Social

“Que fait-on de la dignité humaine des salariés de l’Arast et des assistants d’éducation ?”

C’est rassemblées sur le parvis des Droits de l’Homme à Champ-Fleuri, que des salariées de l’Arast et des assistantes d’éducation ont appelé les pouvoirs publics et leurs responsables, à plus de considération humaine. Jean-Hugues Ratenon a parlé lui de transparence.


Le symbole était bien choisi : le parvis des Droits de l’Homme pour des femmes en quête de sérénité professionnelle et sociale, mais aussi de respect. “Mon contrat d’assistante d’éducation a pris fin au mois d’août. J’ai donc été licenciée”.

“Mais, lorsque j’ai appelé mon établissement scolaire pour avoir le document que je dois remettre à l’Assedic, une secrétaire m’a incendiée parce que j’ai osé porter ma demande de titularisation devant le tribunal administratif”, raconte Annie, 24 ans.

“Nous sommes plusieurs à n'avoir reçu le document pour l’Assedic que trois semaines ou un mois après notre licenciement. C’était la sanction pour avoir osé défendre nos droits et notre dignité. Conséquence : ce mois-ci, nous n’aurons aucun revenu. Comment ceux qui ont des enfants vont faire pour s’en sortir ?”, poursuit-elle.

C’est Jean-Hugues Ratenon qui enfonce le clou. “Dans un courrier, le Recteur de La Réunion a demandé aux chefs d’établissement condamnés par le tribunal administratif d’user de toutes les procédures juridiques possibles pour ne pas payer ou titulariser les assistants d’éducation. Où est la considération humaine de ces personnes sensées éduquer et former l’avenir de demain ?”

Le président d’Agir pou nout tout pointe également du doigt la mauvaise gestion du dossier de l’Arast. “Le public et les salariés ont droit à des chiffres différents chaque jour. Lesquels sont vrais ? Lesquels donnent une vraie photographie de la situation financière de l’Arast ?”

“Comme pour les assistants d’éducation ou d’autres catégories socioprofessionnelles menacées de licenciement ou de plan social, il manque de transparence dans les informations données. Pourtant, il s’agit dans le dossier de l’Arast d’argent public. Ce public n’est-il pas en droit de savoir ce qu’on fait de l’argent de ses impôts. Ceux qui payent ont le droit de savoir”.

“Et jusqu’à présent, les responsables n’ont parlé que d’argent. Et qui se soucie de la dignité humaine de ces hommes et ces femmes qui craignent pour leur modeste revenu ?  C’est ainsi que nous continuons à faire glisser notre population vers la précarité”.

“Faut-il attendre une explosion sociale pour qu’enfin, le problème actuel soit pris dans sa globalité, y compris dans sa dimension humaine ?”, s’interroge Jean-Hugues Ratenon.  
Jeudi 1 Octobre 2009 - 07:15
Jismy Ramoudou
Lu 1293 fois




1.Posté par looping974 le 01/10/2009 08:01
ben oui il serre les fesses ...lui aussi fonctionne avec (beaucoup) d'argent public !!

2.Posté par blory le 01/10/2009 09:39
on nage en plein délire!

ça fait des jours qu'on nous parle de l'ARAST mais on sait pas ce que c'est; une énième association dans laquelle des subventions sont jetés et qui est géré pas des gens incompétents?

les assistants d'éducation... j'ai lu un article sur eux dans Ouest-France y a un an ou deux: c'est pareil partout en France c'est six ans maximum ensuite C'EST FINI. Quand ils sont embauchés, ils le savent que c'est un emploi précaire qui dans sa forme la plus souple (UMP©) dure un an jusqu'au 30 juin - 31 août et qui se renouvelle tous les ans si le rectorat dit que le budget le permet... le rectorat décide des ouvertures et fermetures de poste dans chaque établissement en fonction de ce qu'alloue le gouvernement à l'académie et les directeurs d'établissement doivent le respecter (ne pas renouveler ou embaucher). Alors qu'ensuite sans que leur directeur le leur demande ils essaient de faire une demande de titularisation là c'est abusé! ils le savaient que ça se passait comme ça, qu'ils pouvaient être virés comme des malpropres! quand luc ferry a fait passé la loi en 2003 pour faire bosser des gens dans la précarité (CDD pendant 6 ans) les députés ont voté et on leur a rien dit.... et aujourd'hui ils veulent prendre les directeurs, le rectorat ou le département comme responsable alors que c'est le gouvernement.
bref les assistants d'éducation, les auxiliaires de vie scolaire, etc, qu'ils aillent a Paris manifester, on les soutiendra psychologiquement.

3.Posté par papapio, ni macro ni géniteur payeur le 01/10/2009 10:19
"parvis des Droits de l’Homme" ? QUELS DROITS DE L'HOMME au Pays des Droits de la Mère ? HE OH, M. RATENON ? VOUS NOUS ENTENDEZ ? ou on est transparants pour vous ? 50% des couples séparés dont 90% d'Enfants et Pères MASSACRES, ça vous dit quelque chose ?

“Que fait-on de la dignité humaine des salariés de l’Arast et des assistants d’éducation Qui eux même refusent la Dignité Humaine aux 90% d'Enfants et de Pères séparés de force sous le Silence COMPLICE ?”,
VOILA LA VRAIE QUESTION TRADUITE HORS POLITIQUEMENT INCORRECT...
Au fait, pourquoi parlez vous maintenant "d'Assistants d'Education" et plus "d'Assistantes Maternelles" ??? Quoi ? vous seriez en train de convenir que ce sont bien les Parents qui EDUQUENT et pas les seules Femmes ? On retourne sa veste SEULEMENT quand on a besoin du FRIC des Citoyens et surtout celui des PERES SACRIFIES ???

Vous pensiez peut être nous répondre aux callandes grecques, vous aussi ? Ou que tous auraient oublié votre SILENCEMAINTENU SUR LE SUJET MAJEUR ? Les Conclusions des Etats généraux vous conviennent elles ??? Ca va ? Un observateur de la Parentalité qui continurait à observer le massacre en cours depuis 15 ans de discrimination de NATURE, GENRE ???

Pensez vous que tout ces gens sient inquiets de NOTRE SORT ?
ou seulement du leur et du FRIC QUE L'ON PEUT ENCORE FAIRE sur NOS ENFANTS ?

4.Posté par chikun le 01/10/2009 10:38
“Et jusqu’à présent, les responsables n’ont parlé que d’argent. Et qui se soucie de la dignité humaine de ces hommes et ces femmes qui craignent pour leur modeste revenu ? C’est ainsi que nous continuons à faire glisser notre population vers la précarité”.

Sans argent , pas de dignité humaine cher monsieur. Donc il faut de l'argent et gérer efficacement cet argent confié par les contribuables.........

Une usine à gaz de 1500 personnels ça doit être difficile à gérer par des politiques qui ont de la famille et des tas de copains.........
Pour rentabiliser l'arast transformez-la donc en petites structures privées locales .
De cette manière le département n'aura plus qu'à contrôler le bon usage des fonds versés.

Trop simple, Hein ?

5.Posté par denis le 01/10/2009 11:29
arrete donne la valeur bougue la , li vaut pas un grain letchis, li rode in ti place la région en 2010
c tout, apres li va fait comme monica li va defende son poche

6.Posté par Olivier Fontaine le 01/10/2009 12:59
Ratenon a encore organisé du cinéma pour s efaire mousser. Pourquoi une telle initiative sans les organisations syndicales? Sans appeler à la solidarité la population? Presque en misouk? Ratenon avait-il peur d'être dépassé? Débordé? Le jour où il arrêtera
1) de tout faire tourner autour de sa personne;
2) de faire des prophéties
3) de lancer des menaces à tout bout de champ
alors il sera crédible.
Pour le moment, c'est un simple manipulateur qui se sert des médias pour se faire voir. ET vivre de la misère des autres est la pire insulte faite à la dignité humaine.

7.Posté par Mme de Maintenon le 01/10/2009 14:38
Les Ratennottes amplifient leur soutien à RATENON ... QUI donc prendra le relais pour être porte parole des démunis, des laissés pour compte, des sans papiers, des sans toit, ni voix??? Qui dénoncera les abus, les vols et autres dols organisés par une minorité de profiteurs de voleurs, de manipulateurs, de bonimenteurs???
qui a intérêt à empêcher cela, cette montée en puissance des Ratennottes visibles et invisibles et surtout indivisibles ? Olivier FONTAINE, denis, qui donc encore??? qui protégez vous à part vos intérêts propres et ceux de vos amis plutôt sales
tant que vous serez qu'une poignée sur 800 000 Réunionnaises et Réunionnais à profiter laissez donc la majorité s'exprimer
RATENON a un bilan d'intérêt public et vous "les quelques crieurs de nuit", quel est votre bilan si ce n'est à tout prix protéger votre intérêt qui n'est pas celui de la population Réunionnaise???

8.Posté par christ le 01/10/2009 14:54
mi voi ke néna bonpeu do moune i atten in date pou allez régle le probléme avec lo Préfet, cé li le porte parole du Gouvernement, alors can sa zot va donne in date pou nou voir nou en face à face, dans les rues de la capitale.
Pou moin cé la seule solution, lé vrai ke nou réfléchi, nou néna des idées, mé assez ABUSE su nou, oté Gouvernement !
RATENON, assez avec BLABLA, Agissons et Montrons aussi a ces messieurs les élus du même Gouvernement, ke cé NOU, LO PEUPLE KI COMMANDE !

DONNE LA DATE SI OU PLAIT °°°°°°°°°°°°°°°°°°

9.Posté par FABRICE le 01/10/2009 18:59
Ratenon assez trompe de moun,dit la verité, ou éduque mal le peuple avec des fausses informations. Les assistants d'éducation n'ont jamais été licenciés.
Il étaient tout simplement en fin de contrat et il fallait laisser la place à d'autres jeunes qui font des études et ont besoin de ce petit salaire.
Encore une fois ,comme ou connait tout , les postes d'assistant d'éducation n'ont jamais été supprimés.

10.Posté par alison974 le 01/10/2009 19:29
c'est toujours comme ça,; ceux qui défendent les plus pauvres de notre pays sont toujours pris pour cible; pourquoi ?
ne méritent ils pas plutot qu'on les encourage, qu'on les aide ?
ceux qui ont la critique facile, posez vous la question que faites vous pour améliorer la situation de votre pays, de votre entourage ??? .....
la critique est facile, c'est l'art qui est difficile ;;;





11.Posté par globicephal le 03/10/2009 22:56
Monsieur RATENON svp affichez vos revenus SVP !!!
Aret prend creol pou'd coyon foutor !!!
néna 15 jours vi koz pa é la ou fé pass à ou pou le defensseur band zagen l'ARAST ? Ou la gaign lo mo d'ordre avant zélection kossa, Alé tir in feuille é di la réalité qui sa i fé la casse sociale zordi si la pas out parti ?
mI atend out répons

Nouveau commentaire :
Twitter

4, cité Fontaine
97400 Saint-Denis

06 93 010 810
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales