Economie

RUP: Younous Omarjee appelle à la mobilisation pour la sauvegarde des fonds européens

L'Union Européenne traverse une crise sans précédent et les enjeux qui se dessinent actuellement à Bruxelles, notamment la négociation des fonds structurels du budget européen pour la période allant de 2014 à 2020, sont très importants pour les RUP (Régions ultrapériphériques) dont la Réunion fait partie.

Younous Omarjee, député européen appartenant au groupe Gauche unitaire européenne, fait de la stabilisation des fonds structurels pour 2014-2020, une priorité de son mandat. Objectif : Qu'ils atteignent le même niveau que pour 2007-2013, soit une enveloppe avoisinant les 3,2 milliards d'euros pour l'ensemble des RUP françaises.

Après une première phase de négociations, le pari n'est pas encore gagné et une seconde phase sera ouverte à la mi-août. Le député européen a appelé au soutien de l'ensemble des acteurs économiques et politiques français.


RUP: Younous Omarjee appelle à la mobilisation pour la sauvegarde des fonds européens
"On n'est pas passé loin de la catastrophe", lâche Younous Omarjee, député européen de la Gauche unitaire européenne. Depuis six mois et sa prise de poste en remplacement d'Elie Hoarau, le jeune député européen a fait de la question des fonds structurels des RUP (Régions Ultra Périphériques) sa priorité absolue.

Une première phase de négociations a été menée au Parlement, à Strasbourg, pour maintenir une enveloppe identique à celle votée sur la période précédente, correspondant au budget 2007/2013. Elle a abouti mercredi dernier au vote des fonds structurels du budget général européen pour un montant avoisinant les 340 milliards d'euros. Mais il s'agit du premier chapitre des négociations, qui vont se poursuivre à Bruxelles. Car quand le Parlement européen vote une réforme (ndlr : comme mercredi dernier), s'ouvre une période de discussions entre les deux autres institutions à savoir le Conseil de l'Union européenne et la Commission européenne, et ce pour une durée moyenne de trois mois.

"Nous sommes en pleine négociation sur les fonds structurels pour la période allant de 2014 à 2020. Ce sont six mois de négociations qui s'ouvrent et après ce sera plié", prévient-il. Il s'agit, pour les RUP, de ne pas rater le "coche" en matière de budget alloué par l'Union Européenne.

"J'étais le seul Français directement engagé dans les négociations"

Younous Omarjee fait partie des six négociateurs à avoir "discuté" sur les fonds structurels du budget européen pour la prochaine période (2014-2020) à Strasbourg. "J'étais le seul Français directement engagé dans les négociations. J'ai pu apporter les doléances des régions françaises, pas seulement des RUP. Mais cela a été un avantage pour les RUP qu'un négociateur soit issu de l'Outre-mer, même si c'était très compliqué", avoue-t-il. Les négociations ont été âpres et les RUP françaises sont passées tout près de voir leur dotation baisser de 20%, baisse à laquelle il faut ajouter la réduction de 10% du budget global général de l'UE par rapport à l'ancienne programmation.

La tâche s'annonçait particulièrement difficile devant le peu de fonds engagés sur la période précédente, notamment par la Réunion, à savoir 560 millions d'euros sur l'enveloppe de 1,1 milliard (FEDER) allouée par Bruxelles. Le risque étant de voir l'enveloppe amputée du montant non utilisé. Une situation aggravée par la volonté du président français, François Hollande, dans son pacte de croissance adopté avec la Chancelière allemande, Angela Merkel, de redéployer les 55 milliards d'euros de fonds non utilisés (dont les fonds structurels non dépensés par les RUP) pour "financer une politique de croissance", souligne Younous Omarjee.

"Je me suis même fait violence pour aller voir Brice Hortefeux"

Lors du vote des fonds structurels, mercredi dernier, "on est passé près du pire, explique Younous Omarjee. Au Parlement européen, il faut savoir créer un rapport de force. La veille on me proposait une baisse de 20% des dotations pour les RUP en créant une sous catégorie de régions dites en "convergence" au détriment de celles qui sont dans les objectifs. Je suis allé voir Catherine Trautmann (ndlr : députée européenne socialiste), je me suis même fait violence pour aller voir Brice Hortefeux et j'ai pu obtenir le soutien des libéraux et démocrates pour éviter que cette disposition spécifique aux RUP soit appliquée d'office", précise-t-il.

Pour lui, les députés européens ont fait leur "travail" et ont permis de mettre en place une contre proposition moins pénalisante pour les RUP. "On a proposé une rédaction disant que pour les RUP dont le PIB est supérieur à 75% de la moyenne communautaire, les crédits alloués ne devraient pas diminuer de plus de 20%. Cela veut dire une préservation pour les RUP françaises et le maintien des dotations pour la période antérieure (…). On a sauvé l'essentiel et préservé l'unité des RUP, seul le cas des Canaries pose encore problème", explique Younous Omarjee.

"Il faut que le gouvernement et les groupes politiques majoritaires suivent de très près et s'engagent"

Débute désormais la seconde phase des discussions, avec le Conseil de l'Union européenne et la Commission européenne. "Tout se joue dans ces négociations. Moi je suis d'un tempérament optimiste, et ce n'est pas impossible de sauver l'essentiel. Mais j'appelle à une mobilisation au maximum des acteurs. Je ne veux pas avoir les mêmes mauvaises surprises pendant cette phase de négociation. Il faut que le gouvernement et les groupes politiques majoritaires suivent de très près et s'engagent", prévient-il.

L'avenir du financement des fonds structurels des RUP passera par les négociations qui se tiendront à Bruxelles durant les prochains mois.
Jeudi 19 Juillet 2012 - 15:09
Lu 1823 fois




1.Posté par bertel le 19/07/2012 18:14
Opération : "détresse absolue"

Nom de code : "Lancement des troisièmes couteaux" !... avant le néant

Younous Omarjee appelle à la mobilisation pour la sauvegarde des fonds européens

Bertel de Vacoa

2.Posté par Domi le 19/07/2012 22:25
je suis persuadé que monsieur Brice Hortefeux a dû également se faire violence en parlant à monsieur Younous Omarjee......

3.Posté par E. Delest le 20/07/2012 08:21
"On n'est pas passé loin de la catastrophe" ... (heureusement qu' Elie Hoarau lui a laissé sa place !)
M. Omarjee fait son job c'est bien.
Reste à savoir qui sont les responsables de la gabegie déjà dénoncée : seulement 50% des fonds du précédent budget (2007-2013) engagés à mi 2012 !
Qui peut apporter des réponses à cette question ?

Nouveau commentaire :
Twitter


Dans la même rubrique :
< >

Vendredi 2 Décembre 2016 - 17:47 La Réunion monte à bord du Train des Outre-mer

4, cité Fontaine
97400 Saint-Denis

06 93 010 810
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales