Social

"Que les entreprises subventionnées soient davantage contrôlées !"


"Que les entreprises subventionnées soient davantage contrôlées !"
"Ces chefs d’entreprises sont des patrons voyous", le secrétaire général de la CGTR sud, Max Banon ne mâche pas ses mots.  Entouré hier d’une douzaine de salariés lésés, il a pointé du doigt les entreprises qui "perçoivent des subventions de la Région, d’organismes de formation ou du Pôle emploi tout en se livrant à des manigances".

Le syndicaliste en veut pour preuve ces employés des salons de coiffure et de massage Bô Institut qui sont sans nouvelles de leur chef d’entreprise depuis juillet 2015.  Judikaël Mistrin se serait ainsi installé à l’Ile Maurice en laissant derrière lui une trentaine de salariés à qui il n’a pas signifié la fin de leur contrat.

"Ce chef d’entreprise a pourtant reçu des aides de la Région, de l’Agefos à hauteur de 10 000 euros par stagiaire sans pour autant respecter les conventions", proteste Max Banon qui rappelle que l’évasion fiscale des capitaux à La Réunion serait de 500 millions d’euros par an dont à peine 10 % seraient récupérés par l’Etat.

Le deuxième cas concerne l’hôtel Le Battant des Lames à Saint-Pierre qui a ouvert en décembre dernier. Dans ce dossier, le syndicaliste rapporte que du personnel qualifié aurait été formé et recruté pour finir par être remercié avant la fin de leur période d’essai, tout cela "sans causse réelle et sérieuse, pour des problèmes relationnels".

14 personnes seraient ainsi touchées par cette "situation évidemment complexe à traiter par rapport au code du travail". 

"8 personnes (qui) ne correspondaient pas aux attentes"

Pour Max Banon, la question du contrôle des financements publics octroyés aux entreprises privées doit être posée. "C’est un scandale. A un moment donné on doit dire stop !". Des démarches ont été entreprises notamment auprès de la Préfecture, du Pôle emploi et de la Dieccte pour que "chacun prenne ses responsabilités, y compris les élus de la Région."

Contactée, la direction de l’hôtel dément formellement ces accusations. "Aucun licenciement n’a été fait à ce jour", indique Romy David, le directeur exécutif de l’hôtel. "8 personnes n’ont pas été retenues à la fin de leur période d’essai parce qu’elles ne correspondaient pas aux attentes. Avec 4 d’entre elles, nous avons même eu de graves soucis de comportements". 5 autres salariés auraient préféré démissionner. 

Romy David l’affirme, il n’a "rien à cacher". Sur les 40 salariés que compte l’hôtel, 36 sont en CDI et 4 en extra et "moins de 50 % sont en contrats aidés". Soutenue par la Caisse des dépôts et des consignations et par la Région, "l’entreprise fait tout pour respecter les conditions fixées par  les deux institutions", assure-t-il. 

Récemment, l’hôtel aurait fait l’objet d’un contrôle des services de la Région. "J’ai également appelé moi-même la Dieccte pour être en règle", lance le directeur. 
Jeudi 18 Février 2016 - 20:31
PB
Lu 1609 fois




1.Posté par Roland Emmerich le 18/02/2016 21:08
Au final nous avons une personne qui tire sur l'autre et l'autre se défend. Se faire qualifier de voyous, et estimer que 2 personnes suffisent à généraliser ça craint.

2.Posté par Julien le 18/02/2016 21:11
Hum.... comment dire, faisons-nous face à de la délation gratuite ? Ils pointent du doigt une entreprise et écrivent : "les patrons voyous". Fort de café

3.Posté par Calomnie le 18/02/2016 21:29 (depuis mobile)
Serait de la calomnie !Comment osez vous traiter des gens qui bossent de voyous . J espère que vous prendrez également vos responsabilités quand lumière sera faite

4.Posté par Labonte le 18/02/2016 21:49
Un peu facile de crier au loup quand on sait comment ils ont eu les infos! Mais sur le fond, c'est vrai que les patrons auxquels ils font référence devraient carrément faire l'objet d'une mesure de justice!

5.Posté par Kirikou le 18/02/2016 22:08 (depuis mobile)
Tu parles ils sont au boute avec leur SPL en déficit et tu veux qu''ils contrôlent... Entre les aristocrates et ça que la jamais mis les pieds dans une boîte privée et la jamais eu un vrai travail ......disons lé vrais

6.Posté par le taz le 18/02/2016 22:15
ben oui, chez staline, les patrons sont des voyous...
d'ailleurs, quelle réussite, chez staline....
comme en france ou staline de la cgt se complet dans le chômage et la pauvreté....

surtout ne rien changer... et continuer à foncer droit dans le mur....

staline a vu les résultats en 1989 à berlin...
la france le comprendra très bientôt....

au fait, la cgt, melenchon, et le facteur de neuilly, combien d'électeurs ????
il parait qu'ils dépassent encore les 1000.... mais ça baisse....
allez comprendre !!!!

7.Posté par Simandèf le 19/02/2016 08:18
On aura beau dire ce qu'on veut mais certaines entreprises et entre autres les organismes de formation (remise à niveau avec des profs bidons...) profitent bien des subventions et fonctionne comme les associations qui quémandent chaque années des subventions. En général se sont des spécialistes de la paperasse et on un ou des complices dans l'administration concernée.

8.Posté par STOP A LA GABEGIE DE L ARGENT PUBLIC !!! le 19/02/2016 08:34
Pour une fois dans ma vie, je suis d'accord avec les syndicalistes !!!

Je trouve scandaleux que des entreprises qui , après une étude sérieuse de leur dossier par des personnes TRES BIEN PAYEES , sensées être compétentes,

ont perçues de l'argent public pour former du personnel ou pour investir en développant leur outil de travail,

ne soient pas davantage contrôlés par l'institution étant à l'origine du paiement des aides, pour éventuellement rembourser les sommes perçues, si les accords ne sont pas respectés !!!

9.Posté par cuicui ... nous sommes le 19/02/2016 05:38
Facile à dire pour ces bouffons qui, salariés et donc rémunérés, passent la majeure partie de leur temps de travail en délégation afin de monter les employés contre les patrons !
La critique est facile : faites ce que je dis, pas ce que je fais !
Triste France

10.Posté par droit de grève à l''''hotel le 19/02/2016 09:50
si les faits sont avérés aux battant des lames, dans ce cas pourquoi n'y a t-il pas de grève ?
ou sinon que les syndicats se laissent à jamais.

a peine ouvert et déjà plusieurs dossiers en cours au prud'homme

bravo la gestion EXCEL

11.Posté par loulou le 19/02/2016 10:14
les demandes de subventions sont étudiés et ils sont réglos pendant un temps et basta pour la suie.

12.Posté par tiorpia le 19/02/2016 11:26
je ne suis pas d accord avec ces propos si bien que l etat ou la region subventionne les emplois si ces memes personnes sont toujours salaries de l entreprise.la cgtr est entrain de faire un amalgame.s ils ont la science infuse qu ils nous livrent ses secrets a part de casser les entreprises.le chomage c est vous qui fabriquer.......

13.Posté par loulou le 19/02/2016 11:43
les demandes de subventions sont étudiés et ils sont réglos pendant un temps et basta pour la suite.

14.Posté par babar run le 19/02/2016 13:20
QUE TOUTES LES SUBVENTIONS SOIENT CONTRÔLÉES !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!

15.Posté par zarlor le 19/02/2016 14:09
té ti max ton patron aussi lé voyou !!!!!! la remboursé 5000 euros téléphone la ? billet vacances thaillande la ? avant ti attaque patron la regarde si zot ki lé propre té !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!

16.Posté par Caffreman le 19/02/2016 15:12
J`imagines qu`a la Réunion où il ya beaucoup de chômage et donc beaucoup de demandeurs d`emplois , les patrons font la grêle et le Volcan , situation proche de l`esclavage etc.

17.Posté par Esmeralda le 21/02/2016 19:52
Que des gens qui n'ont jamais créé un seul emploi à part le leur en se faisant embaucher, retournent leur veste et tirent sur ceux qui se battent pour monter des entreprises, des projets, dans la complexité des règles sociales et fiscales, c'est un peu facile et totalement déloyal.
Ils ne sont pas heureux comme salariés, puisqu'on est aidé, qu'ils montent donc leur société !! et ils verront, si c'est si facile de devenir riche !!

Nouveau commentaire :
Twitter

4, cité Fontaine
97400 Saint-Denis

06 93 010 810
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales