Santé

Radiothérapie: Le CHU s'offre la "curiethérapie" pour un nouveau départ

Le CHU Réunion fait un bond dans le temps en modernisant sa prise en charge des patients atteints de cancer.


Radiothérapie: Le CHU s'offre la "curiethérapie" pour un nouveau départ
La technique de curiethérapie* à haut débit de dose équipe désormais le service de radiothérapie du CHU. C'est le site de Saint-Pierre qui a été choisi. Il devient le seul établissement habilité à effectuer les traitements par curiethérapie pour toute l’île.

Cette technique permet "d'éviter d'irradier les zones saines. C'est un traitement à la carte", illustre le Dr Christian Marchal, oncologue, chef de service de radiothérapie du CHU Réunion et qui a travaillé pendant 33 ans à l'Institut de Cancérologie de Lorraine, l'un des 20 centres de lutte contre le cancer en France.

L'autre avancée attendue tient dans la durée du traitement. Un seul exemple de curiethérapie pour cancer de type gynécologique : "la dose d'irradiation de 7 gray, dose importante, est délivrée en 5 minutes alors qu'il y a deux ans de cela, il fallait que le patient soit hospitalisé 2 à 3 jours pour avoir cette dose cumulée. Là, le traitement peut se faire en une, deux ou trois séances".

Le gain en terme de sécurité pour le personnel est aussi présent. Les fils radioactifs jusque-là utilisés et qui nécessitaient des manipulations, laissent place à une source unique de dimension millimétrique qui se déplace automatiquement dans l'applicateur introduit dans le patient.

L'apport à la Réunion de ce process qui permet d’envisager des traitements plus courts, plus efficaces et plus précis, intervient après une grande remise en cause du service de radiothérapie de l'antenne sud du CHU.

Rappelons que le 17 mai 2013, une expertise de l'Agence régionale de santé et de l'Autorité de sûreté nucléaire (ASN) avait abouti à la conclusion que le service présentait des "risques d’atteinte à la sécurité des soins", obligeant le CHU à suspendre l'accueil des patients. Le service avait été autorisé à reprendre son activité le 9 octobre 2013 après avoir avoir appliqué des mesures correctives et obtenu le feu vert de l'ASN.

David Gruson, directeur du CHU Réunion parle même d'un "nouveau service" pour qualifier cette remise en route. Un nouveau départ assuré sur le plan médical par l'éclairage et l'expérience du docteur Christian Marchal.

L'apport de cette technologie ne se fait pas sans une réorganisation d'effectif - élément qui avait aussi fait partie des points négatifs ayant conduit à la fermeture en 2013 - avec notamment 4 médecins, autant de physiciens ainsi qu'une équipe de 10 manipulateurs en électroradiologie.

Application dans plusieurs types de cancers ou de chéloïdes

Malgré son coût d'installation de 1,6 million d'euros, la curiothérapie à haut débit de dose s'envisage plutôt comme une minimisation de l'incidence financière pour l'Assurance maladie. En l'absence de cette technique à La Réunion, les patients, le plus souvent âgés de 70 ans et plus, nécessitaient d'être évacués sanitairement en métropole pour des séances qui n'excèdent pourtant pas quelques minutes. Un périple lourd, tant pour le patient que pour ses proches.

Pour le moment, le service oncologie-radiothérapie du CHU se cantonne à la cancérologie gynécologique. Environ 50 patientes ayant été opérées du cancer de l'utérus pourront bénéficier de ce traitement ici à La Réunion. Celles n'ayant pas été opérées et selon le stade de leur maladie, justifieront encore d'être prises en charge par l'institut Roussy de Villejuif.

Mais les prises en charge d'autres cancers (du sein, de la prostate, d'ORL...) ou de chéloïdes ( tumeurs bénignes) - déjà proposés en métropole - pourront l'être dans un second temps localement, en fonction des investissements futurs, à commencer par l'installation d'un bunker dédié à la curiethérapie.

Depuis sa réouverture en octobre 2013, le service de radiothérapie reçoit entre 40 à 50 patients par mois, portant à 500 le nombre de patients sur l'année. En ce qui concerne la curiethérapie en elle-même, deux première patientes atteintes du cancer du col de l'utérus ont été les toutes premières à bénéficier ce mardi 16 septembre de ce procédé à La Réunion.

"Un équipement de recours régional", s'en félicite le directeur du CHU, qui devient le 160e hôpital équipé d'un tel matériel dans toute la France.

-----
*La curiethérapie
est une technique de radiothérapie mise au point à l’Institut Curie où la source radioactive scellée est placée à l’intérieur ou à proximité immédiate de la zone à traiter. Elle est couramment utilisée comme un traitement efficace pour soigner le cancer du col de l’utérus, de la prostate, du sein ou de la peau. Elle peut également être utilisée pour traiter des tumeurs dans beaucoup d’autres endroits du corps. Cette technique de traitement localisé permet d’irradier beaucoup moins les tissus sains aux alentours de la zone à traiter, notamment par rapport à la radiothérapie externe.


Mercredi 17 Septembre 2014 - 07:22
ludovic.grondin@zinfos974.com
Lu 2229 fois



Nouveau commentaire :
Twitter


Dans la même rubrique :
< >

4, cité Fontaine
97400 Saint-Denis

06 93 010 810
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales