Faits-divers

Rafale en panne: Le ravitailleur de retour à la Réunion


Image d'archive
Image d'archive
Le ravitailleur qui accompagnait les deux Rafale pour une mission dans notre Département est de retour. Arrivé hier soir à 23h30, le ravitailleur transportait l'équipe de dépannage ainsi que l'équipage qui ramènera le Rafale vers la métropole.

"Le Rafale et le ravitailleur devraient repartir en fin de semaine, vendredi ou samedi", confirme ce jour le commissaire Violette Quentel, officier des relations publiques du Détachement air 181.

Deux Rafale, des avions de combat français, et un Boeing C135 ravitailleur, avaient séjourné à La Réunion le mois dernier dans le cadre d'un entraînement aux missions longues distances. Après la constatation d'une panne sur l'un des appareils, seul un Rafale, accompagné du ravitailleur, avait pu quitter l'île.
Mardi 20 Mai 2014 - 09:39
Lu 2625 fois




1.Posté par David Asmodee le 20/05/2014 11:06
Ça tourne à la farce cette affaire là.
Combien de temps pour réparer cette épave ?

J'espère au moins que la Région taxera l'octroi de mer sur les pièces de rechange. Il n'y a pas de raison de leur faire ce cadeau.

2.Posté par noe le 20/05/2014 11:58
Affaire de gicleurs bouchés sans plus !
Il était inutile de faire tout ce cinéma pour un avion de combat !

3.Posté par zoulou le 20/05/2014 12:33
Cher Noe
Que de bêties en si peu de mots
S'il s'agit de gicleurs bouchés pourquoi une si longue immobilisation Et pourqoi un aller retour d'un ravitailleur. Ca fait cher le dépannage !!!!!
Vous auriez pu aller souffler dans les gicleurs pour les déboucher…...

4.Posté par Titi or not Titi le 20/05/2014 12:51
ils auront eu le temps de le démonter entierement !!
😄😄

Qu'on leur fasse payer :
l'octroi de mer
l'octroi régional
et autres taxes !!!!
Comme nous !!

5.Posté par La vox populi.com le 20/05/2014 13:25
L'armée n'a vraiment rien à foutre de l'argent des contribuables....Un élu local aura t-il le courage d'interpeller le ministre de la dépense?

6.Posté par Lastic le 20/05/2014 14:05 (depuis mobile)
On comprend mieux pourquoi la France n''arrive pas à vendre ses avions de chasse.

7.Posté par Le Taliban. le 20/05/2014 14:11


Faudrait le couler en Baie de St Paul.
Ou bien le garder pour le prochain Incendie.!!!!

8.Posté par laluno ; le 20/05/2014 14:55
Ces rafale qui ont fait toutes les guerres sont fatigués , l’océan Indien avec les requins font peur aux pilotes pour s’éjecter avec leur siège...Combien de billets Reunion Paris A/R on aurait pu offrir à billets réduits à nos compatriotes ..? qui ne connaissent rien de la métropole..

9.Posté par Choupette le 20/05/2014 15:45
3.Posté par zoulou

" ... souffler dans les gicleurs pour les déboucher…..."

Bonne idée !

Déjà qu'il a un sacré vent dans les voiles ... !

10.Posté par Taiga974 le 20/05/2014 18:17
Ce rafale avait une panne de servocommande et avait besoin d un banc d essai dont l armée de l air ne possède qu un seul exemplaire et il fallait aussi que ce banc soit disponible, cet avion aurait pu sans doute voler en France avec une réserve de vol, mais dans ce cas précis de retour en métropole ou les terrains de déroutement ne sont pas tous adaptes a recevoir des avions d armes, il fallait qu il soit a 100%.

11.Posté par môvélang le 20/05/2014 23:48
ils vont encore se moquer des français et de leur avion hyper sophistiqué les autres !

12.Posté par le taz le 21/05/2014 04:31
l'avion est sophistiqué, et invendable car pas assez compétitif... peut-être aurait-il fallu faire un rafale light, moins multi-rôle et donc largement moins cher... mais bon, je ne suis pas suffisamment compétent es la matière. c'est navrant de voir le F18 ou le grippen lui tailler des croupières...

et surtout, cet épisode nous montre une france qui plonge dans la misère... résultat de 33 ans de socialisme.

je sais, c'est dur à encaisser pour qui n'est pas un gaucho pleureuse de bons sentiments naïfs, mais la dégringolade n'est pas du tout terminée.
la future 23ième puissance mondiale va payer très chèrement ces choix délirants des 35 dernières années.

arrêt de la croissance, disparition des recettes fiscales, et des dépenses, des dépenses, des gaspillages, des gaspillages...

résultats : l'état est ruiné, et y'a plus une tune pour se payer une armée, pour avoir des entreprises compétitives, pour avoir une justice, pour avoir de la croissance et de l'influence dans le monde.

13.Posté par La vox populi.com le 21/05/2014 12:35
@12 "et surtout, cet épisode nous montre une france qui plonge dans la misère... résultat de 33 ans de socialisme"
......................................

Il n'y a pas erreur?

1. En effet, "les études concernant le programme ACX qui aboutira au Rafale débutent en 1978".
En 1978, la gauche n'était pas au pouvoir.

2. Ce Rafale est-il fiable? à peine 40% de disponibilité (soit 51 appareils sur les 126 actuels)

3." mediapart.fr
Dassault: cent ans de subventions

01 octobre 2013 | Par Martine Orange





Depuis un siècle, la famille Dassault est nichée au cœur de l’État. À partir de la conception d’une hélice, Marcel Dassault a réussi à constituer un monopole privé dans l’industrie de défense. Des milliards d’argent public ont permis de bâtir une fortune privée dont l’influence s’étend sur tout le champ politique.



L’embarras est manifeste. À l’exception de quelques élus de l’Essonne, la classe politique – droite et gauche confondues – garde un silence prudent sur les dernières révélations du système mis en place par Serge Dassault à Corbeil-Essonnes, sa convocation ce mercredi 2 octobre par les juges d'Évry (finalement reportée), qui enquêtent sur le volet “règlement de comptes” et tentative d'homicide, ou encore la perquisition chez son notaire.

L’homme est riche – 5e fortune de France estimée à 12,8 milliards d’euros selon le dernier classement de Challenges –, et puissant. Dirigeant du groupe Dassault, Serge est aussi propriétaire du Figaro. Mais la gêne va bien au-delà. Car Dassault incarne le capitalisme français poussé à son paroxysme, d’une fortune privée bâtie sur un concubinage notoire avec l’État.

Depuis près de cent ans maintenant, la famille Dassault est nichée comme un coucou au cœur de l’appareil étatique. De la défense à la politique, elle pèse depuis des décennies sur les choix régaliens de la nation. Vivant de la commande publique, la famille se veut pourtant l’exemple de l’entreprise privée. Nationalisé par deux fois – en 1937 et en 1981 –, le groupe familial est toujours parvenu à conserver son indépendance, dictant ses choix aux gouvernements successifs au gré de ses intérêts, sans rencontrer la moindre résistance.

De droite comme de gauche, tous les gouvernements se sont pliés à leurs demandes. Marcel, le fondateur du groupe, puis Serge Dassault ayant toujours su trouver les soutiens nécessaires, dans tous les camps politiques, pour imposer leurs vues. « Je les ai tous payés », confiera Marcel Dassault au début des années 1980. Un précepte familial, en quelque sorte".

Un homme politique, cependant, a droit à un traitement à part dans le système Dassault : Jacques Chirac, un intime de la famille. Son père, Abel-François Chirac, est un proche de Marcel Dassault dans les années 1930. Financier de la société aéronautique, il convainc l’avionneur et son associé, Henry Potez, d’avoir leur propre banque. Après le rachat d’un petit établissement bancaire, la banque Josse Lippens, Abel Chirac en prend la direction. Il devient un des hommes clés de la société, au courant de toutes les affaires, de toutes les intrigues, veillant sur le développement du groupe autant que sur la fortune privée des deux associés.

Jacques Chirac, lui, passe toutes ses vacances et la guerre à Rayol, la propriété varoise de la famille Dassault et de son associé, Henry Potez. Il devient le fils adoptif de Marcel Dassault, le fils qu’il aurait voulu avoir. La vieille haine de Serge Dassault contre son père, contre Jacques Chirac, qui ne s’est jamais éteinte malgré le temps, remonte à ces années d’enfance (revoir la truculente vidéo d’Antoine Perrault).

Sous ce haut parrainage, Jacques Chirac est introduit en 1962 – il a alors 30 ans – auprès de Georges Pompidou, alors premier ministre. Dans l’esprit de Marcel Dassault, son protégé est destiné à aller au ministère de l’air ou des armées. Il va d’abord au Budget. En 1967, Jacques Chirac décide de se lancer en politique et brigue une circonscription en Corrèze. Marcel Dassault lui apporte sans compter son soutien. Il achète pour lui une feuille de chou locale, L’Essor du Limousin, dépêche pour s’en occuper Philippe Alexandre, qui dirige alors le journal électoral de Marcel Dassault dans l’Oise avant de devenir directeur de Jours de France, le magazine de la vie heureuse créé en 1954 par Marcel Dassault, ne traitant ni de guerres, ni de conflits sociaux ou politiques, ni de faits divers.

L’avionneur observe avec satisfaction l’ascension politique de son poulain. Les liens entre les deux hommes sont indéfectibles jusqu’à la fin. Tout juste nommé premier ministre au moment de la mort de Marcel Dassault (94 ans) en avril 1986, Jacques Chirac tient à faire lui-même l’allocution pour l’enterrement de l’avionneur.

À peine arrivé à l’Élysée, Jacques Chirac reprend l’idée de réorganiser l’industrie d’aéronautique et de défense française et de l’inscrire dans un cadre européen. Mais pour cela, il faut reprendre le contrôle de Dassault à la famille et l’amener à fusionner avec Aérospatiale avant de se lancer dans la coopération européenne. La réponse de Serge Dassault à Jacques Chirac est cinglante : « On ne t’a pas payé pour cela »,

14.Posté par laluno ; le 21/05/2014 14:15
@13 On a compris votre post un peu tendancieux contre Dassault Chirac et la droite ...On a facile tous à critiquer Le rafale reste l'avion le meilleurs du monde de combats, économique,dans la rapidité ,la maniabilité, dans la précision (avec la technologie embarquées informatique technique française poussées ) avec t des réacteurs puissants qui permettent des vols très très rapides en basses altitudes,qui le rendent furtif...Un grand défaut très fragile ,coût entretien cher comme d'ailleurs sont prix..

15.Posté par le taz le 21/05/2014 22:45
@13
non, il n'y a pas erreur.
c'est pas l'avion que je critique, c'est les gens qui ont tellement affaibli la france depuis 1981 (tout parti politique) que maintenant, on n'a plus les moyens de rien financer.
c'est ça le problème.

et quand la france ne pourra plus maintenir ces TGV...
et quand la france ne pourra plus financer son armée...
et quand la france ne pourra plus financer ces retraites...
la justice, le chomage, les routes, la sécu etc...

j'en ai des pages entières, comme ça.

le problème, c'est qu'une grande majorité de français ne se doute même pas de la réalité qui les attend.
les médias, à 90% à gauche continuent leur propagande niaise et naïve pleine de bons sentiments, de leçons à donner à tout ceux qui voient les caisses vides, pas de croissance, une immigration incontrôlée qui nous coute des dizaines de milliards quand ces mêmes médias mentent aux français en prétendant que ça rapporte de l'argent. (si ça rapportait, au hasard, on aurait pas toutes les caisses vides !!!)

l'histoire s'écrit jour après jour... et le déclin est terrible... surtout ces deux dernières années avec l'autre cloche qui ne fait RIEN.
et tout ça sera écrit un jour dans les livres d'histoire... pour les rigolos bobos qui vivent dans leur petite bulle ou tout va bien en france, n'est-ce pas l'abruti qui n'a pas été éjecté du PS...

et pour conclure, je préfère vivre dans un pays au top avec de la technologie, dassault ou autre, plutôt que dans un pays qui se tiers-mondise, qui s’appauvrit, qui régresse, et qui va finir comme un pays ruiné, ou tout se nivelle part le bas...

Nouveau commentaire :
Twitter

4, cité Fontaine
97400 Saint-Denis

06 93 010 810
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales