Economie

Racket vert dans la grande distribution

Les grandes surfaces se font-elle leur beurre sur les produits bio ? Une enquête UFC-Que Choisir démontre que la grande distribution améliore ses marges sur le dos des consommateurs. A la Réunion, le prix est 55,5% plus cher qu'en métropole. Explications.


Racket vert dans la grande distribution
Il est aujourd'hui démontré que les produits bio restent encore très inaccessibles pour la plupart des ménages du fait de leur coût. Le marché n'en reste pas moins porteur et les enseignes de grandes surfaces se positionnent depuis quelques années en créant des rayons spécialisés ou même en développant leur propre marque bio.

Jusque là, les seules questions qui taraudaient les adeptes du bio tournaient autour de la qualité des produits ou encore de l'assurance qu'ils sont issus de l'agriculture bio. Mais UFC-Que Choisir vient de pointer du doigt le marché "niche" que représente le bio pour la grande distribution. Alors que le Grenelle de l'Environnement ambitionne de développer l'Agriculture biologique, les marques de distributeurs bio seraient 57 % plus cher que les marques de distributeurs non bio, dans les hyper et supermarchés.

A la Réunion, l'écart de prix de plus de 50% avec la métropole des produits de la grande distribution se confirme avec les produits bio : le panier de produits bio à marques de distributeurs (MDD) est de 60 % plus cher que le panier de marques nationales conventionnelles.

Pas assez de producteurs bio à la Réunion

"A la Réunion, nous nous heurtons à la quasi absence de producteurs 'bio'. Les produits 'bio' produits localement restent à la marge de la production et ne se retrouvent pas dans les grandes surfaces"
, souligne Jean-Pierre Lajoie, président de l'UFC-Que Choisir à la Réunion.

Si une partie de cet écart est normal, l'autre partie n'est pas justifiée. La production bio coûte certes chère mais l'institut de consommateurs affirme que la grande distribution marge plus sur le bio que sur les produits conventionnels, un surcoût qui n'a pas lieu d'être. Dans le domaine des fruits et légumes, la différence est majeure : la marge est en moyenne de 50 centimes d'euros pour les pommes standard, elle atteint 1,09 euros pour les pommes bio.

A cet effet, l’UFC-Que Choisir exige que la grande distribution rende le ‘bio’ accessible au plus grand nombre, en augmentant le nombre de références en rayon et en appliquant les mêmes marges que celles qu’elle applique aux produits conventionnels, et que l’Observatoire des Prix et des Marges éclaire la formation du prix des produits biologiques.
Mercredi 27 Janvier 2010 - 14:35
Melanie Roddier
Lu 3647 fois




1.Posté par Basile le 27/01/2010 15:26
Encore une preuve que la grande distribution "baise" le consommateur (désolé, il n'y a pas d'autres mots aussi fort !)

2.Posté par Jesus was a rolling stoned le 27/01/2010 15:28
Les dirigeants des grandes surfaces étouffent les agriculteurs en pratiquant des marges gargantuesques et vident les portes monnaies des con-sommateurs .
Il n'y a qu'à voir les chiffres d'affaires de ces magasin pour s'en rendre compte.....Le bio est à la mode et coûte un petit peu plus chère à produire.....mais de là à pratiquer des marges aussi hallucinantes.....on peut appeler ça du vol...les voleurs de la grande distribution (qui se distribuent à eux même le pactole) continueront à exploiter les agriculteurs et la population tant qu'aucune loi ne régulera pas les prix....
l'idéal serait que les agriculteurs boycottent les supermarchés, et vendent en direct à la population....comme cela se fait sur les marchés....

3.Posté par laluno le 27/01/2010 16:07
Le bio c'est tout dans la tète ;.. Essayez de faire la différence avec d'autres produits frais cuisinés de la même façon..vous verrez que la saveur du bio n'a aucune différence ..Mais par contre les prix 30 % à 50 % plus chers...

L'exploitation de la bêtise humaine.incommensurable, transmissible, voulu par les bobos n'a pas de limite.....Faire peur pour régner.......,?

4.Posté par David le 27/01/2010 17:38
Suffit de pas acheter et basta. Tout le monde gueule, mais tout le monde continue à se ruer dans les grandes surfaces. J'achète ma viande chez le charcutier de quartier, idem pour le pain, les fruits, les légumes. Mon ordinateur je l'achète chez le petit commerçant, idem pour ma télé, mon tapis de sol.
Je connais un mec qui attend l'ouverture de sa grande surface le matin pour acheter sa baguette dégueulasse. Il a peur que le boulanger devienne trop riche ?

Les grandes surfaces ne font que suivre la loi de l'offre et de la demande et c'est normal que les prix atteignent des sommets.

5.Posté par Jérôme le 27/01/2010 21:32
pas de discours, je rejoins simplement le com de Basile: c'est une bande d'(...) (eh ouai messieurs dames) qui nous prend pour des abrutis. tout le monde s'arrête d'acheter(ça empêche pas d'avoir fait des provisions avant...), un jour, une semaine etc.... en leur criant bien que ce sont des gros bandits(et je parle pas que de l'alimentaire!) et surement avec beaucoup de détails en plus ça serait un début. voir leurs "beaux" locaux vides même pas un chat, ça serait bien pour eux. et pour la suite fo voir :-)

Nouveau commentaire :
Twitter


Dans la même rubrique :
< >

Vendredi 2 Décembre 2016 - 17:47 La Réunion monte à bord du Train des Outre-mer

4, cité Fontaine
97400 Saint-Denis

06 93 010 810
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales