Politique

Que vive "la démocratie dans l'autonomie"

L'autonomie : un épouvantail lorsqu'elle est évoquée à la Réunion. C'est donc avec un malicieux sens de la formule que l'ancien maire de Saint-Paul, Alain Bénard, l'associe à une "démocratie locale renforcée" qu'il appelle de tous ses vœux.


Les professionnels de la politique ne séduisent plus des citoyens mieux armés qui ne se laissent plus mener
Les professionnels de la politique ne séduisent plus des citoyens mieux armés qui ne se laissent plus mener
Le "manifeste autonomiste" signé d'Alain Bénard et de son frère Jean-Marc Bénard aurait de quoi étonner plus d'un militant de droite. Ces mots qu'on croirait sorti d'un meeting communiste des années 60, Alain Bénard les fait sien. Une prise de position qui mérite des éclaircissements.

Le constat des deux frères est sans appel. "Le suffrage universel montre à chaque élection le peu d'implication des citoyens, les syndicats ne représentent que 10% des salariés. Va-t-on attendre que les élus représentent eux-aussi 10% des citoyens ?", demande l'ancien maire UMP de Saint-Paul. Les taux de participation dégradés des dernières législatives, tant sur le plan local que national, apportent de l'eau au moulin à leur constat.

Malgré la décentralisation des années 80, "les collectivités restent sous tutelle. Le système reste autocratique. La distance qui s'installe entre l'élu et les citoyens s'accentue de jour en jour. Dire que nous sommes dans une démocratie où des élections arrivent tous les 3 ou 4 ans ne suffit pas. La démocratie n'est pas une valeur absolue", selon Alain Bénard. "Même la Russie est une démocratie. C'est dire", ajoute-t-il avec une pointe d'ironie.

Reprenant à son compte la célèbre formule d'un certain Michel Rocard en 1966 : "Il faut décoloniser les provinces", Alain Bénard souhaite faire mûrir la réflexion, au-delà des querelles partisanes. "Il faut plus d'autonomie, sur le modèle de l'Espagne ou de l'Allemagne" et appliquer le principe de subsidiarité pourtant mentionné dans les traités européens. "L'autonomie ne serait pas vécue comme un sas vers l'indépendance, ni comme une demande d'un statut particulier à l'Outre-mer. C'est une autonomie intégrée à la France et à l'Europe. Vive la démocratie dans l'autonomie", sourit-il. L'homme reconnaît cependant que le terme d'autonomie "est une valeur positive, sauf à la Réunion où il est interprété comme une valeur d'exclusion par rapport à la France".

Aller plus loin dans la déconcentration

Dans les grandes lignes de leur manifeste, les frères Bénard réclament une déconcentration importante des services de l'Etat pour que les collectivités locales puissent se saisir pleinement des dossiers de proximité qui leur incombent. Des réserves accompagnent cette logique fondatrice. "Il ne s'agirait pas d'une autonomie favorable à de nouveaux roitelets locaux, mais d'une déconcentration qui irait vers plus de démocratie", précise Alain Bénard. Et l'ancien maire de Saint-Paul de se rappeler des 32 conseils de quartier qu'il avait initiés sous sa mandature.

Le modèle démocratique tel qu'il prévaut aujourd'hui est selon lui à bout de souffle. "La logique d'un politique élu c'est de prendre le pouvoir et de ne plus le partager. Son seul objectif sera d'être réélu dans cinq ans. Entre deux élections, il n'y a plus de lien entre l'élu et le citoyen. Les gens ne sont plus des troupeaux. Ils ont tous les outils pour s'informer. Ils ne sont plus prêts à déléguer leur existence à un représentant. Quand les gens sentent qu'ils ne sont plus entendus, qu'est-ce qui leur reste si ce n'est barrer la route ?", demande l'ancienne tête de liste pour la droite aux Régionales 2004.

"Les partis politiques, les syndicats, offrent un prêt-à-penser dont les gens ne veulent plus. On y continue mécaniquement à leur demander d'élire des responsables alors que de moins en moins de gens acceptent qu'on parle pour eux", poursuit-il. Dans ce manifeste "autonomiste", les frères Bénard ne sont pas tendre vis-à-vis des "porte-paroles professionnels que sont devenus les élus".

"Prendre le pouvoir pour le dissoudre"

"L'Etat dit : il faut protéger la canne, il faut protéger le littoral, les hauts. Tout le monde est d'accord sur le principe mais quand on superpose toutes ces réglementations, ça coince. Trop de règles tue les initiatives. Posons nous la question : est-ce que l'Etat est le mieux placé pour répondre à une question d'ordre local ?", énonce Alain Bénard. Sans concession sur ce qui occupa une partie de son existence, il affirme que "la conquête du pouvoir débouche inéluctablement sur une nouvelle bureaucratie".

Plus de démocratie locale "n'est pas contradictoire selon moi avec des contrôles encore plus appuyés d'institutions comme la Chambre des comptes. Ce n'est pas incompatible avec plus de liberté", juge-t-il. Derrière ces prises de position étonnantes pour un ancien élu de premier plan, Alain Bénard évoque enfin les outils qui permettront de transformer l'essai. "Désormais, le seul programme électoral qui vaille, c'est celui qui propose la restitution des pouvoirs de l'Etat aux citoyens, du maximum de pouvoir possible. L'élection reprendrait alors tout son sens. S'il faut encore prendre le pouvoir, ce n'est plus pour l'exercer, mais pour le dissoudre, pour le rendre aux gens, à la foule intelligente, aux réseaux, aux usagers, à la multitude. Bien sûr pas sous la forme de l'anarchie ou du désordre, ce qui serait un remède pire que le mal, mais dans le cadre d'une organisation responsable", conclut-il.

-------
Aller plus loin dans l'espace de réflexion d'A. et J-M. Bénard
Lundi 28 Janvier 2013 - 14:21
L.Grondin
Lu 1747 fois




1.Posté par whylliams le 28/01/2013 14:07
Bravo MRS BENARD pour votre regard sur le sujet ,mais je vous souhaite bon courage car tout le monde politique reunionnais ,n'a pas la meme vision ,du sens du mot "AUTONOMIE",car quoique l'on dise l'ile a des racines et mentalites africaine.

2.Posté par Job le 28/01/2013 14:09
Il y a du bon sens dans les propos de Benard que j'ai combattu, il fut un temps.

Nous sommes à 9000km de la métropole avec aucun pays de l'UE frontalier ou à proximité et pourtant nous sommes astreints aux règles de la communauté européenne,c'est un très sérieux handicap qui nous empêche d'échanger librement avec nos plus proches voisins, il devient urgent que nos politiques prennent ce problème à bras le corps.

J'entends déjà les "on profite des subventions de l'Europe", c'est vrai, mais ne serait-il pas possible d'amménager des règles spécifiques à notre environnement géoéconomique pour pouvoir échanger avec Maurice, Mada, Afrique du Sud, Seychelles et même plus loin en Orient, sans le droit d'exporter vers l'Europe?

Il y a un manque de volonté politique, des politiques locaux de droite et de gauche. Ils ne savent faire que la politique de la main tendue vers notre héxagone.

Il n'est pas inconcevable d'envisager les mêmes règles de droit et social avec des règles spécifiques d'économie.

Bof! pour ce que j'en dis.

3.Posté par TEGO le 28/01/2013 14:49
Ah les frères BENARD , ce n'est pas l'histoire qui les fait c'est eux qui ré-invante lo zistoir de 2 ex élus qui vivent leur nostalgie !

4.Posté par cassepapaye le 28/01/2013 14:57
L'autre terme pour cette "autonomie" c'est la démocratie participative qui me parait une voie intéressante à explorer. Bien sûr chaque citoyen n'est pas prêt à s'impliquer dans la gestion de son quotidien, ça demande du temps, de la formation, de l'éducation, de la persévérance mais ça vaut sans aucun doute beaucoup mieux que notre prétendue démocratie où règnent les privilégiés et les lobbies de toutes sortes. A suivre ...

5.Posté par Le Taliban. le 28/01/2013 15:29
Bande d'incapable,si on avait écouté le PCR à l'époque,on ne serait pas là aujourd'hui .
Le peuple serait déjà autonome et non pas sous-perfusion pour un oui ou un non.
Et dire que son père les a con-battu.

6.Posté par Caton2 le 28/01/2013 15:44
Beaucoup de verbiage. La couleur du discours est séduisante, mais sa logique est inquiétante.
"Il faut plus d'autonomie, sur le modèle de l'Espagne ou de l'Allemagne".
C'est oublier que ce modèle n'a pas été imposé, il s'est imposé. L'Allemagne, comme l'Espagne est composée de territoires dont l'unité (relative) est très récente. Il en découle une territorialité (landers en Allemagne) incontournable.
La territorialité de la Réunion par rapport à la France est totalement artificielle, même si elle est justifiée par des siècles d'exploitation coloniale.
C'est pourquoi il est à craindre que les défauts justement dénoncés par nos deux apprentis sorciers, soient aggravés par le sentiment d'indépendance créé par l'autonomie.
Loin des yeux loin de la nation!
Encore plus libres que maintenant de n'en faire qu'à leur tête, seulement contrôlés par une chambre régionale des comptes qui sera vite mise sous contrôle, les politiques locaux exerceront leur pouvoir
comme des potentats africains. Clientélisme et népotisme aggravé!
Sincèrement, vous croyez que ce serait bon pour la Réunion, pour le peuple réunionnais?
Je crois que ce "manifeste" est une sorte de go-between destiné à donner à nos deux politicards une image toute neuve afin de ratisser large aux prochaines élections. La manœuvre est tellement grosse qu'elle pourrait marcher...
Mieux que l'indépendance: l'autonomie avec le fric de l'Europe et de la métropole.
Faut pas rêver!

7.Posté par Job le 28/01/2013 16:27
Rassures-toi Caton2, je ne donne pas le bon dieu sans confession à Alain Bénard, je ne suis pas persuadé que ce soit un type intéressant, et j'ai pu constater qu'il avait une notion de la démocratie, très "dictatoriale".

Mais je crois quand même que la Réunion devrait avoir un peu moins de contrainte pour échanger avec ses voisins, nous avons déjà l'handicap d'avoir des charges sociales au-dessus de nos moyens et la distance avec l'Europe.

Je crois comprendre que sa référence à l'Espagne et l'Allemagne c'est le fédéralisme, mais cela ne résoud pas vraiment le problème des réglementations de la CEE.

Par contre le taliban, il a oublié que Vergès n'a pas craché sur les sous de la métropole et de la CEE. et qu'il a su se concocter un "bon matelas" pour lui et sa famille, il en a oublié la Réunion.

8.Posté par Je me marre le 28/01/2013 17:15
Tiens les repris de justesse se réveillent!

Autonomie , le beau mot , ne veut-il pas dire , dans la bouche de nos élus locaux ( dont je rappelle qu'ils sont quasiment les champions de la mise en examen ,notre île ayant même eu à certains moments presque tous les maires -23 sur 24 si mes souvenirs sont bons-) simplement le "droit" de faire ce que l'on veut sans être emmerdé par la justice "forcément macro"

L'autonomie financière n'est-ce pas simplement faire ce que l'on veut du fric qui vient de métropole ou d'europe? Mais n'est-ce pas déjà le cas lorsque l'on voit comment nos élus créent des sociétés ( genre SEM) qui comptent plus de présidents grassement rémunérés que de vrais employés , présidents qui sont bien entendus des élus.?

Autonomie politique, n'est-ce pas faire n'importe quoi comme adhérer à des partis politiques richement dotés au plan national ( donc avec les miettes qui vont avec pour les antennes locales) et ensuite créer des sous partis , des clubs de réflexions qui permettent de dire tout et n'importe quoi , de faire exactement l'inverse de ce que le parti "national" demande tout en recevant d'autres subsides de l'état puisque la loi le permet ? Rassrez_vous , les "têtes" pensantes de métropole font la même chose, hélas!

Enfin , autonomie , est-ce que ça ne veut pas dire , créer des sociétés , des trucs et des machins qui permettront aux enfants , femmes , cousins maîtresses et amants des élu(e)s d'avoir des jobs bien rémunérés , tout en racontant , alors qu'en réalité ils s'en tapent comme de leur première branlette, qu'ils veulent donner du travail aux jeunes réunionnais diplômés ( et qui le sont souvent plus que leurs rejetons qui n'ont pas besoin de diplômes eux puisque la filiation suffit) et ça , sans qu'on viennent méchamment leur dire que c'est du népotisme t que ça frise la république bananière?


9.Posté par daragone le 28/01/2013 17:29
Rappelons nous les paroles de VGE à ST LOUIS en 1976. "Une autonomie pour La Réunion...cela veut dire un autonomie pour la métropole....il faut naturellement l'accepter de part et d'autre".
Je souhaite bien du courage aux deux frères (qui prennent sans doute date) pour faire passer leur logique politique,même si elle n'est pas dénuée de bon sens. J'entends, dans le même ordre d'idées, certains qui évoquent de nouveau les vertus de l'Assemblée Unique.
L'histoire de La Réunion, qui somme toute est une bonne "province" française, n'a rien à voir avec celles de l'Espagne et de l'Allemagne, entre autres. La Réunion, tout au long de son histoire, a pratiquement toujours eu besoin d'une protection forte et les mentalités se sont forgées autour de cette nécessité.


Quoique que l'on veuille, les avancées institutionnelles à La Réunion iront de pair avec celles de la métropole. Le peuple, à mon sens, refusera tout expérience politique singulière par rapport à la mère patrie. Car La Réunion liera pour longtemps encore son destin à celui de la France.
Dès lors, ne faut-il pas inscrire son combat dans une vaste réforme nationale ouvrant la voie à une nouvelle République?, notamment arriver au non cumul et au non renouvellement des mandats
politiques, entre autres ?.

10.Posté par Caton2 le 28/01/2013 17:38
7. D'accord pour le moins de contrainte pour échanger avec les voisins mais il faudrait déjà avoir quelque chose à exporter et revoir la fiscalité de l'import/export.

11.Posté par Tanbi le 28/01/2013 17:47
Bin mon vieux quel retournement de l'histoire !

Les 2 rejetons de Jules BENARD qui reprennent le discours autonomiste de l'ennemi juré d'alors : Paul VERGES.

Un élu PCR qui aurait osé écrire un truc pareil aurait fait pouffer de rire toute la Réunion.

Mais là effectivement la mayonnaise risque de prendre justement parce que ces 2 petits démagos sont de droite mais aussi parce les temps ont tout de même un peu changés.

Cela a donc le mérite de susciter un débat de fond sur un nouveau modèle socio-économique à élaborer pour le futur.

Car il faut se rendre à l'évidence, le statut de département a atteint ses limites et n'est plus du tout adapté à notre département : chômage massif, assistanat, exclusion etc...

Il nous faut donc repenser un autre modèle de développement. Mais pour ça il faut faire confiance à l'homme réunionnais.

12.Posté par Bernard GRONDIN le 28/01/2013 21:24
Ce que veulent les frères Bénard c'est encore plus de France, encore plus d'Europe ... c'est perpétuer le système colonial.
Il faut se méfier du mot autonomie, surtout quand il est prononcé par ceux là même qui l'ont toujours combattu.
Alain et Jean-Marc Bénard n'ont pas changé de bord politique, ils ne font que reprendre ce que disait déjà en son temps, dans les années 70, Paul julius Bénard, leur père et ancien Maire
de Saint-Paul. Une autonomie vidée de son contenu et à l'opposée de ce que proposait à ce moment là le PCR.
L'autonomie aujourd'hui c'est une façon pour les héritiers de la droite la plus réactionnaire de l'époque, de ne pas sombrer avec le bateau qui coule. Sauver leurs privilèges à tout prix et à
n'importe quel prix ... même si aujourd'hui cette solution à leurs yeux s'appelle autonomie.

Bernard GRONDIN
Porte-Parole du LPLP

(Lorganizasion Popilèr po Libèr nout Péi - Front Populaire de Libération Nationale)

13.Posté par zantac le 28/01/2013 22:39
j'ai lu avec attention cet article. le constat que fait alain bénard est un constat que je partage. j'ai assisté fin 2012 à des conférences d'un certain etienne chouard de passage à la réunion et que zinfos a repris.

il y a un peu de ça dans ce que dit l'ancien maire de st-paul. "Le tirage au sort des citoyens" : voilà l'idée centrale qui devrait guider une nouvelle constitution faite réellement pour le peuple et par le peuple. depuis 1958, socialistes et droite se passent la balle du pouvoir avec des citoyens démis de leur rôle. l'homme politique est devenu un professionnel au lieu d'être un intermittent de bonne volonté. ce que je trouve intéressant c'est qu'un politique ou ex politique fasse part de ses idées avec des arguments que tout le monde peut critiquer ou perfectionner. c'est déjà à saluer et tellement rare face aux politiques locaux qui ne savent que quémander vers paris.

"Seule une Assemblée constituante désintéressée, donc forcément tirée au sort, sera un jour capable d'écrire une bonne Constitution proclamant les principes d'une véritable démocratie et instaurant les mécanismes de la souveraineté de chaque citoyen". Etienne Chouard reproche aux élites d'avoir elles-mêmes édicté les règles favorisant leur régénérescence perpétuelle.

Même si des gens biens évoluent à l'intérieur des partis politiques, je n'y vois que des voleurs de pouvoir (…). Des gens qui aspirent à décider à la place des autres"

14.Posté par loe le 29/01/2013 06:29
Déja arréter les rentrés en masse sur l'île
faire démissionné la plus par des Maire.
revoir tout les élus !
Contrôlé en urgence les entreprises.
Réquisitionné tout les biens volé , part des Magouilles ! une justice forte équitable donner des exemples !
etc....
!

15.Posté par ANL le 29/01/2013 08:09 (depuis mobile)
Les Bénard ont changé? Selon leurs dernières déclarations, ils reconnaissent que le système de représentation des citoyens a atteint ses limites et qu'il est temps de donner des pouvoirs concrets aux citoyens et à leurs organisations. Il leur faudra

16.Posté par L'INGENU le 04/02/2013 19:24
Le frères BENARD ,les 2 fils du défunt Julius Bénard ,ancien Maire et Parlementaire de la Réunion,ENNEMI juré de Vergés et de son P.C.R.,s'alignant sur les thèses du fondateur d'un parti réclamant (avec le bloc soviétique ,l'O.U.A et Khadafi )la "décolonisation "de notre île ! Qui l'eût cru ? Les "mannes" de Julius doivent se retourner dans le cimetière ! La succession de Vergés est assurée!! !!!!

Nouveau commentaire :
Twitter

4, cité Fontaine
97400 Saint-Denis

06 93 010 810
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales