Faits-divers

Rachida Dati / Georges-André Hoarau: Verdict le 3 octobre

Jeudi 25 Septembre 2008 - 17:56

Rachida Dati / Georges-André Hoarau: Verdict le 3 octobre
La salle du Tribunal de Grande Instance de Saint-Pierre était trop petite, cet après-midi, pour accueillir la centaine d'avocats venus apporter leur soutien au bâtonnier de Saint-Pierre, Georges-André Hoarau, contre lequel la Ministre de la Justice a porté plainte pour diffamation. Elle lui reproche d'avoir déclaré le 15 mai dernier, dans une plaidoirie: "On poursuit des gens qui produisent des faux pour des allocations, mais un procès qui n'aura jamais lieu, c'est celui de notre grande chef à tous, Mme Rachida Dati, qui utilise un faux, un MBA..."
Le procès s'est divisé en deux parties. Une première au cours de laquelle on a évoqué la procédure, avant de se pencher sur le fond du dossier, à savoir si oui ou non la Ministre de la Justice avait évoqué dans son CV un diplôme qu'elle ne possédait pas, et si Me Georges-André Hoarau était en droit d'évoquer cet épisode pour défendre son client.
Dans une chaleur moite, c'est à Me Djalil Gangate qu'il est revenu, en début d'après-midi, le rôle de porter la première attaque contre la demande de Rachida Dati.
Il s'est attaché à démontrer, dans une brillante plaidoirie, que la plainte était entachée de nullité car, selon lui, elle reviendrait à remettre en cause les principes essentiels de respect des droits de la défense et de liberté d'expression.
Selon lui, la forme n'aurait pas été respectée, une loi de 1881 imposant à un membre du gouvernement qui souhaiterait porter plainte de faire "une demande"... au Ministre de la Justice. C'est à dire à elle même... Ce que voyant, elle s'est contentée de demander une enquête et le cas échéant des poursuites, à la Direction des Affaires criminelles et des Grâces. Suffisant, selon l'avocat de Me Georges-André Hoarau, pour rendre nulle sa requête.
Ce n'était bien entendu pas l'avis du Procureur de la République Patrice Cambérou, même si certains observateurs l'ont trouvé quelque peu embarrassé dans ses explications.
Le tribunal, emmené par le président Philippe Cavalerie, s'est retiré pour statuer sur les demandes de nullité, et a décidé de les joindre au fond, c'est à dire de les juger en même temps que la diffamation elle même.
Le Procureur de la République a demandé une amende de 5.000 euros pour la diffamation.
De son côté, Me Jean-Louis Keita, de la conférence des bâtonniers, a conclu sa plaidoirie en s'adressant au représentant du Parquet: "Napoléon, empereur, a essayé de couper la langue des avocats et il n'y est pas parvenu. Ce n'est pas un Procureur de la République de Saint-Pierre qui y parviendra".
Le jugement a été mis en délibéré au 3 octobre.

Pierrot Dupuy
Lu 8782 fois



1.Posté par Coquesigru le 25/09/2008 20:16

Bof! de la cuisine

2.Posté par avocatier le 25/09/2008 22:09

Ouais...Beauf, beauf...Un plaideur sachant plaider sans son plaid, est un blagueur sachant bloguer sans un bug.

3.Posté par André974 le 26/09/2008 04:05

c'est peut être de la cuisine mais avec nos
gate sauce
du gouvernement le menu si on n'y prend pas garde risque de tourner à l'empoisonnement des convives

Au delà des effets de manches et du nombrilisme qui va avec c'est la défense d'un principe ,mais là on comprend ou on ne comprend pas ;la Loi est la Loi mais si la personne en charge de la faire appliquer ne la respecte plus alors là on s'oriente soit vers l'anarchie soit vers la dictature.je ne veux personnellement ni de l'une ,ni de l'autre

4.Posté par papapio le 26/09/2008 07:58

Maitre HOAREAU sur sur intouchabilité perché, tenait dans son Bec un outrage
Maitre Etalon (Ref) faisant fie du passé, prométtait à nouveau d'être Sage
Que vous êtes Bon, que vous êtes Prévenant devant les Ecrans
Que de silisitude courbesque pour le bon peuple Payant
A ces mots Maître HOAREAU lacha le morceau
Son impunité, intouchabilité, était le Maitre "Meau"

La Morale: Tout Flatteur Vit au dépent de ceux qu'ils Flattent impunément...

5.Posté par Bernard le 26/09/2008 08:15

Un avocat est aussi un citoyen comme un autre. Tant que la preuve n'est pas apportée que Mme DATI, Ministre de la Justice n'est pas en possession de certain diplome, il doit se taire ou s'exprimer en apportant la preuve de ce qu'il dit et s'il ne peut apporter cette preuve, il est un diffamateur,. Donc, pouvant être poursuivi, d'autant plus que c'est un professionnel du droit. La liberté d'expression c'est aussi la LIBERTE de s'exprimer en respectant les autres.

6.Posté par jihelge le 26/09/2008 08:44

Bof !

On constate que quand nous demandons la mise en place de décisions pour notre île Paris est très sourde et à du mal à nous entendre, Mais que là l'information d'une parole dans un prétoir est bien parvenu aux oreilles des ministères !!


7.Posté par papapio le 26/09/2008 09:10

Le bon Peuple, à ces Promesses Rompu, Jurait qu'on ne l'y reprendrait Plus.......
tellment la Souffrance subie par lui, depuis trop longtemps restait Impunie.....

8.Posté par Aéro Freins le 26/09/2008 11:36

Pas mal papapio.... !! :) !!!

Cela dit, avec toutes ces procédures, propres à ce cas on va dire particulier, il y en a Une qui tient de bonnes raisons de réviser..... son Droit !!!!

Car ayant dansé tout l'été... voilà que la bise.... pourrait refroidir la parvenue...!

9.Posté par Trouillomètre au maximum le 26/09/2008 13:53

Sur le fond Hoareau perdra car il sera incapable d'apporter la preuve que Dati a présenté un CV bidonné.
On peut également s'interroger sur l'identité de celui qui est aller cafter. En créole on appelle ce genre de personnage "in makro min'n" c'est à dire un flatteur opportuniste qui très probablement a trouvé là un espoir de monter en grade. "Toucheeeez ma boooosse monseigeeeeeeuuuurrrrrrr ..."
Si Dati n'avait rien à se reprocher, elle dirait :
- Je n'ai jamais prétendu être détentrice d'un MBA.
Si en revanche elle en était détentrice, elle en ferait une photocopie et en ferait état dans la presse afin de faire taire les rumeurs.
Par conséquent : "Avantage Hoareau" du point de vue de la morale, car si Dati avait de la morale, elle aurait déjà fait comme j'ai dit.

10.Posté par Perp Lex le 28/09/2008 08:36

Ce sujet me semble plus intéressant que la grossesse de Mme Dati.
La liberté d'expression de l'avocat durant ses plaidoiries doit être préservée. Cette liberté fait partie de la garantie des droits de la défense.
En relevant des griefs contre Me Hoareau, Mme Dati donne de l'ampleur à quelque chose qui aurait ou être anodin...
Gageons que les juges, loin de toute considération politique, se montreront objectifs et lucide dans leur décision !

11.Posté par Boyer le 01/10/2008 12:11

le cv de rachida dati produit par le canard enchainé est visible sur le site du nouvel obs

La menteuse a bien inscrit la mention: MBA du groupe HEC en 1993

dans cette histoire celui qui est aussi a montrer du doigt c'est le procureur jaune qui à ignorer le principe d'immunité des plaidoiries dont fait etat cet avocat sur son blog


Nouveau commentaire :
Facebook Twitter


Dans la même rubrique :
< >

Vendredi 24 Novembre 2017 - 09:34 Levée de garde à vue pour l'instituteur