepreneurs à faire des prix différents sur les mêmes produits ou équivalents..

toutefois, dans les services, pensez vous que des prix identiques (comme la téléphonie) malgré la multiplicité des intervenants, soient le signe d'une absence de concurrence...?

dormez braves consommateurs...

31.Posté par Tanbi le 24/09/2012 15:35
J'epère que les personnes qui veulent supprimer l'octroi de mer, ne seront pas les parents qui iront demain exiger des ASEM pour leurs enfants devant les écoles. Il est un fait que la structuration des budgets des collectivités ici ne sont pas les mêmes que ceux de la métropole. Compte tenu du taux élevé du chômage à la Réunion qui n'a rien à voir avec celui de la métropole, ces mêmes collectivités sont souvent acculé à de jouer le rôle d'éponge sociale. Sans cela se serait l'embrasement général. Et même si cela concours au clientélisme électoral, je les rassure, le clientélisme existe malheureusement partout :dans les communes riches en métropole, au niveau de l'état par les lobbies etc....etc...Dès qu'un politique fait un choix, il fait presque toujours du cliéntélisme...

30.Posté par jemma le 24/09/2012 12:39
Il y a des déclarations qui sont sidérantes et à l'image de ceux qui les font! Par exemple, dire qu'en supprimant l'octroi de mer, les prix baisseront, c'est ignorer l'immense capacité des acteurs de l'économie à compenser le vide en augmentant aussitôt les marges bénéficiaires par exemple! Et dire aussi que l'argent économisé devrait rester à la Réunion, mais alors, sommes-nous encore dans la France? A vouloir trop de spécificités locales, le département serait-il à prendre plus en considération qu'un autre de l'hexagone? Il faut arrêter de regarder notre nombril, à force nous finirions par tout perdre !

29.Posté par Ces inaptes qui mènent le pays à la dérive le 24/09/2012 12:37
Il faut abroger l'octroi de mer. Pas pour les raisons de Rat enon, mais pour simplifier.
Les fonctionnaires se nourrissent de complexité. Pour être plus précis ce sont les législateurs et les technocrates qui adorent les règles compliquées qui permettent d’embaucher toujours plus de fonctionnaires. A la fin, qui paiera les fonctionnaires quand tout le monde sera fonctionnaire ?

Les chefs d'entreprises ont besoin de savoir rapidement combien coutera la marchandise ou l'intrant qu'il importe. Problème : il ne peut pas savoir, il faut d'abord se livrer à un vrai gymkhana pour savoir quel est le taux et si il n'y a une exonération.

Eliminez l'octroi de mer. Si il le faut, augmentez la TVA et redistribuez aux collectivités puisque l'O de M est leur mode de financement. Arrêtez d'emmerder le monde avec vos complications.
Simplifiez, simplifiez, simplifiez, bord** de mer** !!!!!!!

28.Posté par polo974 le 24/09/2012 11:35
C'est l'exclusion des doms de la zone europe qui coute cher. Cette exclusion est fortement liée à l'octroi de mer.
à cause de ça, il y a plein de dépenses et démarches administratives inutiles qui isolent les dom du reste de l'europe.

mais le modèle économique ne peut être modifié juste en abrogeant l'octroi et alignant les taux de tva, il faut réfléchir un peu plus.

pour la sur-rèm et les defisc, c'est un peu pareil...
tient au fait, il a oublié de parler défisc...

27.Posté par Bertrand Marie le 24/09/2012 11:03
Je partage l'opinion de M. Ratenon.

Il a raison, l'octroi de mer est un racket qui pénalise tous les Réunionnais pour le bénéfice des élus locaux.
Tout ce qui peut faire baisser les prix va dans le bon sens.

De la même manière, il faut permettre l'importation de produits venant d'Afrique du Sud. Pas besoin de sortir de l'ENA pour se rendre compte que Johannesbourg est plus proche de la Réunion que Paris.



26.Posté par indignez vous le 24/09/2012 10:59
Oui, Mr. Ratenon a raison arrêtons avec ce système inique qui ne sert qu'à enrichir les élus et importateurs!

25.Posté par FATIG PA ZOT le 24/09/2012 09:25
C'est qui l'ARCP ?
ils sont combien à part lui ?

24.Posté par Bayoune le 24/09/2012 09:22
Koman Misiyé Ratenon i wa pou fé bèss lo pri marsandiz, eske li krwa sate li di ou li péroke sate son bann kamarade i fé sif ali, parsek zot minm i oze pa di in bétize parèy. Anon agarde in linstan lé prodwi ki pouré aminn in méyèr vive pou lo réniyoné. Dézà lori, lo lé, lo pain , la morue sésé, luile vézétale, lo bère, grin sèk préparé, zwaniyon, savon domoune i itilize, toute sé produit lé taksé à 0% Mr Raton, bé dosi kwésa ou vé lékonomi. Lé vré, kan oute bann kamarade té la Région la minm permi azot mèt in taske dosi noute rhum sarète, é an pliss verss in sibvansiyon pou lé producteurs de rhum kontniyé prodwire so pwazon, donk insité la konsomasiyon, èk sà, é detrwa kèss kwiss poulé i pé fé ginye zélèksiyon. Mr Ratenon devrait se renseigner avant de sortir n'importe quoi, pou aère son bouss uniquement épi dans le seul but de voir sa bouye dann zournal…


23.Posté par William le 24/09/2012 08:01
Il faut certainement réformer l'octroi de mer mais le supprimer me parait hasardeux pour les finances des collectivités locales.

Par contre, il n'y a aucun problème à supprimer la sur-rémunération !

22.Posté par Zorro le 24/09/2012 06:14
L'ennemi des politicaillons arrivistes est l'oubli médiatique.
Il faut abroger Ratenon

21.Posté par zezer le 24/09/2012 05:58

Personne n'est certain aujourd'hui que ce soit l'octroi de mer qui rende les produit plus chers.
Et l'observatoire des prix n'a surement pas fait la lumière là dessus !
On se doute bien que les marges pratiquées par "certains gros" sont colossales, et qu'ils s'abritent derrière les frais de transport et l'octroi de mer pour justifier leurs prix élevés ....
Donc, dans ces conditions, dire à l'Etat de "donner" plus d'argent, c'est continuer à financer ce système...... et l'argent de l'Etat c'est quand même un peu le notre non ?
"nou lé pa +, nou lé pa -" : ça faisait un moment qu'on l'avait pas entendue celle la .... ptdrrrrrrrr : merci!

20.Posté par zezer le 24/09/2012 05:46
17

Il y a des smicards qui bossent très bien et d'autres qui ne foutent rien ... et c'est la même chose chez les gens qui gagnent 3 fois plus ...
Les salaires du privé sont - à peu près - équivalent à ceux du public sur les postes d'encadrement.
Je voulais dire que si on supprime la sur-rém, les "bons" n'iront pas s'emmerder dans le public si ils y gagnent 53% de moins qu'ils pourraient gagner dans le privé...sauf les philanthropes bien sur !

19.Posté par ndldlp le 23/09/2012 23:21
15.
totalement à côté de la plaque...

18.Posté par ndldlp le 23/09/2012 23:19
L'Etat n'a pas à juger de la faiblesse des recettes de la fiscalité locale pour estimer qu'il faille le compenser par de la fiscalité sur la consommation.

l'Etat doit "donner" équitablement entre les français..nou lé pa +, nou lé pa -

17.Posté par Tanbi le 23/09/2012 21:51
14

Ce qui reviendrait à dire que la surem est gage de compétence ? Et que les smicards ne sont que des simplets ?

Comprends pas...

16.Posté par Adèle le 23/09/2012 21:44
Ne pourrait-on pas abroger Rattenon ? Y en a marre de voir cette gratelle dans les médias.

15.Posté par rainbow le 23/09/2012 21:05
Pauvre Mr Ratenon. Dites moi Mr quelle est la TVA en France, environ 19 %, quelle est la TVA ici, 8,5%. En rajoutant l'octroi de mer on arrive pas à 19, alors Mr Ratenon rabillez vous ou demander à EELV de vous payer des formations.

14.Posté par zezer le 23/09/2012 20:22
11.
L'octroi de mer vient simplement "compenser" la faiblesse des recettes de fiscalité locale des communes (il y a des abattements spécifiques DOM, des valeurs locatives plus faibles et un tissu économique pauvre sauf dans 4 villes). La DGF des DOM est par contre la même qu'en métropole.
Quant à la sur-rém, si on la supprime vraiment un jour je pense que le peu de fonctionnaires "compétents" qui existe encore va se tirer dans le privé .... ou alors en métropole ou la vie est moins chère ... et alors vive la médiocrité ..... c'est la quadrature du cercle cette affaire !

13.Posté par ndldlp le 23/09/2012 19:55
Pour ceux que les chiffres intéressent :

http://www.cg973.fr/IMG/pdf/Finances_DOM_MPL_26_AVRIL.pdf

http://fr.slideshare.net/lafontaine/les-finances-des-communes-d-outre-mer-diff-1797363
je cite :"l'octroi de mer sur la consommation qui corrige le faible rendement de la fiscalité locale"

et je vous laisse sur ce dernier document, lire la page 12 et la page 13..

mais bon, à défaut de lire ces documents...

l'abandon de l'octroi de mer devrait donc avoir pour conséquence, que la solidarité nationale s'exprime différemment d'une part, et que l'argent de la défiscalisation soit "refiscalisé" vers la fiscalité locale..

au final, il faudra toujours payer les services publics..Reste à savoir si ceux ci sont efficients ..

12.Posté par noe le 23/09/2012 19:13
je pense vraiment qu'il faut abroger cette association bidon ...ARCP !

11.Posté par ndldlp le 23/09/2012 19:13
3.
faut il redire ici, que l'octroi de mer sert de ressources aux communes PARCE QUE l'Etat ne considère pas le calcul de la DGF pour les communes à la Réunion comme celles de Métropole !!

Si l'on maintient l'octroi de mer, que la sur rém soit alors utilisée pour faire diminuer l'assiette de calcul de cet octroi.

Rappelons que près d'un milliard 600 millions d'euros sont importés à la Réunion au titre des biens alimentaires ou servant l'industrie agro alimentaire locale.

et la sur rém..? 600 millions ? 600 / 1600 = ..?

10.Posté par caméléon2 le 23/09/2012 19:02
Bravo pour l'octroi de mer. Mais il n'y a pas qu'elle. On n'oubli trop souvent l'augmentation des impots locaux taxes foncieres et habitations de celà personne n'en parle. Qu'attendez vous ????? lorsque les gens vont se révoltés? ca sera tro tard. Les communes comme l'état ne doivent pas dépenser plus que ce qu'ils ont en poche. Quand on a 5 euros on mange nos cinq euros et non 20 euros (qui va rembousé d'apres vous)

9.Posté par Candide le 23/09/2012 18:38
Octroi de mer et defiscalisation, deux serpents de mer à jeter aux requins (ceux de la mer).

8.Posté par blacko le 23/09/2012 18:23
L'argent de l'octroi de mer reste dans l'économie local.
Par contre si nous supprimons l'octroi de mer, notre tva passera à 19,6 et dans ce cas, tous l'argent récolté ne restera pas ici.

1 2
Nouveau commentaire :
Twitter


Dans la même rubrique :
< >

Vendredi 2 Décembre 2016 - 17:47 La Réunion monte à bord du Train des Outre-mer

4, cité Fontaine
97400 Saint-Denis

06 93 010 810
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales